Skip to navigation – Site map
Dossier 1: Géotourisme

Tourisme, géosciences et enjeux de territoires

Actualités du géotourisme
Mélanie Duval and Christophe GAUCHON

Index terms

Top of page

Full text

Photo : Mélanie Duval.

1Ouvert en 1995, la partie touristique des mines d’Idrija permet de visiter une partie des galeries où s’effectuait l’extraction du minerai du mercure. Les registres de la visite alternent entre la présentation de l’histoire des sciences, des caractéristiques géologiques, des techniques d’extraction et des conditions de travail dans la mine (voir illustration 5). Autour de cette visite touristique et d’un musée des sciences et des techniques, des stratégies territoriales se sont mises en place avec notamment une demande de classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le projet consiste à inscrire un bien sériel dénommé « Mercury Route of the Intercontinental Camino Real », en lien avec les mines de mercure d’Almadèn en Espagne et les mines d’argent de San Luis Potosí (Mexique). Ces trois sites sont présentés comme des sites majeurs pour comprendre l’évolution des techniques et la mise en place d’un système économique mondial, le mercure extrait des mines européennes étant alors acheminé au Mexique pour servir à l’amalgamation de l’argent.

2À l’heure actuelle, il semble que ce projet d’inscription transatlantique ait été ajourné, le Mexique ayant vraisemblablement préféré faire cavalier seul pour l’inscription UNESCO. Récemment obtenue en juin 2010, le bien « Camino Real de Tierra Adentro » reste un bien sériel englobant plusieurs sites majeurs pour l’extraction et la transformation de l’argent, mais il se situe uniquement sur le territoire mexicain. De plus, l’accent porte désormais sur des aspects historiques et architecturaux, la valorisation de ce bien sortant par-là même du registre géotouristique.

3À l’échelle du site d’Idrija, ce retrait (temporaire ?) de la démarche UNESCO ne change pas pour autant la donne, le site continuant de fonctionner autour du musée et de la visite de la mine. Le principal apport de cette démarche est davantage à comprendre en termes de gouvernance. Ainsi, aux dires des acteurs d’Idrija, cette démarche leur a permis de travailler ensemble et de mettre en place des bases solides pour les collaborations à venir, lesquelles pourraient d’ailleurs prendre la forme… d’un géoparc !

4Du point de vue des acteurs, le géotourisme se situe à la croisée de différents registres et domaines de compétences : les services de la protection de la nature tout comme les acteurs culturels peuvent être impliqués dans des dynamiques géotouristiques. À cela s’ajoutent les professionnels du tourisme, les élus locaux, les populations locales, etc. Au final, une kyrielle d’acteurs, aux attentes et projections parfois différentes, s’observe autour de projets géotouristiques. Un des enjeux en matière de géotourisme réside très précisément dans la capacité que ces derniers auront à travailler ensemble : « [T]o be successful, conservation of geological heritage requires the concerted involvement of all stakeholders, both geologists and non-geologists (e.g. politicians, planners, landowners, developers and the public/local communities) »(Tongkul, 2006 : 40).

5On comprend que le géotourisme mobilise de multiples notions culturelles, au-delà des seules connaissances géologiques. Ce sont les représentations de la nature qui sont en jeu, telles qu’elles ont été transmises et telles qu’elles se transmettent encore à travers les pratiques touristiques : l’article de Benjamin Taunay est à cet égard très instructif pour les comparaisons qu’il opère entre la vision des karsts de Chine du Sud par les touristes chinois et par les touristes étrangers. La recherche à venir sur le géotourisme (et sur la gestion de la géodiversité de manière générale) gagnera certainement à mieux prendre en compte cette dimension culturelle au sens large (Hobléa, 2009). Rappelons qu’Uluru-Ayers Rock avait été inscrit sur la liste du patrimoine mondial en 1986 au titre des biens mixtes, juxtaposant une dimension naturelle et une dimension culturelle; en 1993, il a été requalifié en paysage culturel, nouvelle catégorie apparue alors pour mieux mettre en lumière les interactions profondes entre le site dans sa dimension géologique et paysagère, et la cosmogonie des aborigènes (Audet, 1997 : 70-71).

6La durabilité des dynamiques géotouristiques passe, dès lors, par un travail de mise en réseau et de collaboration entre ces différents types d’acteurs. Cette question est abordée dans ce numéro par l’article de Christel Venzal, laquelle s’interroge plus particulièrement sur les conditions de durabilité des partenariats. Pour cela, un travail de clarification doit être effectué en amont, afin de s’assurer que l’ensemble des acteurs en présence partagent un même projet de territoire : « Due to communication problems, the interaction between academics and politics usually results in direct conflict for the local actors in the geotourism sector. In spite of using the same terms and motives primarily, this is due either to a lack of objectives or to having disparate objectives » (Frey et al., 2006 : 98).

7De manière très claire, les acteurs d’un même territoire n’envisagent pas tous la valorisation des géotopes sous le même angle : alors que pour certains l’attention se porte sur leur protection et la mise en place d’une gestion durable et raisonnée, autrement dit patrimoniale, d’autres perçoivent les géotopes avant tout comme des ressources premières qu’il convient d’exploiter de la manière la plus efficace (et surtout la plus rentable!) possible. Ainsi, si l’on reprend l’exemple du projet de géoparc du Chablais, les jeux d’acteurs et les logiques d’arbitrage soulignent clairement les distorsions qu’il peut y avoir entre les acteurs : dans la phase de démarrage du projet, le maire d’Excenevex (Haute-Savoie) a dans un premier temps soutenu le projet, car il y voyait le moyen d’allonger la saison touristique, de sortir d’une monoactivité et d’attirer de nouveaux types de clientèle. Sa commune, située sur les bords du Léman, possède, en effet, une plage qui a la double particularité d’accueillir plusieurs milliers de touristes chaque année et de présenter des géoprocessus remarquables avec la formation de dunes. Mettre en valeur les processus dunaires avec un fort affichage géopatrimonial aurait permis de diversifier les activités touristiques sur la commune. Par contre, cela aurait également signifié une perte de mètres carrés utiles sur la plage. Pour conclure, à la valorisation de ce géopatrimoine, le maire a clairement préféré maintenir une forte densité de serviettes de plages au mètre carré pendant la saison estivale et s’est retiré du projet de géoparc en 2009. Cet exemple souligne au passage l’importance du registre des représentations associées au géotourisme. Dépassant le seul registre économique, la position d’un acteur est également liée à l’image qu’il associe au géotourisme, aux vertus territoriales positives qu’il prête (ou non) au secteur géotouristique. En termes de jeux d’acteurs, de mise en réseaux, de collaboration et de partenariats, la question des représentations et des projections des uns et des autres est essentielle et ne peut être oubliée.

8Au final, le géotourisme s’inscrit au cœur de logiques multiples, croisant des enjeux de préservation, de développement touristique, d’éducation à l’environnement, de création de lien social et identitaire, autant de facettes d’une volonté de « mieux vivre ensemble ». La définition la plus appropriée du géotourisme ne devrait-elle pas alors combiner la dimension culturelle, esthétique et sociale énoncée dans la définition de l’American National Geographic Society et l’exigence d’un véritable contenu géoscientifique transmis au public ? C’est là sans doute la condition nécessaire pour faire du géotourisme une composante à part entière du tourisme culturel et patrimonial. Les articles retenus pour ce numéro spécial (annoncés dans cette introduction) viendront tour à tour éclairer les différentes facettes du géotourisme et essaieront de circonscrire peu à peu les significations et les portées de ce vocable.    

Top of page

Bibliography

AUDET, C. (1997) « Le classement des paysages culturels en patrimoine mondial », DANS Sciences sociales et espaces protégés, J.-L. LAURENT (dir), séminaire d’Aussois, 154 p.

Avoine, Jacqueset Max Jonin (2010) « Réserves naturelles et patrimoine géologique », Géologie de la France, no 1, p. 11-17.

BIOT, Vincent (2006) « Le tourisme souterrain en France », Karstologia Mémoires, no 15, éd. à compte d’auteur, 236 p.

BUREK, Cynthia V. et Colin D. PROSSER (éd.) (2008) The History of Geoconservation, Londres : Geological Society. 312 p.

Butler,Ron W. (1980) « The concept of a tourist area cycle of evolution: implications for management of resources »,The Canadian Geographer, XXIV-1, p. 5-12.

Cayla, Nathalie (2009) « Le patrimoine géologique de l’arc alpin. De la médiation scientifique à la valorisation géotouristique ». Thèse de doctorat des sciences de la Terre, de l’univers et de l’environnement, Savoie : Université de Savoie, École Doctorale SISEO. 307 p.

CAYLA, Nathalie; Fabien HOBLÉA, etDominique GASQUET (2010) « Guide des bonnes pratiques de médiation des géosciences sur le terrain », Géologie de la France, no 1, p. 47-55.

CAZES, Georges (1992) Fondements pour une géographie du tourisme et des loisirs, Paris : Bréal. 199 p.

Dowling, Ross et David Newsome (2006) « Geotourism’s issues and challenges »,DANS Geotourism, Ross K. DOWLING et David NEWSOME (éd.), p. 242-254. Londres : Elsevier Butterworth Heinemann.

Duval, Mélanie (2007) « Dynamiques spatiales et enjeux territoriaux des processus de patrimonialisation et de développement touristique. Étude comparée des gorges de l’Ardèche et du Karst slovène ». Thèse de doctorat de géographie, Savoie : Université de Savoie. 514 p.

Eder, Wolfgang et Margarete Patzak (2004) « Geoparks — geological attractions: a tool for public education, recreation and sustainable economic development », Episodes, 27/3, p. 162–164.

FERNANDA de LIMA, Flava; José B. BRILHA. et Eduardo SALAMUNI (2010) « Inventorying Geological Heritage in Large Territories: A Methodological Proposal Applied to Brazil », Geoheritage, <http://www.springerlink.com/content/g84371l5585803n2/>.

Frey, Marie-Luise; Klaus Schäfer; Georg Büchelet Margarete Patzak (2006) « Geoparks – a regional, European and global policy », DANS Geotourism, Ross K. DOWLING et David NEWSOME (éd.), p. 95-117. Londres : Elsevier Butterworth Heinemann.

Gates, Alexander E. (2006) « Geotourism : a perspective from the USA », DANS Geotourism, Ross K. DOWLING et David NEWSOME (éd.), p. 157-179.Londres : Elsevier Butterworth Heinemann.

GOETHE, Johann Wolfgang (1961) Voyage en Italie (éd. bilingue), 2 vol., Paris : Aubier. 792 p.

Guiomar, Myette; Marc Floquet et Bernard Bartolini (2010) « De l’inventaire à la valorisation des sites paléontologiques : l’exemple du gisement à ichthyosaure de la Mélaie à Prads Haute-Bléone (Réserve naturelle géologique de Haute-Provence) », Géologie de la France, no 1, p. 101-111.

HOBLÉA, Fabien (2009) « Karstic geomorphosites: managing subterranean natural-cultural heritage sites », DANS Geomorphosites, Emmanuel REYNARD, Paola CORATZA et Géraldine REGOLINI-BISSIG (éd.), p. 189-200. München : Verlag Dr. Friedrich Pfeil.

Hose, Thomas A. (2005) « Geotourism : appreciated the deep time of landscapes », Niche tourism : contemporary issues, trends and cases, Londres : Butterworth-Heinemann, p. 27-28.

Hose, Thomas A. (2006) « Geotourism and interpretation », DANS Geotourism, Ross K. DOWLING et David NEWSOME (éd.), p. 221-241. Londres : Elsevier Butterworth Heinemann.

Hose, Thomas A. (2008) « Towards a history of geotourism: definitions, antecedents and the future », DANS The history of geoconservation, Cynthia V. BUREK et Colin D. PROSSER (éd.), p. 37-60.

JAILLET, Stéphane et Yves PERRETTE (2006) « La grotte touristique, objet de recherche et lieu de médiation », dossier « Grottes touristiques », Espaces, tourisme & loisirs, no 236, p. 33-35.

James, Jane; Ian Clark et Patrick James (2006) « Geotourism in Australia », DANS Geotourism, Ross K. DOWLING et David NEWSOME (éd.), p. 63-77. Londres : Elsevier Butterworth Heinemann.

Jonin, Max et Jacques Avoine (2010) « Sites classes et patrimoine géologique », Géologie de la France, no 1, p. 19-23.

Keever, Patrick ; Jonathan Larwoodet Alan McKirdy (2006) « Geotourism in Ireland and Britain », DANS Geotourism, Ross K. DOWLING et David NEWSOME (éd.), p. 180-197. Londres : Elsevier Butterworth Heinemann.

Kranjc,Andrej (2004) Short history of cave tourism in Slovenia:4th International ISCA Congress, Use of modern technologies in the development of caves for tourism (Postojna : 21-27 octobre 2002), p. 55-60.

LOVELOCK, James (1986) La terre est un être vivant : l’hypothèse Gaïa, Monaco : Le Rocher. 183 p.

Martini, Guy (2010) « Les Géoparcs pour une évolution du concept de territoire », Géologie de la France, no 1, p. 35-40.

Newsome, David et Ross K. Dowling (2006) « The scope and nature of géotourisme », DANS Geotourism, Ross K. DOWLING et David NEWSOME (éd.), p. 3-25. Londres : Elsevier Butterworth Heinemann.

Panizza, Mario et Sandra Piacente (2003) Geomorfologia culturale, Bologne : Pitagora Editrice. 350 p.

Pralong, Jean-Pierre (2006) « Géotourisme et utilisation de sites naturels d’intérêt pour les sciences de la Terre : les régions de Crans-Montana-Sierre (Valais, Alpes suisses) et Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie, Alpes françaises) ». Thèse de doctorat présentée à la faculté des géosciences et de l’environnement, Lausanne : Université de Lausanne. 224 p.

PROSSER, C. D.; C. V.BUREK; D. H. EVANS; J. E. GORDON; V. B. KIRKBRIDE; A. F.RENNIE et C. A. WALMSLEY (2010) « Conserving Geodiversity Sites in a Changing Climate: Management Challenges and Responses », Geoheritage, <http://www.springerlink.com/content/un19014604352068/>.

RANDALL, Carleigh et Rick B. ROLLINS (2009) « Visitor perceptions of the role of tour guides in natural areas », Journal of Sustainable Tourism, 17:3, p. 357-374.

Reimold, Wolf U.; GavinWhitfieldet Thomas Wallmach (2006) « Geotourism potential of southern Africa », DANS Geotourism, Ross K. DOWLING et David NEWSOME (éd.), p. 42-62.Londres : Elsevier Butterworth Heinemann.

Rohn-Brossard, Martine (2006) « Parc naturel, chemin à thème et impact économique, travail de diplôme de formation continue en écologie et en sciences de l’environnement ». Mémoire de maîtrise, Neuchâtel : Université de Neuchâtel. 91 p.

Tongkul, Félix (2006) « Geotourism in Malaysian Borneo », DANS Geotourism, Ross K. DOWLING et David NEWSOME (éd.), p. 26-41. Londres : Elsevier Butterworth Heinemann.

UNESCO (1977) Operational guidelines for the implementation of the world heritage convention, 11 p.

UNESCO (2008) Fiche « Haut lieu tectonique suisse Sardona», <http://whc.unesco.org/fr/list/1179>, consulté le 18 novembre 2010.

Wuttke, M. (2001) « Geotope protection in the Federal Republic of Germany », DANS A future for fossils, H. G. BASSET et al.(éd.), p. 39-41.Cardiff : National Museums & Galleries of Wales.

Zorn, Matija; Bojan Erhartič et Blaz Komac (2009) « La Slovénie, berceau du géotourisme karstique », Karstologia, no 54, p. 1-10.

Zouros, Nikolaus (2005) « Assessment, protection, and promotion of geomorphological and geological sites in the Aegean area », Grèce, Géomorphologie, no 3, p. 227-234.

Top of page

References

Electronic reference

Mélanie Duval and Christophe GAUCHON, « Tourisme, géosciences et enjeux de territoires », Téoros [Online], 29-2 | 2010, Online since 31 December 2012, connection on 27 June 2017. URL : http://teoros.revues.org/870

Top of page

About the authors

Mélanie Duval

Chargée de recherche CNRS
Laboratoire Edytem, Université de Savoie
melanie.duval@univ-savoie.fr

Christophe GAUCHON

Maître de conférences
Université de Savoie
christophe.gauchon@univ-savoie.fr

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org