Skip to navigation – Site map
Chroniques

Développement et tourisme : une relation durable

François Bédard and Boualem Kadri
p. 70-72

Abstract

Depuis les années 1990, le processus international d’aide au développement favorise le tourisme comme outil stratégique d’appui à un développement durable. Désormais, le développement est reconnu comme devant être durable dans ses dimensions environnementale, économique et sociale. De grandes organisations internationales contribuent depuis plusieurs décennies à construire la relation entre développement et tourisme. Pour illustrer la contribution des membres du CIFORT, nous présenterons sous la forme d’encadrés, deux projets de développement par le tourisme : le développement de programme en tourisme et la formation d’enseignants au Viêt-Nam, et la mise en valeur du patrimoine culturel et religieux au Mexique. La contribution à une prise de conscience de la nécessité d’un développement du tourisme durable ne mobilise pas seulement les institutions, mais aussi les étudiants dans leurs projets pédagogiques (cas de l’ITHQ).

Top of page

Index terms

Top of page

Editor's notes

À l’époque de la publication de ce texte, Téoros était une revue de transfert.  Plusieurs des textes présentés pour ce numéro n’ont pas été soumis à l’évaluation par les pairs.

Full text

  • 1  Sommet de la Terre, à Rio en 1992, [http://www.un.org/french/events/rio92/rio-fp.htm].
  • 2  Sommet mondial sur le développement durable à Johannesburg, en 2002, [http://www.un.org/french/eve (...)
  • 3  Centre international de formation et de recherche en tourisme.

1Depuis les années 1990, le processus international d’aide au développement favorise le tourisme comme outil stratégique d’appui à un développement durable. Désormais, le développement est reconnu comme devant être durable dans ses dimensions environnementale, économique et sociale (Rio, 19921, Johannesburg, 2002 ) et le tourisme, en tant qu’activité économique, participe à cette vision (Charte du tourisme durable, 19952; Code mondial d’éthique du tourisme, 1999). Des grandes organisations  internationales, des institutions universitaires et des initiatives individuelles s’inscrivent dans cette dynamique internationale, contribuant ainsi à renforcer la relation entre développement et tourisme. Dans ce texte nous présentons deux types de contribution : celle institutionnelle, incarnée par de grandes organisations internationales et les membres du CIFORT3, et celle individuelle, représentée par l’initiative d’un groupe d’étudiants en tourisme et hôtellerie de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ).

La contribution des grandes organisations internationales

2De grandes organisations internationales, tels l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), la Banque mondiale, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED), contribuent depuis plusieurs décennies à construire la relation entre développement et tourisme.

  • 4  Le Code mondial d’éthique du tourisme a été approuvé par l’Assemblée générale de l’OMT en 1999.
  • 5  Ce forum, organisé par l’OMT en collaboration avec son Conseil de l’éducation et la George Washing (...)

3L’Organisation mondiale du tourisme a grandement contribué à l’insertion du tourisme dans le processus de développement. D’une part, à travers un encadrement juridique et éthique et, d’autre part, à travers une promotion du tourisme en tant qu’outil de développement socioéconomique. Notons ici l’apport  considérable des différentes chartes et déclarations sur le tourisme, de même que celui de l’organisation annuelle de la Journée mondiale du tourisme qui consacre l’universalité du tourisme en tant que facteur essentiel à la conservation des héritages culturels et naturels (1984), au développement durable (1993), à l’écotourisme (2002). Les années 2000 voient l’OMT apporter une autre dimension à la relation entre tourisme et développement, en faisant adopter le Code mondial d’éthique du tourisme par l’ONU (2001)4 et en organisant un Forum sur les politiques touristiques, qui a pour thème « le tourisme comme stratégie de développement durable pour les pays les moins avancés »5, où deux projets des membres du CIFORT ont été présentés. Il s’agit, d’une part, du projet sur le Honduras intitulé « L’accroissement de la capacité des universités honduriennes à appuyer le développement des communautés locales défavorisées dans une perspective de développement durable » et, d’autre part, du projet relatif au développement du tourisme au Viêt-nam dans le cadre du Programme d’appui au développement institutionnel et régional en gestion (DIREG).

  • 6  David Davis, responsable du tourisme à la Banque mondiale, en 1968 (Harris).
  • 7  Une sélection des études présentées lors de ce cycle a fait l’objet d’un ouvrage paru en 1979 (De (...)
  • 8  À ce sujet, consulter le site de la Banque mondiale, [www.worldbank.org/projects].

4La Banque mondiale, dès les années 1960, considérait le tourisme comme « un véritable moteur du développement »6 pour les pays les moins avancés. Cela s’est traduit, par exemple, par un programme de financement d’infrastructures et par un partenariat avec l’UNESCO en 1976 pour l’organisation d’un cycle d’études sur le tourisme afin de démontrer l’importance de cette activité7. La Banque mondiale considère toujours le tourisme comme un support au développement. On remarquera, par exemple, dans la période 1993-2001 que, sur vingt-trois projets considérés et liés au tourisme, cinq sont libellés « tourisme », les autres étant identifiés par le vocable « en lien avec le tourisme », par exemple : gestion de l’environnement, patrimoine culturel, etc.8

5Le Programme des Nations unies pour le développement  (PNUD) a contribué, dès les années 1960, à l’essor du tourisme par la formation hôtelière et la mise en oeuvre de plans de développement touristique, notamment en Afrique, mais aussi en Asie et en Amérique latine. La participation, en 1995, de l’OMT au programme du PNUD, en tant qu’agent d’exécution, a permis de multiplier les actions visant l’expansion du tourisme dans les pays en développement.

6La Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED), créée pour promouvoir le commerce international, porte un intérêt au tourisme comme outil de développement et incite les États à l’intégrer dans leurs programmes. Le tourisme trouve un espace d’expression permanent au sein de sa « Commission entreprises et facilitation du commerce et du développement ». Par ailleurs, en partenariat avec l’OMT, la CNUCED cible l’objectif de réduire la pauvreté, notamment en Afrique, en mettant en place « un nouveau cadre destiné à aider les pays en développement et les pays les moins avancés à renforcer, grâce au tourisme durable, leur développement social, leur participation au commerce international des services et leur lutte contre la misère » (OMT, 2002).

  • 9  Interview du secrétaire général de l’OMT, Francesco Frangialli dans le quotidien Le Monde du 17 ju (...)

7Ainsi, le rapport entre développement et tourisme devient si étroit que le secrétaire général de l’OMT déclarait en juillet 2003, dans une entrevue au quotidien Le Monde, que « le concept de développement durable s’applique particulièrement bien au tourisme. On dirait qu’il a été inventé pour lui »9.

8Le CIFORT et ses membres participent, à travers quelques grands projets, à exprimer ce caractère de durabilité dans la relation entre développement et tourisme.

La contribution des membres du CIFORT

9Pour illustrer la contribution des membres du CIFORT, nous présentons ci-dessous, sous la forme d’encadrés, deux projets de développement par le tourisme : le développement de programme en tourisme et la formation d’enseignants au Viêt-Nam, et la mise en valeur du patrimoine culturel et religieux au Mexique.

10L’encadré 1 présente les grandes lignes d’un projet de recherche- action à Cholula, initié par le CIFORT et l’Universidad de Las Americas (UDLA), Puebla, avec la collaboration de la Chaire du Canada en patrimoine urbain et de l’INRS-Urbanisation, culture et société. Le projet porte sur la mise en valeur du patrimoine culturel et religieux de Cholula au Mexique et la réalisation d’un plan de développement des infrastructures d’accueil.

Encadré 1 : Développement du tourisme social et durable et revitalisation du patrimoine urbain et culturel à Cholula, Mexique

Encadré 1 : Développement du tourisme social et durable et revitalisation du patrimoine urbain et culturel à Cholula, Mexique

11L’encadré 2 résume les résultats d’un projet réalisé dans le cadre du Programme d’appui au développement  institutionnel et régional en gestion (DIREG) au Viêt-Nam. Initié par le Centre d’études et de recherche sur le Viêt-Nam (CÉREV) de l’ESG – UQAM dirigé par Guy Goulet, ce projet reçoit l’appui financier de l’UQAM et de l’Agence canadienne de développement international (ACDI) pour la période 2000-2005.

Encadré 2 : Centre d’étude et de recherche sur le Viêt-Nam (CEREV)

Programme d’appui au développement institutionnel et régional en gestion (DIREG) au Viêt-Nam

Programme d’appui au développement institutionnel et régional en gestion (DIREG) au Viêt-Nam

La contribution des étudiants de tourisme et d’hôtellerie de l’ITHQ

12La contribution à une prise de conscience de la nécessité d’un développement du tourisme durable ne mobilise pas seulement les institutions, mais aussi les étudiants dans leurs projets pédagogiques. Ainsi, des étudiants de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) ont organisé, le 25 mars 2004, une soirée de discussion sur le thème « Le tourisme durable et responsable au Québec ». Cet événement, qui rassemblait des intervenants touristiques, des enseignants et des étudiants, visait à dresser un portrait global du développement du tourisme durable au Québec.

13Trois conférenciers ont animé la séance. Maurice Couture, consultant en tourisme, a développé le thème « tourisme durable et éducation » et montré les exigences de durabilité dans le tourisme et l’engagement encore insuffisant des institutions d’enseignement en matière de tourisme durable. Louise Séguin, chef de produit à Tourisme Québec, a exposé les orientations et le plan d’action 2003-2008 du ministère en matière d’écotourisme et de tourisme nature au Québec. Ce document de référence pour le développement d’un tourisme durable met en valeur la réalité d’une responsabilité collective dans ce développement. Enfin, Normand Gariépy, directeur général du Centre local de développement de la MRC d’Autray, a présenté une étude de cas sur le plan directeur de développement écotouristique de la réserve mondiale de la biosphère du lac Saint-Pierre.

Conclusion

  • 10  Interview du secrétaire général de l’OMT, Francesco Frangialli, dans le quotidien Le Monde du 17 j (...)

14Depuis les années 1990, la préoccupation d’adapter les principes du développement durable se fait de plus en plus évidente par la succession des encadrements éthiques et politiques, la participation des universités aux projets de recherche-action et la prise de conscience des communautés et des individus. Le tourisme se présente comme un terrain favorable à l’observation et à l’application de tels principes. Et, comme l’observe le secrétaire général de l’OMT, « le développement durable représente l’horizon du tourisme mondial – non comme une entrave à sa croissance, mais au contraire comme la garantie de son succès dans la durée »10.

Top of page

Bibliography

Charte du tourisme durable (1995), [http://www.insula.org/tourism/version.htm].

Code mondial d'éthique du tourisme (1999), [http://www.world-tourism.org/code_ethics/fr.html]. De Kadt, Emmanuel Jehuda (1979), Tourisme : passeport pour le développement. Regards sur les effets culturels et sociaux du tourisme dans les pays en développement, Paris, Économica.

Harris, Jean-Pierre (1992), « Une institution intergouvernementale spécialisée : l'Organisation mondiale du tourisme », dans Jean-Luc Michaud (dir.) Tourismes Chances pour l'économie, risque pour les sociétés ?, Paris, Presses Universitaires de France, p. 247-273.

OMT (2002), L’OMT et la CNUCED vont lutter ensemble contre la pauvreté, Communiqué de presse, juillet 2002, [www.world-tourism.org/ francais/Releases/more_releases/juillet2002/unctad].

Top of page

Notes

1  Sommet de la Terre, à Rio en 1992, [http://www.un.org/french/events/rio92/rio-fp.htm].

2  Sommet mondial sur le développement durable à Johannesburg, en 2002, [http://www.un.org/french/events/wssd/coverage/summaries/envdev33.htm].

3  Centre international de formation et de recherche en tourisme.

4  Le Code mondial d’éthique du tourisme a été approuvé par l’Assemblée générale de l’OMT en 1999.

5  Ce forum, organisé par l’OMT en collaboration avec son Conseil de l’éducation et la George Washington University, s’est tenu du 18 au 20 octobre 2004 à Washington DC. Quelque 400 intervenants (décideurs politiques, gens d’affaires, représentants d’agences de développement, formateurs, experts en gestion, etc.) y ont participé.

6  David Davis, responsable du tourisme à la Banque mondiale, en 1968 (Harris).

7  Une sélection des études présentées lors de ce cycle a fait l’objet d’un ouvrage paru en 1979 (De Kadt).

8  À ce sujet, consulter le site de la Banque mondiale, [www.worldbank.org/projects].

9  Interview du secrétaire général de l’OMT, Francesco Frangialli dans le quotidien Le Monde du 17 juillet 2003, [http://www.guide-interprete.com/tourisme_durable.htm], consulté en octobre 2004.

10  Interview du secrétaire général de l’OMT, Francesco Frangialli, dans le quotidien Le Monde du 17 juillet 2003, [http://www.guide-interprete.com/tourisme_durable.htm], consulté en octobre 2004.

Top of page

List of illustrations

Title Encadré 1 : Développement du tourisme social et durable et revitalisation du patrimoine urbain et culturel à Cholula, Mexique
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/770/img-1.jpg
File image/jpeg, 332k
Title Programme d’appui au développement institutionnel et régional en gestion (DIREG) au Viêt-Nam
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/770/img-2.jpg
File image/jpeg, 199k
Top of page

References

Bibliographical reference

François Bédard and Boualem Kadri, « Développement et tourisme : une relation durable », Téoros, 23-3 | 2004, 70-72.

Electronic reference

François Bédard and Boualem Kadri, « Développement et tourisme : une relation durable », Téoros [Online], 23-3 | 2004, Online since 01 January 2011, connection on 26 April 2017. URL : http://teoros.revues.org/770

Top of page

About the authors

François Bédard

Directeur du CIFORT, Professeur, Université du Québec à Montréal

By this author

Boualem Kadri

Adjoint de recherche au CIFORT, Chargé de cours

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org