Skip to navigation – Site map

La revue de recherche en tourisme Téoros : un outil au service de la création du savoir en tourisme

Louis Jolin

Full text

  • 1  Connu maintenant sous le nom de baccalauréat en gestion du tourisme et de l’hôtellerie.

1Téoros a vu le jour en 1981, à l’Université du Québec à Montréal. Le programme de baccalauréat en gestion et intervention touristiques1  n’avait alors que trois ans d’existence. C’était aussi une période de forte effervescence dans le secteur touristique québécois : Sommet du tourisme en 1978, réunissant pour une première fois l’ensemble des acteurs concernés, naissance du réseau des associations touristiques régionales, création de programmes de formation professionnelle aux divers ordres d’enseignement, adoption de nouvelles lois, dont la Loi sur l’aide au développement touristique.

2Quelques professeurs de l’UQÀM ont cru bon de lancer des « cahiers de recherche en tourisme » afin d’accompagner la formation universitaire naissante et cette ébullition dans le monde du tourisme québécois, mais l’idée des « cahiers de recherche » a vite cédé le pas à la fondation d’une véritable revue. Compte tenu de l’état embryonnaire de la recherche en tourisme, Téoros s’est présentée à sa création comme une revue de transfert. Dans le monde des revues savantes, du moins au Québec, on fait la distinction entre la revue de transfert et la revue de recherche à proprement parler, la première, comme son nom l’indique, visant la diffusion du savoir qui peut être utile à l’action et à l’intervention, la deuxième cherchant à faire connaître des recherches originales réalisées selon les règles de l’art.  

De la diffusion à la création du savoir

3Dès sa création, Téoros s’est donc définie et fut reconnue comme une revue de transfert, privilégiant la diffusion des connaissances à la création du savoir… Téoros a cherché à faire connaître les recherches appliquées, les efforts de compréhension du phénomène touristique, les perspectives utiles à l’action et à l’intervention dans tous les domaines reliés au tourisme. Comme diffuseur du savoir, Téoros a voulu rejoindre un lectorat élargi constitué de professeurs, de chercheurs, mais aussi d’étudiants et de professionnels engagés dans l’action.

4Tout en faisant connaître les travaux et les réflexions des chercheurs, mais aussi ceux des professionnels qui souhaitaient présenter leurs propres analyses du phénomène touristique, la revue devint ainsi un miroir des évolutions dans la création d’un savoir sur le phénomène touristique, un accompagnateur des tentatives de divers ordres pour clarifier et définir le tourisme dans toutes ses dimensions et un facilitateur pour les chercheurs et les professionnels qui cherchaient à faire entendre leur voix.

5Progressivement, avec les années, Téoros a permis de rassembler une foule d’information, de données et d’idées qui, s’ajoutant les unes aux autres souvent de manière complémentaire, ont constitué la base d’un nouveau savoir, l’approche thématique privilégiée par Téoros pour chaque numéro ayant favorisé cette évolution comme créateur du savoir.

6Téoros, sans rejeter sa vocation initiale d’organe de transfert, contribue de plus en plus à l’avancement des connaissances sur le tourisme, s’ouvrant aux manuscrits originaux, conçus et présentés selon les exigences habituelles de la démarche scientifique, soumis sous l’anonymat à des comités de lecture. Dans les premières années, Téoros ne soumettait pas les articles reçus à des comités de lecture, bien que tous les articles étaient évalués par le coordonnateur du dossier thématique et par le directeur de la revue. Et puis quelques articles d’analyse, présentés librement par des auteurs, furent soumis à l’évaluation par des pairs. Enfin, à compter de la publication de l’automne 2008, tous les articles, à l’exception des chroniques régulières, seront évalués sous l’anonymat par des comités de lecture, même ceux qui font partie du dossier thématique. Ce changement n’est possible que parce qu’il existe davantage de recherches sur le tourisme, qui visent à faire avancer les connaissances dans le domaine, et non seulement des recherches dans le tourisme effectuées dans le but de comprendre les enjeux auxquels est confronté le secteur industriel. Téoros devient donc maintenant une véritable revue de recherche à proprement parler !

La co-construction du savoir

7Le savoir peut être constitué par les travaux des chercheurs universitaires, mais aussi par les professionnels engagés dans l’action. Téoros, dès le début, a ouvert ses pages aux professionnels, invités à faire soit des bilans d’intervention, soit un retour critique sur les expériences vécues, soit des propositions pour améliorer l’action. Là encore, l’approche thématique de la revue a favorisé la rencontre et la complémentarité des points de vue, ceux des chercheurs universitaires comme ceux des professionnels, pour mieux cerner une problématique particulière.

8Une évolution s’est cependant fait sentir dans la contribution des professionnels au fil des ans, de simples témoignages dans les premières années de Téoros à des analyses, à des retours critiques approfondis, à des essais structurés, par la suite. Téoros encourage non seulement le partage du savoir, mais sa co-construction, comprise comme un savoir élaboré par l’apport des chercheurs universitaires et des professionnels. Ce défi n’est pas toujours facile à relever : comment adapter aux professionnels du terrain les exigences habituelles de la démarche scientifique ? Comment tenir compte dans l’élaboration de ces exigences de la nature spécifique du savoir provenant des praticiens ? Comment concilier les exigences d’une recherche sur le tourisme et d’une recherche dans le tourisme ? Le défi de Téoros est de maintenir cet accès aux professionnels tout en faisant évaluer les articles par des comités de lecture.

L’ouverture du savoir

9Ce qui fait la caractéristique de Téoros, c’est que la revue n’est prisonnière d’aucune chapelle, d’aucun paradigme ni d’aucune discipline. Téoros se veut une revue ouverte, pluridiciplinaire. La revue privilégie une démarche scientifique solide, mais diverses approches méthodologiques sont les bienvenues. Les résultats d’études quantitatives comme ceux provenant de la recherche qualitative, l’examen critique comme l’essai y sont publiés.

10Téoros est une revue en langue française, même si, par souci d’ouverture et pour établir des passerelles avec la recherche provenant du monde anglo-saxon, elle a ouvert ses pages à quelques reprises à des articles en langue anglaise, publiés en anglais ou traduits. Quelques articles écrits en langue espagnole ont également été publiés après avoir été traduits en français.

L’intégration du savoir

11La revue est plus multidisciplinaire qu’interdisciplinaire. Néanmoins, les dossiers thématiques favorisent l’interdisciplinarité, même si peu de dossiers publiés furent des projets « authentiquement interdisciplinaires ».

  • 2  Expressions employées par Georges Cazes dans un document non publié (14 p.) présentant le projet d (...)

12Par rapport à la problématique générale de la recherche en tourisme et de la science du tourisme, Téoros est devenue progressivement pour le Québec, voire pour la francophonie, « un lien et un lieu »2 qui brisent l’isolement des chercheurs et l’émiettement de la recherche en tourisme. Téoros peut contribuer à l’intégration du savoir. Elle l’a fait à maintes occasions, prolongeant sa mission première par la publication d’actes de colloques, voire par l’organisation de colloques et de conférences. Téoros s’inscrit dans « un effort collectif de clarification, de définition et de délimitation » des champs de recherche et par « la construction d’un bagage linguistique commun », pour reprendre les expressions de Georges Cazes dans son texte sur le G.D.R. Tourisme – lieux et réseaux.

13En ce sens, elle est devenue un outil de premier plan au service d’une science touristique émergente. Elle tend la main à la recherche fondamentale, mais refuse de l’opposer à la recherche appliquée. L’une des forces de la recherche en tourisme ne serait-elle pas de transgresser les frontières disciplinaires et de combiner les approches et les paradigmes ? Le parcours de Téoros, sur plus d’un quart de siècle, en est justement la traduction vivante !

Top of page

Notes

1  Connu maintenant sous le nom de baccalauréat en gestion du tourisme et de l’hôtellerie.

2  Expressions employées par Georges Cazes dans un document non publié (14 p.) présentant le projet de création d’un groupement de recherche G.D.R. Tourisme–lieux et réseaux. Le G.D.R. a été créé en 1997.

Top of page

References

Electronic reference

Louis Jolin, « La revue de recherche en tourisme Téoros : un outil au service de la création du savoir en tourisme », Téoros [Online], 27-1 | 2008, Online since 01 February 2012, connection on 26 April 2017. URL : http://teoros.revues.org/340

Top of page

About the author

Louis Jolin

Professeur au Département d’études urbaines et touristiques de l’UQAM
 

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org