Skip to navigation – Site map
Chroniques

Entretien avec Godefroy Desrosiers-Lauzon, professeur associé au Département d’histoire de l’UQAM

Dans les coulisses de la science
Alain Adrien GRENIER

Full text

1À l’occasion de son dossier spécial sur le tourisme résidentiel, Téoros propose à ses lecteurs un entretien avec Godefroy Desrosiers-Lauzon, professeur associé au Département d’histoire de l’Université du Québec À Montréal (UQAM).

2Godefroy Desrosiers-Lauzon détient un doctorat en histoire américaine de l’Université d’Ottawa (2008). Sa thèse, Florida’s Snowbirds – Spectacle, Mobility, and Community since 1945 (McGill-Queen’s University Press, 2011), a notamment remporté en 2012 le prix Charlton Tebeau de la Florida Historical Society. Il enseigne à titre de chargé de cours à l’Université d’Ottawa, à l’Université de Montréal ainsi qu’à l’UQAM.

Illustration 1 : Godefroy Desrosiers-Lauzon

Illustration 1 : Godefroy Desrosiers-Lauzon

Source : L’auteur

3AG : Votre thèse connaît un grand succès. Comment avez-vous construit votre projet ?

4GDL : Je suis très heureux de l’accueil qu’a reçu ma thèse. La construction ? Tous les diplômés de maîtrise ou de doctorat ont une histoire à raconter sur leur choix de sujet. Il est tout à fait légitime que celui-ci soit le résultat d’une conversation ou d’un processus dialectique avec son superviseur ou sa directrice de recherche. Ça permet d’arriver à des choix de recherche qui ne sont pas ceux de nos directeurs. Dans mon cas, il faut se situer au début des années 1990. Nous marchions vers le référendum d’octobre 1995 et c’était difficile pour moi de ne pas orienter mes recherches sur le destin de la nation québécoise. Entre juin 1990 et le référendum, j’en ai mangé ! Après il fallait que je passe à autre chose. Inspiré par les cours de Paul-André Linteau, Jean-Claude Robert, Joanne Burgess et Jean-Marie Fecteau à l’UQAM, je m’intéresse alors à l’histoire de la ville. En parallèle, je m’oriente vers les États-Unis, pour m’éloigner un peu du Canada. Je rédige donc mon mémoire (maîtrise) sur l’histoire urbaine des États-Unis. C’est là que se dessine ce qui va être la thèse : en réaction à la « grande » politique nationale, une attention à l’infrapolitique – aux conditions de la vie des collectivités, milieux de vie, sociabilités, manières d’habiter.

5À l’Université d’Ottawa, je propose à mon superviseur, Donald Davis, de travailler sur la maison mobile. Il me répond qu’il serait plus intéressant de parler de conflits de classes sociales en plaçant mon objet à la rencontre de différents groupes sociaux, de différentes classes, cultures, ethnicités, etc. En cherchant des données statistiques sur les maisons mobiles, je tombe sur la Floride, là où il y en a le plus. Cela m’amène au phénomène du tourisme résidentiel hivernal, dans le Sud des États-Unis.

6AG : Malgré une approche historique, vous ne vous en tenez pas à l’histoire de la communauté québéco-canadienne en Floride.

7GDL : Non. D’autres le faisaient. Je voulais savoir ce qu’une communauté migrante induit dans son milieu d’accueil, et il fallait alors que je tienne compte de l’industrie touristique-résidentielle en général, et des relations entre les communautés migrantes à destination – francophones avec Anglo-Canadiens, avec Étatsuniens. Je voulais aussi savoir ce que la communauté migrante induit dans son pays d’origine, autrement dit : Que font les snowbirds au Québec ? Quel est leur impact sur le Québec ? Vous voyez alors les questions qui peuvent en découler : Que font les Anglais de la Costa Del Sol à l’Angleterre ? Quel est l’impact de la diaspora italienne sur l’Italie ? Qu’est-ce qui advient d’un territoire qui se vide pour aller en alimenter un autre ? Ces questions ne sont pas exclusives au tourisme. C’est un sujet qui est richement informé de géographie et de sociologie. J’ai choisi d’étudier des questions sociologiques suivant une approche historique en employant une méthode de recherche inspirée de l’ethnologie.

8AG : En quoi consiste cette méthode ?

9GDL : En gros, elle consiste à parler des formes et de la mise en forme de la culture et des institutions culturelles d’une communauté. Qu’est-ce que ça fait aux touristes résidentiels de partager des traits culturels dans leur milieu d’adoption ? Les Québécois le font, en Floride, pour faire communauté, pour vivre ensemble. C’est dans ma thèse : ça se fait pour vivre avec l’isolement ; ça se fait pour vivre avec la différence linguistique ; ça se fait par des entrepreneurs touristiques à la recherche d’une clientèle.

10AG : En tourisme, on a tendance à tout définir – parfois trop même. Vous n’avez pas senti le besoin de définir le snowbird dans votre thèse. Pourquoi ?

  • 1 . Entre autres Salazar, Noel B., 2016, « Afterword », dans Jillian Rickly, Kevin Hannam et Mary Mos (...)

11GDL : Je n’ai pas fait de définition si claire. Je me suis dit qu’un séjour d’au-delà de six semaines suffirait à identifier le snowbird. On peut s’entendre sur le fait qu’un séjour de deux semaines se rapporte davantage au tourisme. Sur le plan statistique, on travaille avec des rapports annuels de l’État de Floride et des gouvernements canadiens (fédéral et provinciaux). On y voit que la majorité des séjours sont courts : alors où trace-t-on la ligne ? Je trouve ça intéressant les définitions, mais avec les données que j’avais, tracer une ligne ne répondait pas à une question intéressante. Du coup, quand on regarde le même phénomène ailleurs dans le monde, on se rend compte qu’il y a une variété de justifications à ces résidents hivernaux. Certains sont établis à long terme, d’autres de façon saisonnière. Ils ne sont pas tous des villégiateurs ou des touristes résidentiels. Selon Noel Salazar de l’Université de Louvain1, plusieurs migrants qui espèrent travailler au soleil se retrouvent aussi dans des précarités parfois assez impressionnantes. Avec le temps, des communautés implantées de longue date ont un rapport avec la mère patrie qui est de plus en plus complexe. Ainsi, en avançant vers la définition, n’est-on pas surtout en train de la complexifier ? C’est peut-être une nécessité des études supérieures. Mais n’oublions pas que la définition crée des catégories et qu’il y a une fluidité entre les catégories, de touriste à hivernant, de touristique à résidentiel, entre touriste de court terme et de long terme. Mes snowbirds m’ont donné toute cette richesse. Il y a ces Franco-Américains, par exemple, qui ont immigré entre les deux guerres. Il y a des travailleurs de la construction, des joueurs de hockey, des membres de la colonie artistique. Et puis il y a tous ceux qui y vont d’abord de façon saisonnière et qui s’y établissent finalement de façon permanente, souvent comme entrepreneurs dans le tourisme résidentiel. Ainsi, nos touristes canadiens, en Floride, se transforment en travailleurs saisonniers, entrepreneurs saisonniers, résidents à temps plein. Ils se transforment en Américains, en fondant famille, en fondant entreprises, en s’enracinant.

12AG : On ne parle donc pas que de retraités ?

  • 2 . Thériault, Joseph-Yvon, 2002, Critique de l’américanité. Mémoire et démocratie au Québec, Montréa (...)

13GDL : Tout à fait. C’est un effet de l’accessibilité de la destination – l’accessibilité physique et matérielle, la capacité de payer des candidats au tourisme et à l’immigration, les réseaux sociaux et d’information qui permettent d’acquérir les moyens cognitifs et sociaux pour s’y implanter. Il y a des événements sociopolitiques qui vont attirer l’attention sur des destinations. Le nationalisme canadien a attiré l’attention sur l’exode du capital vers les États-Unis, sur l’exode des cerveaux. Le nationalisme québécois aura attiré l’attention sur l’attraction des États-Unis et la familiarité des Québécois avec nos voisins, en contraste avec le reste du Canada. René Lévesque [premier ministre du Québec entre 1976 et 1985] disait être plus à l’aise aux États-Unis qu’au Canada. D’autres ont dit la même chose. Le retraité qui a une bonne caisse de retraite, qui a du temps à lui, peut se permettre d’aller passer du bon temps au soleil. Donnez-lui en plus la facilité d’émigrer et des raisons de s’opposer à son gouvernement, et vous avez des communautés migrantes aux « intentionnalités » complexes, suivant le mot de Joseph-Yvon Thériault2.

14AG : Nos snowbirds sont en fait la transposition « moderne » des villégiateurs des XVIIIe et XIXe siècles, à une différence près : les jeunes traversent pareillement la frontière pour le plaisir, mais aussi pour s’y enrichir. Qu’est-ce qui les ramène alors à la maison ? Pourquoi ne migrent-ils pas de façon permanente ?

15GDL : Il y a un cadre règlementaire qui limite le séjour touristique. La résidence permanente est difficile d’accès, mais ne l’était pas dans les années 1970. Il y a par exemple un cadre règlementaire pour la couverture des soins de santé, qui s’est resserré au début des années 1990. La raison de partir est toujours plus facile à démontrer que celle du retour. Les raisons de partir sont communes à tous les villégiateurs : tout cela remonte au changement de discours sur la nature et l’hygiène qui alimente la villégiature. La nature est alors reconstruite dans le discours comme étant désirable. Il y a la recherche d’une vie plus simple et le rejet de l’urbanisme. Cela se fait partout en Occident et cela a produit la banlieue, les vacances, la villégiature, tout un discours sur la santé, le sport et l’activité physique. En posant la question des motivations des hivernants, j’ai trouvé une réponse en termes de théorie des migrations. Une communauté migrante va conserver sa distinction particulièrement en étant liée à la mère patrie. Si ce lien est constant, c’est-à-dire s’il est lié et alimenté par des réseaux sociaux, des moyens de communication avec la communauté de départ, le migrant saisonnier va demeurer ce qu’il est – un nordique dans le cas des Québécois.

16AG : Dans un type d’étude comme celui-ci, comment s’effectue le travail de recherche sur le terrain, sachant que les acteurs que l’on veut étudier et interroger sont en vacances – ils ne veulent pas être dérangés ?

  • 3 . Harney, Robert, 1989, « The Palmetto and the Maple Leaf: Patterns of Canadian Migration to Florid (...)

17GDL : Il y a d’autres façons de procéder. J’ai fait un séjour de recherche plus qu’un « terrain ». J’avais déjà beaucoup de matériel « historien », notamment avec l’actualité concernant les snowbirds et les touristes québécois et canadiens en Floride. Cette actualité discute avec passion de la perception de l’hiver, du taux de change, de la couverture médicale à l’étranger, du libre-échange, de l’évolution urbaine du Sud de la Floride affectant les hivernants, dont la peur de la criminalité. J’avais accès à ce que l’historien Robert Harney appelait « l’intelligentsia organique3 » de la communauté des snowbirds et des entrepreneurs touristiques, c’est-à-dire les experts en voyage des grands quotidiens montréalais et torontois ; en Floride les hôteliers, les chambres de commerce, les agents immobiliers, etc. Ce sont des gens qui ont l’expérience du terrain qui ont fait une réflexion sur le loisir, ce que c’est d’être Québécois et Canadien et ce qui explique ce phénomène de migration saisonnière.

18AG : Mais alors comment se protège-t-on, comme chercheur, de l’envie de reproduire l’opinion des autres ? Car les données que vous obtenez de ces acteurs sont déjà en partie analysées. Les données ne sont pas complètement brutes.

19GDL : Il est vrai que ces mini-intelligentsia et entrepreneurs ont aussi des intérêts économiques, professionnels ou sociopolitiques dans leurs prises de position, mais c’est facile à filtrer à mon avis. Je fais alors un montage théorique qui permet de placer les points de vue en perspective – la perspective que j’ai construite. Je superpose à cette analyse événementielle à court terme, c’est-à-dire ce qui motive les snowbirds depuis le début des années 1990, ma grille d’analyse sur l’histoire de l’immigration, sur la formation des communautés migrantes, et la logique du marché du développement résidentiel. Je ne vais pas directement vers les sujets avec des questions naïves issues des médias. Les questions pointues viennent d’une bonne lecture de la théorie et d’une bonne lecture de l’actualité. Une question pointue, par exemple, porte sur le cycle de vie ou d’évolution du projet migratoire de ces gens-là. Ça c’est riche. C’est dans les témoignages des « courtiers » en migration, de l’intelligentsia organique de la communauté ou des fondateurs du journal Le Soleil de Floride qu’on gagne le plus, je pense, à faire du terrain. Il ne faut pas hésiter à prendre des raccourcis qui sont justifiés par la construction théorique. Ce n’est pas un handicap de la recherche que d’aller vers l’information la plus accessible, parce que sa production et son organisation sont elles-mêmes riches à analyser.

20AG : Et que nous dit le phénomène du tourisme résidentiel sur la société que l’on quitte ?

21GDL : L’existence des snowbirds et du tourisme saisonnier met en perspective la possibilité d’un ailleurs meilleur qui met en relief la pauvreté de la condition d’ici. Pourquoi, forts de notre modernité, forts de tout notre confort moderne, continue-t-on à ne pas aimer l’hiver au Québec, alors que la technologie aurait dû égaliser les conditions climatiques ? On dirait que la modernité a exacerbé la distinction climatique qui fonde l’espèce de « topophilie québécoise et canadienne » qui explique le rapport des Québécois au Québec et des Canadiens au Canada.

22AG : Quelques années après sa thèse, que reste-t-il ?

23GDL : Mes snowbirds m’ont permis de m’intéresser à une panoplie de sujets connexes – l’histoire sociale du XXe siècle, l’histoire urbaine et des migrations, la civilisation de l’automobile, la transformation économique du Sud des États-Unis, qui alimentent aujourd’hui mon enseignement. Tous les directeurs et directrices de thèse vont le dire : il n’y a pas de petit sujet de thèse, pourvu que ces petits sujets touchent à de grosses questions. Il ne faut pas avoir peur d’aborder les grosses questions, à partir de sujets tangents. En ce sens-là, il n’y a pas de petit sujet. Si vous travaillez suffisamment, vous aller vous poser de grosses questions. Vous allez toucher à de grandes questions. Et puis il y a toutes les autres questions qu’on aimerait aborder dans des projets subséquents.

24AG : Le sujet ne vous quitte donc pas ?

25GDL : Entre les cours et les conférences, je gagne ma vie avec mon sujet ! On en vient à voir les ponts entre sa thématique de recherche et les sujets qu’on enseigne. Je suis devenu un américaniste, c’est-à-dire un spécialiste des États-Unis, qui travaille sur les flux touristiques et la construction des communautés en milieu urbain.

Top of page

Notes

1 . Entre autres Salazar, Noel B., 2016, « Afterword », dans Jillian Rickly, Kevin Hannam et Mary Mostafanezhad (dir.), Tourism and Leisure Mobilities: Politics, Work, and Play, Londres, Routledge, p. 248-252.

2 . Thériault, Joseph-Yvon, 2002, Critique de l’américanité. Mémoire et démocratie au Québec, Montréal, Québec/Amérique, « Les classiques des sciences sociales », <classiques.uqac.ca/contemporains/theriault_joseph_yvon/critique_de_americanite/critique_de_americanite.html>, consulté en août 2017.

3 . Harney, Robert, 1989, « The Palmetto and the Maple Leaf: Patterns of Canadian Migration to Florida », dans Randall M. Miller et George E. Pozzetta (dir.), Shades of the Sunbelt: Essays on Ethnicity, Race, and the Urban South, Boca Raton, Florida Atlantic University Press.

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1 : Godefroy Desrosiers-Lauzon
Credits Source : L’auteur
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3103/img-1.jpg
File image/jpeg, 69k
Top of page

References

Electronic reference

Alain Adrien GRENIER, « Entretien avec Godefroy Desrosiers-Lauzon, professeur associé au Département d’histoire de l’UQAM », Téoros [Online], 36, 2 | 2017, Online since 08 September 2017, connection on 24 September 2017. URL : http://teoros.revues.org/3103

Top of page

About the author

Alain Adrien GRENIER

Professeur, Département d’études urbaines et touristiques, Université du Québec à Montréal ; grenier.alain-adrien@uqam.ca

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org