Skip to navigation – Site map
Tourisme résidentiel

Les résidents secondaires en Corse : différentes façons de s’ancrer au territoire

L’exemple de la commune de Lumiu
Marie-Antoinette MAUPERTUIS, Caroline TAFANI and Audrey POGGIOLI

Abstract

Cet article interroge les liens aux lieux qu’entretiennent les résidents secondaires du littoral Corse, à partir de l’exemple de la commune de Lumiu située sur la frange côtière du nord-ouest de l’île. Considérant qu’habiter les lieux est plus que simplement y résider, les auteurs proposent de décrypter l’ancrage des résidents secondaires sur la base du croisement de quatre dimensions : leur histoire de vie, l’espace géographique pratiqué, l’espace social dans lequel ils s’insèrent, l’évocation du sensible et de l’intime. L’étude qualitative menée les conduit à distinguer quatre profils types, allant du résident « ancré » au « détaché ». Les auteurs montrent ainsi que le tourisme de résidences secondaires est sous-tendu par des pratiques protéiformes, non homogènes, que les décideurs publics gagneraient à identifier plus finement pour éclairer le débat sur la contribution territoriale de ces « touristes à part ».

Top of page

Author's notes

Note : Étude réalisée avec le soutien de la Fondation de France dans la cadre du projet « Intégrer une connaissance de la VIsibilité et des représentations du Paysage pour la gestion et la planification de l’espace en zone côtière. Analyse spatiale et approche socioculturelle sur trois LIttoraux MÉDiterranéens » (VIPLIMED).

Full text

1L’accroissement de la demande touristique se matérialise pour certains territoires par un développement rapide du nombre de résidences secondaires : dans les seules communes du littoral français, leur taux est passé de 64 % en 1986 à 72 % en 2006 (MEDAD, 2008). Dans un contexte de mobilité spatiale favorisé par de nouveaux moyens de transports (TGV, vols low-cost, etc.), de formes contemporaines de nomadisme entre différents lieux de vie (Stock, 2004), de travail à distance facilité par les technologies de l’information et des communications, de modifications du rapport entre temps de travail et temps de loisir (congés payés, 35 heures, etc.), mais aussi de quête généralisée de nature, notamment chez les urbains (Papy et al., 2012), la résidence à titre secondaire se généralise, renvoyant tout autant à une pratique touristique qu’à de nouvelles formes d’habiter.

  • 1 Ce qui représente un taux très élevé par rapport aux 9 % nationaux.
  • 2 Voir les débats alimentés dans le cadre des Assises du foncier et du logement (2010) et des Assises (...)
  • 3 Voir notamment : Assemblée de Corse, délibération relative au statut de résident, session du vendre (...)

2En Corse, ce type de biens peut représenter jusqu’à 80 % du total des logements dans certaines communes, tandis que pour l’ensemble de l’île, la moyenne frise les 35 %1 (Maupertuis et al., 2015). Ces formes d’habitat et les modes d’habiter qui lui sont associés sont très souvent décriés par les populations et les élus locaux. Sur l’île, par exemple, le « problème » des résidences secondaires alimente des débats socialement vifs2 et interpelle la communauté insulaire sur des questions d’aménagement de l’espace, de ségrégation socio-spatiale, de vivre ensemble, de qualité de vie (augmentation des prix du foncier et de l’immobilier, étalement urbain et mitage de l’espace, surcoût des infrastructures de réseaux, formation de gated communities avec résidences pavillonnaires clôturées, voire cloisonnées, empiètement sur le domaine public maritime, et ainsi de suite). L’Assemblée régionale Corse a même voté récemment l’établissement d’un « statut de résident » qui exigerait une résidence principale de cinq années consécutives pour pouvoir acheter un bien immobilier sur l’île3, à l’instar de mesures similaires mises en œuvre dans d’autres territoires de fortes pressions foncières et immobilières, comme à Monaco ou à Jersey (Kessler et Tafani, 2015). Bien que cette problématique ne soit pas propre à la Corse, elle semble néanmoins y résonner d’un écho particulier, peut-être compte tenu du fort attachement à la terre que revendiquent les îliens et qu’ils expriment par un sentiment aigu de dépossession (Tafani, 2010), peut-être aussi par ce projet politique de statut particulier inédit dans le paysage métropolitain français et, certainement, par le rejet collectif d’une économie « présentielle » qui serait adossée à une spécialisation vers une mono-activité touristique, le tourisme restant perçu encore aujourd’hui comme « un mal nécessaire », levier de croissance et passage obligé vers une trajectoire de développement davantage vertueuse (Furt et al., 2014). Ce refus du tout tourisme a d’ailleurs conduit à l’échec les décideurs politiques porteurs de la première mouture du Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse (PADDUC), projet avorté en 2009 et qui faisait la part belle à l’« économie résidentielle », car certes, les territoires où opèrent ces pratiques – qu’il s’agisse de location à l’année, de location partagée, de séjours en bien propre ou de migrations inter-résidentielles – bénéficient d’une manne qui contribue au développement d’une économie présentielle au sens de Laurent Davezies (2008) : ces résidents, de quelques jours ou quelques semaines, consomment, voire investissent sur le territoire concerné à la grande satisfaction de certains décideurs locaux qui y voient une source de revenus génératrice d’activités économiques et d’emplois.

  • 4 Pour une discussion approfondie sur le dénombrement statistique des résidences secondaires en Corse (...)

3En définitive, ces « touristes résidents » sont une catégorie d’acteurs mal connue à l’égard de laquelle s’exprime un sentiment ambivalent, entre défiance de la part de la communauté locale et incitation à l’installation par certains élus locaux… Force est de constater que les résidences secondaires recouvrent une réalité complexe à saisir4 et renvoient à une grande diversité de pratiques spatiales et sociales. Décrite comme une « passion française » par Bernard Barais (1977) ou par Jean-Didier Urbain (2002a), elle n’est pourtant plus l’apanage d’une seule nationalité. Il n’y a qu’à rappeler le nombre important d’Anglais installés sur la côte atlantique française ou d’Allemands aux Baléares. Elle n’est plus non plus le marqueur de l’appartenance à une catégorie sociale privilégiée. En atteste le comportement de plus en plus répandu de ménages français qui ne sont que locataires de leur résidence principale alors qu’ils sont pleinement propriétaires de leur résidence secondaire. Or, dans l’optique d’éclairer le débat sociétal sur la « contribution territoriale » de ces « touristes à part », il convient de mieux les appréhender. Nous considérons à cet effet qu’habiter les lieux, c’est plus que simplement y résider ou y posséder un bien. Plus qu’aux biens eux-mêmes, c’est donc aux résidents secondaires que nous nous intéressons et plus précisément aux liens qu’ils entretiennent avec les lieux qui les environnent, qu’ils habitent, fréquentent, investissent : qui sont donc ces résidents secondaires ? « Des touristes à part » (Urbain, 2002b) ? De simples visiteurs ? Des habitants participant de la communauté villageoise locale, au moins à temps partiel ? Quelles sont leurs pratiques résidentielles ? Comment investissent-ils les lieux ? Quelles sont les territorialités qui les caractérisent ? Nous éclairerons ces questionnements à la lumière des résultats issus d’une enquête qualitative menée en Corse, sur la frange côtière de la Balagne résidentielle et touristique (commune de Lumiu, Haute-Corse).

Les résidents secondaires comme révélateurs de la complexité des liens aux lieux et au territoire

Les résidents secondaires : une catégorie d’« habitants » à part

  • 5 Étymologiquement residere signifie être assis sur…
  • 6 Dont les travaux ont fait l’objet d’une synthèse publiée en 2002 aux Presses universitaires de Fran (...)

4La pratique d’un résident secondaire est tout autant liée à une question de résidence5 qu’à une question de mobilité : dès 1968, l’anthropologue Georges-Hubert de Radkowski6 soulignait le passage de la sédentarité au nomadisme dans les sociétés contemporaines et les nouvelles formes d’habiter qui en découlent ; Matis Stock (2004 : 4) livre en substance la même idée lorsqu’il relit le phénomène de résidence secondaire à l’aune de « modes d’habiter poly-topiques ». À propos des mobilités du résident secondaire, Urbain (2002b) souligne également combien ce « touriste à part » tient du « double inconstant » rodé à la « pratique ubiquitaire », à la « mobilité itérative » entre son domicile permanent et un territoire d’accueil qui fait de lui quelqu’un « d’ici et d’ailleurs, un passant qui reste et un habitant qui passe » (id. : 516). Le résident secondaire développerait ainsi une « sédentarité cyclique » (id. : 517) avec des habitudes inscrites dans un territoire qui devient parfois un autre « espace de vie » (Bonvalet et Lelièvre, 2005).

5Dans le même sens, Nicole Mathieu et ses collaborateurs (2004 : 11) montrent à propos des lieux de vie de résidents urbains que « quand il y a multirésidence, le chez-soi est rarement associé à la résidence principale parce qu’elle est urbaine et synonyme de vie active. Les personnes projettent alors, dans leur résidence secondaire, les vertus supposées du lieu de vie idéal, de l’Éden ». Comme le montrent plusieurs auteurs, certains résidents secondaires ont développé un lien aux lieux de type familial ou patrimonial, soit par héritage d’un bien, soit par l’acquisition d’un bien devenu au fil du temps l’« autre maison » (Dubost, 1998), refuge des générations : « cette autre maison joue effectivement un rôle essentiel dans le fonctionnement même de la famille. Elle est le lieu où parents, enfants, grands-parents, petits-enfants se retrouvent loin des contraintes quotidiennes, le lieu par excellence du regroupement familial […] La maison remplit dès lors son rôle : réunir la famille sous le même toit » (Bonvalet et Lelièvre, 2005 : 116). Pour d’autres, la résidence secondaire est un placement, un investissement financier à visée de défiscalisation, comme en Espagne ou dans les collectivités d’outre-mer (Diaz Orueta, 2012). Mais ce peut être aussi une redéfinition de l’espace de vie de l’individu intervenant à une étape particulière de sa trajectoire personnelle. Vincent Caradec (2010) le montre bien pour les retraités ; et France Guérin-Pace (2006) le met en évidence dans son analyse des lieux habités et des lieux investis à partir de l’enquête Histoire de vie : le lieu de résidence, les lieux d’attachement et les lieux de projet semblent souvent prévaloir sur les lieux d’origine ou de naissance dans la définition du sentiment d’appartenance à un territoire.

  • 7 Sur la question de l’interaction entre l’habitant et le lieu, voir aussi Berque et al. (2014).

6Le résident secondaire a donc un rapport aux lieux bien particulier, bien à lui, déterminé par une pratique ubiquitaire des lieux mais aussi plus largement par son « investissement » dans ceux-ci. Finalement, le résident secondaire peut être aussi habitant et pas seulement simple résident. Or, selon de Radkowski (2002), l’habitant – étymologiquement un habiteur – est avant tout un « étant » : « Le lieu est le bien des sédentaires, leur ‘propriété exclusive’. Hors de chez eux, il se transforme en fausse monnaie […] le lieu est ce qui est préposé à la garde de l’étant. Gardien de l’étant, il l’accueille et l’abrite ; le cache, le préserve ou l’offre. Terre où son existence s’enracine, sol d’où elle puise sa présence, le lieu est le fondement de l’être de l’étant […] » (cité par Berque, 2010 : 294). L’habitant est celui qui est au lieu, qui se co-définit avec ce lieu selon un processus de « trajection » bien expliqué par Augustin Berque : il y a « une imprégnation réciproque du lieu et de celui qui s’y trouve » (ibid.)7.

Quatre dimensions pour décrypter les liens aux lieux

7Cette littérature nous amène ainsi à identifier quatre dimensions principales pour décrypter les liens aux lieux des résidents secondaires : l’histoire de vie des résidents ; l’espace géographique dans lequel ils évoluent ; l’espace social duquel ils participent ; leur sensibilité et leur intimité avec les lieux.

8L’histoire de vie des résidents : il s’agit d’interroger leur parcours et leur lien historique au territoire ; comment sont-ils arrivés là ? Ont-ils hérité ? Ont-ils acheté et à quel moment ? On retrouve ici les éléments qui constituent la trajectoire de la personne et les conditions de l’investissement dans le lieu (Guérin-Pace, 2006), investissement qui n’est pas que financier et qui renvoie au projet des ménages. Les liens peuvent aussi être familiaux (on est natif de… ou originaire de…) ou historiques, renvoyant à la fidélisation au territoire et à des pratiques de villégiature répétées.

9L’espace géographique : celui-ci se caractérise par les lieux physiques fréquentés par le résident secondaire qui peuvent se matérialiser par la maison, le village, le quartier, la plage, etc., mais il se définit aussi par des préférences pour une forme d’habitat plus qu’une autre (le pavillon individuel par exemple) et/ou la recherche d’aménités paysagères particulières offertes par le territoire (comme la vue sur mer).

10L’espace social : il est formé par la famille, les amis, les voisins, les associations, les gens d’ici et ceux d’ailleurs et l’ensemble les liens sociaux y afférant. Certains types de résidents secondaires se déplacent avec leur espace social qu’ils n’étendent pas vers le territoire, illustrant alors une forme d’enclavement social (Urbain, 2002a) ; d’autres tissent des liens avec l’espace social déjà en place sur le territoire.

11Le sensible et l’intime : pour Alain Debenedetti (2005 : 153), « l’attachement au lieu est un lien affectif positif entre un individu et un lieu spécifique, ce dernier constituant pour l’individu une extension du soi. Se forgeant au travers d’interactions répétées au cours du temps entre l’individu et le lieu, l’attachement donne au lieu une valeur particulière, distincte de sa valeur utilitaire ». Quel que soit le type de résident, nous considérons aussi qu’il y a « un rapport sensible de chacun à tous les lieux marqués par sa présence physique ou qu’il rêve d’habiter pour raison de mémoire ou par désir » (Mathieu, 2010 : 3). S’il est moins facilement caractérisable et objectivable que les autres dimensions, ce rapport sensible aux lieux est malgré tout exprimé (plus ou moins explicitement) lorsqu’on interroge les résidents, et il est possible de l’analyser dans « les récits de lieux de vie » comme cela a pu être montré dans les travaux précédemment cités, entre autres.

Les résidents secondaires de Lumiu

Lumiu : attractivité résidentielle d’une commune littorale de Corse

12Pour analyser ces types de liens, nous avons mené une enquête qualitative sur la commune de Lumiu (Corse), située au nord-ouest de la Corse, en Balagne, à quatorze kilomètres d’Île-Rousse et à dix kilomètres de Calvi. Ce travail s’est inscrit dans le cadre du projet VIPLIMED soutenu par la Fondation de France, projet qui portait sur l’impact de la visibilité des paysages sur les recompositions territoriales à l’œuvre dans des communes littorales de Corse (Calvi et Lumiu), de la Côte Bleue marseillaise (Le Rove, Ensuès-la-Redonne et Carry-le-Rouet) et de la Riviera française (Antibes et Vallauris). Ces territoires partagent une même problématique de pression foncière urbaine sur leurs espaces littoraux : si l’urbanisation n’y est pas développée selon des formes identiques ni avec la même intensité, elle est le moteur essentiel de la transformation de l’espace et des paysages. Cependant, le terrain corse illustre dans ce contexte le pôle le moins bâti du gradient d’urbanisation de l’ensemble de ces territoires. Par ailleurs, il se distingue également par l’importance qu’occupe l’« économie présentielle » sur le territoire : le tourisme y est l’activité économique dominante, avec ses classiques effets d’entraînement sur les secteurs du commerce de proximité et du bâtiment (Maupertuis et al., 2016), et la proportion de résidences secondaires par rapport aux logements en résidences principales est également plus importante que dans les autres terrains de l’étude. Ces spécificités nous avaient conduits à opter pour un focus particulier sur cette problématique des territorialités des résidents secondaires (voir Robert, 2016).

Illustration 1 : Répartition des résidences secondaires dans les communes de Corse

Illustration 1 : Répartition des résidences secondaires dans les communes de Corse

Source : BD TOPO – ING 2014, RGP 2013 - INSEE

13Lumiu est une commune de superficie modeste (19,2 km2), qui compte 1250 habitants permanents déclarés. Elle borde et encadre le golfe de Calvi. La forte touristicité et attractivité de Lumiu auprès des résidents secondaires a motivé notre choix (illustration 1) : selon les experts, le nombre d’habitants dans la commune serait multiplié par dix pendant la saison estivale (par cinq à dire d’élus). Lumiu est, avec Algajola, la commune qui rassemble le plus de résidences secondaires sur la frange côtière de Balagne : en 2013 on dénombrait 2311 logements dont près de 75 % en résidences secondaires (données INSEE / Institut national de la statistique et des études économiques). Cette commune de Lumiu était aussi intéressante dans le cadre du projet VIPLIMED en ce qu’elle s’étend sur un territoire qui rassemble une diversité de lieux de vie et d’aménités paysagères, allant entre autres de la vue exceptionnelle sur la baie de Calvi dominée par la Citadelle du XIIIe siècle, depuis les plages de sable blanc et de galets, jusqu’à la vue sur le massif du Monte Grossu (illustration 2 à 5).

Illustration 2 : La diversité des lieux de vie — Le village de Lumiu

Illustration 2 : La diversité des lieux de vie — Le village de Lumiu

Source : R. Maupertuis

Illustration 3 : La diversité des lieux de vie — Le centre historique du village

Illustration 3 : La diversité des lieux de vie — Le centre historique du village

Source : R. Maupertuis

Illustration 4 : La diversité des lieux de vie — Le lotissement de Sant’Ambrosgiu

Illustration 4 : La diversité des lieux de vie — Le lotissement de Sant’Ambrosgiu

Source : R. Maupertuis

Illustration 5 : La diversité des lieux de vie — Mitage résidentiel sur la route de la mer

Illustration 5 : La diversité des lieux de vie — Mitage résidentiel sur la route de la mer

Source : R. Maupertuis

14Les zones de vie de la commune sont facilement identifiables. Quatre noyaux d’habitations principaux sont repérables, bien que le bâti diffus tende à les connecter les uns aux autres (illustration 6) :

  • le village, cœur historique de la commune avec des bâtisses datant du XVIIe siècle, l’église et les principaux commerces ;

  • Sant’Ambrosgiu, la marina qui se développe depuis les années 1970 où s’est implanté, entre autres, le Club Med dès 1971 ;

  • le quartier bâti de part et d’autre de la route qui mène à la plage de l’Arinella ;

  • enfin, le quartier résidentiel Salducciu qui se situe au sud de la Route nationale littorale, en direction de Calvi, au cœur d’anciennes pâtures et de vignobles encore en production.

Illustration 6 : L’urbanisation récente des quartiers de Lumiu supports de l’enquête de terrain

Illustration 6 : L’urbanisation récente des quartiers de Lumiu supports de l’enquête de terrain

Source : Les auteurs, d’après les ortho-photos de l’IGN

  • 8 Hypothèse fondée sur l’observation du fort taux de résidences secondaires mesuré pour Lumiu.

15On observe sur l’illustration 6 que l’urbanisation de chacun de ces quartiers s’est très largement développée depuis 1975, avec un coup d’accélération depuis la fin de la décennie 1990, à l’image de l’évolution qui caractérise l’ensemble du territoire balanin (Maupertuis et al., 2016) : ces nouvelles constructions sont en grande majorité la propriété de résidents secondaires8 et représentent, dans de moindres proportions, les hébergements touristiques marchands et les logements principaux.

  • 9 Par exemple, à partir des données Mises à jour des informations cadastrales (MAJIC), qui ne nous ét (...)

16L’enquête conduite repose sur une trentaine d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de résidents secondaires entre avril et août 2014 et sur une analyse qualitative des « récits de lieux de vie » collectés (Mathieu et al., 2004). Les entretiens ont été menés de manière aléatoire (porte à porte) dans les différents quartiers, et ce, pour deux raisons principales. Il est important de signaler que de nombreuses maisons individuelles ne sont pas accessibles à l’enquêteur, les terrains étant quadrillés et sécurisés ; il est donc pratiquement impossible de rencontrer leurs propriétaires sans avoir été préalablement introduits par un tiers. Cela a un impact certain sur la représentativité des types de résidents identifiés dont on ne pourra fournir le poids en termes quantitatifs. En outre, il n’était pas possible de mettre en œuvre une démarche statistique partant d’une base mère dont on aurait pu extraire des profils a priori pour aller en préciser les contours in situ, car nous ne disposions que d’une valeur agrégée à la commune du nombre de résidences secondaires basée sur les données de l’INSEE. Il aurait fallu disposer d’informations finement spatialisées à une maille équivalente au quartier par exemple. Notre démarche, inductive et exploratoire, peut en l’état être considérée comme une enquête préalable permettant d’orienter et d’asseoir un travail plus vaste qui serait conduit à une autre échelle (comparaison de communes, voire de franges maritimes) comportant, si possible, le croisement avec des données quantifiables et finement localisables9.

  • 10 À l’image de la fréquentation touristique de la Corse, les répondants étrangers représentaient moin (...)

17Dans la majorité des cas, les entretiens ont été conduits en français, mais aussi parfois en italien, notamment dans le quartier de la marine de Sant’Ambrosgiu où de nombreux résidents italiens sont installés de longue date10 (voir ci-après section « De l’enraciné au détaché »). La trame suivie était articulée autour de quatre parties thématiques afin de guider les entretiens selon une structure qui devait permettre à l’enquêteur de recueillir systématiquement un ensemble d’informations décrivant :

  • le type d’habitat (individuel pur, collectif, etc.) et ses caractéristiques (superficie du bâti, du terrain, aménités, neuf/ancien, etc.) ;

  • les mobilités des résidents : leur origine géographique, leur lieu de vie principal, la fréquence et la durée des séjours ;

  • les usages et la perception des lieux des résidents : les motifs de leurs séjours (fins de semaine, vacances, travail, etc.), leurs motifs pour fréquenter le territoire, les motifs sous-jacents à leur investissement dans cette maison, la façon dont ils perçoivent eux-mêmes leur ancrage, leur implication dans la vie de la commune, leurs perspectives d’installation, etc. ;

  • et enfin, une série de questions portant sur leur profil (âge, nationalité, catégorie socioprofessionnelle [CSP], etc.).

  • 11 La trame est un guide et non un carcan pour la conduite de l’entretien qui peut se dérouler dans un (...)
  • 12 Soixante ans en moyenne.
  • 13 Les personnes rencontrées (pour la moitié des retraités) exercent des métiers divers relevant des c (...)

18Les entretiens ont été menés sous une forme assez libre comme peuvent l’être les entretiens semi-directifs11 ; le dépouillement de l’ensemble des informations collectées à travers ce qu’on peut appeler ici aussi « des récits de lieux de vie » a permis d’appréhender les quatre dimensions des liens aux lieux citées précédemment (voir section suivante). Les critères correspondant à l’âge12 et aux catégories socioprofessionnelles13 n’ont pas été retenus comme porteurs de sens pour élaborer les classes de la typologie, car ils sont très peu discriminants.

De l’enraciné au détaché : récits de résidents secondaires à Lumiu

19Quatre profils de résidents secondaires ont donc été déterminés ; ils se distinguent par la façon dont sont mobilisées les quatre entrées d’analyse proposées ci-dessus, à savoir l’histoire de vie des résidents, leur espace géographique, leur espace social et le rapport sensible et intime aux lieux (tableau 1).

20

Tableau 1 : Les quatre dimensions des liens aux lieux des profils de résidents secondaires de Lumiu

Tableau 1 : Les quatre dimensions des liens aux lieux des profils de résidents secondaires de Lumiu

Source : Les auteurs

21Les profils rendent finalement compte d’un gradient d’ancrage des résidents, situant les « enracinés » et les « détachés » sur chacun des pôles, en passant par les « habitués » et les « enclavés ».

Type 1 : Les enracinés

22Le premier profil identifié est celui des enracinés. Ces personnes sont ancrées sur le territoire depuis plusieurs générations. Leurs parents et leurs grands-parents étaient déjà présents sur la commune et ils y ont, pour la plupart, toujours vécu. Leur lien au territoire est tissé depuis des années et ils ont un attachement très fort à leur lieu de vie. Ils aiment leur commune de résidence et ne s’imaginent pas vivre ailleurs. Ce sont principalement des résidents localisés dans le village qui évoluent en dehors du territoire pour des raisons professionnelles et personnelles, mais ils sont présents sur la commune dès qu’ils le peuvent. Ils occupent souvent une maison qu’ils ont héritée et qui appartient à leur famille depuis des générations. Ils sont dans une logique de bi-résidentialité, partageant l’année entre leur lieu de vie principal et leur résidence secondaire dans laquelle ils se rendent plusieurs fois en cours d’année, pour des fins de semaine ou pour les vacances. Ils souhaitent s’installer de manière permanente sur le territoire au moment de leur retraite. La famille de ces résidents est présente depuis des années sur la commune et ils ne se considèrent pas comme des touristes : ils éprouvent d’ailleurs une certaine légitimité à arpenter ces lieux qu’ils connaissent depuis toujours.

Type 2 : Les habitués 

23Dans ce second groupe, que nous appelons les habitués, les résidents ne sont pas originaires du territoire, ils ne possèdent pas d’ancrage familial mais y sont malgré tout présents depuis plusieurs années. Ce sont des personnes qui sont « tombées amoureuses » du lieu, terme utilisé par beaucoup d’entre eux lors des entretiens, et qui ont investi dans l’achat d’une résidence secondaire. Ils ont développé un véritable attachement au lieu qui résulte notamment du temps qu’ils passent sur le territoire. Certains, devenus résidents permanents, sont originaires d’autres régions de Corse ou du sud de la France et ont construit leur vie dans le village ou en continuité directe dans des maisons qu’ils ont bâties ou rénovées. Ils se sont bien intégrés à la communauté villageoise et ne souhaitent pas changer de commune de résidence. Les résidents secondaires que nous retrouvons dans ce profil font, pour la plupart, partie des premiers vacanciers de la marine de Sant’Ambrosgiu. Eux-mêmes ou leurs parents ont investi dans une petite maison de vacances lors des premières constructions dans la marina, dans les années 1970. Ils ne viennent pas simplement deux semaines pendant les vacances scolaires, ils entretiennent un lien plus important et viennent au minimum trois fois par an. Certains d’entre eux passent même plus de six mois dans ces résidences… plus tout à fait secondaires. Ils ne se considèrent absolument pas comme des touristes, mettant en avant leurs habitudes vieilles de trente années, l’intégration à la communauté de résidents de la marina et la consommation de produits locaux. On peut dire qu’ils transfèrent dans ce lieu de vie leur propre idéal (Mathieu et al., 2004 : 11). Il est également intéressant de noter que la majorité d’entre eux ont une vue magnifique à partir de leur logement, que ce soit sur le golfe de Calvi et les montagnes à partir du village, ou une vue directement sur la mer à partir de Sant’Ambrosgiu, et que ces aménités sont pour eux complètement intériorisées comme étant constitutives de leur habitat par le biais d’une « mise en dedans du dehors » (Mathieu, 2010). Pour finir, lorsque nous les interrogeons sur leurs projets d’installation définitive au moment de leur retraite, leurs réponses s’avèrent mitigées : quand certains d’entre eux répondent « oui » sans hésiter, d’autres sont plus réservés et déplorent le manque d’activités « hors saison », ce qui constitue pour eux un frein évident à une installation à l’année. Tous s’accordent néanmoins pour dire qu’ils souhaitent passer le plus de temps possible dans leur résidence secondaire et pérenniser ainsi un lien bâti par la force des années.

Types 3 : Les familles « enclavées »

24Alors que les deux premiers profils sont fortement ancrés au territoire, d’autres types de répondants évoquent, au-delà de leur lien au lieu, surtout un lien à leur maison et à ce qu’elle représente. Ces résidents secondaires sont principalement attachés au fait que le territoire sert de support à la réalisation de leurs vacances en famille. Ils possèdent cette résidence secondaire afin de réunir, au moins une fois par année, leurs enfants, petits-enfants et amis dans un même lieu qui permet un accès rapide à la plage et à toutes les commodités nécessaires pour passer un séjour agréable. Les personnes rencontrées que nous avons situées dans cette catégorie sont d’ailleurs toutes localisées dans la marine de Sant’Ambrosgiu. Ils ont bien sûr développé des habitudes depuis plusieurs années, mais leurs propos ne mettent pas en avant un attachement particulier à la commune. Il semble qu’ils aient eu la possibilité d’investir ici, mais qu’ils auraient très bien pu choisir une autre résidence sur un autre territoire littoral. Ce qui est important pour eux est avant tout de posséder un lieu pour passer du bon temps et rassembler leurs proches, ce qui fait partie de l’imaginaire rattaché à la maison secondaire et à la fonction qui lui est assignée, comme l’expliquent Catherine Bonvalet et Eva Lelièvre (2005). Un tiers d’entre eux se considèrent comme des touristes, alors que la moitié ne savent pas vraiment comment se définir et se disent être une sorte de « vacancier hybride », ni tout à fait touriste ni vraiment résident. Aucun ne se sent totalement intégré au territoire et aucun n’envisage pour l’instant de s’y installer de manière permanente. On retrouve ici le résident secondaire « enclavé » décrit par Urbain (2002a) ; il reste en famille dans sa maison.

Type 4 : Les détachés

  • 14 Dans notre enquête du moins, mais ils sont aussi difficiles à rencontrer (voir les explications plu (...)

25Pour ce dernier profil, les répondants sont peu nombreux14 et difficiles à appréhender. Ces résidents ne passent que très peu de temps sur le territoire (ils ne viennent qu’une seule fois par an) et ne sont pas spécialement attachés à la commune ou même à leur logement. Ils évoquent le côté « pratique » de leur maison qui leur permet de passer des vacances agréables, mais ils ne semblent pas avoir développé d’autres liens au lieu : ils ont choisi ce territoire, s’y sentent bien et y reviennent d’une année à l’autre, mais paraissent relativement « détachés » de ce lieu de vie temporaire qui semble investi par une pratique touristique liée à l’insularité : le détaché recherche dans la destination insulaire le dépaysement et la rupture, et l’isolement dans sa résidence secondaire.

Conclusion : différentes façons de s’ancrer au territoire

26L’analyse des récits de lieux de vie de résidents secondaires de la commune littorale de Lumiu met bien en évidence qu’il n’y a pas un, mais plusieurs types de résidents secondaires sur le territoire, qui se distinguent par leurs liens aux lieux, par leur territorialité. Certaines catégories de résidents semblent plus ancrées que d’autres, sans que l’on soit en mesure de préjuger de leurs effets en termes économiques ou d’aménagement sur le territoire :

  • Ainsi l’enraciné apparaît comme étant l’archétype de l’habitant-étant décrit par de Radkowski (2002).

  • L’habitué, lui, est attaché au territoire plus que véritablement ancré ; chez ce type, on est proche d’une bi-résidentialité (Chevrier et Darris, 2010 ; 2014) qui ne peut être résumée à l’« extension du territoire premier » (Mathieu et al., 2004). Elle est la face émergée d’une double appartenance territoriale qui relève d’une territorialité très particulière.

  • Les enclavés pour leur part sont attachés à leur maison, tel que nous en avons discuté précédemment : ils se caractérisent par une extension de leur « chez-soi », de leur « territoire premier », comme identifié par Mathieu et al. (2004) chez certains urbains qui possèdent une résidence secondaire.

  • Enfin, les détachés résident temporairement sans habiter véritablement les lieux ; ils n’ont pas de passé commun avec le substrat géographique sur lequel ils sont actuellement implantés ; ces types de résidents secondaires semblent uniquement exister au temps présent. Pour autant, ils sont évidemment traçables en tant que consommateurs dans le circuit économique (location, achats, etc.) et ils ont eux aussi un impact sur le fonctionnement du système territorial, y compris d’un point de vue économique. Cependant, leur « détachement » pose véritablement la question de leur implication dans le devenir du territoire.

27En effet, pour reprendre les termes de Augustin Berque, Alessia de Biase et Philippe Bonnin (2008), il existe bien une fonction créatrice de l’acte d’habiter, une « poïétique de l’habiter » qui n’est pas sans conséquences sur l’organisation et le devenir du territoire : les préférences et les comportements des résidents secondaires se répercutent pareillement sur les formes d’urbanisation et les choix opérés en matière d’aménagement de l’espace ; ils influencent aussi indirectement le « vivre ensemble » à une échelle locale, ne serait-ce qu’en n’étant présent que quelques semaines par année. Autant de questionnements qu’il serait pertinent de creuser, sur la base de cette première étude.

Top of page

Bibliography

Barais, Bernard, 1977, « Les résidences secondaires et l’espace rural français », Norois, no 95, spécial « Géographie rurale », p. 11-20.

Berque, Augustin, 2010, Histoire de l’habitat idéal, Paris, Le Félin.

Berque, Augustin, Alessia de Biase et Philippe Bonnin, 2008, L’habiter dans sa poétique première, Paris, Donner Lieu.

Berque, Augustin, Marie-Antoinette Maupertuis et Vannina Bernard-Leoni, 2014, Le Lien au lieu, Actes de la Chaire de mésologie de l’Université de Corse, Bastia, Éolienne.

Blondy, Caroline, Luc Vacher et Didier Vye, 2016, « Les résidents secondaires, des acteurs essentiels des systèmes touristiques littoraux français ? L’exemple de la Charente-Maritime », Territoires en mouvement, vol 30 / 2016 : <https://tem.revues.org/3344> consulté le 28 juin 2017.

Bonvalet, Catherine et Eva Lelièvre, 2005, « Les lieux de la famille », Espaces et société, vol. 2, nos 120-121, p. 99-122.

Caradec, Vincent, 2010, « Les comportements résidentiels des retraités. Quelques enseignements du programme de recherche « Vieillissement de la population et habitat », Espaces, Population et Société, no 1, p. 29-40.

Chevrier, Stéphane et Gérard Darris, 2010, « Systèmes résidentiels des jeunes retraités et politique de l’habitat de territoires littoraux en Bretagne », Changer de résidence ? Changer de pays ? Les comportements résidentiels des retraités, Actes du colloque Plan Urbanisme Constructions Architecture, p. 33-39.

Chevier, Stéphane et Gérard Darris, 2014, Les résidents secondaires à l’âge de la retraite, Paris, L’Harmattan.

Davezies, Laurent, 2008, La République et ses territoires : La circulation invisible des richesses, La République des idées, Paris, Seuil.

De Radkowski, Georges-Hubert, 2002, Anthropologie de l’habitat, Paris, Presses universitaires de France.

Denedetti, Alain, 2005, « Le concept d’attachement au lieu : état de l’art et voies de recherche dans le contexte du lieu de loisirs », Management & Avenir, vol. 3, no 5, p. 151-160, <www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2005-3-page-151.htm>, consulté le 28 juin 2017.

Diaz Orueta, Fernando, 2012, « Second Homes », dans Susan J. Smith (dir.), International Encyclopedia of Housing and Home, p. 237-242.

Dubost, Françoise, 1998, L’autre maison. La résidence secondaire, refuge des générations, Paris, Autrement, coll. « Mutations », no 178.

Furt, Jean-Marie, Miguel Segui-Llinas et Véronique Valentini-Calendini, 2014, « Manger ou manager le littoral », Tourisme et insularité : la littoralité en question(s), dans Jean-Marie Furt et Caroline Tafani (dir.), Paris, Karthala-Lisa, p. 253-269.

Guérin-Pace, France, 2006, « Sentiments d’appartenance et territoires identitaires », L’Espace géographique, t. 36, no 4, p. 298-309.

INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), <https://www.insee.fr/fr/accueil>, consulté le 27 juin 2017.

Kessler Guillaume et Caroline Tafani, 2015, Le double marché foncier et immobilier en Corse, Paris, L’Harmattan, coll. « Itinéraires géographiques ».

Mathieu Nicole, 2010, Le concept de mode d’habiter à l’épreuve du développement rural durable. Introduction, Intervention à l’Académie d’agriculture de France, Séance du 20 octobre.

Mathieu Nicole, Annabelle Morel-Brochet, Nathalie Blanc, Philippe Gajewski, Lucile Gresillon, Florent Hebert, Wandriller Hucy et Richard Raymond, 2004, « Habiter le dedans et le dehors : la maison ou l’Éden rêvé et recréé », Strates, 11/2004, mis en ligne le 14 janvier 2005, <http://strates.revues.org/430>, consulté le 27 juin 2017.

Maupertuis, Marie-Antoinette, Johan Jouve et Coline Tafani, 2016, « La Balagne face au tourisme », dans Jean-André Cancellieri et Marie-Antoinette Maupertuis (dir.), Le Jardin de la Corse. La Balagne entre villes et campagnes (XI-XXIe siècle), Paris, Éditions du CNRS.

Maupertuis, Marie-Antoinette, Guillaume Scartabelli et Johan Jouve, 2015, « Les résidences secondaires en Corse : une réalité complexe », dans Guillaume Kessler et Caroline Tafani (dir.), Le double marché foncier et immobilier en Corse, Paris, L’Harmattan, coll. « Itinéraires géographiques », p. 33-52.

MEDAD (Ministère de l’écologie du développement et de l’aménagement durables), 2008, Les évolutions des territoires littoraux 1986-2006, Direction de l’urbanisme de l’habitat et de la construction, mai.

Papy, François et Nicole Mathieu, 2012, « Affiner notre regard sur les rapports à la nature », dans François Papy, Nicole Mathieu et Christian Ferault (dir.), Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, Paris, Éditions QUAE, p. 187-190.

Papy, François, Nicole Mathieu et Christian Ferault, 2012, Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, Paris, Éditions QUAE.

Robert, Samuel (dir.), 2016, Projet VIPLIMED – Rapport d’étude à la fondation de France, avril 2016.

Stock, M, 2004, « L’habiter comme pratique des lieux géographiques », Espaces Temps.net <http://www.espacestemps.net/articles/habiter-comme-pratique-des-lieux-geographiques/>, consulté le 27 juin 2017.

Tafani, Caroline, 2010, Agriculture, territoire et développement durable. Analyse systémique d’une agriculture littorale sous pression touristique. L’exemple de la Balagne en Corse, thèse de doctorat en géographie, Université de Corse, Corte.

Urbain, Jean-Didier, 2002a, Paradis verts. Désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Payot.

Urbain, Jean-Didier, 2002b, « Le résident secondaire, un touriste à part ? », Ethnologie française, t. XXXII, no 3, p. 515-520. 

Top of page

Notes

1 Ce qui représente un taux très élevé par rapport aux 9 % nationaux.

2 Voir les débats alimentés dans le cadre des Assises du foncier et du logement (2010) et des Assises du littoral (2011), repris et synthétisés dans les annexes du Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse (2015) : <http://www.aue.corsica/Travaux-en-cours_r25.html>, consulté le 28 juin 2017.

3 Voir notamment : Assemblée de Corse, délibération relative au statut de résident, session du vendredi 25 avril 2014, rapport no 051: « Protection du patrimoine foncier » :< http://www.corse.fr/file/152837/>, consulté le 28 juin 2017.

4 Pour une discussion approfondie sur le dénombrement statistique des résidences secondaires en Corse à partir des définitions officielles et des bases de données existantes, voir Maupertuis et al., 2015.

5 Étymologiquement residere signifie être assis sur…

6 Dont les travaux ont fait l’objet d’une synthèse publiée en 2002 aux Presses universitaires de France.

7 Sur la question de l’interaction entre l’habitant et le lieu, voir aussi Berque et al. (2014).

8 Hypothèse fondée sur l’observation du fort taux de résidences secondaires mesuré pour Lumiu.

9 Par exemple, à partir des données Mises à jour des informations cadastrales (MAJIC), qui ne nous étaient pas accessibles, ou de l’établissement d’une base de données à partir des réponses à un questionnaire fermé envoyé à un grand nombre de personnes (voir Blondy et al., 2016).

10 À l’image de la fréquentation touristique de la Corse, les répondants étrangers représentaient moins du quart de l’échantillon. Les Italiens étaient majoritaires parmi les résidents étrangers rencontrés.

11 La trame est un guide et non un carcan pour la conduite de l’entretien qui peut se dérouler dans un ordre ou un autre, au gré de la rencontre.

12 Soixante ans en moyenne.

13 Les personnes rencontrées (pour la moitié des retraités) exercent des métiers divers relevant des catégories socioprofessionnelles supérieures (enseignants, architectes, infirmiers, chefs d’entreprise) ; aucune répartition spécifique par classe ne s’est dessinée.

14 Dans notre enquête du moins, mais ils sont aussi difficiles à rencontrer (voir les explications plus haut).

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1 : Répartition des résidences secondaires dans les communes de Corse
Credits Source : BD TOPO – ING 2014, RGP 2013 - INSEE
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3082/img-1.png
File image/png, 1.1M
Title Illustration 2 : La diversité des lieux de vie — Le village de Lumiu
Credits Source : R. Maupertuis
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3082/img-2.png
File image/png, 2.0M
Title Illustration 3 : La diversité des lieux de vie — Le centre historique du village
Credits Source : R. Maupertuis
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3082/img-3.png
File image/png, 2.6M
Title Illustration 4 : La diversité des lieux de vie — Le lotissement de Sant’Ambrosgiu
Credits Source : R. Maupertuis
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3082/img-4.png
File image/png, 2.1M
Title Illustration 5 : La diversité des lieux de vie — Mitage résidentiel sur la route de la mer
Credits Source : R. Maupertuis
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3082/img-5.png
File image/png, 1.8M
Title Illustration 6 : L’urbanisation récente des quartiers de Lumiu supports de l’enquête de terrain
Credits Source : Les auteurs, d’après les ortho-photos de l’IGN
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3082/img-6.jpg
File image/jpeg, 816k
Title Tableau 1 : Les quatre dimensions des liens aux lieux des profils de résidents secondaires de Lumiu
Credits Source : Les auteurs
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3082/img-7.jpg
File image/jpeg, 457k
Top of page

References

Electronic reference

Marie-Antoinette MAUPERTUIS, Caroline TAFANI and Audrey POGGIOLI, « Les résidents secondaires en Corse : différentes façons de s’ancrer au territoire », Téoros [Online], 36, 2 | 2017, Online since 08 September 2017, connection on 24 September 2017. URL : http://teoros.revues.org/3082

Top of page

About the authors

Marie-Antoinette MAUPERTUIS

Professeure, science économique, UMR CNRS LISA 6240 (Lieux, Identités, eSpaces et Activités), Université de Corse, Corte, France ; maupertu@univ-corse.fr

Caroline TAFANI

Maître de conférences, géographie, UMR CNRS LISA 6240 (Lieux, Identités, eSpaces et Activités), Université de Corse, Corte, France ; tafani@univ-corse.fr

By this author

Audrey POGGIOLI

Ingénieur d’études, UMR CNRS LISA 6240 (Lieux, Identités, eSpaces et Activités), Université de Corse, Corte, France ; ap102b@gmail.com

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org