Skip to navigation – Site map
Articles

Femmes, pouvoir et tourisme

Essai exploratoire
Sylvie Gagnon

Abstract

Les écrits féministes au Québec, qui traitent du pouvoir, s'intéressent surtout à la participation des femmes aux institutions politiques traditionnelle1 (non sans remettre en question la définition même du pouvoir politique pour y inclure d'autres lieux informels de participation politique2) et, dans une moindre mesure, aux femmes cadres dans les organisations3. D'autres part, de façon plus ponctuelle et «officielle», l'État, dans sa récente politique en matière de condition féminine4, propose des mesures visant à accroître la participation des femmes dans les instances régionales (décentralisation oblige!). Ce sont ces constats qui ont orienté le contenu du présent article sur le pouvoir des femmes dans l'industrie du tourisme au Québec.

Top of page

Index terms

Mots-clés :

ATR, féminisme, femme
Top of page

Editor's notes

À l’époque de la publication de ce texte, Téoros était une revue de transfert.  Plusieurs des textes présentés pour ce numéro n’ont pas été soumis à l’évaluation par les pairs.

Full text

1Ne pouvant prétendre à une réelle analyse féministe exhaustive (quand, comment et pourquoi?) de cette thématique, nous avons choisi de nous intéresser à la proportion de femmes (combien?) présentes actuellement dans les instances décisionnelles de l'industrie que sont Tourisme Québec, les associations touristiques régionales et les principales associations sectorielles. Nous jetterons également un bref coup d'œil sur les femmes dans les entreprises touristiques.

Tourimse Québec : le perdant…

  • 5  Claire Kirkland-Casgrain, en 1961, fut la première femme élue députée à l'Assemblée nationale.
  • 6  Toutes les données présentées dans ce texte (à l'exception de celles sur les ATR et les associatio (...)

2Si nous pouvons nous targuer d'avoir eu deux femmes ministres pour diriger les destinés du tourisme au Québec (Claire Kirkland-Casgrain5 de 1970 à 1972 sous Bourassa et Rita Dionne-Marsolais de 1994 à 1997 dans le cabinet Parizeaul Bouchard), un regard sur l'organigramme actuel de la nouvelle agence gouvernementale nous force à constater qu'une seule femme (Lucille Daoust, sous-ministre et directrice générale de l'agence) occupe un des quinze postes de la haute direction. Dans les différents ministères et organismes gouvernementaux la proportion de femmes à ces postes est de 28,1 %6. A Tourisme Québec ce ratio est de 6,6%.

Les associations touristiques régionales : gagnantes sauf à Montréal

3Les Associations touristiques régionales (ATR), «interlocuteurs privilégiés» de l'État en matière de tourisme, peuvent être comparées aux autres instances régionales (développement, santé, services sociaux, main-d’œuvre) étudiées par le Secrétariat à la condition féminine dans le cadre de son analyse sur la place des femmes dans le développement des régions.

4Sur l'ensemble des 18 ATR du Québec, deux femmes seulement occupent des postes de direction (11,1 %). Par contre une association sur trois est présidée par une femme. Elles constituent (incluant les présidentes) 28,6% des comités exécutifs et, au total, 32% de l'ensemble des 18 conseils d'administration.

5Les associations touristiques régionales de Manicouagan, des Laurentides et de la Mauricie-Bois-Francs sont les seules ATR qui comptent une proportion égale ou supérieure de femmes dans leur conseil d'administration. Au niveau de l'exécutif, trois ATR seulement présentent un con­seil exécutif composé d'autant de femmes que d'hommes. Il s'agit des associations touristiques de Duplessis, de la Mauricie Bois-Francs et de la Gaspésie.

6L'association touristique régionale de la Mauricie-Bois-Francs est de loin l'association où les femmes sont les plus nombreuses (même la direction est occupée par une femme) avec 64% de représentativité à son conseil d'administration. À l'opposé, la région de Montréal est la moins performante avec 12,5% de femmes seulement. Cette région, tout comme celle de Charlevoix, ne compte aucune femme au sein de son comité exécutif.

Des leçons à donner aux conseils régionaux de développement

7Comparativement aux COR, les ATR font bonne figure au chapitre de la représentation des femmes. Les comités exécutifs et les conseils d'administration des CRD comptent seulement une femme sur cinq en moyenne comparativement à près d'une sur trois pour les ATR. Dix des seize COR ont des conseils d'administration où siè­gent moins de 20% de femmes comparativement à six ATR sur dix-huit.

8Tout comme pour les ATR, la région où la représentation des femmes est la plus élevée est la région Mauricie-Bois-Francs. À l'instar de Montréal, la région Gaspésiel1es-de-la-Madeleine ne compte aucune femme sur son conseil exécutif. La Côte-Nord est la région qui compte le moins de femmes à son conseil d'administration avec 12,5% seulement.

9La présence des femmes au sein des centres régionaux de la Société québécoise de développement de la main-d’œuvre (SQDM) ainsi que des Régie régionale de la santé et des services sociaux (RRSSS) est comparable à celle des femmes au niveau des ATR. La SQDM compte en moyenne 37% de femmes parmi ses membres et les RRSSS 34%. Les commissions scolaires par contre ont une représentation féminine supérieure aux autres instances régionales: 39% de femmes les présidents et plus de 45% occupent des postes à titre de commissaires. L'éducation étant un des métiers traditionnels des femmes, une représentation plus forte dans ce domaine n'est pas surprenante.

Les associations sectorielles : une présence moins marquée

10Il existe au Québec plus d'une cinquantaine d'associations sectorielles dans l'industrie du tourisme selon le répertoire de Tourisme Québec. Nous avons retenus uniquement celles qui regroupent des entreprises touristiques ou représentent des produits touristiques majeurs.

11À l'exception des postes de direction, les femmes se retrouvent moins bien représentées dans les associations sectorielles que dans les associations touristiques régionales. Au niveau des comités exécutifs par exemple, on retrouve presque deux fois plus de femmes dans les ATR que dans les associations sectorielles. Au niveau des conseils d'administration les associations sectorielles ne comptent que 23,2% de femmes par rapport au 32% qui siègent sur ceux des ATR.

12Les associations sectorielles comptent 25% de directrices et 15% de présidentes. Par rapport aux ATR, ces proportions sont inversées; les associations touristiques régionales comptent moins de femmes directrices que de femmes présidentes. Les conseils d'administration sont composés de 23% de femmes et les comités exécutifs de 14,6%.

13Au niveau du comité exécutif, c'est à l'Association hôtelière de la région de Québec et chez Tourisme Jeunesse que les femmes sont les mieux représentées (50%). Par contre, les femmes sont totalement absentes des comités exécutifs d'une dizaine de secteurs. En contrepartie deux exécutifs comptent 50% de femmes.

14Au niveau des conseils d'administration ce sont ceux de Tourisme-Jeunesse et d'ACTA-Québec qui comptent les plus fortes proportions de femmes tandis que trois associations ne comptent aucune femme ni à la direction, ni à leur conseil d'administration: l'Association des stations de ski, la Fédération des pourvoyeurs du Québec et la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec.

Conclusion:

Quand on se compare, on se console...

15Si on peut s'étonner du peu de femmes à la haute de direction de Tourisme-Québec, on ne peut passer sous silence la place relativement considérable, par rapport aux autres organismes, qu'occupent les femmes dans les instances régionales touristiques. Les ATR regroupant elles aussi principalement, tout comme les associations sectorielles, des entreprises privées, on peut conclure que les femmes entrepreneurs et les femmes directrices d'entreprises ont davantage droit de cités dans les régions que dans les grands centres (comme Montréal.) et dans les associations représentant l'ensemble du territoire québécois.

16Quand on observe que dans les programmes de formation en tourisme et en hôtellerie au Québec de tous les niveaux d'enseignement, les femmes sont largement majoritaires on ne peut qu'être convaincu que, demain, elles prendront encore plus de place dans les différentes sphères politiques et économiques du domaine touristique. Nous le souhaitons!

Top of page

Notes

1  Voir Chantal Maillé (1990), Evelyne Tardy (1982) et plusieurs écrits de Manon Tremblay (de 1989 à 1996), toutes trois spécialistes de la question.

2  Chantal Maillé (1990), Les québécoises et la conquête du pouvoir politique, pp 8-9.

3   Voir entres autres Claudine Baudoux, Claire V. de la Durantaye (1988) et Irène Lépine et Carole Simard (1991)

4   Gouvernement du Québec (1997), Programme d'action 1997-2000 pour toutes les Québécoises, Secrétariat à la condition féminine, 138p.

5  Claire Kirkland-Casgrain, en 1961, fut la première femme élue députée à l'Assemblée nationale.

6  Toutes les données présentées dans ce texte (à l'exception de celles sur les ATR et les associations sectorielles compilées par nous) sont tirées du document La place des femmes dans le développement des régions (1997) produit par le gouvernement du Québec dans le cadre de la politique en matière de condition féminine.

Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Gagnon, « Femmes, pouvoir et tourisme », Téoros [Online], 16-3 | 1997, Online since 03 August 2010, connection on 21 October 2017. URL : http://teoros.revues.org/308

Top of page

About the author

Sylvie Gagnon

consultante

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org