Skip to navigation – Site map
Tourisme résidentiel

Résidences des étrangers dans un territoire touristique : un phénomène flou en Tunisie 

Mohamed HELLAL

Abstract

Cet article pose les bases de notre réflexion scientifique sur un phénomène flou, le développement des résidences habitées par des étrangers dans un pays touristique : la Tunisie. Bien qu’il trouve ses origines dans la période du développement du tourisme international, au début du XXe siècle, ce phénomène prend une configuration nouvelle après la crise du système touristique en Tunisie. Notre étude de cas, la ville de Mahdia, illustre que l’investissement résidentiel a participé aux changements du territoire, notamment dans la médina Mahdia. Nous remarquons aussi que les résidents étrangers ne se comportent pas comme des touristes, mais comme des acteurs-habitants sur les plans social et économique. Finalement, nous constatons que le phénomène des résidences des étrangers est différent du tourisme, au moins dans le temps et dans le rapport au territoire.

Top of page

Full text

1Ces dernières années, les villes touristiques en Tunisie semblent attirer des résidents étrangers. Notre cas d’étude, la ville touristique de Mahdia, est particulièrement attrayante pour les étrangers et favorise leur installation dans des résidences. Dans le contexte de l’accélération de la mondialisation, ce phénomène se présente comme un débouché de l’évolution du système touristique et la fin du cycle du tourisme de masse. D’anciens touristes deviennent fidèles à la ville et tendent à participer à son évolution ; ils changent leur position vis-à-vis de la société d’accueil. La décision d’habiter une résidence à l’étranger est la conséquence pour ces personnes d’une volonté de changement et de leur rapport au territoire touristique. En fonction de ces changements, nous émettons l’hypothèse que ces résidents étrangers ne peuvent pas être considérés comme étant des touristes ordinaires. À travers nos enquêtes et nos observations directes dans la ville de Mahdia, nous avons étudié chez ces résidents étrangers leur changement de rapport avec leur nouveau territoire.

Les sources de l’amalgame « tourisme » et « résidentiel »

2En présentant le cadre conceptuel de ce travail, nous reviendrons sur l’un des constats fondateurs du notre analyse, à savoir l’approche de la théorie de base revisitée qu’est le « tourisme résidentiel ». Nous ferons le point sur les particularités du « tourisme » par rapport au résidentiel.

Différence entre « tourisme » et « résidentiel » en rapport avec le temps et le territoire

3La première source de l’amalgame entre les deux secteurs, résidentiel et touristique, est l’appellation « tourisme sédentaire », qui porte sur les pratiques de villégiature exercées par les aristocrates européens jusqu’au XIXe siècle, dans des « résidences secondaires » (Boyer, 2008). Toutefois, ces pratiques ont beaucoup changé parallèlement à l’évolution des moyens de transport, les séjours étant de moins en moins longs et les motivations de plus en plus variées. Ainsi, la question des limites conceptuelles se pose aujourd’hui avec acuité entre « tourisme » et « résidentialité », car les résidents sont eux aussi de plus en plus nombreux à s’installer dans des lieux touristiques (Augustin, 2010).

4Naturellement, les touristes habitent temporairement des endroits autres que leurs lieux du quotidien (Stock, 2003). L’activité touristique se base donc sur la rencontre avec de nouveaux territoires et populations. Cela se confirme pour les sociétés modernes de pays industrialisés où de nombreuses personnes désirent fuir le stress et la routine. Le touriste est toujours en quête d’altérité et d’originalité lors de visites dans des territoires et des sociétés différentes. En conséquence, le territoire est consubstantiel au produit touristique : il n’est pas seulement un cadre, un contexte ou un support matériel, mais un construit social et un système d’interaction, autrement dit un véritable acteur collectif (Di Méo et Buléon, 2005). Par ailleurs, le rapport entre le territoire et le touriste est contraint par le temps. Selon Jean-Pierre Augustin (2010 : 5), « La consommation touristique est une consommation de lieux dans un temps donné, une consommation d’espace-temps dans laquelle le consommateur vient au produit en venant au territoire, ensuite parce qu’une partie non négligeable de l’attractivité de la destination est constituée de caractéristiques et d’éléments liés au territoire. »

5Dans les définitions officielles, le tourisme implique un déplacement limité dans le temps. On peut lire dans celle de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) que le tourisme est « l’ensemble des activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et leurs séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une durée inférieure à 12 mois et dont le motif principal de la visite est autre que celui d’exercer une activité rémunérée dans le lieu visité1 ». Ici, dans un souci d’indiquer de façon précise une durée minimale (plus d’une nuit) et une durée maximale de séjour (moins d’une année), l’OMT s’inscrit clairement dans la logique de distinguer le tourisme des autres formes de migration. Un autre organisme officiel, l’Union européenne (UE), a tenté de définir le tourisme par la durée du séjour, en décrivant le « voyage touristique » comme une absence du domicile habituel comprenant au moins une nuit hors de chez soi et pouvant prendre la forme d’un circuit ou d’un séjour. L’UE reconnaît ainsi implicitement que le tourisme est un déplacement temporaire bien délimité dans le temps, en rapport avec les congés payés octroyés par la législation des différents pays (Stock, 2003). Dans ce cas, le tourisme résidentiel ne peut s’opérer que dans des résidences qui n’appartiennent pas à ceux qui le pratiquent, dans un territoire hors du quotidien, pour une durée bien déterminée.

6Sur le plan scientifique, on tend à distinguer les pratiques touristiques d’autres mobilités en abordant la distance du lieu du quotidien et le degré d’exotisme. La notion d’exotisme exprime, quant à elle, les différences paysagères et culturelles avec le lieu du quotidien. La plupart du temps, le fonds de commerce du tourisme peut être la qualité de l’architecture, des paysages, du mode de vie et des produits. Cela conduit à définir les pratiques touristiques comme étant un « déplacement [qui] opère toujours un changement du point de vue, il n’est pas seulement physique ou géographique, il est aussi mental et émotionnel, dans la mesure où le changement de lieu s’accompagne d’une rupture psychologique d’avec le lieu de vie habituel, signifié parfois par le terme de ‘dépaysement’«  (Stock, 2003). Nous constatons, à cet effet, que le tourisme est un déplacement temporaire dans le territoire d’une autre société.

7Aujourd’hui, le touriste ne souhaite pas tant rester confiné dans un hôtel classique et préfère profiter de l’authenticité du territoire visité. Il tente de vivre comme la population du pays d’accueil. La fidélisation d’un individu à un lieu pour ses vacances est susceptible de générer progressivement un changement du lieu de résidence, l’amenant à s’expatrier définitivement dans un nouveau territoire et une société étrangère exotique, en se plongeant dans la plus grande altérité. Il quitte le quotidien de sa société moderne pour une nouvelle vie dans une autre société. Ici, il s’agit d’une mise en place d’une banalisation de la relation au territoire pour un nouveau quotidien. Il s’agit alors de changer de lieu de vie ou de résidence pour devenir ressortissant.

8Finalement, le déplacement touristique nous paraît différent d’une migration – où une personne quitte son pays pour aller vivre dans un autre, ce qui implique un renouvellement des rapports avec le territoire du pays d’accueil.

Le renouvellement des pratiques aux territoires touristiques et ses impacts

9Nous assistons de nos jours au renouvellement des pratiques touristiques au profit d’une intimité de plus en plus profonde entre le visiteur et le territoire visité : d’où la tendance à séjourner dans une résidence louée ou une maison d’hôtes, ou même chez l’habitant. Par exemple, après un ou plusieurs séjours dans une ville touristique, des touristes décident parfois de s’approprier des portions du territoire étranger en y achetant une résidence secondaire ou un terrain sur lequel ils construisent une résidence qui répond à leurs goûts (ou même une maison en ruine qu’ils rénovent). C’est toujours en raison d’une forte appréciation du territoire touristique que la décision est prise de l’habiter définitivement ou au moins une bonne partie de l’année.

10Dans le contexte actuel de mondialisation, les individus sont de plus en plus mobiles (Stock, 2001, cité dans Stock, 2003). Les rapports des touristes avec les territoires d’accueil évoluent progressivement pour donner de nouvelles formes, autres que touristiques. À cet effet, Rémy Knafou et Mathis Stock (2003, cités par Ceriani et al., 2005) définissent le tourisme comme étant « un système d’acteurs, de pratiques et des lieux qui a pour finalité la recréation des individus par le déplacement hors de leurs lieux de vie habituels, impliquant l’habiter temporaire d’autres lieux ». Mais cette habitation temporaire peut se faire, aujourd’hui, dans une résidence louée pour y vivre comme la population locale et avoir une certaine liberté.

11L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) en France a fixé un seuil du temps d’occupation pour distinguer « les résidences secondaires » des « résidences alternatives » ; la « résidence secondaire » est un logement utilisé pour les fins de semaine, les loisirs ou les vacances. Sa durée d’occupation ne doit pas dépasser six mois par an. Les logements meublés loués (ou à louer) pour des séjours touristiques sont également classés dans cette catégorie (Meyer, 2010). En Tunisie, la règlementation locale oblige les ressortissants étrangers à obtenir un titre de séjour s’ils résident plus de six mois dans le pays. Nous constatons d’ailleurs que pour ceux qui s’approprient une résidence et y demeurent au-delà de six mois, les pratiques deviennent autres que touristiques.

12Le secteur « résidentiel », touristique ou non, participe à l’ensemble des flux de revenus que captent les territoires d’accueil. Ces derniers possèdent la plupart du temps des attractivités naturelles ou patrimoniales pour meubler des séjours de dépaysement. Le phénomène a touché déjà l’Espagne, notamment l’île de Majorque, depuis les années 1980, pour se propager progressivement à d’autres pays touristiques de la Méditerranée, comme le Maroc et la Turquie. Mais ces flux trouvent aussi leurs raisons dans les pays de départ. L’augmentation du temps libre des aînés à cause de l’allongement de la durée de vie, les progrès technologiques, la recherche d’une vie plus simple et moins chère sont parmi les causes qui ont favorisé l’essor des mobilités touristiques et résidentielles entre les pays développés et d’autres qui le sont moins.

13Il reste à savoir si le nouveau phénomène résidentiel marque une véritable innovation dans le fonctionnement des flux entre les territoires émetteurs et récepteurs. D’ailleurs, Rémy Knafou (1991, cité par Baron-Yellès, 2006) qualifie de « révolution » le basculement du fonctionnement vacancier au système résidentiel. Sur le plan économique, ce phénomène des résidences d’étrangers génère des revenus considérables pour les territoires d’accueil, autant que le tourisme classique. Il pourrait participer au développement des territoires, en autant que ces derniers aient assez de potentiel. Il faut toutefois ajouter que tous les territoires ne sont pas égaux et que la propension à consommer localement varie d’un espace à l’autre. « Le lien entre base résidentielle et base touristique repose sur le fait que ces moteurs économiques dépendent principalement des atouts ‘résidentiels’ des territoires et non de leurs atouts productifs ‘classiques’ (coûts et profils de la main-d’œuvre, infrastructures, agglomérations, etc.). » (Pecqueur et Talandier, 2011 : 3)

14Les travaux récents en sciences régionales considèrent que les spécificités des territoires sont des facteurs de développement économique (modèles territoriaux d’innovation, clusters industriels, nouvelles économies géographiques, etc.) (Krugman, 1991, cité par Segessemann et Crevoisier, 2013). Le cadre de vie devient alors un élément majeur qui favorise le peuplement et la dynamique économique, d’où l’introduction du concept de « migration d’agrément » dans les pays anglo-saxons et en Europe. Ce concept vise à définir le mouvement de la population vers des lieux pittoresques, basé sur l’attrait d’agréments culturels et/ou naturels. Le territoire en question tire profit de ce phénomène de résidences d’étrangers. L’approche de l’« économie résidentielle » (les populations qui habitent le territoire) qui désigne en partie les rentes de retraités étrangers, captés de l’extérieur du territoire, aborde le développement territorial sous l’angle du modèle de la base économique. L’approche par l’« économie présentielle » se focalise sur le potentiel de demande ou de consommation locale, notamment des populations qui se déplacent et qui consomment sur un territoire (résidents étrangers, touristes, personnes de passage, etc.) (Gaigne et al., 2005, cité dans Segessemann et Crevoisier, 2013).

15L’attractivité résidentielle ou touristique des territoires doit être appréhendée dans sa double dimension : attirer et retenir les revenus (ou populations qui génèrent ces revenus). D’ailleurs, capter des revenus extérieurs constitue l’une des étapes du développement territorial. Mais, comme tout processus, ce type de développement résidentiel suscite de nombreuses inquiétudes : pressions foncières, sociales, culturelles et environnementales. Ces mobilités de personnes peuvent être responsables de la fragilité du territoire en générant des déséquilibres microéconomiques et des chocs socioculturels.

16Le secteur résidentiel a le potentiel de favoriser l’essor des emplois domestiques et artisanaux dans les territoires en crise, surtout après le déclin du secteur touristique. Ces emplois qui répondent à la demande locale sont protégés de la concurrence mondiale et constituent un réel débouché pour des personnes peu ou pas qualifiées. Il s’agit de possibilités de recrutement qui permettent de lutter contre le chômage des jeunes et des femmes. Ces emplois peuvent aussi être facteurs d’intégration pour des populations exclues ou marginalisées (Pecqueur et al., 2011: 15). Le secteur résidentiel est donc susceptible de générer des revenus constants en devises pour les autorités locales. Enfin, il constitue une véritable opportunité de développement économique pour des territoires qui commencent à vivre l’essoufflement du tourisme de masse, comme c’est le cas en Tunisie.

L’évolution du phénomène résidentiel en rapport avec le secteur touristique en Tunisie

17Le phénomène des résidences des étrangers a été à l’origine du développement du tourisme balnéaire dans plusieurs villes en Tunisie, notamment à Hammamet. Il convient de se demander si la demande résidentielle actuelle est un retour à ce phénomène ancien où plutôt un nouveau débouché de l’évolution du système touristique.

Les résidences des étrangers : un phénomène ancien en Tunisie

18L’immigration des étrangers dans les villes tunisiennes, notamment littorales, n’est pas, en réalité, un phénomène nouveau. Il a déjà commencé au début du XXe siècle à Hammamet. D’ailleurs, les étrangers ont commencé à y construire des maisons et à y résider pour une motivation de villégiature dans un cadre naturel où s’associent la nature et la mer. Ce phénomène, calqué sur qui est déjà pratiqué en Europe, est en quelque sorte une « villégiature du soleil » (Boyer, 2008).

19La première maison d’étranger construite (en 1921) dans le golfe de Hammamet, à quelques centaines de mètres au sud de la médina de Hammamet, est celle du milliardaire roumain George Sébastian. Ce dernier a reproduit le vocabulaire architectural local, en y apportant certaines innovations ; il a inventé les arcades semi-circulaires entourant sa piscine en marbre local. Celui-ci a invité dans sa nouvelle demeure des célébrités et des artistes européens, qui ont été charmés par l’ambiance orientale. De nouveaux Occidentaux, comme l’Anglais Jean Henson, ont alors fait construire, en bordure du golfe de Hammamet, des maisons dans un style semblable (Hellal, 2015).

20La structure de dar (maison traditionnelle en Tunisie) que Sébastian a recréée est vulgarisée par les premiers promoteurs hôteliers à Hammamet. En fait, Sébastian a puisé dans le registre linguistique local pour nommer sa résidence : Eddar El Kbira, qui signifie « la grande maison ». Son concept de maison sera répliqué par des étrangers et puis des nationaux qui vont se succéder dans la médina et sur la partie méridionale du golfe de Hammamet qu’on appelle « la corniche » : Dar El Kamar, Dar Eyquem, Dar Pascal, etc. D’ailleurs, c’est là que l’image touristique de Hammamet commence à se forger (Hellal, 2015).

21Outre qu’il soit un acteur important pour ceux qui veulent découvrir Hammamet et comprendre son image touristique qui s’est consolidée au milieu de XXe siècle, notons que Sébastian a essayé de valoriser le patrimoine historique à Hammamet qui s’était dégradé au fil du temps. Il s’est pareillement beaucoup impliqué dans la vie locale.

[I]l nettoya et restaura la kasba endommagée par l’occupation militaire française, durant plusieurs décennies, afin de restituer à Hammamet cette forme anguleuse, rectangulaire et encore anguleuse. Il aménagea des souks couverts, installa un bain maure, rénova les échoppes offertes aux artisans, créa un café maure aux pieds des remparts y imposant son style reconnaissable aux trois grands arcs qui reposent sur de frêles et hauts piliers. De même, un marché aux poissons en voûte basse est construit et un marché de fleurs est envisagé. Le minaret de la grande mosquée (XVI) ainsi que la coupole de Sidi Abdelkader El Jilani (XVII) sont badigeonnés en blanc. Sebastian fait percer une porte dans les remparts du côté nord-ouest qui porte son nom. (Boukraa, 1993)

22Sébastian s’est par ailleurs opposé à la suppression du cimetière marin qui est une des spécificités de Hammamet.

23Si Sébastian et puis Henson au début de XXe siècle ont été suffisamment fascinés par le patrimoine naturel de Hammamet, et particulièrement la mer et les vergers, pour y construire leur maison sur le golfe, d’autres touristes occidentaux, à partir des années 1940, ont commencé à s’installer à l’intérieur de la médina même de Hammamet, en rachetant des maisons pour y résider après les avoir rénovées et adaptées à leur goût et à leurs exigences de confort. Parfois encore, ceux qui ne trouvent pas un dar au sein de la médina y achètent un atelier d’artisan pour le convertir en maison (Hellal, 2015).

24Les résidences des étrangers ont été le point de départ pour le développement du tourisme à Hammamet. En fait, le Miramar, premier hôtel créé (en 1958) pour le tourisme balnéaire, a pour noyau la résidence d’un Anglais, tandis que le Fourati est édifié à partir de la résidence du colonel Brut. Dès le début, le développement du tourisme dans la ville de Hammamet (dans les années 1960) s’est fait pour répondre à une volonté des touristes européens de changer de cadre de vie ; « partir en vacances, c’est d’abord fuir la ville » (Vidal et al., 2007). L’espace touristique devait donc être différent des lieux de la quotidienneté, qui sont densément peuplés.

25Outre la mer qui reste la principale attraction, la ville de Hammamet, grâce à son origine agricole et son cachet urbanistique, offre un espace idéal de repos. Les établissements hôteliers balnéaires ont été édifiés dans de vastes jardins, en continuité urbaine avec les premières résidences d’étrangers dans le golfe de Hammamet. Ces hôtels se distinguent par leur petite échelle qui leur permet de bien s’intégrer dans leur environnement agricole verdoyant.

26Les premières résidences d’étrangers et les premiers hôtels d’avant l’Indépendance ont esquissé en quelque sorte l’avenir de l’activité touristique à Hammamet. Ces résidents étrangers ont essayé de dialoguer avec la communauté et de la comprendre plutôt que de la changer. En fait, Henson et Sebastian se sont inspirés de la culture communautaire pour choisir leur style de vie. Ces précurseurs n’ont donc pas perturbé l’environnement et la société locale, en impliquant au contraire la main-d’œuvre locale et en mettant à profit son expérience pour construire leur dar avec les matériaux locaux. Plus tard, le tourisme de masse rompra cette relation intime entre le visiteur et le visité, en instituant un nouveau système d’acteurs sur ce territoire.

L’évolution du système touristique en Tunisie

27Le tourisme en Tunisie a commencé avec de maigres flux de tourisme itinérant et culturel en provenance de l’Europe (Vidal et al., 2007). Les premières unités réalisées étaient plutôt des hôtels urbains. Progressivement, la vogue du tourisme balnéaire a touché la Tunisie, comme ce fut le cas en France dans les années 1930. En 1954, le premier Club Med a été créé au sud de la Méditerranée, à Djerba.

28La Tunisie a obtenu son indépendance en 1956. L’héritage colonial en matière d’infrastructure touristique (entre 5000 et 6000 lits) et le manque des revenus en devises ont favorisé l’adoption d’une politique de développement touristique. L’État, devant l’impuissance du privé, a créé des institutions chargées de développer l’activité touristique. C’est ainsi que le 4 juin 1959, la Société hôtelière touristique de Tunisie (SHTT) a été créée, avec le mandat d’assumer le développement touristique : acquisition des terrains, réalisation des hôtels, formation des professionnels, et ainsi de suite. Pendant les années 1960, le tourisme, alors devenu de masse, n’est plus qu’un simple secteur d’aide au développement, il est un pilier de l’économie (Miossec, 1996).

29Dans les années 1970, pour réaliser des économies d’échelle, rationaliser l’espace et éviter la défaillance en matière d’infrastructures touristiques, l’État tunisien, encouragé par la Banque mondiale, a eu recours à la planification de zones touristiques, à l’aide de ses nouvelles institutions spécialisées : l’Agence foncière touristique (AFT) et l’Office national du tourisme (ONTT). Si le facteur le plus décisif pour lancer le tourisme international a été l’intervention massive des pouvoirs publics, il semble que l’influence des organisateurs de voyages et les motivations de la clientèle européenne consommatrice de ces espaces expliquent les choix adoptés (Miossec, 1996). Cette phase a elle aussi été marquée par le développement d’espaces touristiques essentiellement balnéaires et par un aménagement de type linéaire. Ces réalisations hôtelières des années 1970, qui concrétisent le « concept de zonage », sont le reflet d’une planification qui délimite l’espace et crée des enclaves touristiques. Néanmoins, l’insuffisance de l’animation, l’aspect saisonnier et l’emplacement loin de la ville de ces espaces touristiques monofonctionnels ont poussé les responsables du tourisme en Tunisie à penser à un nouveau « concept » d’aménagement touristique : la « station intégrée ».

30La volonté de rompre avec un urbanisme touristique enclavé et peu animé a favorisé, depuis la fin des années 1970, la création des stations touristiques intégrées en Tunisie, dont la station El Kantaoui au nord de Sousse. En fait, grâce au financement privé national, mais surtout en provenance du Golfe arabique, cette nouvelle conception a permis de diversifier l’offre en hébergement touristique (hôtellerie, para-hôtellerie, résidences individuelles) en y adjoignant des pôles d’animation (marina, golf…). La richesse des offres et l’installation d’une population permanente en partie étrangère dans leur résidence individuelle permettent à la station intégrée de fonctionner sur toute l’année.

  • 2 L’assassinat de deux leaders politiques : Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.

31Malgré les efforts de diversification de l’offre balnéaire, la destination Tunisie est devenue aujourd’hui peu attractive. Elle souffre d’une défaillance d’image, son produit touristique restant limité au soleil, au sable et à la mer. Malgré les tentatives étatiques de diversifier l’offre (tourisme saharien, culturel, écologique…), les structures touristiques restent concentrées sur le littoral. Outre sa saisonnalité, le produit tunisien demeure sensible à la conjoncture internationale et à la situation sécuritaire et politique interne. La première guerre du Golfe a été la secousse initiale et un signal d’alarme pour la destination. L’attentat de 11 septembre 2001 aux États-Unis et surtout celui de 22 avril 2002 à Djerba ont essoufflé le tourisme tunisien qui a perdu son premier marché, celui de l’Allemagne. Après les deux assassinats politiques2 survenus en Tunisie en 2012, les attentats du Musée du Bardo le 18 mars 2015 et d’une station balnéaire de Sousse le 26 juin de la même année, la destination a entamé une nouvelle phase de crise structurale. Quand les agents de voyages ont commencé à bouder la Tunisie, les entrées et les nuitées touristiques ont sensiblement baissé (voir illustration 1).

Illustration 1 : L’évolution des entrées touristiques en Tunisie entre 2000 et 2015

Illustration 1 : L’évolution des entrées touristiques en Tunisie entre 2000 et 2015

Source : Réalisation personnelle à partir des statistiques de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT)

32Cette crise a des répercussions sur les villes tunisiennes : hôtels désertés, fermetures de boutiques, crise sociale… Après des dizaines d’années de développement du secteur touristique, celui-ci se reflète sur la vie économique et sociale et sur la réalité urbaine dans les villes tunisiennes. « On peut considérer que le tourisme est actuellement co-constructif de l’urbanité des villes : sans tourisme, le degré d’urbanité de la ville est plus faible (en raison de nouveaux types de services et en raison de pratiques et de corps plus diversifiés). » (Stock et Lucas, 2012 : 28)

33En raison de cette crise, les villes tunisiennes sont contraintes de changer leurs rapports avec le secteur touristique et avec le touriste qui reste le principal acteur du système touristique (Stock, 2003). Malgré que son expérience soit fortement contestée, le Maroc, voisin et concurrent direct de la Tunisie, a su développer une nouvelle image touristique à travers ses villes impériales, Marrakech, Rabat, Fès et Meknès, en présentant des nouveaux produits : tourisme culturel, tourisme résidentiel. À titre d’exemple, le produit d’hébergement « riad » à Marrakech a participé à la création d’une image d’une destination de dépaysement pour tout le Maroc.

34Malgré la crise du tourisme de masse ces dernières années, les villes tunisiennes qui possèdent des zones, des stations touristiques et surtout des médinas authentiques semblent attirer des étrangers, pour une motivation résidentielle et non seulement vacancière. Ces étrangers, qui décident unilatéralement de vivre en Tunisie, sont encouragés par les moyens modernes d’échanges et d’information (liaisons aériennes nombreuses et Internet qui facilitent le télé-travail et les rapports familiaux). Cette tendance, qui pourrait être un levier pour dynamiser les tissus urbains des villes touristiques, nous semble nécessiter un examen plus approfondi.

La nouvelle tendance des résidences des étrangers en Tunisie

35Depuis le début des années 2000 et parallèlement à la multiplication des hébergements en « riad » (maison traditionnelle avec patio et jardin intérieur) à Marrakech, on assiste à un nouveau regain de la part des Européens pour les résidences en Tunisie. Malgré que les autorités tunisiennes aient refusé de nous préciser des chiffres (pour des raisons sécuritaires), nos observations directes nous permettent de croire à l’importance du phénomène.

  • 3 Yasmine-Hammamet est une nouvelle station touristique intégrée réalisée dans les années 1990. La ma (...)

36Hammamet continue à attirer les résidents étrangers et plusieurs y ont acquis un appartement, notamment au nord de sa zone touristique ou dans la nouvelle station touristique « Yasmine-Hammamet », précisément dans sa marina et sa fausse médina3. Les autres villes touristiques et littorales (Sousse, Monastir) ont déjà leur part. Si leur médina n’attire pas de résidents étrangers, après avoir perdu leur originalité en raison de la modernisation de leurs structures urbaines, alors leurs zones touristiques, notamment leur marina et ses quartiers résidentiels huppés, constituent des lieux de résidence privilégiés pour les étrangers européens. Tozeur, une ville désertique dont la médina est originale, est la seule ville de l’intérieur qui attire ces résidents étrangers. Ainsi, Djerba, notamment l’agglomération Erryadh – là où se trouve la synagogue et où habite la majorité de la communauté juive de Djerba –, attire de plus en plus d’étrangers qui décident de s’y installer. Ces ressortissants profitent du climat de sécurité exceptionnelle (assurée par la police tunisienne) de ce quartier et de l’assoupissement des procédures d’acquisition du foncier au cours des dernières années. Cette souplesse est confirmée par la participation annuelle de la Tunisie à la foire de l’immobilier à Paris. Par ailleurs, la réglementation tunisienne pour l’acquisition d’un foncier par un étranger reste rigide par rapport au pays voisin, le Maroc.

37En vertu du Décret du 4 janvier 1957 et de la Loi no 61 du 27 juin 1983, les étrangers ne peuvent acquérir, en Tunisie, un bien foncier immobilier (construit ou non construit) non agricole qu’après avoir été autorisés par la Banque centrale et le gouverneur territorial compétent. En réalité, ce dernier n’est qu’un relais du ministère de l’Intérieur qui autorise l’achat, et ce, seulement après une enquête internationale (auprès d’Interpol) sur l’acquéreur.

38En 2014, des étrangers ayant demandé un permis d’achat d’immobilier ont porté plainte auprès du président du gouvernement de Mehdi Jomaa en raison de la lenteur des procédures. Ce dernier a adressé un télégramme aux services compétents pour que l’autorisation du gouverneur ne dépasse pas trois mois (au lieu de plusieurs mois, voire plusieurs années comme c’est souvent le cas). Or, il n’y a pas à ce jour eu de suite. En fait, au cours de nos entretiens réalisés avec les autorités en octobre 2015, nous avons appris que cette autorisation prend en pratique énormément de temps. Du reste, ce télégramme, perçu comme étant une tentative « d’accélérer la vente du pays », a été sévèrement critiqué par des centaines de citoyens tunisiens dans le réseau social Facebook, surtout les pages tenues par « les jeunes de la révolution tunisienne ». En réponse à cette vague de protestations, Mehdi Jomaa déclarait, le 14 mai 2014 : « La loi n’a absolument pas changé, nous avons ‘juste’ défini un nouvel intervalle de temps nécessaire à l’obtention de l’autorisation qui est de 3 mois (à la place de 3 ans, voire plus)… La raison est la promotion de l’investissement4 ».

39Pour obtenir l’autorisation du gouverneur, le candidat à l’appropriation d’un bien immobilier est contraint de déposer cinq exemplaires d’un dossier qui contient plusieurs documents. Malgré la lourdeur de ces procédures, de l’année 2000 jusqu’à 2010, au-delà de 22 000 Français se sont installés en Tunisie, avec un taux d’augmentation de 15 % chaque année. Parmi ces expatriés français, on trouve de nombreux retraités qui achètent ou font construire leur résidence en vue de passer leur retraite dans ce pays qui les a séduits par sa douceur de vivre et son climat très clément. Ils profitent des prix bas de l’immobilier (comparé à l’Europe) pour investir dans un logement. En plus, les Français sont particulièrement motivés par une convention visant à éliminer la double imposition qui a été signée entre la Tunisie et la France. Ainsi, les aînés qui sont devenus résidents tunisiens et habitent en Tunisie au moins six mois et un jour par année bénéficient d’un abattement d’impôt sur les revenus. D’ailleurs, la procédure pour devenir résident tunisien est simple et ce statut permet d’être exonéré de la taxe de séjour lors de l’entrée aux frontières tunisiennes après chaque voyage à l’étranger. Conséquemment, sur le plan réglementaire, un étranger résident en Tunisie a sur plusieurs plans un statut équivalent à celui d’un citoyen tunisien. De ce fait, le considérer comme un touriste de passage s’avère peu logique.

40Ces habitants étrangers recherchent surtout la proximité des plages ou les maisons qui présentent une originalité architecturale, surtout dans les médinas. Devant le manque de données et de statistiques sur ce phénomène des habitants étrangers en Tunisie, nous prenons comme étude de cas la ville touristique de Mahdia, sur le littoral central de la Tunisie, pour tenter de dégager les caractéristiques de ce phénomène et ses rapports au territoire.

Mahdia : un territoire en transition

41Plus que les autres villes touristiques tunisiennes, Mahdia est particulièrement touchée par le phénomène des résidences touristiques habitées par les Européens. C’est pour cette raison que nous l’avons choisie comme cas d’étude.

Les conditions de développement du phénomène résidentiel dans la ville touristique de Mahdia

42Ville millénaire et première capitale de la dynastie Fatimide au Xe siècle, Mahdia, chef-lieu du gouvernorat du même nom, est aujourd’hui une agglomération urbaine de 80 000 habitants. Sa médina, qui a gardé son authenticité, s’étend sur une presqu’île rocheuse d’une superficie de 25 hectares ; elle représente aujourd’hui un atout patrimonial majeur pour le développement territorial.

43À Mahdia, le tourisme balnéaire de masse s’est développé depuis les années 1980, loin du centre-ville. Aujourd’hui, on y observe un chapelet d’hôtels parallèles au littoral. Cette zone touristique est liée à la vieille ville par une promenade. La médina est restée un produit annexe au tourisme littoral. Au cours des dernières années, nous avons constaté une crise du tourisme de masse à Mahdia, à l’instar du reste de la Tunisie.

44Comme toutes les villes touristiques du pays, Mahdia connaît aujourd’hui une mutation de son système touristique qui dérive vers des produits autres que l’hôtellerie classique. Les divers projets résidentiels au nord de la ville de Mahdia démontrent une tendance à diversifier l’offre touristique en fonction de la flexibilité de la demande. Dans un contexte de crise, le secteur résidentiel apparaît comme étant une alternative à un secteur touristique affecté par l’évolution de la demande et par les différents incidents politiques et atteintes à la sécurité survenus depuis le début des années 2001. Nous avons choisi d’étudier ce phénomène à Mahdia. À cet effet, nous avons réalisé (en octobre 2015) 25 enquêtes semi-directives avec des habitants étrangers dans cette ville touristique, selon un échantillonnage aléatoire.

45Sur le terrain, nous avons observé une grande concentration d’habitants étrangers dans la médina : plus de la moitié des enquêtés habitent dans ce noyau ancien. Toutefois, nous signalons que ces résidents étrangers se concentrent surtout sur le côté nord de la médina, où l’accès à la mer est plus facile et la vue sur le golfe est plus agréable. Ces nouveaux habitants de la médina acquièrent une maison en ruine, parfois un dépôt d’huile, en arabe zendana, pour les rénover entièrement. Ils essaient de respecter la structure originale des bâtis, en gardant ou reproduisant le patio et les voûtes des chambres par exemple.

  • 5 L’équivalent de 44 898 euros, selon la parité 1 euro = 2,45 DT (en octobre 2016).
  • 6 Ben Ali a été déchu à la suite de la révolution du 14 janvier 2011.

46Le phénomène d’appropriation des étrangers a commencé dans les années 2001-2002. La première maison qui a été vendue à un prix très intéressant par rapport au prix du foncier pratiqué dans la médina, est le Dar Chrif, pour 110 000 DT5. Parallèlement, des promoteurs touristiques tunisiens ont anticipé la crise du secteur pour constituer un capital foncier afin de le réinvestir plus tard. Quelques citoyens de la médina de Mahdia que nous avons interviewés en octobre 2015 estiment qu’il a eu un complot, du temps du président dictateur Zine El Abidine Ben Ali6, entre les hommes d’affaires et les hommes politiques, pour vider leur médina et la transformer en un grand projet résidentiel à destination des étrangers. Même si cette tentative a avorté, nous relevons un phénomène irréversible, l’installation des étrangers dans la médina de Mahdia, qui a eu pour résultat de décupler le prix du foncier, bien qu’il varie selon la situation de la propriété par rapport à la mer. La partie septentrionale de la médina, distante de l’artère principale, attire davantage les acheteurs étrangers, puisqu’elle est la partie la plus charmante à leurs yeux, du fait qu’elle est constituée d’un alignement de maisons blanches et offre une vue sur la mer (illustration 2). En revanche, cette partie de la médina a été moins appropriée par les autochtones par rapport au reste de la vieille ville, car elle est la plus exposée au vent du nord et à l’humidité.

Illustration 2 : La partie septentrionale de la médina qui attire le plus d’acheteurs étrangers

Illustration 2 : La partie septentrionale de la médina qui attire le plus d’acheteurs étrangers

Photo : Mohamed Hellal, 14 octobre 2015

47Après que la médina de Mahdia ait été un espace dédaigné de sa population aisée pour plusieurs causes (insalubrité, manque d’espaces de stationnement, problèmes d’humidité), ce phénomène nouveau des résidences des étrangers l’a rendue plus attractive. Par exemple, deux travailleurs à l’étranger d’origine mahdoise y ont réalisé deux maisons d’hôtes (voir illustration 3), ce qui prouve un changement de regard envers la médina. « [H]abiter touristiquement la ville modifie donc la façon dont l’espace urbain pose problème, car ce qui est ‘indifférence’ devient différence et donc l’objet du regard touristique » (Stock et Lucas, 2012 : 26). Il s’agit ici, comme ailleurs en Tunisie, notamment à Hammamet et à Tozeur, d’un processus de gentrification, d’une reconquête des noyaux anciens par une population aisée. Observé déjà dans les grandes villes occidentales, ce phénomène, qui a commencé à toucher les médinas du Maroc depuis les années 1990, est pertinent pour comprendre l’évolution récente des centres historiques au Maghreb. C’est en fait un mouvement de retour d’une population nationale et l’installation d’étrangers avec des conditions de vie plus élevées dans l’espace résidentiel des médinas de Marrakech, de Rabat, d’Essaouira, de Fès et de Meknès. Cette gentrification est à l’origine de transformations dans la morphologie urbaine et sociale des médinas. Anne-Claire Kurzac-Souali (2010 : 63) constate qu’« aujourd’hui, ces tissus historiques, loin d’être relégués au seul champ de la conservation, sont à reconsidérer par la fonction résidentielle, la fonction commerciale et la fonction culturelle qu’ils occupent ».

Illustration 3 : Maison d’hôtes réalisée par un Mahdois

Illustration 3 : Maison d’hôtes réalisée par un Mahdois

Photo : Mohamed Hellal, 14 octobre 2015

48À Mahdia, et ce depuis une dizaine d’années, nous avons constaté que de simples maisons (dars) à cour fermée ont été rachetées et restaurées par des étrangers, des Français surtout, mais aussi des Italiens et des Belges. Le phénomène s’est accéléré après la diffusion de reportages télévisés et leur propagation par le réseau Internet. Les populations installées dans la médina rêvent de combler leur désir d’exotisme. Mais on y trouve aussi des étrangers, installés dans des appartements situés dans la zone touristique, notamment en deuxième bande et à proximité de la promenade littorale et parfois au centre-ville. Ce sont surtout des retraités qui cherchent une vie moins chère qu’en Europe, un climat plus chaud et la proximité de la plage. Selon nos enquêtes semi-directives, les retraités, qui ont été de simples employés ou fonctionnaires d’État, habitent au centre-ville moderne ou dans les quartiers périphériques de la ville, près de la zone touristique. Par ailleurs, les étrangers (anciens cadres, professions libérales, etc.) qui s’installent dans la médina ont un niveau de vie plus élevé, ce qui leur a permis d’acheter une maison à un prix relativement cher et de la rénover. Nous avons constaté que la requalification immobilière par réhabilitation ou rénovation est le reflet d’une certaine requalification sociale.

49Finalement, la médina de Mahdia constitue un espace urbain en mutation grâce à la mise en valeur de son patrimoine construit et la revitalisation de ses fonctions économique et résidentielle. Ce changement n’est pas sans effets sur le rapport entre la population autochtone et les résidents étrangers, d’un côté, et sur le territoire, de l’autre.

Les effets sur le territoire du phénomène d’habitation d’étrangers

50Dans la médina de Mahdia, nous assistons à un processus de patrimonialisation passant en grande partie par une appropriation des lieux par des étrangers sous la forme d’une reconquête des espaces résidentiels. Cela soulève la question de qui sillonne et habite les lieux et, inversement, de ce que peut signifier pour les Tunisiens cette incursion étrangère plus ou moins permanente dans un territoire porteur d’une identité culturelle spécifique.

51La médina de Mahdia est déjà un territoire fragilisé par la migration de sa population originale vers d’autres villes tunisiennes, notamment Tunis, ou tout simplement par leur déménagement vers les quartiers les plus modernes de la ville. De ce fait, on y compte aujourd’hui encore plusieurs maisons non habitées ou même en ruine. Toutefois, il faut dire que la conscience patrimoniale des Mahdois s’est développée avant même l’apparition du phénomène des « résidences des étrangers », par la création de l’Association de sauvegarde de la Médina (ASM) en 1992. Mais au fur et à mesure de l’évolution de l’activité résidentielle dans la médina de Mahdia, la société civile s’est graduellement conscientisée à l’importance de son patrimoine construit. Ici, comme ailleurs au Maghreb, « le rapport au patrimoine est cependant évolutif, même si la question de sa réutilisation fonctionnelle pour le régénérer reste délicate, car elle est surtout initiée par les Occidentaux » (Karzac-Souali, 2007: 82).

52Les touristes découvrent l’atmosphère d’une ville ancienne encore fonctionnelle dans la médina. On y trouve des hébergements à bas prix pour les « routards » et les touristes nationaux, dont les hôtels Médina et El Jazira, qui ont ouvert leurs portes dans les années 1960. Le nouveau « capital touristique » de cette structure urbaine ancienne est ainsi converti en valeur économique, notamment sur le marché de l’immobilier (Stock et Lucas, 2012 : 26). Les conséquences directes ou indirectes de ce mouvement sont : une requalification sociale des médinas, une morphologie urbaine en cours de transformation et une mise en cause de la question patrimoniale dans cet espace social en mutation. Nous avons observé d’ailleurs que l’implantation des maisons d’hôtes et des résidences secondaires participe à la transformation de la médina. Aussi la réhabilitation du bâti des dars permet-elle aujourd’hui de restaurer un patrimoine en mauvais état, de relancer surtout les secteurs de la construction et de l’artisanat, déjà en crise (illustration 4). Et malgré tout cela, de nos entretiens se dégage de l’angoisse de la part de l’élite autochtone, liée à la peur de l’invasion.

Illustration 4 : Maison achetée et réhabilitée par un Italien

Illustration 4 : Maison achetée et réhabilitée par un Italien

Photo : Mohamed Hellal, 14 octobre 2015

53Les nouveaux habitants étrangers créent leurs propres liens sociaux dans la ville de Mahdia ; pour autant ils n’ont pas les mêmes pratiques sociales que les autochtones. Ils établissent des relations amicales avec d’autres personnes de la communauté étrangère, les voisins et les personnes bien placées dans la société locale. Lors de nos observations directes et de nos entretiens, nous avons remarqué que l’installation permanente des étrangers engage un nouveau rapport des habitants aux Occidentaux. Si le matin ces étrangers s’attablent avec les autochtones dans les cafés populaires, le soir ils font des sorties dans les restaurants avec d’autres personnes de la communauté européenne. Ces résidents se construisent une vie équilibrée autour d’identités multiples. Toutefois, il y a des différences au niveau de l’insertion dans la société locale ; si la communauté italienne est en apparence bien intégrée à la société mahdoise, nous trouvons que la communauté française, surtout celle de confession juive, est plus retirée. Selon un entretien réalisé en octobre 2015 avec un artiste-peintre qui connaît bien la communauté européenne à Mahdia, il y a beaucoup de Français qui ont déjà vendu leur maison, ou s’apprêtent à le faire. Au final, à Mahdia, l’arrivé des étrangers comme habitants, et non plus comme touristes, transforme les rapports classiques dans lesquels les étrangers étaient des hôtes, puisqu’ici ils se sédentarisent.

54Sur le plan de la morphologie urbaine, la médina de Mahdia n’est pas investie par les résidents étrangers de la même manière : on y trouve des coins plus investis que d’autres. D’ailleurs, dans les quartiers les plus populaires, on se plaint du bruit, de l’insalubrité et des problèmes de voisinage. Dans cette médina, on assiste donc à la mise en place d’une réelle ségrégation spatiale et sociale. L’entretien ou le renouvellement partiel des anciens bâtis par des investisseurs étrangers et la requalification induite des espaces résidentiels dans d’autres témoignent d’une vie dans la médina à deux vitesses : des îlots de richesse dans une structure généralement modeste.

55Nous avons relevé en outre au fil de nos entretiens qu’il existe une élite locale peu favorable à la récupération des biens immobiliers de la médina par les étrangers. L’invasion est ressentie par cette élite qui désire conserver une médina traditionnelle et authentique. Elle craint de voir les plus belles maisons achetées par des étrangers et le foncier devenir inaccessible pour la population locale. Pour quelques-uns, les vendeurs de maisons sont en train de trahir l’identité du territoire et la nation. Un membre de l’ASM dit :

Les impacts économiques du phénomène d’immigration des étrangers sont plutôt négatifs. Le seul qui en bénéficie est le vendeur de la maison. À cause de ce phénomène, les prix du foncier flambent, de façon telle que le fonctionnaire de l’État ne peut pas acheter une maison. En plus, les résidents étrangers consomment les produits subventionnés par l’État comme le sucre, le pain, l’huile végétale… Moi, je vois qu’il s’agit d’un nouveau colonialisme. Ça ne m’étonnerait pas qu’un jour nous trouvions une nouvelle église construite à Mahdia. Le seul point positif dans ce phénomène est que ces résidents étrangers paient les taxes locatives et municipales, car ils ont l’habitude de le faire chez eux. (Entretien en arabe avec Mohamed Bou Hlel, membre de l’ASM de Mahdia, 14 octobre 2015.)

56Les modalités de valorisation du patrimoine construit tendent à devenir des faits individuels ; chaque propriétaire réhabilite sa maison pour y vivre selon ses besoins, son goût et ses moyens. Les étrangers ont ramené de nouvelles techniques d’isolation thermique et sonore pour adapter leur construction à l’humidité du milieu, et les artisans locaux en tirent profit. Mais aussi, ils ont introduit des matériaux modernes de construction : l’aluminium, le verre fumé et le fer forgé à l’occidentale. Néanmoins, ils restent fidèles aux couleurs types de Mahdia : le blanc pour les murs et le bleu pour la menuiserie. Ici, nous attirons l’attention sur les failles d’encadrement et le contrôle municipal et de l’ASM. Les pratiques illégales entretiennent les conflits d’intérêts, d’usages et de pratiques des espaces de vie. Les résidents étrangers sont même gênés par les autochtones qui ajoutent des étages sans autorisation ou squattent le domaine public. Bref, nous avons remarqué une différenciation entre les anciens et les nouveaux habitants étrangers de la médina suivant leurs représentations et leurs pratiques urbaines.

57Finalement, à Mahdia, nous assistons à la mutation du système touristique en un fonctionnement résidentiel qui s’accompagne de transformations territoriales profondes et structurelles. D’ailleurs, le passage progressif des flux touristiques aux flux résidentiels s’explique par une évolution des comportements en matière de mobilité. Étant donné que les conditions de la demande touristique ont changé, l’évolution des mobilités individuelles a transformé les manières de consommer le territoire.

Conclusion

58Cet article a souhaité montrer que la Tunisie, notamment la ville touristique Mahdia, connaît depuis le tournant des années 2000 des mutations profondes des mobilités des étrangers sous l’effet de deux facteurs principaux. D’abord, une crise structurelle du tourisme de masse, dont le marché européen est parvenu à un stade de maturité. Ensuite, une évolution de la demande : en passant d’un modèle d’estivants classiques à celui de nouveaux résidents, la gestion des temporalités et les modes d’inscription dans le territoire changent grandement. Ce phénomène des résidences des étrangers, qui se situe en aval du développement du système touristique, ressemble beaucoup à celui du début du XXe siècle, en amont.

59Le fait que les étrangers deviennent propriétaires et habitants permanents des logements transforme leur position, car ils ne sont plus considérés comme des touristes, mais comme des habitants-acteurs de la vie sociale et économique. Les évolutions urbaines et sociales profondes, comme à Mahdia, montrent à quel point les villes touristiques, notamment les centres anciens comme les médinas, sont dynamiques, évolutifs, et s’insèrent dans le processus de mondialisation. Les acteurs locaux estiment que le nouveau phénomène résidentiel des étrangers s’inscrit dans un long processus de domination européenne. Enfin, cet exposé alimentera la réflexion sur la confrontation, en particulier dans un contexte de mondialisation, entre des forces de territorialisation et des forces de reterritorialisation (Raffestin et Bresso, 1982).

Top of page

Bibliography

Augustin, Jean-Pierre, 2010, « Destination touristique et attractivité résidentielle », Sud-Ouest européen, no 29, p. 1-5.

Baron-Yelles, Nacima, 2006, « De la fréquentation touristique de masse aux flux résidentiels : le cas de l’Algarve (Portugal) », Métropolis, no 65, p. 63-74.

Boukraa, Ridah, 1993, Hammamet le paradis perdu : Étude anthropologique et écologique de la métamorphose d’une communauté, Aix-en-Provence, Centre des hautes études touristiques.

Boyer, Marc, 2008, Les villégiature du XVIe au XXIe siècle. Panorama du tourisme sédentaire, Cormelles-le-Royale (France), EMS, coll. « Management et Société ».

Ceriani, Giorgia, Philippe Duhamel, Rémy Knafou et Mathis Stock, 2005, « Le tourisme et la rencontre de l’autre. Voyage au pays des idées reçues », L’autre, vol. 6, no 1, p. 71-82.

Di Méo, Guy et Pascal Buléon, 2005, L’espace social : Lecture géographique des sociétés, Paris, Colin.

Hellal, Mohamed, 2015, La station touristique intégrée Yasmine-Hammamet (Tunisie). Enjeux stratégies et système d’action (1989-2009), thèse de doctorat en géographie, Université d’Angers.

Kurzac-Souali, Anne-Claire, 2007, « Rumeurs et cohabitation en médina de Marrakech : l’étranger où on ne l’attendait pas », Hérodote, no 127, p. 64-88.

Kurzac-Souali, Anne-Claire, 2010, « Les médinas marocaines : une requalification sélective. Élites, patrimoine et mondialisation au Maroc », Insaniyat, no 50, octobre-décembre, p. 61-67.

Meyer, Anne-Marie, 2010, « La résidence secondaire en Aquitaine : profils territoriaux », Sud-Ouest européen, n°29, p. 23-35, mis en ligne le 24 février 2016, <http://soe.revues.org/1385>, DOI : 10.4000/soe.1385, consulté le 25 octobre 2015.

Miossec, Jean-Marie, 1996, Le tourisme en Tunisie, un pays en développement dans l’espace touristique international, thèse de doctorat en géographie, Université François Rabelais, Tours.

Pecqueur, Bernard et Magali Talandier, 2011, « Les espaces de développement résidentiel et touristique – état des lieux et problématiques », Territoires 2040 : Revue d’études et de prospective, Documentation française ; DATAR.

Raffestin, Claude et Mercedes Bresso, 1982, « Tradition, modernité, territorialité », Cahiers de géographie du Québec, vol. 26, no 68, p. 185-198.

Segessemann, Alain et Olivier Crevoisier, 2013, « L’économie résidentielle en Suisse : une approche par les emplois », Revue d’économie régionale et urbaine, no 4, octobre, p. 705-735.

Stock, Mathis (coord.), 2003, Le tourisme : acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin.

Stock, Mathis et Léopold Lucas, 2012, « La double révolution urbaine du tourisme », Espace et sociétés, vol. 3, no 151, p. 15-30.

Vidal, Rolan, Hichem Rejeb et Karim Dhaou, 2007, « Espace privé, espace public et espace ouvert. Les conditions de la construction d’une urbanité touristique sur le littoral tunisien », dans Philippe Duhamel et Rémy Knafou (dir.), Mondes urbains du tourisme, Paris, Belin.

Top of page

Notes

1 Voir : <www.word-tourism.org>, consulté le 4 octobre 2015.

2 L’assassinat de deux leaders politiques : Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.

3 Yasmine-Hammamet est une nouvelle station touristique intégrée réalisée dans les années 1990. La marina et la médina constituent les principaux pôles de cette station, qui possède également une zone résidentielle.

4 Hamdi, Olfa, 2014, « Pourquoi tant de précipitation ? », 19 mai, <http://www.lapresse.tn/component/nationals/?task=article&id=83185>, consulté le 4 octobre 2014.

5 L’équivalent de 44 898 euros, selon la parité 1 euro = 2,45 DT (en octobre 2016).

6 Ben Ali a été déchu à la suite de la révolution du 14 janvier 2011.

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1 : L’évolution des entrées touristiques en Tunisie entre 2000 et 2015
Credits Source : Réalisation personnelle à partir des statistiques de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT)
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3070/img-1.jpg
File image/jpeg, 268k
Title Illustration 2 : La partie septentrionale de la médina qui attire le plus d’acheteurs étrangers
Credits Photo : Mohamed Hellal, 14 octobre 2015
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3070/img-2.png
File image/png, 2.2M
Title Illustration 3 : Maison d’hôtes réalisée par un Mahdois
Credits Photo : Mohamed Hellal, 14 octobre 2015
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3070/img-3.png
File image/png, 2.5M
Title Illustration 4 : Maison achetée et réhabilitée par un Italien
Credits Photo : Mohamed Hellal, 14 octobre 2015
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3070/img-4.png
File image/png, 4.0M
Top of page

References

Electronic reference

Mohamed HELLAL, « Résidences des étrangers dans un territoire touristique : un phénomène flou en Tunisie  », Téoros [Online], 36, 2 | 2017, Online since 08 September 2017, connection on 18 November 2017. URL : http://teoros.revues.org/3070

Top of page

About the author

Mohamed HELLAL

Enseignant-chercheur à l’Université de Carthage (Tunisie), Unité de recherche « Villes, Aménagement et Développement » ; mohamed.hellal2012@gmail.com

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org