Skip to navigation – Site map
Chroniques

Téoros : 35 ans de publication en tourisme

Martin DROUIN

Full text

1En février 1982, la revue Téoros faisait son apparition. Pour la première fois, un véhicule entièrement dédié au tourisme offrait un espace de référence et de communication entre les milieux universitaire et professionnel. C’était une première au Québec ! Trente-cinq ans plus tard, la revue s’est considérablement transformée, mais elle continue de s’affirmer comme un chef de file de la recherche dans le monde francophone par l’animation de la scène scientifique et la diffusion de l’étude du tourisme. Toutefois, deux aspects sont demeurés inchangés pendant ces 35 années : l’organisation des numéros autour de dossiers spéciaux et le regard franchement pluridisciplinaire.

  • 1 Alain A. Grenier, 2013, « Entretien spécial avec Louis Jolin », Téoros, vol. 32, no 2, p. 131-132, (...)

2« Téoros, c’était un projet de bar », affirmait candidement Louis Jolin, un des fondateurs de la revue, dans un entretien accordé au moment de prendre sa retraite, en 2013, comme professeur au Département d’études urbaines et touristiques (DEUT) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG UQAM)1. Si la révélation peut faire sourire, elle laisse percevoir l’espace de partage que les trois premiers animateurs, accoudés au comptoir ce jour-là, voulaient créer avec la revue. L’idée première était de mettre sur pied des cahiers de recherche, mais, dès le premier numéro, on publia plutôt une revue dite de transfert, en fait une plate-forme entre le secteur universitaire et le secteur québécois du tourisme en voie de professionnalisation. Aux côtés de Louis Jolin, à l’emploi de l’UQAM depuis un an (c’est-à-dire depuis 1980) et futur docteur en droit, se trouvaient Marc Laplante, docteur en sociologie et professeur au DEUT de 1979 à 1996, et Jean Stafford, docteur en économie et professeur au même département de 1980 à 2006. C’est d’ailleurs ce dernier qui eut l’idée du nom de la revue, Téoros, un mot d’origine grecque qui signifie « celui qui voyage ».

Illustration 1 : « L’hospitalité au Québec », Téoros, vol. 1, no 1, 1982

Illustration 1 : « L’hospitalité au Québec », Téoros, vol. 1, no 1, 1982

Source : Téoros

3On le remarque aisément par le rattachement des trois professeurs à l’origine du projet, la revue Téoros fut – et est encore – intimement liée au Département d’études urbaines et touristiques. En effet, tous les directeurs et rédacteurs en chef ont été ou sont des professeurs de ce même département. Louis Jolin, Marc Laplante et Jean Stafford, auxquels se joignirent Marcel Samson et Sylvie Gagnon, occupèrent ces postes stratégiques de 1982 à 1998. À partir de cette date, Lucie K. Morisset, Bruno Sarrasin, Alain A. Grenier et Martin Drouin se sont succédés à la tête de la revue (tableau 1). Dans le même esprit, le projet impliqua dès le départ des étudiants du module de gestion et intervention touristiques, programme créé à l’UQAM en 1978. Par la suite, des étudiants des études avancées occupèrent assez souvent, mais pas exclusivement, le poste d’adjoint à la direction et à la rédaction. Cette filiation avec le département s’affirma également par la volonté des initiateurs du projet d’utiliser la revue à des fins pédagogiques à une époque où les écrits en langue française sur le tourisme étaient rares. Aujourd’hui encore des professeurs utilisent des dossiers thématiques de la revue comme lectures obligatoires dans l’un ou l’autre de leurs cours, tant dans les programmes de baccalauréat en gestion du tourisme et de l’hôtellerie que ceux de la maîtrise en développement du tourisme. La fréquentation des dossiers publiés est également une manière pour les étudiants de premier ou de deuxième cycle de constater la diversité des approches pour appréhender le phénomène touristique. Pour résumer, la revue a tissé un lien intime avec la vie du DEUT ainsi qu’avec les programmes d’études et les étudiants qui lui sont rattachés.

Tableau 1 : Liste des directeurs et des rédacteurs en chef (1982-2007)

Tableau 1 : Liste des directeurs et des rédacteurs en chef (1982-2007)

Source : L’auteur

4Afin d’élargir ce premier cercle d’influence, un comité de direction et de rédaction fut créé dès le départ. La revue pouvait ainsi faire appel à l’expertise d’autres universitaires québécois ou à des professionnels du tourisme. Certains ont ainsi siégé plus d’une dizaine d’années. Pensons à Pierre Bellerose, à Normand Cazelais, à Jan Lundgrun ou à Roger Nadeau. Arrivé en 1994, Gérard Beaudet participe toujours au comité de direction et de rédaction qui est aujourd’hui composé de professeurs de l’UQAM et de quatre autres universités québécoises. Depuis 2007, le comité scientifique forme un troisième cercle d’influence. Les 22 participants sont rattachés à des universités du Québec et du Canada, mais également d’Europe, d’Afrique du Nord et de la Guadeloupe.

Illustration 2 : « Le tourisme, phénomène mondial », Téoros, vol. 6, no 3, 1987

Illustration 2 : « Le tourisme, phénomène mondial », Téoros, vol. 6, no 3, 1987

Source : Téoros

5« L’hospitalité au Québec » fut le thème du premier numéro de la revue ; l’approche thématique était ainsi instaurée d’entrée de jeu. Ce numéro allait de plus lancer une tendance lourde qui perdura jusqu’au tournant des années 2000 (tableaux 2 et 3). La revue allait en effet donner une large place aux études sur le Québec. Ce constat n’a rien d’étonnant puisque l’objectif initial était justement de produire et de diffuser de la connaissance pour le milieu du tourisme, alors en train de se professionnaliser. Une approche géographique est ainsi reconnaissable par les dossiers thématiques dédiés aux villes de Montréal (vol. 10, no 3, 1991) et de Québec (vol. 12, no 1, 1993), mais également aux régions du Québec (vol. 5, no 1, 1986) et aux cultures régionales (vol. 7, no 1, 1988). Des dossiers furent aussi proposés sur le Bas-Saint-Laurent (vol. 13, no 1, 1994), les Laurentides (vol. 15, no 1, 1996), l’Estrie et les Cantons-de-l’Est (vol. 16, no 1, 1997), Charlevoix (vol. 17, no 1, 1998) et le Saguenay–Lac-Saint-Jean (vol. 19, no 1, 2000). Un dossier fut également consacré au fleuve Saint-Laurent et à ses attraits (vol. 6, no 2, 1987). D’autres dossiers favorisèrent une approche thématique du Québec par un regard sur les enjeux du tourisme social (vol. 1, no 3, 1982), la formation et les conditions de travail (vol. 2, no 1, 1983), l’intervention étatique (vol. 3, no 2, 1984), la cuisine québécoise (vol. 3, no 3, 1984) et le tourisme hivernal (vol. 8, no 3, 1989). Sans être spécifiquement consacrés au Québec, beaucoup de dossiers publiés au cours des quinze premières années d’existence de la revue abordèrent les particularités de l’offre touristique québécoise. On peut penser à la villégiature (vol. 7, no 2, 1988), au marché américain (vol. 9, no 2, 1990), aux parcs naturels (vol. 14, no 1, 1995), au patrimoine industriel (vol. 15, no 2, 1996) ou encore au tourisme autochtone (vol. 17, no 2, 1998). De nombreux articles sur le Québec se glissèrent également dans les autres dossiers publiés pendant cette période.

Tableau 2 : Dossiers thématiques (1982-1997)

Tableau 2 : Dossiers thématiques (1982-1997)

Source : L’auteur

Tableau 3 : Dossiers thématiques (1998-2007)

Tableau 3 : Dossiers thématiques (1998-2007)

Source : L’auteur

6Une deuxième période, qui s’étend des années 2000 jusqu’à aujourd’hui, marque une internationalisation des thématiques abordées. Bien sûr, la revue s’était déjà ouverte à l’ailleurs dans ses publications précédentes. Elle l’avait fait par l’exploration du caractère mondial du tourisme (vol. 6, no 3, 1987), par le tourisme franco-québécois (vol. 8, no 1, 1989) ou par le tourisme dans les pays en développement (vol. 13, no 2, 1994). Un collaborateur à l’étranger, André Huot, s’était associé à la revue dès 1989, tandis qu’un numéro de Téoros international était lancé en 1993. À partir de 2001, ce fut presque un dossier par année qui explora exclusivement des régions ou des problématiques qui transcendent les frontières du Québec. On trouve ainsi un numéro sur chacun des thèmes suivants : les mers et les littoraux (vol. 20, no 1, 2001), les villes capitales (vol. 21, no 1, 2002), le tourisme au risque du politique (vol. 23, no 1, 2004), le Maroc (vol. 24, no 1, 2004), le désir d’Orient (vol. 25, no 2, 2006), le tourisme dans la Caraïbe (vol. 26, no 1, 2007), le tourisme polaire (vol. 28, no 1, 2009), le tourisme des racines (vol. 29, no 1, 2010), le tout inclus (vol. 31, no 2, 2002) ou encore le tourisme en Amérique latine (vol. 33, no 2, 2014). Ce fut aussi la période pendant laquelle l’origine géographique des auteurs ou des rédacteurs invités s’internationalisa et suscita un grand nombre de collaborations dans la francophonie. Une nouveauté : la revue accueillit également, à l’occasion, des articles rédigés en anglais. En somme, le contenu, les auteurs et – nous le verrons plus loin – l’auditoire de la revue se sont considérablement élargis au cours de cette deuxième période.

Illustration 3 : « La formation en tourisme : à la croisée des chemins », Téoros, vol. 11, no 1, 1992

Illustration 3 : « La formation en tourisme : à la croisée des chemins », Téoros, vol. 11, no 1, 1992

Source : Téoros

7Chacun des 98 numéros suivants (le présent y inclus) adopta une thématique spécifique qu’il est d’ailleurs extrêmement difficile de résumer. On y aborda par exemple le transport et les grands équipements en passant par les nouveaux musées et l’accessibilité. À travers d’autres dossiers, la revue explora les problématiques du patrimoine et du ciné-tourisme ou encore celles du tourisme noir et de l’attractivité. Ces thèmes furent choisis de deux manières. Si, dès le volume 6, un premier appel à textes fut lancé, il fallut attendre le milieu des années 1990 pour que cette approche favorise la sollicitation d’un nombre de plus en plus important de collaborateurs. Pendant une longue période, le comité de rédaction proposa les thèmes à explorer qui étaient ensuite confiés à des rédacteurs invités. Depuis une dizaine d’années, l’appel à textes est le mode de fonctionnement habituel. De plus, ces appels ne sont plus seulement suggérés par le comité de rédaction, mais répondent également à des propositions de l’extérieur. Cet apport n’est pas sans favoriser un enrichissement des sujets abordés.

Illustration 4 : « Femmes et tourisme », Téoros, vol. 16, no 3, 1997

Illustration 4 : « Femmes et tourisme », Téoros, vol. 16, no 3, 1997

Source : Téoros

8Au cours des années 1990, une autre mutation s’opéra. Tout d’abord, la revue s’étoffa en nombre de pages publiées. En effet, les numéros des dix premiers volumes comptaient en moyenne une trentaine de pages. À partir du volume 15, chaque livraison en totalisa le double pour se stabiliser à environ 75 pages depuis le volume 20. Enfin, le nombre de pages passa à plus de 120 lors de la réduction de trois à deux numéros annuels à partir du volume 28 en 2009. Au-delà de ces compilations statistiques, il faut surtout y voir un espace éditorial de plus en plus grand à combler et un contenu plus volumineux à produire. Les publireportages, les notes et les chroniques étudiantes disparurent pour être remplacés par d’autres rubriques (témoignages, conjonctures, comptes rendus, carnets, etc.) qui, par la suite, se départagèrent simplement entre articles et chroniques. À travers toutes ces mutations, ce furent surtout les articles de fond, que ce soient des analyses ou des essais, qui s’imposèrent. Un contenu à saveur scientifique remplaçait ainsi graduellement les articles de transfert.

Illustration 5 : « Patrimoines du XXe siècle », Téoros, vol. 21, no 2, 2002

Illustration 5 : « Patrimoines du XXe siècle », Téoros, vol. 21, no 2, 2002

Source : Téoros

9Le glissement se concrétisa lors du quinzième anniversaire de la revue. En effet, en 1996, des articles prirent le chemin de l’évaluation anonyme par les pairs. Les autres textes continuèrent de subir l’épreuve du comité de lecture. Cette tendance s’accentua légèrement jusqu’en 2009. À partir de ce moment, en plus de passer de trois à deux numéros annuels, la grille graphique fut complètement revue – comme elle avait d’ailleurs déjà été transformée à plusieurs reprises dans le passé –, mais surtout l’ensemble des textes, sauf les chroniques, serait dorénavant soumis au processus de révision. Téoros s’affirmait dès lors comme une revue savante qui répond aux critères de l’arbitrage. C’est ce virage que vint en quelque sorte sanctionner le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) par l’octroi de deux subventions, en 2011 et en 2014, dans le cadre du Programme d’aide aux revues savantes. La revue fut alors pareillement reconnue comme une revue institutionnelle de l’UQAM, avant que ce programme ne soit abandonné en 2016. Elle fut par ailleurs inscrite sur les listes de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AÉRES) en France. Enfin, plus récemment, elle a été classée par la Fondation nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises (FNEGE). Ce passage d’une revue de transfert à une revue savante ne fut pas sans remettre considérablement en question les organismes qui la supportent, les possibilités publicitaires et le lectorat. Un nouvel écosystème dut se développer pour assurer la viabilité de la revue.

Illustration 6 : « Tourisme et solidarité », Téoros, vol. 26, no 3, 2007

Illustration 6 : « Tourisme et solidarité », Téoros, vol. 26, no 3, 2007

Source : Téoros

10C’est dans ce contexte que la revue opéra un changement important – un autre ! – au cours des dernières années. Il fut en effet décidé d’arrêter l’impression de la revue et de passer au libre accès. Les quatre derniers numéros sont ainsi exclusivement diffusés sur le Web et le contenu intégral accessible dès la mise en ligne. Cette lourde décision s’inscrivait dans un changement de paradigme que vivaient alors le monde de la recherche et celui de l’édition savante. Les habitudes de recherche se sont considérablement transformées au cours des dernières décennies et les chercheurs sont de plus en plus friands d’un contenu de qualité accessible rapidement. Les milieux universitaires et les organismes subventionnaires valorisent également l’accès libre aux travaux des chercheurs. Devant la baisse inexorable des abonnements, la revue a donc décidé de changer de stratégie. Elle était déjà présente sur le Web depuis 1997 et avait de la sorte facilité la fréquentation de son contenu par de nouvelles alliances de diffusion (OpenEdition à partir de 2010 et, deux ans plus tard, la plateforme Érudit). À partir de 2015, la revue a placé tout son contenu en accès libre. Ainsi, au cours de l’année 2016, le site de Téoros a enregistré 325 537 visites par 219 577 visiteurs uniques. Pendant cette période, 618 191 pages ont été consultées. Ces visiteurs provenaient de l’Europe et plus particulièrement de la France ainsi que du Canada, mais également des États-Unis, de l’Afrique du Nord, du Brésil, de la Chine et, de façon plus restreinte, d’un nombre vertigineux de pays dans le monde. Un nouveau chapitre de l’internationalisation de Téoros est décidément ouvert.

Illustration 7 : « Le tout-inclus », Téoros, vol. 31, no 2, 2012

Illustration 7 : « Le tout-inclus », Téoros, vol. 31, no 2, 2012

Source : Téoros

11Téoros fête ses 35 ans. Ce projet a subi de multiples mutations afin de mieux s’adapter aux réalités du monde du tourisme et de la recherche. La revue est aujourd’hui une référence incontournable au Québec, mais également dans la francophonie. Tout en poursuivant la mission de favoriser la diffusion de la recherche en français, la prochaine étape est certainement celle de la conquête du monde anglophone, la nouvelle lingua franca de la recherche scientifique. Toujours indépendante, toujours résolument multidisciplinaire, peu importe le chemin choisi, la revue portera encore longtemps – on peut le croire aisément à la lumière de ces 35 dernières années – le sceau de l’excellence et de l’innovation.

Top of page

Notes

1 Alain A. Grenier, 2013, « Entretien spécial avec Louis Jolin », Téoros, vol. 32, no 2, p. 131-132, <http://teoros.revues.org/2549>, consulté en avril 2017.

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1 : « L’hospitalité au Québec », Téoros, vol. 1, no 1, 1982
Credits Source : Téoros
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-1.jpg
File image/jpeg, 460k
Title Tableau 1 : Liste des directeurs et des rédacteurs en chef (1982-2007)
Credits Source : L’auteur
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-2.jpg
File image/jpeg, 344k
Title Illustration 2 : « Le tourisme, phénomène mondial », Téoros, vol. 6, no 3, 1987
Credits Source : Téoros
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-3.jpg
File image/jpeg, 296k
Title Tableau 2 : Dossiers thématiques (1982-1997)
Credits Source : L’auteur
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-4.jpg
File image/jpeg, 908k
Title Tableau 3 : Dossiers thématiques (1998-2007)
Credits Source : L’auteur
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Illustration 3 : « La formation en tourisme : à la croisée des chemins », Téoros, vol. 11, no 1, 1992
Credits Source : Téoros
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-6.jpg
File image/jpeg, 304k
Title Illustration 4 : « Femmes et tourisme », Téoros, vol. 16, no 3, 1997
Credits Source : Téoros
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-7.jpg
File image/jpeg, 236k
Title Illustration 5 : « Patrimoines du XXe siècle », Téoros, vol. 21, no 2, 2002
Credits Source : Téoros
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-8.jpg
File image/jpeg, 240k
Title Illustration 6 : « Tourisme et solidarité », Téoros, vol. 26, no 3, 2007
Credits Source : Téoros
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-9.jpg
File image/jpeg, 280k
Title Illustration 7 : « Le tout-inclus », Téoros, vol. 31, no 2, 2012
Credits Source : Téoros
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3038/img-10.jpg
File image/jpeg, 313k
Top of page

References

Electronic reference

Martin DROUIN, « Téoros : 35 ans de publication en tourisme », Téoros [Online], 36, 1 | 2017, Online since 12 May 2017, connection on 21 August 2017. URL : http://teoros.revues.org/3038

Top of page

About the author

Martin DROUIN

Directeur et rédacteur en chef, Téoros – Revue de recherche en tourisme ; Professeur, Département d’études urbaines et touristiques, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal (ESG UQAM) ; drouin.martin@uqam.ca

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org