Skip to navigation – Site map
Hors thèmes

Le commerce de l’identité : (se) ressembler, (se) distinguer au cœur du tourisme parisien

Sophie CORBILLÉ

Abstract

Cet article propose de réfléchir à la tension qui existe entre singularité et similitude dans le tourisme parisien en procédant à un retour réflexif sur deux enquêtes ethnographiques qui traitent de pratiques relevant du tourisme culturel, quoique chacune différemment. La première concerne une association de tourisme « de proximité » installée dans un quartier populaire du nord-est de Paris ; la seconde, menée avec Sophie Chevalier et Emmanuelle Lallement, des étrangers qui, vivant de manière régulière et intermittente dans la capitale, possèdent ou louent un pied-à-terre à Paris. L’article a d’abord pour objectif de décrire comment la dialectique se ressembler / se distinguer s’exprime concrètement dans les deux situations, et comment elle se construit autour de deux figures, celle de « l’autochtone » et celle du « local ». Il s’agira ensuite de penser les liens entre ces formes de tourisme et la stratégie plus globale de la Ville de Paris. On verra comment le commerce de l’identité parisienne et l’affirmation de la singularité de la ville sont au centre de sa stratégie, dans un contexte économique où les productions symboliques sont devenues des éléments clés pour se différencier et fabriquer de « l’attractivité territoriale ». Cette stratégie fait elle aussi apparaître la figure de l’autochtone (le Parisien) comme médiateur entre le visiteur et le visité.

Top of page

Full text

1Qui ne s’est jamais retrouvé dans une boutique de cadeaux souvenirs avec une impression de déjà-vu ? Que celle-ci soit installée dans une grande métropole, une ville moyenne ou un aéroport, le client y voit les mêmes objets : boule à neige, tasse, porte-clés ou aimantin, le plus souvent « Made in China ». Les mêmes objets ? Pas tout à fait, puisqu’à chaque fois le « message » est spécifique au lieu et fait l’éloge de sa singularité en proposant des slogans, des images et des imaginaires qui lui seraient propres. C’est là un exemple parmi d’autres de la tension entre distinction et ressemblance qui est au cœur de l’économie touristique contemporaine.

2Cet article propose de réfléchir à cette dialectique en procédant à un retour réflexif sur deux enquêtes qui concernent des pratiques touristiques à Paris, une ville qui connaît depuis longtemps le tourisme global et qui rappelle souvent son ambition de tenir son rang de « capitale mondiale du tourisme ». La première enquête a été menée auprès d’une association de tourisme « de proximité » installée à Belleville, un quartier populaire du nord-est de la capitale. Les observations ont porté sur le dispositif des visites créées et conduites par les guides (Corbillé, 2009). La seconde enquête est collective et concerne des étrangers qui possèdent ou louent un pied-à-terre à Paris, vivant de manière régulière et intermittente dans la capitale (Chevalier et al., 2013). Ces formes de tourisme sont bien sûr différentes et l’analyse privilégie d’un côté les professionnels du tourisme (les guides et leurs « produits ») et de l’autre les touristes, leurs pratiques et leurs représentations de la ville. Néanmoins, toutes deux s’inscrivent dans cette forme de tourisme qualifiée de culturel, au cœur duquel Paris et son « identité » sont en jeu. Elles offrent ainsi un point de vue privilégié pour penser la dialectique qui m’intéresse.

Paris, entre « tourisme de proximité » et « destination globale » : ethnographie de deux formes de tourisme

  • 1 Mairie de Paris, 2016, Communication devant le Conseil de Paris. Le schéma de développement tourist (...)

3Dans un premier temps, cet article explorera la dialectique à partir des situations touristiques concrètes. S’il est assez aisé de repérer les jeux de distinction/mimétisme à l’œuvre dans la production de certaines destinations où apparaissent à la fois des traits globaux (des marques, des enseignes, des formes) et des éléments singuliers considérés comme plus locaux, comment le jeu de la ressemblance et de la distinction s’opère-t-il concrètement dans l’expérience touristique des guides d’une petite association « locale », et dans celle de touristes étrangers qui se présentent souvent comme des « amoureux de Paris » ? Cette analyse, qui s’inscrit dans une anthropologie des pratiques et des représentations touristiques attentive aux acteurs et aux effets du tourisme sur les individus et les lieux (notamment Chabloz, 2007 ; Pryen, 2007 ; Picard, 2010), montre que le jeu de ressemblance/distinction se construit autour de deux figures : celle de « l’autochtone », qui est complexe car elle convoque les notions d’authenticité et d’identité ; et celle du « local », entendu comme lieu singulier et à soi. Dans un second temps, il s’agira de penser les liens entre ces formes de tourisme et la stratégie plus globale de la Ville de Paris dont le Schéma de développement touristique 2017-2022 souhaite « combiner une ambition forte de croissance du nombre de visiteurs avec un développement harmonieux de la Ville et respectueux de son environnement et de ses habitants1 ». On verra que l’affirmation de la singularité de la ville et le commerce de l’identité parisienne sont au cœur de cette stratégie, dans un contexte économique où les productions symboliques sont devenues des éléments clés pour se différencier et fabriquer de l’« attractivité territoriale » (Urry, 1990 ; Harvey, 2008). Ce faisant, la figure de « l’autochtone » réapparaît sous les traits du « Parisien », qui serait non seulement habitant de sa ville mais aussi, possiblement, médiateur entre les visiteurs et les visités.

Paris, entre « tourisme de proximité » et « destination globale » : ethnographie de deux formes de tourisme

  • 2 Sont réunies ici les données du tourisme de loisir et d’affaires, dans Communication devant le Cons (...)
  • 3 Chiffre de l’Office du tourisme et des congrès de Paris (OTCP), dans ibid. : 1.
  • 4 Données du Comité régional du tourisme Île-de-France (CRT), dans ibid. : 2.
  • 5 Hidalgo, Anne, 2016, « Éditorial », dans Stratégie tourisme 2022. Schémas de développement touristi (...)
  • 6 Communication devant le Conseil de Paris…, op.cit. : 4.

4Le tourisme est un enjeu économique crucial pour Paris, et plus largement sa région. En 2015, « 47 millions de touristes » sont ainsi venus à Paris et en Île-de-France2 ; le secteur représentait « 400 000 emplois salariés dans le Grand Paris3, soit 12,4 % de l’emploi total4 », et l’activité a généré « 40 milliards d’euros de retombées économiques pour l’Île-de-France5 ». Le Conseil de Paris s’est d’ailleurs doté pour la période 2017-2022 d’un Schéma de développement touristique dont l’objectif est « de faire de Paris la ville qui accueille le plus de visiteurs au monde mais aussi la ville qui accueille le mieux au monde6 ». Le plan intervient bien sûr après les attentats terroristes de 2015 et, face à une baisse de la fréquentation touristique estimée à 1,5 million de personnes depuis novembre 2015, il importe de proposer des actions pour rassurer les visiteurs. Mais le schéma s’inscrit plus largement dans un contexte de concurrence très forte entre les grandes villes, aux niveaux européen et mondial.

  • 7 Activité « communément définie comme une activité de loisirs qui implique un déplacement temporaire (...)

5Dans le cadre des recherches que je mène sur la fabrication matérielle et symbolique de Paris, j’ai rencontré à plusieurs reprises la thématique du tourisme sans qu’elle soit pour autant au départ de ces travaux. Cela tient peut-être à la place croissante de cette activité dans la vie des Parisiens7. Si elle concerne des « producteurs » (les professionnels du tourisme) et des « consommateurs » (les touristes), elle semble souvent déborder de ce cadre établi. Pour le dire autrement, le tourisme affecte désormais toutes sortes de personnes qui sont concernées de près ou de loin, sans en avoir nécessairement conscience : ici parce qu’un habitant visite sa propre ville en se rendant dans un quartier qui ne lui est pas familier, là parce qu’il loue sa maison à un touriste par l’intermédiaire d’un site en ligne, là encore parce que d’habitant il devient guide amateur dans une association, là enfin parce qu’en se faisant défenseur du patrimoine local il renforce « l’image » d’un territoire qui pourra ensuite être commercialisée. Cette extension tient sans doute à plusieurs facteurs : la massification du tourisme (comment les Parisiens ne peuvent-ils pas être touchés alors que leur région accueille 47 million de touristes ?), la diffusion du « regard touristique » hors du champ touristique (Urry, 1990), ou encore la multiplication des stratégies qui cherchent à renforcer « l’identité » ou le patrimoine des lieux et participent à cette vaste économie symbolique à laquelle l’activité touristique prend pleinement part. On assisterait ainsi à une sorte de « ‘dédifférenciation’ de la sphère touristique et du quotidien » (Wood, 1998 : 228-234, cité par Evrard, 2006 : 155).

6Cette extension s’accompagne d’une diversification des formes de l’activité touristique dont les terminologies se multiplient. Dans le contexte parisien, il est question de tourisme « culturel », « historique », « d’affaires », « participatif », « LGBT », « de savoir-faire », « gastronomique », « alternatif », « insolite », « durable » ou encore « de mémoire ».

7La première pratique touristique à laquelle je me suis intéressée remonte au début des années 2000. Dans le cadre d’une recherche sur les quartiers du nord-est de Paris en proie à la gentrification, j’ai suivi pendant plusieurs mois des visites avec l’association Belleville insolite. Cette association, aujourd’hui disparue, est née à la fin des années 1990 quand deux étudiantes en sociologie et architecture décident de développer un projet de tourisme reposant sur la proximité avec les populations locales, dans le but de « rencontrer ceux qui font la ville pour admirer leur savoir-faire et le faire savoir ». Après un travail de repérages et de réflexion, les deux fondatrices choisissent de faire découvrir Belleville et ses alentours à travers le regard de jeunes du quartier, salariés de l’association. L’une d’elles présente ainsi le projet lors d’un entretien (avril 2003) : « On voulait valoriser, en se basant sur la rencontre, les lieux du quotidien, les endroits où l’on passe tous les jours et où tout semble anodin. L’idée, un peu comme pour les guides de montagne, c’était que ce soient des jeunes du quartier qui fassent découvrir Belleville et les quartiers de l’est de Paris. » Une dizaine de jeunes sont alors embauchés, la plupart en « contrat emploi jeune ». La majorité d’entre eux viennent du quartier et plusieurs sont recrutés par l’intermédiaire d’un chantier école, une structure qui aide les jeunes à faible qualification à s’engager dans un projet professionnel. À la volonté de valoriser le quartier à travers ses jeunes s’ajoute donc le projet de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes dans leur quartier. Dans les années qui suivent, l’association s’agrandit et le profil des salariés change avec la fin annoncée du programme des emplois jeunes, la nécessité d’acquérir une indépendance financière et le développement de l’association. Davantage de jeunes diplômés sont recrutés ; ils maîtrisent souvent une langue étrangère et ne sont plus nécessairement originaires du quartier.

  • 8 Cette présence montre à quel point il est important de toujours faire preuve de réflexivité sur les (...)

8Ma participation à ces visites était avant tout un moyen de connaître mieux ces quartiers : je découvrais des espaces résidentiels, j’écoutais l’histoire des lieux et je rencontrais des habitants et des commerçants choisis au préalable par les guides pour ponctuer les parcours. Il s’agissait d’exercer l’œil et de faire fonctionner l’observation flottante à un moment de l’enquête où ni l’objet de la recherche ni le terrain n’étaient clairement délimités. Une position entre celle du touriste dans sa propre ville et celle de chercheuse. Or, ces situations se sont vite révélées intéressantes pour elles-mêmes, car elles offraient un point de vue particulier pour réfléchir aux processus de transformation de ces quartiers. En quoi en effet le regard et les discours touristiques des guides participaient-ils à changer la façon dont ces quartiers sont considérés ? Il faut rappeler que pendant longtemps les arrondissements du nord-est de Paris, traditionnellement les quartiers populaires de la capitale, étaient peu présents dans les guides de Paris qui font davantage la part belle aux quartiers bourgeois de l’Ouest typiques d’un certain Paris haussmannien et aux quartiers centraux dits historiques autour de la Seine. J’ai alors mené de nombreuses observations, des visites et des entretiens avec les guides et les responsables de l’association, qui qualifient tour à tour leur activité de tourisme « participatif », « engagé », « insolite » et « local ». Parmi l’ensemble des activités, c’est aux « circuits découverte » destinés au grand public que je me suis surtout intéressée, des circuits qui proposent d’explorer, comme cela est écrit dans les prospectus, « les quartiers authentiques de l’Est parisien » à travers différents parcours : « Belleville d’hier et d’aujourd’hui », « Bouillon de cultures », « Paroles d’habitants » ou encore « Autour du village de Charonne ». Pilotés par des « accompagnateurs révélateurs de quartier », titre officiel des guides en charge de la création et de l’animation des circuits, les visiteurs arpentent pendant deux heures les rues des anciens villages et faubourgs, pénètrent dans des impasses et des cours auxquelles ils ne peuvent habituellement pas avoir accès et rencontrent des personnes qui vivent ou travaillent dans le quartier. Les visites font alterner le discours des guides (informations historiques, anecdotes recueillies dans les livres et auprès d’habitants, commentaires personnels) et les rencontres avec des habitants, des commerçants, des associatifs ou des artistes. Les touristes, plutôt qualifiés de « visiteurs », sont souvent parisiens, mais ils viennent parfois de banlieue, de province et même, à quelques occasions, de l’étranger. J’ai aussi croisé à plusieurs reprises des chercheurs8.

9La seconde pratique touristique parisienne concerne un travail collectif mené avec Sophie Chevalier et Emmanuelle Lallement entre 2009 et 2013. Celui-ci a porté sur les étrangers qui résident régulièrement à Paris, qu’ils soient propriétaires d’un pied-à-terre ou qu’ils louent de manière répétée un appartement (Chevalier et al., 2013). Là encore, la recherche a reposé sur une enquête ethnologique : entretiens avec ces habitants et d’autres acteurs concernés par le phénomène (habitants des quartiers, politiques, commerçants ou agents immobiliers) ; observations, le plus souvent des intérieurs où les échanges se déroulaient ; et analyses de la production de discours sur Paris dans le secteur du tourisme, mais aussi ceux à l’œuvre dans les romans ou les films étrangers ayant pour décor la capitale. L’objectif du travail était double : comprendre comment ces habitants fréquentent Paris en analysant leurs pratiques et leurs imaginaires ; et comprendre comment ces pratiques et imaginaires affectent la capitale des points de vue économique et symbolique.

10Il faut d’abord préciser que ces personnes, de diverses nationalités, ont des profils variés : universitaires, avocats, hommes d’affaires, riches héritiers, artistes… Cela explique la variété des logements qu’ils habitent à Paris – du petit studio au bel appartement haussmannien – et les multiples formes d’occupation des lieux en tant que propriétaire, locataire ou en plan multi-location « time-sharing ». Malgré tout, certains éléments récurrents sont apparus : venir à Paris est souvent une affaire de couple, qui se fait plutôt à partir de la quarantaine ou de la cinquantaine ; ces personnes sont souvent multipropriétaires et appartiennent à ce vaste ensemble des « élites mondialisées » en raison de leur pratique aisée de la mobilité entre plusieurs lieux et donc de leur compétence au déplacement qui requiert toutes sortes de ressources. Enfin, une grande majorité d’entre elles se présentent comme des « amoureux de Paris ».

11Ces personnes pratiquent une forme de tourisme particulier. Il est ici question de faire un séjour sur un temps plus long, allant de quelques jours à plusieurs mois. Mais c’est surtout la répétition qui caractérise cette temporalité : il s’agit de revenir régulièrement dans la capitale. Le rapport à l’espace est également différent, puisque c’est moins la découverte d’un lieu qui est recherchée que l’instauration, au fil des années, d’une familiarité avec un quartier et une ville, et même avec un espace domestique. Enfin, les pratiques sont plus ambivalentes dans la mesure où se mêlent souvent des activités de loisir (promenades à pied ou visites de musées) et de travail (venir à Paris est l’occasion de voir des collègues, de participer à des événements professionnels ou de travailler plus tranquillement que dans son pays). Sans oublier les activités qui relèvent plus simplement « du quotidien » et du domestique : faire des courses pour préparer un dîner avec des amis ou acheter des étagères dans une grande surface pour aménager l’appartement. Il s’agit donc ici d’être des « Parisiens par intermittence » ou, comme le dit un interlocuteur américain rencontré, des « semi-Parisiens », un statut ambivalent entre le « Parisien » et le « touriste ». En effet, si la capitale devient familière pour ceux-ci, leur géographie parisienne reste souvent liée au « Paris touristique » : le Paris des quartiers bourgeois, historiques et centraux, le Paris intellectuel et culturel et, parfois, le Paris marchand des grands magasins et des marques de luxe (Chevalier et al., 2013 : 53-60). De même, s’ils cherchent à vivre comme des Parisiens, avec tout ce que cela comporte en termes de représentations, ils tiennent également à ce mode de vie caractérisé par l’intermittence et la légèreté (ibid. : 69-91).

12L’ambivalence de cette forme touristique s’exprime à travers la difficulté à comptabiliser les personnes concernées par cette pratique du « pied-à-terre », à la croisée de plusieurs catégories : « les résidences secondaires et les logements occasionnels », « les achats réalisés par des étrangers », « les locations meublées de courte durée » et « le tourisme de loisir et d’affaires ». Quoi qu’il en soit, cette forme de tourisme relève du « tourisme global » qui permet à certains de circuler entre plusieurs lieux et d’y créer des attaches. Ce phénomène n’est pas propre à Paris et touche de nombreuses villes, dont Londres, Venise ou Dubaï. Il n’est pas non plus nouveau puisque, dès la naissance du tourisme, les élites ont ainsi circulé, faisant de Paris un des lieux privilégiés de leurs tours (Hancock, 2003). Cependant, il s’est accentué avec la globalisation. À ce propos, un agent immobilier rencontré en cours d’enquête (août 2009) constate que les « vagues de nationalités » à Paris suivent des événements économiques et politiques plus ou moins lointains : les Irlandais seraient arrivés après l’entrée dans l’Union européenne et le boum de leur économie, et les Australiens à la suite des investissements chinois dans les mines de leur pays. En outre, si ce phénomène concerne des personnes aux profils très différents, il fait apparaître ceux que les médias désignent parfois comme les « super riches », souvent « multilocalisés » et propriétaires de biens d’exception dans plusieurs grandes métropoles ou lieux de distinction, dont ils font un usage financier et symbolique : posséder un bien à Paris, à Dubaï et/ou à New York participe en effet à la fabrication du prestige (Chevalier et al., 2013 : 66-67). L’enquête n’a malheureusement pas permis de rencontrer cette catégorie de résidents intermittents, du fait qu’ils sont éloignés de nos réseaux mais aussi parce qu’ils sont soucieux de rester discrets.

De la quête renouvelée de l’esprit des lieux et de leur authenticité à la production d’un « local », d’un lieu à soi

13Les deux situations touristiques évoquées dans cet article sont évidemment différentes. Malgré tout, elles se caractérisent par des pratiques et des imaginaires marqués par la quête de « l’esprit des lieux », de leur identité, de leur singularité et de leur authenticité.

  • 9 Un phénomène décrit par différents chercheurs, notamment Augé (1994) qui parle de « pratique sauvag (...)

14Les observations lors des circuits de Belleville insolite font ressortir que trois opérations sont constitutives de cette pratique touristique. Il s’agit d’abord pour les animateurs-révélateurs de quartier de créer un rapport de découverte à l’espace urbain, en explorant et en révélant des lieux qui échapperaient au visiteur soit parce qu’ils sont difficiles d’accès (des portes fermées par un code ou un espace où vivent des travailleurs immigrés sans-papiers où les visiteurs ne « se risqueraient » pas seuls), soit au contraire parce qu’ils sont trop familiers (une rue qui n’a pas de charme particulier ou des commerces fréquentés régulièrement). Autre élément, les guides placent au cœur des visites la valeur d’authenticité, telle une « promesse ». N’invitent-ils pas les visiteurs à venir « découvrir les quartiers authentiques de l’Est parisien » ? Parmi les « procédures d’authentification » (Heinich, 1999), il y a les rencontres organisées avec des personnes présentées comme de « vrais gens », le plus souvent des individus qui semblent déjà auréolés d’une sorte de capital d’authenticité, comme les personnes âgées ou les artistes. Les touristes leur posent des questions, échangent avec eux ou observent leur savoir-faire. À cela s’ajoutent les discours des guides à travers lesquels ils construisent ces quartiers comme de « vrais quartiers parisiens », en développant notamment une mythologie du « populaire ». Dernier élément, les guides procèdent à une mise en scène des cultures et des identités, que celles-ci soient considérées comme « locales » (bellevilloise ou parisienne), ou plus lointaines et « exotiques » en raison des nombreuses personnes immigrées qui résident dans ces quartiers. Autrement dit, ces situations touristiques obéissent à un mode de communication spécifique que l’on peut qualifier de « communication ethnographique ». J’entends par là que les individus interagissent et produisent un discours sur ces espaces en mobilisant les outils, les concepts et les imaginaires qui, initialement, caractérisaient la pratique de l’ethnologie : l’exploration et la découverte ; la quête de l’authentique ; et l’hypothèse de l’existence des cultures9. Pris dans ces situations, les acteurs ne se comportent d’ailleurs pas n’importe comment. Les personnes rencontrées lors des visites (habitants, commerçants, artistes…) agissent suivant le mode de l’informateur clé censé permettre l’accès à un groupe ou à un lieu, tandis que les visiteurs se trouvent, eux, davantage dans la peau de l’ethnologue parti découvrir un lieu. Les accompagnateurs, de leur côté, notamment quand ils sont habitants de Belleville, oscillent entre la position de l’ethnologue qui cherche à rendre compte d’un territoire et celle de l’informateur qui peut prendre la posture d’interprète et de représentant. Cela est ressorti lors d’un entretien avec Alice (en avril 2003), une des guides, qui raconte comment elle a procédé dans le cadre de son activité à une transformation vestimentaire. Elle est plutôt coquette et les membres de l’association lui ont offert pour son premier anniversaire avec Belleville insolite « des baskets Nike », « un jean » et « un pull », un style qu’elle considère peu élégant mais pratique et qu’elle adopte quand elle travaille. Par ce changement, elle s’autoproduit et performe la figure de « jeune du quartier », glissant vers la position d’informateur clé bien qu’elle ait grandi et passé une bonne partie de sa vie en Afrique de l’Ouest et non à Belleville. Un jeu de ressemblance dont elle n’est pas dupe, mais auquel elle se prête.

15Au fil des visites, c’est donc un espace autour de « Belleville » qui se donne à voir. Cette mise en tourisme du territoire, qui fonctionne comme un opérateur d’identité grâce à la sélection d’images, de symboles et de discours, participe à le distinguer et à le faire exister sur une carte parisienne très largement organisée autour de quartiers, plus ou moins connus et positivement perçus : Saint-Germain, Le Marais ou encore Montmartre. « Belleville, ce n’est pas Ménilmontant », remarque un guide devant mon erreur en cours de visite. Cependant, à travers la construction d’une « identité bellevilloise », il ne s’agit pas seulement de se distinguer sur un marché touristique et d’offrir aux visiteurs un frisson identitaire. Il y a aussi le projet de transformer le rapport des guides, notamment ceux qui sont bellevillois, à leur quartier. Cela a été soulevé clairement lors d’un entretien (avril 2003) avec l’un des animateurs-révélateurs pour qui il semblait au départ saugrenu de proposer des visites de Belleville, un quartier de peu d’intérêt à ses yeux, contrairement à d’autres comme les Champs-Élysées. Néanmoins, grâce à son travail, il a appris, explique-t-il, à connaître ces espaces autrement et même à leur trouver un certain charme. Cela démontre à quel point « le local » est aussi une affaire de regard et d’apprentissage. Mais il s’agit également de modifier le regard que les visiteurs pourraient avoir sur ces espaces longtemps stigmatisés et de renforcer ainsi leur valeur symbolique : montrer qu’ils sont vivants, hétérogènes, et que de nombreuses initiatives s’y déroulent malgré parfois la précarité de ses habitants ; donner à voir la dimension multiculturelle de ces lieux sans laquelle Paris ne pourrait pas avoir le statut de ville globalisée qu’elle revendique ; rappeler et affirmer enfin que l’identité parisienne s’est jouée et se joue encore dans ces arrondissements qui ont été le théâtre de hauts faits de l’histoire parisienne et le décor de livres, de chansons et de films qui incarnent Paris ; bref, montrer que « Belleville » et ses alentours ne sont pas synonymes de pauvreté et de violence, des éléments souvent présents dans les discours médiatiques, et parfois politiques. Au fil de ces circuits, on assisterait donc à un double empowerment, celui du guide et du quartier, soulignant combien les existences sont mêlées aux territoires et combien le champ du tourisme est aussi un lieu où peut se jouer la fabrication d’une identité pour soi et pour l’autre (Pryen, 2007 ; Picard, 2010).

16Pour les étrangers qui viennent régulièrement vivre à Paris, la question de l’authenticité se pose également. Il s’agit en effet pour eux de vivre, autant que possible, « à la parisienne », « comme les Parisiens ». Cela est apparu à plusieurs reprises dans les échanges, de manière plus ou moins consciente. Il y a par exemple le plaisir souligné par certains de vivre dans un appartement « typiquement parisien », parce que haussmannien, avec des tommettes ou des poutres apparentes. Il y a aussi le choix, ou le désir pas toujours réalisé, d’habiter certains quartiers à leurs yeux particulièrement parisiens, comme les « beaux quartiers » de l’Ouest ou les quartiers centraux souvent dits « historiques ». Enfin, nos interlocuteurs ont souvent fait part à l’occasion des entretiens de leur souhait de profiter du « mode de vie » parisien : acheter dans les commerces de bouche, aller au marché en bas de chez soi, prendre un café sur une terrasse, aller voir des films dans les cinémas d’art et d’essai, ou s’adonner à la flânerie. Bref, avoir des « habitudes parisiennes ». Et le comble de cette vie, c’est peut-être de faire des activités aussi banales que celles des habitants de la capitale, si banales qu’elles en seraient presque dénuées de caractère parisien, neutralisant ainsi le jeu identitaire si présent dans les situations touristiques : se rendre par exemple dans un magasin de bricolage, se plaindre de manquer de temps pour profiter de l’offre culturelle (Chevalier et al., 2013 : 83-87) ou remarquer, comme le fait un interlocuteur italien (entretien, novembre 2009), que « payer des taxes, ça fait se sentir un peu Parisien ». Ressembler vraiment aux Parisiens, ce serait alors ne plus chercher la soi-disant « parisianité » des pratiques. Au fil de leurs séjours répétés, grâce aux sociabilités qu’ils créent et en raison de la pratique qu’ils ont de la ville et de la connaissance de Paris qu’ils acquièrent, les individus font donc une expérience singulière, en l’occurrence parisienne, différente de celles qu’offrent d’autres villes. Souvent fins connaisseurs des mondes urbains, ils ont d’ailleurs parfois comparé les avantages de Paris à ceux de Londres, Barcelone ou Florence avant d’arrêter leur choix.

17La recherche d’une expérience singulière prend ici une forme particulière, puisqu’il s’agit de se glisser dans le lieu où ils élisent domicile par intermittence et de ressembler un peu à ses habitants. La quête de l’authenticité prend donc la forme d’une performance, celle de la vie parisienne (Chevalier et al., 2013 : 83-87 ; Olsen, 2002). Ce faisant, les individus se construisent des « morceaux de vie » ailleurs que dans leur lieu de vie principal, dans le cadre d’un projet souvent de couple, et se fabriquent une sorte de « local » intermittent. Sans grand étonnement, ils procèdent souvent à une mise à distance de la figure du touriste pour mieux construire celle « d’autochtone ». Certaines personnes précisent qu’elles évitent de venir à Paris pendant les mois d’été car il y a trop de touristes et d’autres se plaignent des quartiers envahis par les touristes (Chevalier et al., 2013 : 88-90). Enfin, la quête de cette vie parisienne ne joue pas seulement le temps du séjour dans la capitale. Le voyage à Paris est préparé à l’avance depuis leur lieu de vie principal et le lien à Paris et à la France est entretenu entre deux voyages, par la lecture de romans, le visionnage de films français ou le fait de se tenir au courant de l’actualité par le biais des médias internationaux ou francophones. Autrement dit, c’est aussi « de l’extérieur » et à distance que se tisse et s’entretient le lien au territoire parisien.

18La « quête de l’authentique », dont Dean MacCannell avait souligné dans les années 1970 qu’elle était au centre des pratiques et des imaginaires touristiques (1976), est donc toujours présente, comme en attestent de nombreuses autres recherches et les débats que suscite la notion d’authenticité dans le champ (voir Chétima, 2001 ; Cravatte, 2009). Cette quête alimente la production d’altérités et participe au processus de distinction qui est au cœur de l’économie touristique. Elle résulte autant du travail des professionnels que des touristes : ici il s’agit de faire découvrir Belleville dont la spécificité est mise en scène et en discours lors des visites et de représenter le territoire, et là de vivre à « Paris » et d’être un peu Parisien, le temps du séjour. Au cœur de ce tourisme culturel, les acteurs sont pris dans un jeu complexe où il s’agit tantôt de distinguer (Belleville n’est pas Ménilmontant et Paris n’est pas Londres) et tantôt de ressembler (être un peu Bellevillois ou Parisien). Le jeu peut sembler léger, superficiel et éphémère, organisé autour d’images, de stéréotypes et de signes. Mais il engage aussi la construction d’un rapport au monde, d’un regard sur l’autre et sur soi, et la fabrication d’une relation au lieu. En ce sens, dans ces deux situations touristiques, « le local » est une notion centrale et renvoie à ce qui est proche, familier, intime, non pas tant sur le plan géographique, mais subjectif (Bauman, 1998 ; Appaduraï, 2001). C’est un territoire que l’on peut parcourir, relativement circonscrit, où des relations s’ébauchent et parfois se créent. C’est aussi un espace où l’identité occupe une place importante (bellevilloise ou parisienne), ce qui explique le rôle accordé au patrimoine dans ces formes de tourisme, en tant que symbole d’une identité. Enfin, le « local » s’inscrit dans une temporalité spécifique, qui est plutôt celle du temps long : les parcours de Belleville insolite proposent de prendre le temps de découvrir un lieu et son histoire et sont menés par des guides qui connaissent depuis longtemps les quartiers ; et la pratique du pied-à-terre permet ce retour répété dans le lieu. Ces formes de tourisme se situent donc du côté du « local » et se distinguent, à ce titre, d’autres pratiques du tourisme urbain, par exemple celle qui consiste à « faire » plusieurs villes au pas de course dans différents pays, sans vraiment rencontrer les « locaux ».

Être « local », mais pas trop : ambivalences, malentendus, rapports de force et paradoxes autour de la figure de l’autochtone

19La quête de l’authenticité est néanmoins complexe et fragile. On sait qu’elle peut être déçue, peut-être davantage encore depuis que l’économie du tourisme s’est mondialisée et industrialisée, et que les professionnels du marketing fabriquent des « destinations ». Cependant, comme on vient de le voir, elle n’est pas nécessairement vouée à l’échec. En revanche, elle est ambivalente, à preuve les tensions autour de la notion de « local » ou de ses avatars, « l’indigène » et « l’autochtone ».

  • 10 Pour Bazin, la production d’indigène s’est d’ailleurs généralisée : « L’activité ethnographique, la (...)
  • 11 Pour une réflexion sur le métier de guide et la rencontre, voir aussi Pryen (2007).

20Au fil des visites avec Belleville insolite, plusieurs moments ont été marqués par une sorte de discordance. Par exemple, lors de la visite d’un espace de logements sociaux caractéristiques d’un style architectural (au printemps 2003), une habitante s’est adressée au groupe avec un ton empreint d’agressivité pour signifier : « Ici, on n’est pas un zoo, barrez-vous ! » On retrouve ici la catégorie du malentendu et plus particulièrement celle de « malentendu improductif » qui se produit quand les acteurs pris dans la situation touristique ne sont pas d’accord sur la pratique (Chabloz, 2007 : 34). Une autre fois, une habitante du quartier Sainte-Marthe (10e Arrondissement), rencontrée en dehors des visites touristiques (en juillet 2003), a mentionné avoir refusé l’invitation de Belleville insolite de participer à l’un des circuits : « Moi, je ne veux pas faire l’indigène ! » Cette femme, propriétaire d’un appartement dans le quartier depuis le milieu des années 1980, signifiait peut-être là qu’elle ne souhaitait pas jouer le rôle « d’habitante de son quartier » ou de « Sainte-Marthoise », s’imaginant déjà réduite à représenter la population locale et la culture du lieu. L’usage du terme « indigène » mérite qu’on s’y arrête. Il n’est pas sans rappeler une certaine pratique des anthropologues. Pour Jean Bazin, notamment, l’indigène résulte d’opérations qui visent à réduire un être à une culture et à l’assigner à une identité. Il est ce qui reste après soustraction des rapports sociohistoriques dans lesquels il est inséré. Ainsi allégé des pesanteurs historiques et sociales, il se présente comme « un objet à la fois sublime et évanescent » (1996 : 145). On comprend alors mieux pourquoi la figure de l’indigène occupe une place de choix dans l’économie touristique qui cherche à produire des moments d’enchantement10. Mais on comprend aussi ce qu’elle peut avoir de violent, surtout quand elle est subie et quand elle renforce des rapports de domination, une situation que les habitants des territoires touristiques du Sud ont pu éprouver depuis longtemps déjà et qui s’étend désormais aux pays occidentaux. Il est néanmoins possible de maintenir parfois à distance cette assignation, comme le fait Alice ; elle sait bien qu’elle est un peu habillée en « jeune du quartier », et le fait de partager cette anecdote lors de l’entretien (en avril 2003) dans un éclat de rire témoigne qu’elle a conscience de ce jeu de positions. On aurait ici affaire à un « malentendu bien entendu » (La Cecla, 2002 : 86, cité par Chabloz, 2007 : 34), qui permet de ne pas trop coller à la figure de l’indigène et d’exercer sa réflexivité11.

21De leur côté, les résidents secondaires ne sont pas dupes non plus et ils font souvent preuve de distance et d’humour sur leur condition de « semi-Parisiens ». S’ils cherchent, comme l’enquête l’a montré, à développer un lien et un ancrage à la vie parisienne, ils savent aussi que leur vie dans la capitale est différente de celle des habitants permanents, une vie marquée par l’adage bien connu « métro boulot dodo », bien éloignée de leur vie de Parisiens intermittents. Autre différence de taille, ils ne participent pas à la vie citoyenne du lieu, ce que d’ailleurs aucune des personnes rencontrées n’a regretté. Bref, cette forme de tourisme repose sur un jeu qui vise à ressembler aux Parisiens, mais pas trop, permettant d’être dans cet « entre-deux » dont parle Jean-Didier Urbain à propos de la figure du résident secondaire : ni tout à fait touriste, ni tout à fait habitant permanent, ni tout à fait absent, ni tout à fait présent. Une condition qui leur permet de participer à la vie locale avec légèreté, plaisir, sans véritable engagement ni « gravité sociale » (2002 : 517-518).

22L’ambivalence à l’égard de la figure de l’autochtone s’exprime aussi dans les regards qui sont portés sur eux, révélateurs des tensions qui se jouent autour du « local ». Ces résidents intermittents sont en effet souvent critiqués, voire décriés par les Parisiens et les autorités locales. Ils sont ainsi montrés du doigt pour participer à la montée des prix immobiliers dans une ville devenue inaccessible pour une grande majorité de ses habitants, et à l’accroissement du phénomène des locations courtes qui soustrait du marché un nombre important de biens. À cet égard, ils prendraient la place des Parisiens. On leur reproche aussi de ne pas respecter les règles de la vie locale : ils sont parfois accusés de faire du bruit et de ne pas se préoccuper de la tranquillité des lieux, d’autres fois de ne pas respecter les règles de tri des ordures, d’autres fois encore de ne pas prendre part à la vie de la copropriété et du quartier, de la tuer même en raison de leur absence prolongée (Chevalier et al., 2013 : 104-111). Autrement dit, ils seraient de « mauvais » locaux. Comme il ressort de l’enquête, ce procès en accusation autour du « local » révèle un véritable paradoxe, puisque de nombreux résidents secondaires étrangers se décrivent comme des amoureux de Paris et qu’ils en sont les grands défenseurs.

23Les deux situations font donc apparaître des enjeux, à l’œuvre dans les pratiques touristiques, autour des usages de la ville et des relations d’altérité/d’identité en milieu urbain. Elles dénotent également, comme le soulignent Stéphane Nahrath et Mathis Stock, que « [l]a question de la place du touriste (tout comme du résident temporaire) dans [l’]ordre urbain se pose […] de manière croissante, notamment sous les angles du rapport à l’altérité, de la civilité, des normes urbaines ou encore du ‘droit à la ville’ » (2012 : 12).

Local ou global ? Le tourisme parisien à la croisée de jeux d’échelles et de territoires

  • 12 Par exemple Robertson, 1994 ; Ritzer, 2003 ; 2010 ; Dimitrova, 2006 ; Abélès, 2008.

24À la tension entre singularisation/différenciation s’ajoute celle entre le local et le global. Les deux couples ne se recouvrent pas, mais entretiennent des relations complexes. La dialectique local/global a donné lieu à un nombre important de discussions et de débats entre chercheurs. Marc Augé (1992), par exemple, a proposé de réfléchir à cette relation à travers les notions de « lieu » (ou « lieu anthropologique ») et de « non-lieu ». Le premier serait du côté du local, de l’identité et de la relation. Le second, produit de la surmodernité et de la globalisation, se caractériserait par la circulation, la consommation et la communication. Il serait marqué par une « couleur globale » qui aurait pris le pas sur la « couleur locale » (Augé, 2011 : 50). Enfin, traverser un « non-lieu », ce serait souvent faire l’expérience de « l’espace des autres sans la présence des autres » (Augé, 1994 : 167). Les débats sur les définitions de « local » et de « global » cherchent à savoir si la globalisation s’accompagne d’une homogénéisation hégémonique ou partielle des lieux, des pratiques, des imaginaires et des identités, ou si elle donne lieu davantage à des adaptations, des traductions et des recréations de ces derniers12.

25Les deux situations touristiques parisiennes observées font comprendre que ces termes ne prennent sens qu’au regard des enjeux sociaux, économiques et symboliques qui s’y déroulent, et qu’elles ne sont pas stables. Il s’agit d’une relation dynamique. Ainsi, à Belleville, il importe de considérer le contexte plus large dans lequel s’inscrit le projet de tourisme « local » des responsables de l’association. On l’a dit, les quartiers du nord-est de Paris ont longtemps été considérés comme des espaces peu attractifs, et encore moins touristiques. Mobiliser l’image, l’imaginaire, « l’identité » du quartier populaire et multiculturel parisien constitue donc une opportunité, à un moment où ces arrondissements s’embourgeoisent. Une opportunité, mais aussi une « défense » : en donnant la parole aux « locaux » et en leur conférant davantage de visibilité, c’est aussi une manière de rappeler l’antériorité de la relation de ces habitants au quartier à un moment où d’autres, « les nouveaux » comme on les appelle parfois, s’y installent. Il faut enfin souligner que le tourisme « de quartier » s’inscrit dans un contexte plus vaste de promotion du « quartier » au sein de l’économie touristique, donnant lieu à la mise en marque de noms de quartiers et à leur circulation. On peut évoquer par exemple les produits nés du partenariat entre La Ville de Paris et la marque Comptoirs Richard vendus sur le site de « La boutique de Paris ». Parmi ces produits se trouvent des napolitains (petits chocolats plats et carrés) dont l’emballage porte le nom d’un quartier – Butte Montmartre, Saint-Germain, Le Marais ou Champ-de-Mars – et sur lequel les motifs dessinés symbolisent, peut-on lire sur le site, « l’élégance de l’architecture parisienne », « des grilles de la place des Vosges aux pavés des Champs Élysées »13. Ce partenariat vise d’ailleurs à promouvoir « l’art de vivre parisien » et l’image de la capitale. Bien qu’anecdotique, ce cas témoigne d’un mouvement plus vaste qui mise sur les identités de quartiers à Paris. On le voit dans le domaine de la mode vestimentaire où des « marques de quartier » sont créées14, comme la marque Pigalle, ainsi présentée sur son site internet : « Pigalle est une marque […] [qui] représente les valeurs de ce quartier mythique de Paris, un lieu culturel, et fait la promotion d’un lieu loin des clichés habituels, dont on est loin d’imaginer la richesse15 ». Mais c’est surtout dans le domaine du tourisme qu’on assiste au développement des marques de quartiers. D’ailleurs, une des actions du Schéma de développement touristique de Paris 2017-2022 annonce l’élaboration de « marques fortes de quartier pour mieux valoriser les quartiers touristiques émergents ». Parmi celles-ci, il y a justement « Belleville–Ménilmontant–Père Lachaise ». Les enjeux de sa création ne sont pas moindres, puisqu’il s’agira, tel que le schéma le présente, « de capter les 3 millions de touristes qui viennent chaque année au Père Lachaise pour faire découvrir le ‘Paris-burg’ (en référence au Williamsburg new-yorkais), le quartier de Ménilmontant et le Parc de Belleville ». La singularisation s’accompagne ici d’une référence à New York, établissant un lien entre deux espaces pourtant différents. D’autres quartiers du nord-est de Paris sont concernés : « Les Faubourgs ou le 11e festif », « Les canaux » autour du canal Saint-Martin, à la Villette et à Pantin, et « Le Broadway parisien », qui s’étendrait de Pigalle aux Grands Boulevards16. On aurait donc ici une hyperlocalisation au service d’une stratégie à vocation globale qui s’adresse tout autant aux habitants « permanents » de Paris qu’aux touristes.

26De leur côté, les Parisiens par intermittence constituent cette « population flottante » dont parle Urbain à propos des résidents secondaires, et dont il dit qu’elle n’est « ni étrangère, ni indigène » (2002 : 518). On pourrait la qualifier autrement : à la fois « globale » en raison de sa pratique territoriale multilocalisée, et « locale » par son inscription, intermittente mais réelle, à Paris. Si ces deux termes sont souvent opposés, leur lien est en fait plus complexe. Comme l’enquête l’a révélé, ces acteurs, à travers leurs pratiques et leurs discours sur Paris, participent, aux côtés des Parisiens et plus largement des Français, à (re)produire « l’identité » parisienne, à la faire circuler au niveau mondial et à faire ainsi vivre « le mythe de la parisianité ». Autrement dit, le « local » et « l’identité » sont des constructions en partie produites de l’extérieur et de l’étranger (Chevalier et al., 2013 : 146-148). Il est alors bien difficile d’opposer « le local » ou le « global », et le cosmopolite à l’indigène. Cette situation explique le paradoxe face auquel les acteurs de la Ville de Paris se trouvent. Ces touristes sont essentiels pour l’attractivité de Paris et pour perpétuer le mythe de la capitale comme ville-monde tel qu’il s’est élaboré au XIXe siècle (Hancock, 2003). Mais leur présence, expression et symbole du tourisme de masse globalisé, n’est pas sans poser problème.

27Devant l’enjeu que représente le tourisme global, la Ville de Paris consacre une partie de son Schéma de développement touristique au « tourisme harmonieux et solidaire », expression qui laisse entendre les tensions, les inégalités et la violence dont le tourisme peut parfois être porteur et qu’il conviendrait de corriger. Il s’agit ainsi « d’encadrer le développement des meublés touristiques » (action 41) ; de réaliser une « analyse de l’impact de la création des zones touristiques internationales sur l’écosystème parisien » (action 42) ; de soutenir le « développement de l’économie sociale et solidaire dans le champ du tourisme » (action 43) ; et de développer le « ‘tourisme participatif’ et des rencontres entre Parisiens et visiteurs » (action 44). Ces deux dernières actions sont très proches de la proposition touristique de l’association Belleville insolite. Il s’agit en effet de « soutenir des initiatives de découverte des quartiers par les habitants et les communautés locales, notamment les balades urbaines, hors des sentiers battus, et dans les quartiers moins touristiques, et les échanges entre les habitants et les touristes […] ; [et de] soutenir des initiatives de valorisation des habitants (portraits photos, témoignages, rencontres) ». Bref, de promouvoir le « Paris des Parisiens », un tourisme d’ailleurs encouragé par l’Office du tourisme de Paris17. Et à l’heure des réseaux sociaux où tout un chacun peut désormais se faire le promoteur de son territoire, les acteurs du tourisme parisien veillent pareillement à la création de « contenus mettant en avant le Paris ‘authentique’ » dans ces espaces18.

28L’analyse de ces pratiques touristiques met au jour l’importance des « identités » et de leur commerce sur le marché touristique global. Des identités dont on voit, quelle que soit l’échelle de leur fabrication et de leur circulation, qu’elles sont toujours « relatives » : leur fabrication nécessite la prise en compte des « autres », qu’ils soient réels ou symboliques. En ce sens, le « local » ne peut se construire sans le « global » au sens de l’extériorité et il s’agit toujours d’un acte de communication, car de relation (Augé, 1994). La promotion de Belleville ou de Pigalle n’a de sens que parce qu’il existe Le Marais et Montmartre, mais aussi, depuis que le monde s’est « agrandi », Brooklyn ou La Rambla. De même, « Paris » ne prend sens que parce qu’il y a aussi Rome, Londres ou Barcelone. L’identité est donc à la fois propre et relative, elle repose sur l’affirmation d’une singularité qui se construit toujours dans la comparaison, voire l’imitation ou la référence.

Le commerce de l’identité, ses paradoxes et ses médiateurs

  • 19 Voir aussi De Viveiros (2010).

29Comment comprendre la place du commerce de l’identité dans le champ touristique ? Le phénomène n’est pas nouveau. On sait que les voyages se sont presque toujours accompagnés de récits au cœur desquels la question des identités et de l’altérité est posée. Le processus s’est accentué avec le développement de l’industrie touristique au XIXe siècle. Claire Hancock (2003), à partir d’une comparaison croisée des représentations de Paris et de Londres au XIXe siècle dans les récits de voyages et touristiques, a ainsi montré qu’ils ont participé à la singularisation des deux villes en les présentant comme des tableaux distincts et comme des lieux où se joue l’expression de caractères singuliers. La comparaison était donc déjà présente dans le jeu identitaire19, menant parfois à une rivalité mimétique qui poussait l’un à emprunter certains traits à l’autre, alimentant une course au prestige économique et symbolique (ibid. : 254-252).

30Qu’en est-il dans un monde où les flux se sont multipliés, globalisés et intensifiés ? Les travaux de David Harvey sur les effets de la globalisation sur les territoires sont particulièrement éclairants. Pour cet auteur, la globalisation est indissociable du néolibéralisme économique qui favorise la circulation des marchandises et des capitaux et lutte contre les situations monopolistiques, au nom de la libre et juste concurrence. Dans un tel contexte, les acteurs économiques et politiques, en quête de nouveaux avantages concurrentiels, cherchent à recréer des situations de monopole. Cela passe par des actions qui visent à accroître « leur marque de distinction afin de mieux asseoir leur prétention à l’unicité, source de rente de monopole » (Harvey, 2008 : 45). Parmi celles-ci, la promotion de la culture et de l’identité est une stratégie de choix : en effet, quoi de plus singulier et a priori « non réplicable » que l’identité d’un lieu ? Saskia Sassen partage aussi cette analyse, précisant que « ce qui compte aujourd’hui, dans une économie mondialisée, ce sont les différences spécifiques des villes » (2011 : 31-32). Ces conclusions ne sont pas sans rappeler celles de Jean Baudrillard qui, à la fin des années 1970, affirmait déjà que les territoires résultaient désormais moins de « la réalisation d’une force (la force de travail), mais […] de la réalisation d’une différence (l’opération du signe) » (1976 : 120).

  • 20 Schéma de développement…, op. cit. : 12.
  • 21 Communication devant le Conseil de Paris…, op.cit. : 1.

31Comme le montre Harvey, les acteurs, pour se différencier, travaillent à la production d’un « capital symbolique collectif », dont le nom des territoires est un élément central. Et parce que le nom est précieux, il importe de le protéger par différents moyens (dont celui de la propriété intellectuelle) et de le « valoriser » en favorisant sa circulation et en l’associant parfois à d’autres noms. C’est ce qu’on peut appeler « l’économie de la renommée » (Corbillé, 2013). L’activité touristique, hautement productrice de signes et de symboles (Urry, 1990), joue un rôle central dans la fabrication de ce capital. Cela est clairement stipulé dans le Schéma de développement touristique parisien qui annonce la promotion de marques de quartiers, mais aussi d’autres signes de distinction comme le label « ‘Fabriqué à Paris’, qui permettra de souligner l’identité et la singularité du tissu commercial parisien », et la marque « Les Ateliers de Paris », utilisée pour promouvoir les produits et les objets parisiens20. Il n’est dès lors pas étonnant que la maire de Paris déclare : « Le tourisme est non seulement la première industrie à Paris, mais il est surtout au cœur de l’identité parisienne21. » On retrouve ici les liens forts et ambivalents qu’entretiennent l’urbanité et le tourisme : d’un côté les mondes urbains constituent les décors et même les objets de nombreuses pratiques touristiques, de l’autre le tourisme est un opérateur de formes urbaines ; d’un côté la ville se construit à travers le tourisme, de l’autre le tourisme met à l’épreuve la ville (Nahrath et Stock, 2012).

32Le tourisme global semble donc favoriser des logiques de singularisation et de distinction qui se jouent à des échelles micro et macro. Ce travail est complexe, car la « rente de monopole » est une « forme contradictoire » (Harvey, 2008) : il convient de fabriquer des formes culturelles singulières mais pas trop, afin de pouvoir les commercialiser, avec le risque d’affaiblir leur effet distinguant. À ce paradoxe s’en ajoute un autre : construire des formes pour soi et pour les autres, être fidèle à soi-même et correspondre à l’image que les visiteurs en ont. Dans ce travail, les acteurs tirent plusieurs ficelles : ils convoquent l’histoire, voire le mythe de leur ville ; ils patrimonialisent, parfois pour mieux marchandiser ; ils performent des identités ; et ils participent à ce jeu d’emprunts et de copies qui existe entre grandes villes. Ce jeu n’entraîne pas nécessairement de la déception, mais parfois même un certain plaisir, celui de chercher des airs de famille et des correspondances. Enfin, ce jeu soulève la question de la médiation et de la « remédiation » entre la « société d’accueil » et le touriste, faisant apparaître la figure du médiateur, ici le « Bellevillois » et le « Parisien ». Cette figure est essentielle pour affirmer la singularité du lieu, pour articuler le « local » et le « global » et pour permettre ce jeu de distinction et de ressemblance. Inscrite du côté local, elle possède cependant déjà des « déclinaisons » globales, à travers les figures du « greeter » et de « l’ambassadeur » qui constituent de véritables catégories du tourisme global contemporain.

Top of page

Bibliography

Abélès, Marc, 2008, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot.

Appadurai, Arjun, 2001, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la mondialisation, Paris, Payot.

Augé, Marc, 1992, Non-lieux. Introduction à l’anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

Augé, Marc, 1994, Le sens des autres. Actualité de l’anthropologie, Paris, Fayard.

Augé, Marc, 2011 [2008], Où est passé l’avenir ?, Paris, Seuil.

Baudrillard, Jean, 1976, L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, NRF.

Bauman, Zigmunt, 1998, Le coût humain de la mondialisation, Paris, Hachette Littérature.

Bazin, Jean, 1996, « Interpréter ou décrire. Note critique sur la connaissance anthropologique ? », dans Jacques Revel et Nathan Wachtel (dir.), Une école pour les sciences sociales, Paris, Éditions du Cerf / Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 401-420.

Bazin, Jean, 2000, « L’anthropologie en question : altérité ou différence ? », dans Yves Michaud (dir.), Qu’est-ce que la société ?, Paris, Odile Jacob, p. 78-88.

Chabloz, Nadège, 2007, « Le malentendu. Les rencontres paradoxales du ‘tourisme solidaire’ », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 5, no 170, p. 32-47.

Chétima, Melchisedek, 2011, « Par ici l’authenticité ! Tourisme et mise en scène du patrimoine culturel dans les monts Mandara du Cameroun », Téoros, vol. 30, no 1, p. 44-54.

Chéreau, Louis, 2015, Le manifeste anti-bourgeois des marques de mode parisiennes : quand l’écart à la norme participe à l’intégration au système, mémoire de master 2, Paris, CELSA, 19 novembre.

Chevalier, Sophie, Emmanuelle Lallement et Sophie Corbillé, 2013, Paris résidence secondaire. Enquête chez ces habitants d’un nouveau genre, Paris, MSH/Belin.

Ciarcia, Gaetano, 2001, « Exotiquement vôtres. Les inventaires de la tradition en pays dogon », Terrain, no 37, p. 105-122.

Corbillé, Sophie, 2009, « Tourisme, diversité enchantée et rapports symboliques dans les quartiers gentrifiés du nord-est de Paris », Genèses, « Altérités urbaines », no 76, septembre, p. 30-51.

Corbillé, Sophie, 2013, « Les marques territoriales, objets précieux au cœur de l’économie de la renommée », Communication, vol. 32, no 2, n.p., <https://communication.revues.org/5014>, consulté le 2 octobre 2016.

Cousin, Saskia et Bertrand Réau, 2009, Sociologie du tourisme, Paris, La Découverte.

Cravatte, Céline, 2009, « L’anthropologie du tourisme et l’authenticité. Catégorie analytique ou catégorie indigène ? », Cahiers d’études africaines, p. 193-194, <http://www.cairn.info/revue-cahiers-d-etudes-africaines-2009-1-p-603.htm>, consulté le 5 mars 2017.

De Viveiros, Geneviève, 2010, « Les représentations de Londres et Paris dans les dictionnaires encyclopédiques français entre 1859 et 1902 », Synergies, no 3, p. 175-184.

Dimitrova, Anna, 2005, « Le « jeu » entre le local et le global : dualité et dialectique de la globalisation », Socio-anthropologie, no 16, n.p., <https://socio-anthropologie.revues.org/440>, consulté le 2 février 2017.

Doquet, Anne, 2016, « Ethnologues et touristes au papier calque », Espacestemps.net, n.p., <http://www.espacestemps.net/auteurs/anne-doquet/>, consulté le 5 mars 2017.

Evrard, Olivier, 2006, « L’exotique et le domestique. Tourisme national dans les pays du Sud : réflexions depuis la Thaïlande », Autrepart, vol. 4, no 40, p. 151-167.

Hancock, Claire, 2003, Paris et Londres au XIXe siècle. Représentations dans les guides et récits de voyage, Paris, CNRS Éditions.

Harvey, David, 2008 [2001], Géographie de la domination, Paris, Les Prairies ordinaires.

Heinich, Nathalie, 1999, « Art contemporain et fabrication de l’inauthentique », Terrain, no 33, p. 5-16.

La Cecla, Franco, 2002, Le malentendu, Paris, Balland.

MacCannell, Dean, 1976, The Tourist. A New Theory of the Leisure Class, New York, Schocken.

Nahrath, Stéphane et Mathis Stock, 2012, « Urbanité et tourisme : une relation à repenser », Espaces et Sociétés, vol. 3, no 151, p. 7-14.

Olsen, Kjell, 2002, « Authenticity as a Concept in Tourism Research », Tourist Studies, vol. 2, no 2, p. 159-182.

Picard, Michel, 2010, « L’identité balinaise à l’épreuve du tourisme », EspacesTemps.net, 12 avril, n.p., <http://www.espacestemps.net/auteurs/michel-picard/>, consulté le 7 mars 2017.

Pryen, Stéphanie, 2007, « Guide touristique. Enjeux interculturels d’un métier de rencontres », Ethnologie française, vol. 37, no 4, p. 699-708.

Ritzer, George, 2010, Globalization: A Basic Text, Oxford, Wiley Blackwell.

Ritzer, George et Mickael Ryan, 2003, « The Globalization of Nothing », Social Thought & Research, vol. 25 no 2, p. 51-81.

Robertson, Roland, 1994, « Globalisation or glocalisation? », Journal of International Communication, vol. 1, p. 33-52.

Sassen, Saskia, 2011, « Interview : les défis des villes du futur », Les Villes du futur, futur des villes : Quel avenir pour les villes du monde, dans Jean-Pierre Sueur (dir.), Rapport d’information fait au nom de la délégation sénatoriale à la prospective, tome 1 « Enjeux », no 594, p. 29-34.

Urbain, Jean-Didier, 2002, « Le résident secondaire, un touriste à part ? », Ethnologie française, vol. 32, no 3, vol. 32, p. 515-520.

Urry, John, 1990, The Tourist Gaze, Londres, Sage.

Wood, Robert, 1998, « Touristic Ethnicity: A Brief Itinerary », Ethnic and Racial Studies, vol. 21, n° 2, p. 218-241.

Top of page

Notes

1 Mairie de Paris, 2016, Communication devant le Conseil de Paris. Le schéma de développement touristique, novembre, p. 4, document téléchargeable sur <https://api-site.paris.fr/images/86283>, consulté le 6 mars 2017.

2 Sont réunies ici les données du tourisme de loisir et d’affaires, dans Communication devant le Conseil de Paris…, op. cit. : 1.

3 Chiffre de l’Office du tourisme et des congrès de Paris (OTCP), dans ibid. : 1.

4 Données du Comité régional du tourisme Île-de-France (CRT), dans ibid. : 2.

5 Hidalgo, Anne, 2016, « Éditorial », dans Stratégie tourisme 2022. Schémas de développement touristique, Paris, Mairie de Paris, octobre, p. 3.

6 Communication devant le Conseil de Paris…, op.cit. : 4.

7 Activité « communément définie comme une activité de loisirs qui implique un déplacement temporaire effectué pour le plaisir […] Pour l’Organisation mondiale du tourisme (OMT-WTO), le tourisme désigne toutes les modalités, quelles que soient les motivations – professionnelle, familiale, médicale ou de loisirs. » (Cousin et Réau, 2009 : 3)

8 Cette présence montre à quel point il est important de toujours faire preuve de réflexivité sur les liens qu’entretiennent l’ethnologie et le tourisme (sur le sujet, voir Doquet, 2016).

9 Un phénomène décrit par différents chercheurs, notamment Augé (1994) qui parle de « pratique sauvage de l’anthropologie » ; Bazin (2000) « d’ethnologie généralisée » ; ou encore Ciarcia (2001) de « communication ethnologique ».

10 Pour Bazin, la production d’indigène s’est d’ailleurs généralisée : « L’activité ethnographique, la mise en mot, en scène et en image, au titre de signes manifestes d’une altérité essentielle, s’est aujourd’hui multipliée et universalisée : elle ne se restreint plus au regard de l’Occident sur ‘ses’ autres, les natives de sa Frontière ou les indigènes de ses empires coloniaux devenus les immigrants de ses villes. Les cultures sont désormais tout autant ces images que les autres fabriquent et diffusent – et que nous consommons – de leur identité. La terre est désormais peuplée d’indigènes. » (2000 : 86)

11 Pour une réflexion sur le métier de guide et la rencontre, voir aussi Pryen (2007).

12 Par exemple Robertson, 1994 ; Ritzer, 2003 ; 2010 ; Dimitrova, 2006 ; Abélès, 2008.

13 <http://boutique.paris.fr/fr/1297-boite-18-napolitains-ville-de-paris.html>, consulté le 15 novembre 2016.

14 Voir le mémoire de master 2 de Chéreau (2015).

15 <http://www.commeuncamion.com/guide/marques/pigalle/>, consulté le 8 mars 2016. Voir aussi la marque « Paris Nord ».

16 Schéma de développement…, op.cit. : 32, action 22.

17 <http://www.parisinfo.com/decouvrir-paris/le-paris-des-parisiens>, consulté le 5 mars 2017.

18 Schéma de développement…, op. cit. : 60, action 44.

19 Voir aussi De Viveiros (2010).

20 Schéma de développement…, op. cit. : 12.

21 Communication devant le Conseil de Paris…, op.cit. : 1.

Top of page

References

Electronic reference

Sophie CORBILLÉ, « Le commerce de l’identité : (se) ressembler, (se) distinguer au cœur du tourisme parisien », Téoros [Online], 36, 1 | 2017, Online since 12 May 2017, connection on 24 August 2017. URL : http://teoros.revues.org/3031

Top of page

About the author

Sophie CORBILLÉ

Maître de conférences, Université Paris-Sorbonne CELSA ; sophie.corbille@celsa.paris-sorbonne.fr

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org