Skip to navigation – Site map
Hors thèmes

Couchsurfing : la distinction touristique par la rencontre

Pauline NEVEU

Abstract

Comme de nombreux autres domaines de l’activité humaine, le secteur du tourisme est modifié par les nouvelles possibilités technologiques. L’avènement de réseaux d’hospitalité, dont le plus connu est Couchsurfing, atteste de l’enthousiasme des voyageurs à utiliser Internet pour organiser leur(s) voyage(s). Il semblerait que ce type d’hébergement séduise un profil de visiteurs en quête d’« alternatif » et d’« authenticité ». Se basant sur une étude de deux ans auprès de couchsurfeurs parisiens, cet article souhaite présenter le discours idéologique des membres, ainsi que les paradoxes qui peuvent en émerger. Après avoir décrit Couchsurfing plus en détail, je caractériserai où se loge la distinction touristique pour ses adeptes. Elle tient au fait que les couchsurfeurs rencontrent un résident local, ce qui est facilité par l’homophilie sociale entre membres, ainsi que leur adhésion au principe de flexibilité (relationnelle, temporelle, matérielle). Aussi, résider chez quelqu’un s’inscrit-il en haut d’un classement hiérarchique des hébergements touristiques avec l’auberge de jeunesse, Airbnb et l’hôtel. Néanmoins, bien que prônant le détachement du tourisme traditionnel, les couchsurfeurs vont visiter les attractions classiques parisiennes. C’est cette forme de séjour entre rencontre avec un résident, hébergement gratuit et circuits touristiques hybrides que permet Couchsurfing dans Paris.

Top of page

Full text

1L’éternelle tension entre homogénéisation de l’offre et distinction sociale a toujours été au cœur des études sur le tourisme. Depuis l’avènement d’Internet et de la révolution technologique dans le domaine de l’information et des communications, cette problématique gagne en centralité. Ces modifications font émerger de nouveaux profils de voyageurs ainsi que l’adaptation d’anciennes façons de faire aux nouvelles capacités technologiques. C’est le cas de l’hospitalité envers les inconnus et plus particulièrement les voyageurs. On cerne une tendance générale au renouvellement des formes de l’hospitalité par le biais des nouvelles technologies (Germann Molz, 2012). Par exemple, des entreprises comme Airbnb (qui permet d’organiser la location de logements entre particuliers) ou HomeAway (qui permet l’échange de maison) s’incluent dans une économie collaborative qui passe par Internet. Elles font la promotion d’un service personnalisé et authentique tout en restant payantes (Graburn, 2013). En parallèle à ces prestations marchandes, émergent des communautés virtuelles qui par exemple offrent un hébergement non payant à des individus en situation de mobilité. Ainsi, les adeptes du WWOOFing (World Wide Opportunities on Organic Farms) sont hébergés, nourris et blanchis par des exploitants agricoles en échange d’un nombre minimal d’heures de travail (Ince, 2015). De façon similaire, les internautes qui créent un profil sur le réseau HelpX peuvent être logés gratuitement moyennant un certain type de service – allant de la réparation d’une clôture à la préparation d’un repas. Ces réseaux gratuits reprennent le protocole classique de l’hospitalité envers les inconnus qui codifie l’arrivée, la rencontre, le séjour et finalement le départ de l’invité (Gotman, 2001).

2Assurément, la pratique de l’accueil touristique est antérieure à la création de ces réseaux en ligne. Déjà en 1949, à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, le réseau d’hospitalité Servas International mettait en contact voyageurs et hébergeurs dans le but de promouvoir la paix et la compréhension culturelle. Par la suite, d’autres réseaux d’hospitalité, comme GlobalFreeloaders ou Hospitality Club, ont vu le jour. Ces trois projets aspirent, dans leur discours officiel, à créer des rencontres entre individus afin de promouvoir la tolérance, la confiance ou encore la découverte interculturelle. Dans cette lignée, en 2004, une association à but non lucratif nommée Couchsurfing voit le jour à San Francisco. Couchsurfing est aussi un réseau d’hospitalité qui permet l’hébergement gratuit entre ses membres. Selon les statistiques du réseau, la communauté a aujourd’hui 12 millions de profils à travers le monde (Couchsurfing.com, 2014) et même s’il faut bien différencier les personnes inscrites de celles qui utilisent concrètement le réseau, ce chiffre témoigne de l’engouement pour ce mode d’hébergement. Ainsi les surfeurs, c’est-à-dire ceux à la recherche de canapés où dormir, sont hébergés par leurs hôtes (aussi appelés hébergeurs). Pour trouver un membre, il leur suffit d’inscrire dans la barre de recherche du site l’endroit où ils souhaitent aller, de sélectionner les profils en ligne qui les intéressent pour ensuite envoyer un message à cet(ces) internautes. Il convient de préciser que si Couchsurfing fait se rencontrer des personnes qui ne se sont jamais vues concrètement auparavant, ce ne sont pas de complets inconnus pour autant, dans le sens où des informations (sur le voyage de l’invité ou sur les personnalités des membres, par exemple) ont été échangées au préalable.

3Le portrait social des couchsurfeurs est assez régulier, la grande majorité réside en Europe, en Amérique du Nord ou en Australie. De plus, « Couchsurfers are generally relatively well-educated, highly media-literate and proficient on navigating Internet websites […] And they are relatively young—on average 27. » (Picard et al., 2013 : 17) Cette population majoritairement occidentale est souvent issue des classes moyenne et supérieure et a accès aux nouvelles technologies ainsi qu’aux visas de visiteurs à l’international. Ces caractéristiques les rapprochent des backpackers (Sørensen, 2003 ; O’Reilly, 2006 ; Le Bigot et Fleury, 2013), bien que les couchsurfeurs, par leur mode d’hébergement ainsi que l’« esprit Couchsurfing » (terme souvent employé par les membres pour définir ce qui, à leur sens, représente les valeurs et les normes associées au réseau) qui les anime, ont des pratiques qui leurs sont propres. Aussi, ce sont souvent des voyageurs aguerris qui connaissent la mobilité touristique et qui ont déjà fait des expériences individuelles d’hospitalité ou encore de partage de l’espace, facilitant leur connaissance et leur utilisation du réseau (Neveu, 2014). Ces ressources personnelles orientent souvent les membres à préférer, voire à rechercher des manières de voyager en opposition au tourisme dit de masse.

4En effet, la non-institutionnalisation de la pratique de Couchsurfing se rapproche des formules que privilégient les individus en quête d’« alternatif », comme c’est le cas de certains backpackers dans Paris qui désirent organiser leur voyage seuls et s’éloigner des activités traditionnelles, tout en aspirant à trouver des lieux de résidence minimalement confortables (Simon, 2013). Ces préférences et les attitudes et consommations des couchsurfeurs se recoupent très bien. Ces derniers intègrent l’improvisation et l’incertitude, mais pas pour autant de manière absolue (Le Bigot et Fleury, 2013). De plus, ils rejettent toute forme d’organisation qui pourrait être rattachée au tourisme traditionnel, notamment les visites guidées, la photographie intempestive et bien souvent l’hôtel. Outre la planification du voyage, c’est la rencontre avec l’autre qui constitue un nœud de distinction touristique. C’est ce qui amène Paula Bialski (2009) à définir les membres de Couchsurfing comme des adeptes du « tourisme intimiste ». Ce qui est mis en valeur n’est plus l’exploration des lieux visités, mais plutôt la découverte émotionnelle de l’autre couchsurfeur. Cet échange sensible avec un inconnu participerait à faire de l’expérience une activité alternative. Pour d’autres, le réseau permettrait principalement la création de rencontres et l’hébergement gratuit serait secondaire (de Oliviera Bertucci, 2009) : de cette façon, le lien social occasionné serait le pilier de l’originalité de l’expérience touristique. Néanmoins, d’autres valeurs propres aux membres telles que la rencontre avec un local, l’authenticité ou encore le développement personnel semblent constituer un socle de principes primordiaux pour les couchsurfeurs (Decrop et Degroote, 2014) qui compléterait la création d’un lien social. Aussi, on a pu observer que ces voyageurs se présentent comme des individus souples, très flexibles en ce qui touche le temps, le confort et les personnes qu’ils rencontrent (Neveu, 2014). Ces caractéristiques sont une mise en opposition aux formules de visites traditionnelles perçues comme trop rapides, très axées sur les commodités et faisant preuve d’un manque d’ouverture, notamment culturelle. Par ailleurs, les membres se doivent de maîtriser la plateforme du réseau, particulièrement les cadres socio-techniques de celui-ci. Il a été démontré que les profils constitués en ligne permettent aux internautes de faire une sélection des personnes avec qui interagir. Cette sélection est basée sur des caractéristiques en ligne, notamment la réputation de la communauté, les compétences communicationnelles des membres, ainsi que la perception de ressemblances sociales (Kunz et Seshadri, 2015). Les goûts et les similarités de goûts sont un autre critère du choix et promeuvent l’homophilie sociale du réseau (Bialski, 2012 : 15). Cette sélection basée sur les similitudes se trouve systématisée et automatisée, car les goûts font partie d’une base de données visible (bien que mise en scène). Si ces connaissances du réseau ne sont pas directement reliées à la distinction touristique des membres, elles permettent de saisir en quoi la recherche en ligne conditionne la sélection et donc la rencontre entre couchsurfeurs. Finalement, la sensibilité écologique de ces voyageurs appuie l’hypothèse d’une distinction touristique instaurée par Couchsurfing. En effet, les membres n’utilisent pas d’infrastructures typiquement destinées aux visiteurs comme les hôtels et autres structures d’accueil ou de divertissement (Sprakel et Priskin, 2008). De fait, la taille de leur empreinte écologique, dimension à laquelle les couchsurfeurs sont sensibles, est moindre. On retrouve ici des traces de ce que certains nomment une « morale touristique » qui souhaite dresser un portrait de ce qu’est le « bon » tourisme (Butcher, 2003 ; Germann Molz, 2013b). La meilleure manière de voyager serait associée à la rencontre des résidents et à une expérience touristique supposée plus authentique. Cela dit, plus la pratique devient connue et commune, plus certains couchsurfeurs regrettent les débuts anonymes du réseau. Cette volonté de conserver une distinction sociale se rencontre aussi chez les backpackers : « as backpacking has become more common and accessible to a wider range of people, its status as an alternative lifestyle or unusually daring activity has diminished » (O’Reilly, 2006 : 9).

5Au vu de cette littérature, on peut se demander où se loge précisément la différenciation face à l’homogénéisation de l’offre touristique pour les utilisateurs du réseau d’hospitalité, mais aussi si les couchsurfeurs ont des pratiques culturelles qui s’accordent avec leur perception alternative du voyage. Ces questionnements s’inscrivent dans une compréhension des individus où le sens que les personnes accordent à leurs actions informe et permet de comprendre leur conception sociale des pratiques. Il s’agit de mettre en lumière des raisons pour lesquelles les enquêtés choisissent la formule Couchsurfing plutôt qu’une autre, mais aussi comment se perçoivent les couchsurfeurs en tant que visiteurs. C’est cette problématique qui permet de cerner les stratégies de distinction touristique des membres. Toutefois, pour saisir comment les couchsurfeurs se différencient, il convient de comprendre les ancrages qui permettent et structurent la pratique du couchsurfing. De ce fait, après avoir décrit les valeurs mises en avant par les utilisateurs, j’expliciterai les modalités sociales et individuelles qui soutiennent le fonctionnement du réseau, pour finalement me pencher sur le type de découverte touristique des membres.

Méthodologie

6Afin de cerner les logiques de différenciation des couchsurfeurs, j’ai articulé plusieurs méthodes entre elles. Les résultats présentés ici sont principalement le fruit d’une méthodologie qualitative mise en place sur deux années passées à Paris dans le cadre d’une recherche en sociologie. Une méthode de la parole a été instaurée : pour se rencontrer, les membres doivent passer par la communication orale, puisque l’hospitalité implique un partage d’histoires et de discours. Comme le formule très bien Alain Saint-Denis (2001 : 22), « L’hospitalité est un lieu de parole, on raconte des histoires à l’auberge ou dans la maison d’hôte. C’est aussi une manière de faciliter l’échange et de créer un lien social dans les deux sens. » Cette centralité du langage dans la pratique des couchsurfeurs soutient la méthode de l’entrevue. Bien que des tabous persistent dans les discours, les surfeurs sont tout de même à l’aise avec le fait de parler à un autre membre de leurs expériences et perceptions. Je proposais donc une entrevue aux surfeurs que j’avais invités chez moi, souvent après avoir passé une journée ou une soirée avec eux ; de cette façon un échange communicationnel avait été instauré avant l’entretien, ce qui facilitait la compréhension entre enquêtrice et enquêtés. Dix-neuf entretiens ont ainsi été menés, dont seize ont été retranscrits intégralement et les trois autres traités de façon exploratoire. Parmi les entrevues retranscrites, sept ont eu lieu dans mon appartement avec des surfeurs que j’ai hébergés pendant quelques jours (en moyenne deux nuitées, le minimum étant une nuitée et le maximum quatre), alors que les neuf autres se sont déroulées avec des hébergeurs, dans leurs lieux de vie. Lors des entretiens avec ces hébergeurs, quatre ont été trouvés par un effet « boule de neige » à partir d’une connaissance de mon réseau personnel et cinq ont répondu à un appel en ligne lancé sur le forum des couchsurfeurs parisiens où j’expliquais que faisant une recherche à propos du site, je souhaitais organiser des entrevues avec des couchsurfeurs qui accueillaient dans Paris.

7Il est important, dans le cadre des entretiens avec les surfeurs, de prendre en compte l’asymétrie de statut entre l’hôte et le visiteur. L’invité va tenir un certain discours face à son hôtesse/enquêtrice qui peut avoir tendance à mettre l’accent sur des facettes idéologiques de Couchsurfing. Ainsi, des thèmes comme l’intérêt pour la rencontre, l’euphémisation de l’importance de la gratuité ou la relativisation des expériences négatives des surfeurs seront beaucoup développés. Toutefois, cerner la perception des surfeurs et surfeuses en entretien avec leur hôtesse (qui en l’occurrence était aussi chercheuse) s’est révélé être un très bon moyen d’accéder au discours idéologique des voyageurs et à leur identité touristique. De façon complémentaire, j’ai mis en place une observation ethnographique avec les invités durant leur séjour. Étant donné que j’occupais la position d’une personne qui accueillait, j’ai collecté des descriptions délimitées, principalement : la rencontre avec le surfeur, les routines de présentation, la communication entre couchsurfeurs, ainsi que la régulation de la cohabitation avec l’autre. Enfin, pour saisir les représentations de leur séjour dans la capitale française que se faisaient les membres du réseau, j’ai demandé aux surfeurs de me remettre deux ou trois photographies de leur voyage qu’ils considéraient comme illustrant le mieux leur expérience parisienne. La photographie est, dans cette méthode, considérée comme un moyen privilégié pour cerner la perception de l’expérience touristique (Larsen, 2013). Puisque le présent article se concentre sur le rapport à la distinction touristique, les résultats qui suivent se basent majoritairement sur les données qui ont été produites avec les surfeurs de l’échantillon, c’est-à-dire avec des personnes qui au moment de l’enquête ont le statut d’invité, le but n’étant pas pour autant de généraliser les analyses à tous les surfeurs de Couchsurfing. La perspective des hébergeurs demeure complémentaire dans l’analyse.

Les valeurs prônées par les couchsurfeurs et leurs connotations alternatives

La rencontre avec un inconnu résidant dans le pays de séjour, un pilier de différenciation

8En 2013, le credo que les utilisateurs pouvaient lire partout sur le site Couchsurfing était « Create inspiring experiences ». En 2014, celui-ci est devenu « Share your life », pour finalement se transformer en la page d’accueil qu’on peut voir sur l’illustration 1. On peut noter que les mots de salutation varient en fonction de la langue parlée dans la destination évoquée : on lira par exemple « Hola you’ve got friends in Bolivia » lors d’une prochaine connexion. Cette mise en image des destinations soutient l’accent sur la rencontre et l’aspiration cosmopolite du réseau.

Illustration 1 : Page de présentation du site Couchsurfing.com

Illustration 1 : Page de présentation du site Couchsurfing.com

Source : Capture d’écran du site Web par l’auteure

9Dès la page de présentation, on cerne les deux dimensions sur lesquelles s’appuient les logiques de distinction de Couchsurfing : la rencontre (You’ve got friends in Vietnam) et la valorisation du local accouplées à un rejet des hébergements touristiques marchands (Stay with locals instead of at hotels). Rencontrer quelqu’un alors qu’on est en situation de mobilité représente une façon de s’éloigner de la vision du tourisme de masse qu’en ont les couchsurfeurs. Cette tendance participe à définir ce qu’il ne faut pas être ou faire en voyage, et ainsi à placer les surfeurs dans une position de distinction touristique. Rencontrer une personne, parler avec elle, seront toujours mis en avant par rapport à la visite d’un endroit à dimension culturelle. Cela est perçu comme plus « authentique » et souhaitable. En outre, l’idée de se confronter à une nouvelle personnalité, de nouvelles idées, sortir de sa zone de confort, est un principe que les membres affectionnent. Pour les adeptes, le couchsurfing est source de remise en question, ce qui est à l’opposé des clients d’un hôtel qui restent seuls dans l’atmosphère protégée et sécuritaire de leur chambre. Ainsi, inclure une forme de défi – dans ce cas, incarné dans la rencontre avec un inconnu – participe à la définition de la pratique comme étant alternative.

10À cet intérêt d’interagir avec une nouvelle personne s’ajoute le fait de rencontrer un résident de l’endroit visité. Par conséquent, la seconde dimension gage de différenciation se trouve dans l’interaction avec un membre d’une culture autre que la sienne et qui vit dans le lieu du voyage. Il faut noter que les différences sociales entre membres contribuent aussi à la distinction recherchée par les surfeurs ; cela dit, notre propos se concentre sur les différences culturelles qui ont été les plus évoquées dans les discours. Ainsi, non seulement les couchsurfeurs se confrontent à un individu qui n’appartient pas à un quelconque circuit touristique, mais en plus ils sont accueillis par un « local », ce qui leur permet un échange interculturel perçu comme primordial. L’hôte devient ici la représentation de la culture locale, et vivre avec lui revient à obtenir une authenticité culturelle que les autres voyageurs n’ont pas. Les hôtes aussi peuvent avoir une conception du couchsurfing similaire. Durant ses premiers accueils, le sociologue Dennis Zuev a réalisé qu’il se percevait comme un guide permettant à son surfeur de visiter le « cœur » de sa ville que des touristes – qu’il qualifie de normaux – n’auraient pas l’occasion de voir : « I thought I managed to represent what I considered the ‘actual order of things’ in Siberia, a balanced share of ‘anti-touristic’ places as well as the more ‘boring’ must-do attractions prescribed by Lonely Planet. » (2013 : 78) Cette conception alternative focalisée sur le résident n’est pas nouvelle ; le vagabondage d’antan était suscité par des impératifs financiers et une volonté de découverte culturelle. Elle répond à l’envie d’un tourisme plus « réaliste » où partager le quotidien des locaux devient primordial (Adler, 1985 ; Featherstone, 1995). C’est de manière réinterprétée et associée à une logique d’hospitalité que cette quête du « local » se manifeste dans Couchsurfing.

De la condamnation de l’argent : non-participation au marché touristique et gratuité

11La non-participation au marché touristique associée à la gratuité représente le versant économique de la distinction chez les utilisateurs du réseau. Les couchsurfeurs sont souvent proches de conceptions économiques alternatives en opposition au marché néolibéral. Cette position est influencée par la préférence pour les économies d’argent des couchsurfeurs – on ne saurait réduire leurs pratiques à ce seul argument économique qui néanmoins demeure immanquable dans l’explication de leurs choix. À préciser que leur préférence pour Couchsurfing est aussi modelée par une idéologie de résistance au marché (Roux, 2006), contestation qui est symbolisée par une condamnation de l’argent alliée à une apologie de la gratuité. Ainsi, soit l’argent est qualifié de facteur qui ne compte pas ou qui n’a pas tant que cela d’influence sur les décisions des couchsurfeurs, soit il est décrit comme un mal qui n’a pas sa place dans une conversation à propos du réseau d’hospitalité. Les propos de Simon, alors que nous discutions de la gratuité de Couchsurfing, illustrent bien le rejet de cette variable.

La gratuité je la vois comme essentielle, […] parce que c’était mon principe de base quand je voyageais […] aller dans des lieux, où, quelle que soit la langue, on ne parle plus d’argent, on ne traite que de l’humain, ce qui devient important c’est la rencontre. C’est pas : « achète-moi quelque chose », ou « vends-moi quelque chose ». Non je n’ai rien à vendre, rien à acheter, j’ai juste moi qui me balade. [Simon, 43 ans, infirmier, hôte ayant répondu à l’appel sur le forum Couchsurfing]

  • 1 Il convient de souligner que si l’utilisation du réseau est gratuite, les couchsurfeurs, en accepta (...)

12L’argent revêt des connotations vraiment négatives et est perçu comme dénaturant, voire souillant les relations sociales. À l’inverse, la gratuité offre un contexte d’échange « authentique » et est appréhendée de façon plus positive, presque noble. Les surfeurs insistent notamment sur le meilleur emploi de leur argent lorsqu’il est utilisé pour payer un repas, un café ou encore un cadeau à leur hôte plutôt que dans un hébergement payant qui ne correspond pas à leurs valeurs. Cette analyse se rapproche de la pensée de Jennie Germann Molz pour qui « many Couchsurfers define a ‘better world’ as one in which people connect in more authentic and meaningful ways outside of the corporate grid of consumer society » (2013b : 211). Cette vision éthique du tourisme, qui affirme qu’il existe une « meilleure » façon de voyager, nous en apprend beaucoup sur la conception de l’alternatif dans Couchsurfing, l’important n’étant pas ici de prétendre qu’un type de tourisme est préférable, mais bien de saisir comment des compréhensions du monde définissent un « bon » voyageur dans un réseau d’hospitalité. Pour les couchsurfeurs, cela veut dire s’extraire, autant que faire se peut, de l’économie de marché. Or, le meilleur moyen d’y arriver est de ne pas consommer de produits issus de l’industrie touristique et, par la même occasion, de ne pas payer un hébergement. Cette conception des membres explique sûrement pourquoi, bien que Couchsurfing soit devenu depuis 2011 une organisation à but lucratif (et reçoive donc des financements du secteur privé), le réseau demeure gratuit et sans publicités pour les membres dont le nom ainsi que l’adresse sont vérifiés1. Les dirigeants savent pertinemment qu’ils ne peuvent se permettre de remettre en cause cette variable hautement idéologique, puisqu’ils risqueraient alors de voir leurs utilisateurs se tourner vers d’autres réseaux d’hospitalité qui accordent davantage d’importance à une forme de résistance au marché, par exemple BeWelcome.org qui est une association à but non lucratif gérée par des bénévoles et dont les différents frais sont couverts par des dons.

L’inscription de Couchsurfing dans une hiérarchie des hébergements touristiques

13Les stratégies de distinction s’articulent en deux versants : il s’agit autant de solliciter un service gratuit où l’on rencontre quelqu’un de perçu comme « local » que de ne pas aller à l’hôtel, et de souligner les caractéristiques néfastes des modes d’hébergement marchands. Il ressort que les adeptes du réseau ont une vision hiérarchisée des différents lieux d’accueil : l’hôtel occupe la dernière place, les auberges de jeunesse et Airbnb sont tenus en plus haute estime, à un niveau assez similaire, et Couchsurfing prend bien sûr la première position. Dans ce rejet de l’hôtel, il s’agit de mettre en relief une distinction du tourisme de masse. Les surfeurs sont accueillis chez un habitant, ils ne payent pas le logement et de plus ils ne sont pas seuls. Cette solitude du voyageur est associée à l’hôtel et les membres attestent ne pas apprécier, ne pas comprendre même, ce mode d’hébergement : « I mean it has changed the way that I travel so much, because I would have had to save up money for a hotel, just to be alone! That is not even a good idea anyway and it is expensive […] » [Kate, 27 ans, directrice d’école, surfeuse]. Sans compter qu’un des grands reproches faits à l’hôtel concerne sa dimension « impersonnelle », « neutre », qui est fréquemment mise en opposition à la « chaleur humaine » du réseau d’hospitalité.

14Dans cette classification, Airbnb et les auberges de jeunesse occupent des positions semblables. Cela s’explique par le fait que ces modes d’hébergement permettent des rencontres, valeur centrale pour les couchsurfeurs. Toutefois, l’échange financier intrinsèque à ces services les connote de façon péjorative. Les auberges de jeunesse sont considérées comme une bonne option, car elles sont économiquement plus intéressantes que l’hôtel et permettent à qui le veut de faire des contacts et de tisser des liens durant le voyage. Néanmoins, ces nouvelles connaissances sont en visite touristique dans le pays où se trouve l’auberge et, pour cette raison, cette formule perd en « alternativité » aux yeux des voyageurs, puisqu’ils ne côtoient alors pas un résident. De plus, les rencontres à l’auberge seraient moins « authentiques », car tout le contexte de sélection du profil et de la cohabitation gratuite n’est plus présent. Certains qualifient les échanges avec les autres voyageurs de superficiels, alors qu’avec le réseau d’hospitalité un vrai lien amical pourrait émerger. Aussi, bien que peu onéreuse sur le marché, l’auberge demeure payante. En ce qui concerne Airbnb, bien que des rencontres avec des résidents puissent avoir lieu, la dimension financière de l’échange – malgré les multiples tentatives des protagonistes pour l’effacer (Jacquet, 2013) – colore négativement la pratique. De fait, prétendre que la rencontre est le seul intérêt des loueurs comme des invités n’est pas possible. Cela dit, les membres insistent sur le fait que puisque le logement est celui d’un particulier, et non un lieu marchand destiné aux visiteurs, son « capital alternatif » augmente grâce à ses caractéristiques quotidiennes et personnelles. Airbnb a d’ailleurs déjà fait la promotion de cette dimension personnalisée des locations. On pouvait lire sur sa page d’accueil, jusqu’en septembre 2016 : « Bienvenue à la maison. Louez des logements uniques auprès d’hôtes locaux dans plus de 190 pays. »

15Toute cette typologie des hébergements touristiques, bien que ne traitant pas directement de Couchsurfing, en dit long sur les catégories qui classent un logement temporaire comme alternatif ou non. La rencontre avec un résident et plus particulièrement un membre de la culture locale est un critère central. De la même façon, le désengagement de l’économie de marché ainsi que la gratuité sont des pôles structurant la démarcation vis-à-vis d’une offre touristique mondialisée perçue comme inauthentique et chère. Face à ces valeurs prônées par les membres, se trouvent des structures d’ordre social, culturel ou encore idéologique qui, dans un premier temps, permettent la pratique du Couchsurfing et, dans un deuxième, conditionnent et modèlent la possibilité des représentations alternatives du réseau d’hospitalité.

Les similarités qui modèlent l’alternative Couchsurfing : les repères du réseau

Des affordances sociales, culturelles et idéologiques

16Les valeurs présentées par les membres sont soutenues par un dispositif qui rend la pratique du Couchsurfing viable. Le concept d’affordances permet de conceptualiser des conditions sociales et structurelles souvent négligées dans l’étude du réseau au profit du discours des membres. Ces affordances (Germann Molz, 2013b), ou conditions de faisabilité, font partie intégrante de l’analyse. Elles constituent les modalités de réalisation spécifiques à Couchsurfing et charpentent les similarités entre membres du réseau. Tout d’abord, les grandes similarités sociales entre les internautes participent à la facilitation des interactions. En effet, les couchsurfeurs sont souvent jeunes, issus des classes moyenne et supérieure, et leur niveau de scolarité semble assez élevé : souvent trois années d’études après 18 ans (la fin du lycée en Occident correspondant souvent à cet âge), parfois cinq (Neveu, 2014). Cette constante sociale est riche d’informations, car, d’un point de vue purement économique, on pourrait penser que ce sont en majorité des personnes précaires financièrement qui auraient recours à Couchsurfing. Cependant, on croise peu d’individus issus de la classe populaire sur le réseau, car à la variable financière se juxtapose une envie de mobilité et une conception alternative du voyage et ces aspirations sont plus fréquentes chez des classes sociales plus aisées. Les critères sociaux de la population des couchsurfeurs en disent long sur la dimension sociale de la différenciation que ces voyageurs revendiquent. De même, cette tendance à l’homophilie sociale explique en partie les aspirations de distinction des membres. Tout comme certaines communautés constituent leurs pratiques en fonction d’un certain groupe social perçu comme dominant et en opposition à ce dernier, il semble que les couchsurfeurs optent pour le réseau d’hospitalité afin de ne pas être associés à la collectivité des touristes de la classe moyenne qu’ils considèrent comme « mainstream ».

17À ces bases sociales s’articule la dominance de la culture occidentale dans les manières de faire du réseau. Nombre de chercheurs se sont penchés sur les multiples désagréments rencontrés par certains membres issus d’autres sphères culturelles. Que ce soit les Tunisiens et leur embarras à intégrer le cosmopolitisme de Couchsurfing dans leur quotidien (Buchberger, 2013), les membres taïwanais et leur délicat rapport aux manières d’interagir occidentales (Chen, 2013) ou encore les femmes vietnamiennes qui ont des difficultés à utiliser le réseau à la vue de ses contradictions avec leur culture et leur position genrée (Schéou, 2013), les études démontrent que ces couchsurfeurs, en voulant s’adapter aux impératifs de sociabilité de la culture du réseau, négocient avec certains traits culturels maghrébins ou asiatiques. Par exemple, ils offrent des cadeaux qui collent aux stéréotypes de leur pays ; des couchsurfeurs musulmans autorisent leurs surfeurs et surfeuses à boire de l’alcool et à s’habiller comme bon leur semble devant leur famille, chose qu’ils ne feraient pas avec un autre type d’invité. Par ailleurs, le partage des grandes règles de comportement du réseau, ou ce que les membres nomment fréquemment le « Couchsurfing spirit », participe à la réalisation du projet du réseau d’hospitalité, et assoit encore la différenciation avec les touristes « classiques ». Comme l’écrivent des chercheurs qui se sont penchés sur la construction de la confiance entre membres de la communauté, « CouchSurfers have faith that others will behave in the CouchSurfing spirit. » (Adamic et al., 2011 : 3) La confiance dont parlent les auteurs est fortement basée sur les différents critères d’évaluation et de hiérarchisation des profils (tels les informations ou photographies présentes sur les profils ou les commentaires des autres couchsurfeurs). De cette façon, des règles, des manières d’agir sont tolérées ou non par les membres, ce qui constitue un consensus spécifique à Couchsurfing. Ce consensus semble s’illustrer notamment dans la régulation de la rencontre avec l’autre. Cela débute avec la demande d’hébergement qui doit être rédigée de façon claire et personnalisée. Certains hébergeurs écrivent par exemple des mots cachés dans leur profil et veulent que ces mots se retrouvent dans la demande d’hébergement pour être certains que l’hypothétique invité a lu la totalité du profil et manifeste un intérêt véritable pour l’hébergeur et non pour son canapé. Puis, il convient de ne pas arriver en retard au rendez-vous. Les surfeurs, en général, offrent un petit cadeau à l’hébergeur, lui cuisinent un repas, ou tout au moins font la vaisselle. De même, il est bien vu d’écrire rapidement sur le site une référence relatant son expérience avec l’autre, puisque ces commentaires attestent de la fiabilité du membre. Bref, tout cet attirail de notions et de comportements crée un contexte facilitant l’interaction entre les membres. Dès lors, Couchsurfing en tant qu’alternative fonctionne plus aisément. Grâce à ce dispositif, les interactions sont plus fluides et agréables. Il s’agit d’un nouvel argument en faveur du réseau, qui, par la même occasion, critique les formules d’accueil sans interaction avec un local.

18Finalement, ces similarités idéologiques alimentent le sentiment de communauté entre les membres. Leurs perceptions négatives de l’échange d’argent, l’apologie de la rencontre de l’autre ou encore de l’ouverture culturelle sont des ressemblances idéologiques qui animent les couchsurfeurs. Elles sont autant de points communs qui confortent les utilisateurs au sujet des bienfaits du réseau et de son originalité. C’est le cas de toutes les communautés : les similarités qui font qu’un groupe sélectionne ses membres soutiennent le fonctionnement ainsi que les agendas de ces derniers. Néanmoins, dans le cas de Couchsurfing, cela soulève un « paradox of global community » (Germann Molz, 2013a). Ce paradoxe d’une communauté qui se voit comme absolument ouverte et tolérante, mais qui ne l’est pas, est particulièrement pertinent pour les réseaux d’hospitalité affichant l’ouverture à l’autre comme principe de base. Les groupes où une idéologie d’ouverture est vantée ne pourront jamais remplir leur aspiration à une collectivité globale qui inclut tout le monde, puisqu’une communauté, par définition, exclut certains membres.

La flexibilité : l’illustration de la non-institutionnalisation des séjours Couchsurfing

19Bien que ces multiples variables aident à comprendre comment le modèle de Couchsurfing fonctionne d’un point de vue structurel, il reste une tendance plus individuelle qui finit de distinguer les membres des autres voyageurs : leur adhésion au principe de flexibilité. Au fur et à mesure des entretiens, un thème récurrent est en effet ressorti : la présentation de soi et de sa manière de voyager comme étant souple, flexible. Cela est avancé, parfois revendiqué, comme un mode d’être qui s’imbrique dans le système Couchsurfing. Les actuels membres ont déjà vécu des expériences de mobilité, d’hospitalité, de partage de l’espace régies par la flexibilité et l’adaptation. Souvent, les couchsurfeurs ont déjà voyagé dans des auberges de jeunesse avec leurs amis ou bien sont partis en voyage chez des connaissances de leur famille : ils ont déjà expérimenté les conditions d’hébergement de la mobilité. De la même façon, ils ont déjà partagé leur lieu de vie avec des colocataires, ou ont vécu à l’internat, ce qui les a habitués à la cohabitation. Toutes ces expériences leur permettent de forger des compétences à la mobilité et d’interagir plus facilement avec un inconnu dans le même lieu de vie. Cela participe à la constitution de ressources idéologiques (Pruvost, 2013) que la très grande majorité des couchsurfeurs possèdent et qui les orientent vers des façons de voyager où la souplesse et la flexibilité sont de mise. Ainsi, lorsqu’on demande aux surfeurs quelles sont les attentes qui les animent lorsqu’ils rencontrent un hébergeur, la réponse est commune à tous : ils n’espèrent rien en particulier, ils n’ont jamais d’idées préconçues, ce n’est pas dans leurs habitudes. Cette souplesse interactionnelle les positionne comme des individus moins stricts que les voyageurs traditionnels et est nécessaire à leur adhésion au réseau. De la même façon, les conditions matérielles de la rencontre et de l’hébergement sont reléguées à la catégorie des facteurs insignifiants, comme l’explique très clairement une surfeuse : « Maybe I am just too easy-going, I never really cared if I must sleep on the floor, if I was sleeping in a bed or in a couch, so far I always felt comfortable and okay with that. » [Amina, 29 ans, photographe professionnelle, surfeuse] De fait, la relation instaurée dans le réseau étant présentée comme « authentique », basée sur la découverte de l’autre, il serait contradictoire de prétendre vouloir un lit moelleux et le petit déjeuner préparé au réveil. Ce discours est très proche des valeurs de non-institutionnalisation du voyage et prend le contre-pied d’hébergements marchands, parfois, organisés de façon beaucoup plus rigide.

20Un autre pan de cette flexibilité se loge dans le rapport au temps des membres. Les changements de billets de bus, les modifications de destination en cours de route ou encore les demandes d’hébergement 24 heures avant l’arrivée de l’invité sont des comportements fréquents parmi ces voyageurs. Il existe d’ailleurs souvent, dans les villes qui ont un « bassin » d’hôtes assez grand, des groupes en ligne dédiés aux « Last Minute Requests ». Les hébergeurs et les invités peuvent publier respectivement leurs disponibilités d’accueil ou leurs recherches de logement, comme l’indique le nom du groupe, « à la dernière minute ». Les affinités des couchsurfeurs avec l’improvisation et la création de rythmes personnels amènent à penser qu’ils aiment se constituer leur propre emploi du temps détaché des contraintes habituelles, tout comme cela a été observé chez les backpackers (Lachance, 2013). Ces visiteurs apprécient être les investigateurs de leurs rythmes de voyages et s’autorisent à modifier leurs scénarios à la dernière minute. Dans le cas des couchsurfeurs, ce rapport à l’organisation du séjour est rendu grandement possible grâce à Internet, puisque les informations sont rapidement échangeables, notamment dans Paris où les accès au réseau sont nombreux. Il est très facile d’envoyer une demande d’hébergement en urgence, d’en annuler une autre ou encore d’échanger un billet de bus ou de train en ligne, si le plan du voyage a changé. C’est ce dont témoigne Becka en décrivant ses difficultés à trouver un hôte à Paris, à Londres et à Amsterdam durant son voyage en Europe.

It was really, really hard in London and in Paris too […], and difficult in Amsterdam as well, but also, it is hard to say if it is difficult, or if it is just me. Because I was always so last minute, figuring out where I was going, how I felt, how long I wanted to stay. [Becka, 24 ans, costumière, surfeuse]

21Bien que cela soit parfois difficile à gérer d’un point de vue purement logistique et que faire une demande de canapé à la dernière minute puisse signifier ne pas trouver d’hôte, cela semble ne pas être primordial pour les surfeurs. Vivre l’expérience de mobilité sans trop d’impératifs temporels importe davantage. Cette résistance à l’organisation se développe d’autant plus par rapport au lieu de résidence temporaire qui est le nœud de différenciation touristique, ainsi qu’aux groupes en ligne qui permettent parfois de trouver un hébergeur même en s’y prenant au dernier moment. Cette inscription dans ce que certains appellent la « pop-up culture » est un gage de distinction touristique qui s’associe très bien avec l’usage des nouvelles technologies. La pop-up culture fait référence à ce qui apparaît, émerge dans des cadres qui ne sont pas habituels. Couchsurfing permet de mobiliser ce concept, puisque les membres mettent en avant la fluidité et la spontanéité du réseau comme originales et souhaitables.

Les visites touristiques des couchsurfeurs parisiens

Des visites culturelles hybrides

22De manière intéressante, alors que les couchsurfeurs s’inscrivent souvent dans une logique de condamnation du tourisme de masse, les voyageurs en visite à Paris sont attirés par des consommations culturelles qu’on pourrait qualifier de classiques. Les surfeurs qui viennent dans la capitale française souhaitent voir la tour Eiffel, le Sacré-Cœur, le Louvre ou encore Notre-Dame. Lorsqu’ils arrivent, nombreux sont ceux qui ont déjà un plan du type de visites qu’ils désirent faire. À noter qu’ils utilisent beaucoup Internet dans la constitution de leur séjour plutôt que des livres de type Lonely Planet ou Guide du routard. Bien sûr, cela n’enlève rien au fait qu’ils vont aussi chercher des manières alternatives de visiter : par exemple, marcher dans la ville sans objectif précis ou bien s’enquérir auprès de leur hébergeur à propos d’endroits ou d’activités spécifiques. Car bien sûr les surfeurs ont accès à de l’information de la part des résidents, mais cela n’influence pas nécessairement de façon radicale leurs pratiques touristiques de la ville. Ils demandent par exemple où aller le soir, quel café est typiquement parisien ou encore où manger des viennoiseries françaises. Ils partagent des moments avec l’hôte, dans le lieu de vie de ce dernier ou encore en dehors de la ville, ce qui permet un parcours teinté de la personnalité de l’hébergeur et du rendu personnalisé pour le surfeur. Cette analyse rejoint celle de Brenda Le Bigot et Antoine Fleury (2013) qui attestent que l’hôte devient un intermédiaire entre le surfeur et la ville visitée.

Mais si t’as vraiment envie de voir la ville, je viendrai à Paris, je viendrai voir la tour Eiffel, Montmartre, enfin tous ces trucs hyper touristiques. Alors qu’avec Couchsurfing, je serai quelque part en dehors du centre ou peut-être au centre, pour visiter un petit café local que la personne aime bien […] [Fabien, 28 ans, étudiant en économie, surfeur]

23À ces façons différentes de découvrir s’ajoute une volonté de voir ce que tous les visiteurs parisiens souhaitent voir. Cette forme hybride de visite s’observe très bien dans les illustrations que j’ai réclamées à mes invités. Le fait que la demande de photographies vienne de l’enquêtrice, et par la même occasion ancienne hôtesse, peut biaiser la sélection des clichés : on pourrait émettre l’hypothèse que les couchsurfeurs, pour me montrer leur reconnaissance dans une optique typique de contre-don, auraient spécifiquement mis une image de moments que nous avons partagés. Toutefois, puisque certains ne m’ont pas envoyé de clichés de cette nature, la valeur démonstrative de ces représentations visuelles reste entière. À noter aussi que quelques surfeurs n’ont pas pris de photographies durant leur séjour, car cette pratique est souvent associée aux touristes traditionnels qui photographient tout de façon intempestive. De nouveau, les couchsurfeurs se distinguent. Ainsi, dans les photos qu’ils ont sélectionnées pour ma recherche, on peut voir des paysages parisiens classiques et des photos qui sont purement reliées aux expériences entre invités et hébergeuse. Par exemple, un cliché illustre une pâtisserie achetée dans une boulangerie de quartier et qui a commencé à être dégustée sur la table de mon appartement (illustration 2), un autre un panorama de Notre-Dame sur lequel on voit la tour Eiffel au loin (illustration 3).

Illustration 2 : Pâtisserie achetée dans une boulangerie de quartier et dégustée avec une surfeuse étatsunienne

Illustration 2 : Pâtisserie achetée dans une boulangerie de quartier et dégustée avec une surfeuse étatsunienne

Photo : Becka Beckett

Illustration 3 : Panorama parisien photographié par une surfeuse brésilienne

Illustration 3 : Panorama parisien photographié par une surfeuse brésilienne

Photo : Silvana Haspar

24De la même façon, dans leurs visites touristiques, les membres privilégient la balade non structurée pour découvrir la capitale. Flâner est considéré comme une façon alternative de visiter la ville, caractéristique qui se retrouve aussi chez les backpackers résidant en auberge de jeunesse (Simon, 2013). Ici, on souhaite prendre son temps, s’imprégner de l’atmosphère de l’endroit visité. Outre le fait que cette pratique est souvent gratuite ou peu onéreuse – ce qui plaît toujours aux couchsurfeurs –, elle est en décalage avec l’injonction de prendre le métro parisien pour aller visiter un monument ou un musée. Tout comme le lieu de vie des voyageurs est perçu comme plus authentique, car retiré des discours et des représentations préfabriqués de l’industrie du tourisme, le fait de marcher dans la ville est considéré comme un accès privilégié à l’ordinaire, au quotidien. L’idée de quotidienneté est centrale dans la consommation touristique des couchsurfeurs. Le partage de l’existence de l’hôte peut revêtir des allures de découvertes culturelles, touristiques. Ainsi, pour la surfeuse Manuela, le fait de prendre le petit déjeuner avec son hôtesse parisienne est alternatif.

When you stay at a hotel you just go to the touristic places and take photos, you know? […] Yes, like staying here with you, we could see a little bit of, how your day goes… what you eat for breakfast! Things like that, that are simple but make a difference for getting to know French people and their habits. [Manuela, 22 ans, étudiante en histoire, surfeuse]

25Comment expliquer cette perception alternative des couchsurfeurs ? On pourrait penser à un paradoxe sociologique classique entre actions et discours, ou bien on peut approcher ce phénomène d’un autre angle. Puisque le centre de l’« alternativité » est la rencontre, la consommation touristique de monuments, de lieux et d’autres activités de découverte deviendrait secondaire dans la représentation des visiteurs comme alternative. Ainsi, c’est le lieu de vie qui, dans le contexte Couchsurfing, est intrinsèquement lié à l’échange et à la découverte avec un résident qui devient le point central de ce tourisme. Sans pour autant parler uniquement d’exploration intime de l’autre, car les couchsurfeurs souhaitent tout de même visiter l’endroit de leur séjour, l’hébergeur colore, personnalise l’expérience touristique.

Conclusion

26Comprendre les tensions qui animent les couchsurfeurs, et notamment leur aspiration à la différenciation, ne peut se faire sans analyser les constantes, qu’elles soient sociales, personnelles ou idéologiques. Car une situation de rencontre entre inconnus aussi « extrême » que celle de Couchsurfing a besoin de construire des repères, des règles qui structurent les interactions et la pratique en elle-même. Ainsi, tout comme les autres visiteurs qui vont à l’hôtel et qui réclament des habitudes et des normes similaires d’un pays à l’autre, les couchsurfeurs cultivent des similarités d’un endroit à l’autre, mais ils le localisent dans la rencontre avec leurs hôtes. Force est de constater que Couchsurfing pousse à concevoir le tourisme de masse et le tourisme alternatif non pas comme des formes codifiées et rigides, mais plutôt comme des espaces perméables qui empruntent l’un à l’autre et dont les multiples combinaisons sont infinies. Couchsurfing propose un arrangement particulier de ces facteurs et, de cette façon, permet l’émergence d’une nouvelle forme de tourisme qui réemploie des critères anciens, les actualise et les adapte en collaboration avec les possibilités techniques contemporaines. Ici, ce n’est pas la destination qui est source de différenciation, mais plutôt le type d’hébergement choisi et la rencontre avec l’hébergeur qui en découle. Ainsi, en déplaçant la focale sur le lieu de vie temporaire et non plus autant sur l’endroit visité, une nouvelle pratique touristique émerge.

Top of page

Bibliography

Adler, Judith,1985, « Youth on the Road: Reflections on the History of Tramping », Annals of Tourism Research, vol. 12, no 3, p. 335-354.

Adamic, Lada, Debra Lauterbach, Chun-Yuen Teng et Mark Ackerman, 2011, « Rating Friends Without Making Enemies », Fifth International AAAI Conference on Weblogs and Social Media, University of Michigan.

Bialski, Paula, 2009, Intimate Tourism : Enquête dans un réseau d’hospitalité, Limoges, Solilang.

Bialski, Paula, 2012, Becoming Intimately Mobile, Francfort, Peter Lang.

Buchberger, Sonja, 2013, « Rooted Cosmopolitanisms, Deceived Kinship and Uneasy Hospitality Among Couchsurfers in Tunisia », dans David Picard et Sonja Buchberger (dir.), Couchsurfing Cosmopolitanisms. Can Tourism Make a Better World?, Bielefeld [transcript], p. 83-106.

Butcher, Jim, 2003, The Moralization of Tourism. Sun, Sand and… Saving the World? Londres, Routledge.

Chen, De-Jung, 2013, « Learning to Perform the Exotic: Cosmopolitan Imagination, Participation ans Self-transformation among Taiwanese Couchsurfers », dans David Picard et Sonja Buchberger (dir.), Couchsurfing Cosmopolitanisms. Can Tourism Make a Better World?, Bielefeld [transcript], p. 107-122.

Couchsurfing.com, 2017, About Us, <http://www.couchsurfing.com/about/about-us>, consulté le 8 avril 2017.

Decrop, Alain et Livie Degroote, 2014, « Le Couchsurfing. Un réseau d’hospitalité entre opportunisme et idéalisme », Téoros, vol. 33, no 1, p. 119-128.

de Oliviera Bertucci, Jonas, 2009, « Lien social et économie d’hébergement gratuit sur Couchsurfing », Revue du Mauss permanente, n.p. <http://www.journaldumauss.net/./?Lien-social-et-economie-d>, consulté le 8 avril 2017.

Featherstone, Mike, 1995, Undoing Culture: Globalization, Postmodernism and Identity, Londres, Sage.

Germann Molz, Jennie, 2012, « CouchSurfing and Network Hospitality: ‘It’s Not Just about the Furniture’ », Hospitality & Society, vol. 1, no 3, p. 215-225. DOI : 10.1386/hosp.1.3.215_2.

Germann Molz, Jennie, 2013a, « Cosmopolitans on the Couch: Mobile Hospitality and the Internet », dans David Picard et Sonja Buchberger (dir.), Couchsurfing Cosmopolitanisms. Can Tourism Make a Better World?, Bielefeld [transcript], p. 43-64.

Germann Molz, Jennie, 2013b, « Social Networking Technologies and the Moral Economy of Alternative Tourism: The Case of Couchsurfing.Org », Annals of Tourism Research, vol. 43, p. 210-230. DOI : 10.1016/j.annals.2013.08.001.

Gotman, Anne, 2001, Le sens de lhospitalité. Essai sur les fondements sociaux de laccueil de lautre, Paris, Presses universitaires de France.

Graburn, Nelson, 2013, « Anthropology and Couchsurfing », dans David Picard et Sonja Buchberger (dir.), Couchsurfing Cosmopolitanisms. Can Tourism Make a Better World?, Bielefeld [transcript], p. 173-179.

Ince, Anthony, 2015, « From Middle Ground to Common Ground: Self-management and Spaces of Encounter in Organic Farming Networks », Annals of the Association of American Geographers, vol. 105, no 4, p. 824-840. DOI : 10.1080/00045608.2015.1039110.

Jacquet, Édouard, 2013, Le « prêt payant ». Les paradoxes de léconomie collaborative, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Kunz, Werner et Sukanya Seshadri, 2015, « From Virtual Travelers to Real Friends: Relationship-building Insights from an Online Travel Community », Journal of Business Research, vol. 68, no 9, p. 1822-1828. DOI : 10.1016/j.jbusres.2015.01.009.

Lachance, Jocelyn, 2013, « Le rapport à la temporalité du backpacker », Téoros, vol. 32, no 1, p. 73-79.

Larsen, Jonas, 2013, The (im)Mobile Life of Digital Photographs: The Case of Tourist Photography, Workshop on Computer-mediated Hospitality and the Transformation of Tourism and Travel Practice, Université d’Amsterdam.

Le Bigot, Brenda et Antoine Fleury, 2013, « Ladepte du couchsurfing, un néo-routard urbain ? », Téoros, vol. 32, no 1, p. 100-111. DOI : 10.7202/1036659ar.

Neveu, Pauline, 2014, Le tourisme dhospitalité : étude des pratiques couchsurfing, mémoire de maîtrise en sociologie, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

O’Reilly, Camille Caprioglio, 2006, « From Drifter to Gap Year Tourist », Annals of Tourism Research, vol. 33, no 4, p. 998-1017. DOI: 10.1016/j.annals.2006.04.002.

Picard, David, Sonja Buchberger, Jennie Germann Molz, Dennis Zuev, Chen De-Jung, Bernard Schéou, Jun-E Tan, Paula Bialski et Nelson Graburn, 2013, « Introduction: Couchsurfing in Lisbon, Tunis and Brisbane », dans David Picard et Sonja Buchberger (dir.), Couchsurfing Cosmopolitanisms. Can Tourism Make a Better World?, Bielefeld [transcript], p. 9-41.

Pruvost, Geneviève, 2013, « L’alternative écologique. Vivre et travailler autrement », Terrain, no 60, p. 36-55.

Roux, Dominique, 2006, « La résistance du consommateur : conceptualisations, échelles d’observation et proposition dun cadre danalyse », Cahier de Recherche, Institut de recherche en gestion – Université Paris XII.

Saint-Denis, Alain, 2001, « La pratique de la charité en France au XIIIe siècle », dans Alain Montandon (dir.), Lieux d’hospitalité : hospices, hôpital, hostellerie, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 51-71.

Schéou, Bernard, 2013, « Allures of the Global, Gender and the Challenge to Confucian Hospitality Among Vietnamese Couchsurfers from Ho Chi Minh City », dans David Picard et Sonja Buchberger (dir.), Couchsurfing Cosmopolitanisms. Can Tourism Make a Better World?, Bielefeld [transcript], p. 123-139.

Simon, Gwendal, 2013, « Des backpackers à Paris : condition touristique assumée et expérience composite de la ville », Téoros, vol. 32, no 1, p. 80-88.

Sørensen, Anders, 2003, « Backpacker Ethnography », Annals of Tourism Research, vol. 30, no 4, p. 847-867. DOI : 10.1016/s0160-7383(03)00063-x.

Sprakel, Joris et Julianna Priskin, 2008, « CouchSurfing’ : à la recherche d’une expérience touristique authentique », Téoros, vol. 27, no 1, <http://teoros.revues.org/1638>, consulté le 8 avril 2017.

Zuev, Dennis, 2013, « Hosting Marco in Siberia: Couchsurfing Hospitality in an ‘Out of the Way’ Place », dans David Picard et Sonja Buchberger (dir.), Couchsurfing Cosmopolitanisms. Can Tourism Make a Better World?, Bielefeld [transcript], p. 65-82.

Top of page

Notes

1 Il convient de souligner que si l’utilisation du réseau est gratuite, les couchsurfeurs, en acceptant ses conditions d’utilisation, autorisent Couchsurfing à réutiliser leurs données personnelles. Celles-ci peuvent donc être vendues à des tiers, hypothétiquement, qui pourraient diriger vers les membres des publicités susceptibles de les intéresser.

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1 : Page de présentation du site Couchsurfing.com
Credits Source : Capture d’écran du site Web par l’auteure
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3026/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Illustration 2 : Pâtisserie achetée dans une boulangerie de quartier et dégustée avec une surfeuse étatsunienne
Credits Photo : Becka Beckett
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3026/img-2.jpg
File image/jpeg, 2.5M
Title Illustration 3 : Panorama parisien photographié par une surfeuse brésilienne
Credits Photo : Silvana Haspar
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/3026/img-3.jpg
File image/jpeg, 3.9M
Top of page

References

Electronic reference

Pauline NEVEU, « Couchsurfing : la distinction touristique par la rencontre », Téoros [Online], 36, 1 | 2017, Online since 12 May 2017, connection on 23 August 2017. URL : http://teoros.revues.org/3026

Top of page

About the author

Pauline NEVEU

Doctorante en sociologie, Université du Québec à Montréal ; neveu.pauline_marie@courrier.uqam.ca

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org