Skip to navigation – Site map
Concilier tourisme et développement durable

Tourisme et développement durable. Un exercice d’adaptation, d’intégration et de conciliation

Pascale MARCOTTE, Laurent BOURDEAU and Bruno SARRASIN

Index terms

Top of page

Full text

1L’Organisation des Nations Unies (ONU) a proclamé l’année 2017 « Année internationale du tourisme durable ». Le choix de l’année 2017 pour souligner cette année internationale converge avec le cinquantième anniversaire de la première année du tourisme désignée par l’ONU, en 1967 (Nations Unies, 2017). En un demi-siècle, s’est donc adjoint un qualificatif au terme de « tourisme » : le tourisme peut et doit dorénavant être « durable ». Cette année internationale s’inscrit dans le cadre du vaste Programme 2030 de l’ONU. Ce dernier prend la forme d’un plan d’action reposant sur dix-sept objectifs dans les secteurs économique, du développement social et de l’environnement. Le choix de reconnaître une année internationale du tourisme, parmi les autres activités humaines, s’explique par ses impacts nombreux et variés qui s’ajoutent à son effet catalyseur sur cinq des dix-sept objectifs du programme. Par exemple, l’ONU a identifié que le tourisme durable pouvait, par sa contribution potentielle au partage des retombées de la croissance économique, participer à la réduction de la pauvreté. Il peut aussi favoriser l’inclusion sociale, par une meilleure répartition des emplois, une accessibilité et une répartition plus équitable des ressources et un élargissement à une plus vaste participation de la population au tourisme.

2Bien que l’attention portée au tourisme comme vecteur de lutte contre la pauvreté ne soit pas nouvelle , l’intérêt grandissant pour le tourisme « pro-pauvres » découle du choix fait par « l’industrie du développement » de placer la lutte contre la pauvreté au centre de ses actions (Sarrasin et al., 2012). L’énergie déployée autour du programme 2030 de l’ONU participe à l’apparition d’un certain nombre d’approches dites « pro-pauvres » qui mettent explicitement l’accent sur les plus démunis d’une société, comme en témoignent les stratégies de croissance ou de conservation pro-pauvres . En misant sur le rôle central du marché et sur la croissance phénoménale de l’industrie touristique, cette démarche attire l’attention sur les façons de maximiser le potentiel du tourisme dans la lutte contre la pauvreté. Le tourisme pro-pauvres est ainsi défini comme un tourisme qui génère des « bénéfices nets » pour les pauvres, bénéfices qui peuvent être économiques, mais aussi sociaux, environnementaux ou culturels . Cette définition fait écho à celle du tourisme durable.

3Celui-ci est interpellé au plus haut point par les changements climatiques. Le rôle fondamental du transport dans l’industrie touristique contribue aux modifications du climat, et les flux touristiques sont également influencés par les effets des perturbations sur les paysages (ex. : ceux de la montagne avec la disparition des « neiges éternelles », ou les paysages littoraux avec la perte de grandes plages due aux fortes marées) et sur l’intensité des intempéries (ex. : pendant la saison des « tornades ») (Lapointe et al., 2015).

4Le tourisme est par ailleurs sollicité pour sa capacité à faire partager les valeurs et la diversité culturelles, ainsi qu’à faire connaître et reconnaître les patrimoines naturels et culturels. Quand on connaît les régions, les traditions, les individus, il est plus facile de s’y attacher et de vouloir les protéger. Par la proclamation de l’année internationale du tourisme durable, ce sont donc les décideurs, les acteurs de l’industrie comme le grand public, notamment à titre de consommateurs, qui sont invités à s’impliquer pour assurer la protection et le partage équilibré des ressources et à faire des choix éclairés, qui contribuent à l’équité, la durabilité et la pérennité des ressources et à l’amélioration de la qualité de vie des individus. Le programme est ambitieux. Pour se réaliser, il doit s’opérationnaliser, ne pas rester au niveau des discours politiques.

5La déclaration de l’année internationale du tourisme durable était à la fois attendue et tardive. Attendue, car la nécessité de souligner la dépendance des acteurs touristiques et de l’industrie à l’égard des ressources environnementales, culturelles et sociales, tout en demeurant économiquement viables, présente toujours un vif défi. Cette nécessité est toujours pleinement d’actualité. Néanmoins, cette nomination semble tardive, car la préoccupation quant à la durabilité du tourisme est présente depuis plus de 35 ans, et même bien davantage si l’on tient compte de l’idée de la conservation de la nature et des paysages qui a présidé à des institutions fondamentales pour le tourisme, tels les parcs nationaux (Hardy et al., 2002). Dès les années 1970 le concept de patrimoine mondial, aussi bien naturel que culturel, était créé en vue de contribuer à la protection et à la sensibilisation à l’égard de ces ressources. Ajoutons qu’en 1987 la Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED) de l’ONU publiait le texte Our Common Future (Notre avenir à tous), plus souvent connu sous le nom de « Rapport Brundtland ». Ce texte comportait déjà des sections sur la nécessité de protéger les ressources naturelles, notamment. Le chapitre 11 de l’Agenda 21 élaboré au Sommet de la Terre de Rio mettait d’ailleurs en valeur l’écotourisme. Le rôle du tourisme sera par la suite précisé par le Programme pour le XXIe siècle (appelé aussi Action 21) pour l’industrie du tourisme et des voyages, proposé par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) et le Conseil de la Terre (Hardy et al., 2002).

6Depuis plus de 35 ans, on assiste donc à de nombreux changements quant au concept et aux applications du tourisme durable. Ces changements concernent tant les façons de faire, les attentes des visiteurs à l’égard de l’industrie, l’élaboration de lois et règlements, que les études et les publications sur le tourisme durable. On se doit d’ailleurs de souligner l’évolution de la définition du tourisme durable au cours des années. Pour d’aucuns, les transformations de cette définition reflètent le manque de précision du concept et donc l’incapacité de le mesurer concrètement (Goodwin, 2016). Pour d’autres, ces changements reflètent plutôt le questionnement toujours vigoureux et nécessaire à son égard (Bramwell et al., 2017). La première définition du tourisme durable proposée par l’OMT date de 1993 ; elle se résumait comme une pratique tenant compte des besoins actuels des touristes et des régions d’accueil tout en protégeant et en améliorant les perspectives pour l’avenir. En 2001, l’institution ajoutait à cette définition que l’utilisation des ressources devait satisfaire « les besoins économiques, esthétiques et sociaux » et « préserver l’intégrité culturelle, les écosystèmes, la biodiversité et les systèmes de soutien de la vie ». En 2004, l’OMT suggérait que « l’utilisation optimale des ressources environnementales », le respect de « l’authenticité sociale et culturelle des communautés d’accueil », la contribution « à la compréhension interculturelle et à la tolérance », ainsi que la répartition équitable du « bénéfice et pour toutes les parties prenantes » devaient s’ajouter à la définition du tourisme durable (définitions tirées de Goodwin, 2016 : 16-17).

7La durabilité ne se résume donc plus seulement au virage « vert » ou « écologique », et les principes du tourisme durable ne concernent pas seulement les destinations de niche, déjà préservées (Ruiz, 2013). À la nécessité de protéger l’environnement se sont ainsi ajoutées depuis une quinzaine d’années des dimensions politiques, ainsi que la volonté d’appliquer les principes de façon holistique et pour toutes les destinations (Sarrasin, 2007 ; Scheyvens, 2011). Il existe une reconnaissance de plus en plus répandue de l’interdépendance complexe entre les humains et leur environnement et de l’incertitude liée à la gestion des ressources naturelles dans un monde en constante évolution (Holling, 2001). Ces éléments prennent la forme de ce qu’il est convenu d’appeler un système socio-écologique (SSE) (Liu et al., 2007 ; Filatova et al., 2013 ; Sarrasin et al., 2015). Cette approche suggère que le maintien de la qualité de l’environnement naturel ne peut pas être obtenu en éliminant les changements ou les perturbations, mais plutôt que la variabilité et la diversité contribuent à la vitalité d’un système (Berkes et al., 2003). C’est ce que Simin Davoudi (2012) définit comme une résilience évolutive. Pour de nombreux chercheurs, la clé de la durabilité réside dans le renforcement de la résilience du SSE, et non dans l’optimisation de la performance des composants individuels et isolés du système (Scheffer et al., 2001 ; Oström, 2009). Dans ces conditions, un SSE résilient capable de faire face au changement est synonyme de durabilité sociale, écologique et économique (Lew et al., 2016).

8Pour certains auteurs, la durabilité s’appuie donc sur la notion de résilience. Charles L. Redman (2014), par exemple, assimile la durabilité à l’adaptation et aux qualités de « changement incrémentiel », en réponse au choc et au maintien de l’équilibre socio-écologique précédent. Bien que la résilience soit principalement assimilée à la transformation et aux qualités d’adaptation aux changements, elle peut aussi faire référence à un retour à un équilibre pré-perturbation, dans ce qu’il est convenu de nommer la résilience de l’ingénierie (Davoudi, 2012). Celle-ci s’appuie sur un retour à un état original par le maintien des actifs existants, par exemple en construisant des murs de protection des actifs touristiques contre les marées (Lapointe et al., 2015). Alors que les perspectives systémiques fournies par le SSE englobent la complexité, la résilience de l’ingénierie tend à simplifier la dynamique d’un système en s’intéressant principalement au temps et aux investissements nécessaires pour revenir à l’état original, sans remettre en question la dynamique sous-jacente de l’état original. Durabilité et résilience : mêmes bases ontologiques ? Sandra Derissen, Martin Quaas et Stefan Baumgärtner (2011) exposent une différence entre ces deux concepts en suggérant que la durabilité atténue le changement en maintenant les ressources au-dessus des niveaux normatifs sûrs, alors qu’une approche de résilience s’adapte au changement en renforçant les capacités pour retourner à l’état souhaité après une perturbation. C’est dans un tel contexte que le tourisme durable propose l’application des principes de durabilité au développement du tourisme (Hall et Lew, 1998). Les critères du développement des destinations touristiques durables (GSTC, 2013) constituent un exemple d’une approche globale du tourisme durable. Il s’insère cependant dans la logique des nombreux documents produits par les Nations Unies qui doivent répondre aux intérêts de vastes ensembles géopolitiques et, en conséquence, peuvent devenir trop généraux pour être mis en pratique. Bien que cette approche de la durabilité propose une planification globale qui pourrait contribuer au développement communautaire, elle ne reflète pas les valeurs environnementales originales du développement durable qui étaient au cœur de la publication Notre avenir à tous en 1987 (CMED, 1987).

9Cet élargissement des préoccupations associées au tourisme durable, préoccupations au départ centrées sur l’environnement et qui englobent maintenant les aspects sociaux et politiques, se manifeste également sur le plan des recherches scientifiques. Alors que les premières recherches s’attachaient principalement aux impacts des pratiques touristiques sur l’environnement, on s’intéresse aujourd’hui aux « autres » éléments de la durabilité (Hashemkhani Zolfani et al., 2015 ; Bramwell et al., 2017). Les considérations managériales et de gouvernance s’ajoutent ainsi maintenant aux intérêts des chercheurs qui étudient le tourisme durable (Farmaki, 2015). En effet, l’efficacité du mode de gouvernance est dorénavant largement reconnue comme facteur de succès dans la conception et la mise en œuvre des politiques de tourisme durable. Plusieurs auteurs ont soulevé que le problème d’implantation du tourisme durable réside principalement dans la pratique, alors que les relations entre les partenaires et les parties prenantes sont identifiées comme une des principales barrières à cette mise en œuvre (Farmaki, 2015 ; Sarrasin et al., 2016). La prise en compte de la gouvernance permet donc de renouer avec la dialectique durabilité – résilience au croisement de laquelle on trouve la gestion collaborative ou la cogestion d’un système socio-écologique (SSE).

10Cette approche permet en outre d’accroître la résilience en fonction de la capacité des acteurs à s’adapter aux perturbations. Dans cette interprétation de la résilience, la gestion d’un SSE en vue de sa durabilité commande de ne pas pousser le système au-delà de ses limites (Sarrasin et al., 2015 ; Lew et al., 2016). Au lieu de cela, la cogestion peut contribuer à la diversité, à la variabilité et à l’adaptabilité tout en aidant à comprendre quand, où et comment il est possible d’intervenir dans le système (Folke, 2006 ; SRC, 2014). Compte tenu de la nature des systèmes socio-écologiques, l’un des principaux défis consiste à élaborer des arrangements institutionnels qui tiennent compte des processus sociaux et écologiques à différentes échelles spatiales et temporelles, sans négliger les liens qui relient ces échelles (Oström, 2009). Dans une telle approche, la gestion collaborative associée au concept de gouvernance adaptative contribue à la résilience du SSE. Dans ce contexte, plusieurs acteurs sociaux peuvent travailler ensemble pour négocier, définir et mettre en œuvre un certain nombre de fonctions, d’avantages et de responsabilités qui mènent à la durabilité (Borrini-Feyerabend et al., 2004).

11La littérature scientifique sur la résilience et les stratégies mises en place suggèrent-elles l’émergence de la post-durabilité ? Nous n’en sommes pas là… du moins dans le domaine du tourisme. Si le développement d’un tourisme durable est largement repris dans les discours politiques, et qu’il représente une valeur aux yeux des touristes, peu de destinations l’utilisent comme axe principal de développement. Même s’il est évoqué depuis longtemps, le tourisme durable continue de représenter, pour d’aucuns, une contrainte à la commercialisation. Certes, des organisations l’ont pris à bras-le-corps, utilisant les contraintes perçues comme des opportunités de marché et des occasions privilégiées de rejoindre un segment de touristes sensibles aux impacts de leur consommation sur la société visitée. Nombreux cependant, qu’ils soient entrepreneurs, décideurs politiques ou touristes, naviguent plutôt entre les contradictions, défendant avec exemplarité certains principes et préférant occulter ceux qui pourraient remettre radicalement en question leur raison d’être ou leur mode de consommer.

12Le tourisme implique en effet des déplacements, de la consommation, des aménagements, même minimaux, de ressources naturelles et culturelles. Les produits touristiques dépendent des ressources publiques et communes, telles que l’eau, les paysages, le climat, mais aussi les routes, les musées, les sites historiques (Briassoulis, 2002). La production et la consommation des produits touristiques ne sont pas sans effets sur l’environnement économique, culturel, social et écologique, et ces effets peuvent être tant positifs que négatifs. Alors que les indicateurs de succès demeurent largement fondés sur la croissance des dépenses et du nombre de visiteurs, que l’argument de la compétition, notamment basée sur les prix, est brandi pour réduire les coûts à toutes les étapes de production et de distribution des produits, les contradictions ne tardent pas à apparaître.

13La question de concilier les intérêts de l’ensemble des acteurs d’un territoire pour développer une région autour d’une approche de développement durable conserve donc toute son acuité, même si son idéologie, largement diffusée, paraît parfois redondante ou strictement rhétorique. L’objectif de ce numéro de Téoros était ainsi d’inviter les auteurs à réfléchir aux modes de conciliation, d’adaptation et d’intégration du développement durable dans la production des services et des produits touristiques, mais également dans les pratiques organisationnelles et de commercialisation, et auprès de la clientèle touristique. Il s’avère en effet que l’intégration du développement durable en tourisme est aussi une question d’adaptation et de conciliation. Ce défi se manifeste notamment lors de la rencontre entre protection des ressources et commercialisation de ces mêmes ressources (Marcotte et Bourdeau, 2012).

14Concilier les enjeux économiques, sociaux et environnementaux passe ainsi par une adaptation de l’offre, notamment par l’adaptation ou la transformation des infrastructures d’accueil, mais également par l’adaptation de la demande, en incitant les touristes à adopter des comportements plus durables (Dolincar et al., 2008). L’article de Fabien Durif, Agnès François-Lecompte et Isabelle Prim-Allaz, qui s’intéresse à la demande touristique, conclut que les comportements des individus en situation de vacances et au quotidien se manifestent, au final, de façon similaire à l’égard du développement durable. En effet, les résultats de la recherche conduisent les auteurs à suggérer que les valeurs des individus priment sur le contexte de consommation, et que ces valeurs fondamentales les amènent à adopter un comportement cohérent à l’égard des enjeux environnementaux, peu importe la situation. Les consommateurs sensibles au développement durable dans leur environnement quotidien seront aussi des touristes sensibles hors de leur environnement habituel.

15Le développement durable fait également écho à la protection du patrimoine, naturel ou culturel, ainsi qu’à la sensibilisation des touristes et des communautés locales à l’égard de la valeur de ces patrimoines. Toutefois, les points de vue peuvent grandement varier entre résidents et touristes. Des différences peuvent pareillement s’accentuer selon le contexte social et économique de la destination, et selon l’implication d’un organisme international dans la gestion ou la reconnaissance de ce patrimoine. Les résidents des pays en développement n’ont, ainsi, pas la même perception de l’intervention et des implications de la labellisation de leur patrimoine par un organisme comme le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO (Rasoolimanesh et Jaafar, 2017). Dans une perspective de tourisme durable, deux articles de ce numéro apportent un regard complémentaire sur des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO.

16En s’appuyant sur le cas de Québec, ville du patrimoine mondial de l’UNESCO, Isabelle Leduc, Laurent Bourdeau et Pascale Marcotte ont étudié les valeurs accordées au label à titre d’outil promotionnel. Alors que le label de l’UNESCO avait été, de prime abord, créé pour assurer la protection et la sensibilisation des publics à l’égard de sites exceptionnels, la reconnaissance internationale semble aujourd’hui de plus en plus utilisée à des fins de commercialisation et de promotion des destinations labellisées. Dans ce cadre, les chercheurs ont voulu comprendre quelles valeurs étaient aujourd’hui accordées à ce label par les responsables de la protection et de la commercialisation des secteurs du tourisme et du patrimoine. Les résultats révèlent que les valeurs associées à la réputation, l’histoire, la beauté, l’unicité et les retombées économiques sont les plus souvent mentionnées et bien que les valeurs liées à la protection, que l’on pourrait associer au développement durable, n’aient pas été explicitement citées, elles pourraient être sous-entendues par des références à la mise en valeur de la culture et de l’histoire.

17Les recherches récentes ont démontré que le développement durable implique fondamentalement les processus de gestion et de gouvernance. Cette gouvernance est notamment déterminante dans la gestion touristique de sites culturels qui impliquent de nombreuses parties prenantes, et dont chacune possède des objectifs différents, parfois contradictoires, sinon conflictuels. Les auteurs, Nathalie Montargot et Xavier Borg, analysent le cas du pont du Gard et illustrent la complexité de la gouvernance de ce type de site. Les choix entre protection et développement territorial, investissements et rentabilité, vision économique à court terme et vision écologique à plus long terme ne sont évidemment pas consensuels parmi toutes les parties prenantes. Au-delà de ces contradictions ou divergences, le fait que les acteurs concernés soient très hétérogènes dans leur constitution et leurs objectifs accroît le défi de la conciliation.

18Le développement durable offre la possibilité de développer un territoire à partir de nouvelles pratiques qui considèrent non seulement les impératifs économiques, mais respectent également les populations locales tout en cherchant à minimiser les effets du tourisme sur l’environnement. Cette démarche peut même faire l’objet d’un positionnement s’appuyant sur un marché de niche où la commercialisation et les opérations durables constituent un avantage comparatif. C’est notamment le cas de l’agritourisme, dont traitent deux articles dans ce numéro.

19L’article de Agnès Durrande-Moreau, François Courvoisier et Anne Marie Bocquet s’appuie sur une importante recension des écrits portant sur l’agritourisme. À partir de cette recension, les auteurs proposent d’élargir la définition généralement admise de l’agritourisme, c’est-à-dire celle qui se réfère aux activités touristiques complémentaires à l’agriculture et réalisées sur la ferme. Ils suggèrent de ne pas limiter la notion d’agritourisme au territoire strict de la ferme en activité. L’analyse de l’offre touristique des territoires et les nouvelles pratiques les amènent à penser que le terme devrait maintenant englober des pratiques à connotation agricole, mais aussi « hors ferme ». Les auteurs rappellent également que cette forme de tourisme permet de soutenir une agriculture peu intensive, maintenant souvent menacée par le développement industriel de l’agriculture. Cette agriculture, localisée et distinctive car ancrée dans son territoire, peut aussi devenir un attrait touristique du territoire. Elle contribue alors au maintien des paysages, à la préservation des espaces et des traditions. L’agritourisme, élargi ou non, s’inscrit donc dans les pratiques de développement durable, car il maintient une activité économique en phase avec les ressources locales.

20L’article « L’authenticité, une stratégie de développement touristique » de Jean-Marie Furt et Caroline Tafani traite également de l’agritourisme, mais sous un tout autre angle. Les auteurs invitent à réfléchir sur l’authenticité perçue des produits agritouristiques, une dimension fort positive dans un monde où la marchandisation et la commercialisation semblent avoir coupé les individus des lieux d’origine des produits, surtout alimentaires. Furt et Tafani s’interrogent sur la façon dont les destinations, notamment la Corse, peuvent développer des produits touristiques « authentiques » pour se définir et se positionner sur un marché concurrentiel. L’agritourisme, parce qu’il peut diversifier les ressources d’une entreprise agricole, qu’il est ancré dans le territoire et reflète l’identité des producteurs, apparaît souvent comme un produit durable. Un projet de labellisation, sans être une panacée, est recommandé comme un des moyens de soutenir les producteurs dans le développement de ces produits, plus authentiques et plus durables.

21Ce rapide tour d’horizon des articles publiés dans ce numéro met en exergue certaines thématiques communes. L’authenticité apparaît ainsi comme un moyen de valoriser et de préserver les richesses locales, qu’elles soient géographiques ou liées au savoir-faire. Cette authenticité est par ailleurs reconnue comme le fondement de l’attractivité des destinations et des destinations durables. Elle permet certes à la destination de se distinguer de sa concurrence, mais elle permet surtout au territoire de préserver son identité et, en dernière analyse, au visiteur d’atteindre son but. Ces recherches illustrent donc la préoccupation récente des chercheurs et des organisations internationales investies en tourisme durable quant à l’apport de l’authenticité.

22Les labels ont été identifiés dans plusieurs articles comme étant des outils qui présentent un potentiel de soutien considérable pour les organisations qui souhaitent adapter encore davantage leurs produits, leurs processus et leurs modes de gouvernance vers des pratiques plus durables. Ces labels peuvent en effet intervenir dans la formation du personnel des organisations, mais aussi sur le plan de la communication auprès des consommateurs. Les processus de la labellisation apparaissent alors comme une façon de structurer le développement durable de l’offre, d’outiller les personnels et de diffuser des idées d’amélioration des produits et des processus. Finalement, les labels favorisent l’établissement de liens entre les acteurs de tous les niveaux, au sein des organisations, des destinations, mais également avec les instances nationales. Ces processus permettent donc de travailler dans une même direction, plus équitable et durable.

Top of page

Bibliography

Ashley, Caroline, Charlotte Boyd et Harold Goodwin, 2000, « Pro-Poor Tourism: Putting Poverty at the Heart of the Tourism Agenda », Natural Resource Perspectives, no 51, p. 1-6.

Berkes, Fikert, Johan Colding et Carl Folke, 2003, Navigating Social-Ecological Systems: Building Resilience for Complexity and Change, New York, Cambridge University Press.

Borrini-Feyerabend, Grazia, Michel Pimbert, M. Taghi Farvar, Ashigh Kothari et Yves Renard, 2004, Sharing Power. Learning-by-Doing in Co-Management of Natural Resources Throughout the World, Téhéran, International Institute for Environment and Development (IIED) et International Union for Conservation of Nature (IUCN) / Commission on Environmental, Economic and Social Policy (CEESP) / Collaborative Management Working Group (CMWG).

Bramwell, Bill, James Higham, Bernard Lane et Graham Miller, 2017, « Twenty-Five Years of Sustainable Tourism and the Journal of Sustainable Tourism: Looking Back and Moving Forward », Journal of Sustainable Tourism, vol. 25, no 1, p. 1-9.

Briassoulis, Helen, 2002, « Sustainable Tourism and the Question of the Commons », Annals of Tourism Research, vol. 29, no 4, p. 1065-1085.

CMED (Commission mondiale sur l’environnement et le développement), 1987, Notre avenir à tous (« Rapport Brundtland »), Rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, <http://www.adequations.org/spip.php?rubrique34>, consulté le 10 mars 2017.

Davoudi, Simin, 2012, « Resilience: A Bridging Concept or a Dead End? », Planning Theory and Practice, vol. 13, no 2, p. 299-333.

De Kadt, Emanuel, 1979, Tourisme, passeport pour le développement ? Regard sur les effets culturels et sociaux du tourisme dans les pays en développement, Paris, publié pour la Banque mondiale et l’UNESCO par les Éditions Économica.

Derissen, Sandra, Martin Quaas et Stefan Baumgärtner, 2011, « The Relationship Between Resilience and Sustainability of Ecological-Economic Systems », Ecological Economics, no 70, p. 1121-1128.

Dolincar, Sara, Geoffrey Crouch et Patrick Long, 2008, « Environment-Friendly Tourists: What Do We Really Know About Them? », Journal of Sustainable Tourism, vol. 16, no 2, p. 197-210.

Farmaki, Anna, 2015, « Regional Network Governance and Sustainable Tourism », Tourism Geographies, vol. 17, no 3, p. 385-407.

Filatova, Tatiana, Peter H. Verburg, Dawn Cassandra Parker et Carol Ann Stannard, 2013, « Spatial Agent-Based Models for Socio-Ecological Systems: Challenges and Prospects », Environmental Modelling & Software, no 45, p. 1-7.

Folke, Carl, 2006, « Resilience: The Emergence of a Perspective for Social–Ecological Systems Analyses », Global Environmental Change, vol. 16, p. 253-267.

GSTC (Global Sustainable Tourism Concil), 2013, « GSTC Destination Criteria », <http://www.gstcouncil.org/en/gstc-criteria-hotels-tour-operators-destinations/criteria-for-destinations.html>, consulté le 10 mars 2017.

Goodwin, Harold, 2016, Responsible Tourism. Using Tourism for Sustainable Development, Oxford (UK), Goodfellow Publishers.

Hall, Michael C. et Alan A. Lew (dir.) 1998, Sustainable Tourism: A Geographical Perspective, Londres (UK), Prentice Hall.

Hardy, Anne, Robert J.S. Beeton et Leonie Pearson, 2002, « Sustainable Tourism: An Overview of the Concept and its Position in Relation to Conceptualisations of Tourism », Journal of Sustainable Tourism, vol. 10, no 6, p. 475-496.

Hashemkhani Zolfani, Sarfaraz, Maedeh Sedaghat, Reza Maknoon et Edmundas Kazimieras Zavadskas, 2015, « Sustainable Tourism: A Comprehensive Literature Review on Frameworks and Applications », Economic Research-Ekonomska Istraživanja, vol. 28, no 1, p. 1-30.

Holling, Crawford Stanley, 2001, « Understanding the Complexity of Economic, Ecological, and Social Systems », Ecosystems, vol. 4, no 5, p. 390-405.

Kakwani, Nanak et Ernesto M. Pernia, 2000, « What Is Pro-Poor Growth? », Asian Development Review, vol. 18, no 1, p. 1-16.

Lapointe, Dominic, Bruno Sarrasin et Alexis Guillemard, 2015, « Changements climatiques et mise en tourisme du fleuve St-Laurent au Québec », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, no hors-série 23, novembre, p. 1-15.

Lew, Alan A., Pin T. Ng, Chin-Cheng (Nickel) Ni et Tsung-Chiung (Emily) Wu, 2016, « Community Sustainability and Resilience. Similarities, Differences and Indicators », Tourism Geographies, vol. 18, no 1, p. 18-27.

Liu, Jianguo, Thomas Dietz, Stephen R. Carpenter, Carl Folke, Marina Alberti, Charles L. Redman, Stephen H. Schneider, Elinor Oström, Aline N. Pell, Jane Lubchenco, William W. Taylor, Zhiyun Ouyang, Peter Deadman, Timothy Kratz et William Provencher, 2007, « Coupled Human and Natural Systems », Ambio, vol. 36, no 8, p. 639-649.

Marcotte, Pascale et Laurent Bourdeau, 2012, « Is the World Heritage Label Used as a Promotional Argument for Sustainable Tourism? », Journal of Cultural Heritage Management and Sustainable Development, vol. 2, no 1, p. 80-91.

Nations Unies, 2017, « Années internationales », <http://www.un.org/fr/sections/observances/international-years/index.html>, consulté le 10 janvier 2017.

OMT (Organisation mondiale du tourisme), 2015, « Les Nations Unies proclament 2017 Année internationale du tourisme durable pour le développement », <http://media.unwto.org/fr/press-release/2015-12-10/les-nations-unies-proclament-2017-annee-internationale-du-tourisme-durable->, consulté le 10 janvier 2017.

Oström, Elinor, 2009, « A General Framework for Analyzing Sustainability of Social-Ecological Systems », Science, vol. 325, no 5939, p. 419-422.

Rasoolimanesh, S. Mostafa et Mastura Jaafar, 2017, « Sustainable Tourism Development and Residents’ Perceptions in World Heritage Site Destinations », Asia Pacific Journal of Tourism Research, vol. 22, no 1, p. 34-48.

Redman, Charles L., 2014, « Should Sustainability and Resilience Be Combined or Remain Distinct Pursuits? », Ecology and Society, vol. 19, no 2, p. 37.

Roe, Dilys, 2006, « Pro-Poor Conservation: the Elusive Win-Win for Conservation and Poverty Reduction », Policy Matters, vol. 14, mars, p. 53-63.

Ruiz, Gérard, 2013, « Le tourisme durable : un nouveau modèle de développement touristique ? », Revue internationale et stratégique, vol. 2, no 90, p. 97-105.

Sarrasin, Bruno, 2007, « Quelques dimensions politiques de l’écotourisme : l’attractivité de la nature n’est pas ‘naturelle’ », Études caribéennes, no 6, p. 85-94.

Sarrasin, Bruno, Élyse Lacoste-Bédard et Dominique Augier, 2016, « Le parc amazonien de Guyane française et la mise en tourisme de la nature. L’intégration de la cogestion adaptative », Études caribéennes, nos 33-34, avril-août, p. 1-16.

Sarrasin, Bruno, Jonathan Tardif et Dominique Augier, 2015, « Résilience socio-écologique et écotourisme. L’île de Saba dans la Caraïbe », dans Jean-Marie Breton, Olivier Dehoorne et Jean-Marie Furt (dir.), Espaces et environnements littoraux et insulaires. Accessibilité – Vulnérabilité – Résilience, Paris, Karthala, p. 291-308.

Sarrasin, Bruno, Jonathan Tardif et Georgina Arreola Flores, 2012, « Tourisme et lutte contre la pauvreté. De la confusion des termes à la construction d’un discours scientifique ? », Téoros, vol. 31, no 2, p. 51-59.

Scheffer, Marten, Steve Carpenter, Jonathan A. Foley, Carl Folke et Brian Walker, 2001, « Catastrophic Shifts in Ecosystems », Nature, vol. 413, no 6856, p. 591-596.

Scheyvens, Regina, 2011, « The Challenge of Sustainable Tourism Development in the Maldives: Understanding the Social and Political Dimensions of Sustainability », Asia Pacific Viewpoint, vol. 52, no 2, p. 148-164.

Stockholm Resilience Center (SRC), 2014, Applying Resilience Thinking. Seven Principles for Building Resilience in Social-Ecological Systems, Stockholm University, Stockholm.

Top of page

References

Electronic reference

Pascale MARCOTTE, Laurent BOURDEAU and Bruno SARRASIN, « Tourisme et développement durable. Un exercice d’adaptation, d’intégration et de conciliation », Téoros [Online], 36, 1 | 2017, Online since 12 May 2017, connection on 21 August 2017. URL : http://teoros.revues.org/2979

Top of page

About the authors

Pascale MARCOTTE

Professeure titulaire, Département de géographie, Université Laval, Québec ; pascale.marcotte@ggr.ulaval.ca

By this author

Laurent BOURDEAU

Professeur titulaire, Département de géographie, Université Laval, Québec ; laurent.bourdeau@ggr.ulaval.ca

By this author

Bruno SARRASIN

Professeur titulaire, Département d’études urbaines et touristiques, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal ; sarrasin.bruno@uqam.ca

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org