Skip to navigation – Site map
Chroniques

Entretien avec Hélène Sallet-Lavorel, directrice du Comité départemental du tourisme du Val-de-Marne

Dans les coulisses de la science
Maria GRAVARI-BARBAS

Full text

MGB : Est-t-il possible de proposer une offre touristique « hors des sentiers battus » dans un territoire comme le Val-de-Marne, situé aux portes d’une des plus grandes destinations touristiques mondiales comme Paris ?

1Il convient tout d’abord de préciser la nature et le périmètre de la destination parisienne. Val-de-Marne en soi n’est pas une destination. La destination est Paris, connue dans le monde entier. Nous avons en ce sens une chance inouïe d’avoir cette locomotive, qui fait rêver le monde entier. En même temps, Paris est une destination qui concentre les touristes et qui fait de l’ombre aux territoires périphériques comme Val-de-Marne. Car, souvent, le touriste qui vient passer deux jours ou deux jours et demi à Paris n’a tout simplement pas le temps d’aller en Val-de-Seine ou en Val-de-Marne, qui sont donc dans l’ombre de cette offre. En même temps, je vais nuancer mes propos. Quand on regarde de près cette « destination Paris », on constate que ses limites ne sont pas faciles à circonscrire. À l’évidence, la destination n’est pas le Paris intra-muros et les limites de la destination ne sont pas celles du boulevard périphérique. En réalité, la destination Paris recouvre trois échelles.

  • La première échelle est celle tout d’abord de « l’hypercentre touristique » où se concentrent tous les flux des visiteurs. Cet hypercentre des « sentiers battus » s’étend de Montmartre au nord à Saint-Germain sur la rive gauche, et de la Bastille à l’Arc de Triomphe sur la rive droite. Il convient de rajouter à ce périmètre hypertouristique deux sites en dehors de Paris : Disney et Versailles. On voit ainsi que les touristes ne s’aventurent pas trop dans les arrondissements périphériques du Paris intra-muros, la notion de frontière du boulevard périphérique n’existe donc pas pour eux ; la frontière réside plutôt entre l’hypercentre et sa périphérie.

  • La deuxième échelle, particulièrement intéressante à étudier, est celle des usages et en particulier de l’hébergement. Quand un touriste étranger, et a fortiori non européen, vient à Paris, que fait-il pour préparer son séjour ? Il regarde le plan de métro qui est plus immédiatement lisible que le plan du réseau de bus et moins « anxiogène » que le RER (réseau express régional). Avec le Grand Paris Express, cette échelle du métro va encore s’élargir. Ainsi, depuis longtemps, le métro reste le moyen de transport qui réussit le plus efficacement à dépasser la barrière du périphérique et à connecter rapidement et efficacement les territoires de la proche banlieue au centre de Paris. C’est sur cette échelle que nous travaillons essentiellement.

  • La troisième échelle correspond à une conception très large de la destination, car, pour des publics étrangers qui passent peu de temps en Europe en général, la destination Paris comprend aussi les châteaux de la Loire, le mont Saint-Michel, voire des excursions en province.

2Pour Paris, il convient par conséquent d’articuler la question du « hors des sentiers battus » à ces trois échelles de la destination, ce qui a été très compliqué à faire comprendre aux institutions qui travaillent sur le tourisme dans la région.

MGB : De quelle façon travaillez-vous sur cette « deuxième échelle » de la destination parisienne ? Peut-on la travailler de façon isolée, ou bien faut-il la rattacher à la première ou à la troisième échelle ?

3L’offre touristique sur notre territoire est bien entendu différente de celle des « sentiers battus » du centre hypertouristifié de Paris. Nous travaillons tout d’abord avec des réseaux d’acteurs et d’associations et avec les habitants qui participent à la définition de la visite. Nous cherchons à valoriser les gens qui vivent et qui travaillent sur ce territoire. Nous sommes « hors des sentiers battus » car nous proposons de rencontrer les habitants, les salariés, ou de visiter les entreprises. Nous avons par exemple tout un programme de visites d’entreprises car nous sommes sur un territoire qui comporte d’innombrables savoir-faire, souvent méconnus. Or, on sait qu’aujourd’hui les gens sont à la recherche de ce type de visite.

4Nous valorisons également tout ce qui se passe autour de la balade urbaine, car il y a beaucoup d’acteurs associatifs, qui ne font donc pas partie du monde classique du tourisme. Il existe sur ce territoire une offre extraordinaire émanant d’individus, de groupes, d’associations, qui développent la découverte de territoires et de leurs patrimoines, matériels et surtout immatériels. Ce sont souvent des offres méconnues qui n’ont pas de visibilité. Notre rôle est de regrouper ces offres, de montrer que le Val-de-Marne regorge de propositions qui, mises ensemble, créent de véritables programmes de visite. Ces offres proposent aux touristes de fréquenter des lieux du quotidien des habitants (bars, cafés, restaurants, salles de concerts, etc.). Il s’agit d’une offre qu’on ne retrouve pas quand on regarde ce que proposent les partenaires classiques du tourisme. La question principale est donc celle de la visibilité : comment les touristes peuvent-ils en prendre connaissance ?

MGB : Quels sont vos partenaires en dehors des acteurs du Val-de-Marne ?

5Nous travaillons avec les acteurs du tourisme de la première échelle touristique, en particulier l’Office de tourisme et de congrès de Paris (OTCP). Il s’agit plus précisément de travailler sur la « couture » entre la première et la deuxième échelle touristique. Prenons l’exemple des plans de tourisme qu’on donne traditionnellement aux touristes. Jusqu’à il y a très peu de temps, ils s’arrêtaient au boulevard périphérique. Si un touriste avait un hôtel à Ivry, on lui disait qu’il était situé en dehors de Paris. Pourtant, l’hypercentre de Paris est tout petit (30 km²) alors que Paris et sa banlieue forment un ensemble urbain cohérent de 800 kilomètres carrés. Cet ensemble métropolitain reste relativement petit comparé aux autres destinations (la ville de Berlin par exemple couvre une superficie de 900 km²).

6Les choses ont évolué depuis deux ans et nous avons travaillé avec Paris à l’élaboration d’un nouveau plan touristique. Ce plan montre également les attractions qui se trouvent à l’extérieur de Paris. Nous estimons avoir franchi avec cela une très grande étape. Au verso de ce plan il y a une carte de transport et, pour la première fois, nous avons réussi à faire apparaître des lieux qui sont essentiels pour nos territoires et très intéressants pour les touristes. Cette offre permet aux touristes de ne pas rester entre touristes et dans les « sentiers battus », mais d’aller à la rencontre de la diversité de la destination qui comprend une offre d’une immense diversité. Du coup, sur cette carte, les sites de « banlieue » se retrouvent au même niveau que le Louvre ou Notre-Dame. Désormais c’est ce plan qui est distribué à tous les touristes qui viennent à Paris.

Illustration 1 : Nouveau plan touristique du « Paris augmenté » : des lieux à visiter au-delà du périphérique

Illustration 1 : Nouveau plan touristique du « Paris augmenté » : des lieux à visiter au-delà du périphérique

Source : OTCP

  • 1 Les « contrats de destination » 2010-2020 sont des outils innovants et opérationnels mis en place a (...)

MGB : Le Comité départemental de tourisme (CDT) du Val-de-Marne est un acteur principal d’un « contrat de destination1 » assez atypique. Contrairement aux contrats de destination de la Corse, de la Champagne ou de la Guyane, créés autour d’entités territoriales définies non seulement administrativement mais aussi dans l’imaginaire des touristes, le contrat de destination « Paris, la ville augmentée » propose de (re)dessiner un nouveau territoire touristique. Est-ce la consécration du « hors des sentiers battus » ?

7Le contrat « Paris, la ville augmentée » réunit, en dehors des acteurs de l’État, en particulier Atout France ; des acteurs du tourisme parisien (l’OTCP), de la petite couronne de Paris (les CDT du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine) ; la RATP (Régie autonome des transports parisiens), car le rôle du métro est crucial pour l’accessibilité de la proche périphérie parisienne ; le Welcome City Lab, qui est la pépinière des start-up tourisme de la Ville de Paris ; et l’Institut de recherches et d’études supérieures du tourisme (IREST) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, pour les aspects recherche.

8Ce contrat, qui se développera sur trois ans, cible une clientèle touristique européenne de visiteurs fréquents (des repeaters), et notamment les jeunes. Il comporte trois objectifs principaux :

  • Le premier est de renouveler l’image de la destination parisienne. La destination Paris repose en effet sur une image consolidée de « Ville Lumière », connue dans le monde entier. Or, elle n’est associée qu’à cette image de patrimoine classique. Pour faire la fête, les jeunes préfèrent aller à Berlin, à Barcelone et à Amsterdam, car ils pensent que ce sont des villes qui bougent. En revanche, ils n’éprouvent pas l’urgence d’aller à Paris. Paris est la ville éternelle, classique, la ville qui ne bouge pas. Ils reportent donc le voyage pour plus tard.

  • Le deuxième objectif est la nécessité de diffuser les flux de touristes dont la concentration dans l’hypercentre commence à poser quelques problèmes de cohabitation avec les habitants, et d’élargir résolument le territoire touristique vers les arrondissements périphériques de Paris et de la proche banlieue.

  • Le troisième objectif est de valoriser l’offre de ces territoires considérés comme « périphériques », mais qui méritent tout à fait d’être connus des touristes, et de ne pas rester dans « l’ombre de la tour Eiffel ».

9Ces trois objectifs sont cohérents et complémentaires. En effet, les attentes ont beaucoup évolué chez les jeunes touristes qui ne veulent plus voyager de la même façon (ne pas faire le même voyage que tout le monde et acheter des produits qui relèvent du tourisme de « masse »). Ils demandent à faire la fête, ils souhaitent un voyage totalement personnalisé, ils aspirent aller à la rencontre des habitants… En un mot, ils souhaitent « sortir des sentiers battus ».

10Dans ces objectifs de changer l’image de la destination, d’attirer des jeunes touristes et d’élargir le périmètre de visite limité actuellement à l’hypercentre touristique, le rôle des territoires périphériques et en particulier de la proche banlieue est incontournable. La Ville de Paris comprend bien la nécessité de travailler sur ces objectifs en collaboration avec les territoires des trois départements limitrophes, car la modernité et la créativité sont essentiellement en dehors de cet hypercentre touristique. Nous travaillons ainsi sur cette deuxième échelle touristique qui intègre les communes de banlieue. Nous allons aider les professionnels à se structurer pour accueillir des touristes et nous mettrons en place des actions de communication pour présenter un autre visage de Paris. Nous ne pouvons plus nous limiter à la tour Eiffel et au Louvre !

11Cinq thématiques principales ont été retenues pour créer ce « nouveau tourisme » :

  • L’art dans la ville, qui inclut l’architecture contemporaine et l’art dans l’espace public.

  • L’art contemporain, car il y a beaucoup de lieux d’art contemporain méconnus en dehors de Paris, y compris dans les réseaux spécialisés – or il est connu que c’est par l’art contemporain que les territoires déshérités ont pu exister dans le monde touristique – ; citons notamment le Louvre-Lens ou le Guggenheim Bilbao.

  • La ville monde, afin de monter et de valoriser la diversité de Paris, ville cosmopolite. Nous cherchons à travailler la rencontre entre le touriste et l’habitant et de proposer des lieux de visite qui ne soient pas réservés aux touristes. Pour nos habitants, le tourisme est un facteur de fierté ; savoir que nous sommes dignes d’intérêt, et que les gens viennent de l’extérieur pour nous visiter et nous rencontrer, est particulièrement important pour nos territoires « hors des sentiers battus ».

  • La nature en ville.

  • La nuit, la fête.

Illustration 2 : Œuvre de l’artiste C215 sur un transformateur électrique à Ivry-sur-Seine

Illustration 2 : Œuvre de l’artiste C215 sur un transformateur électrique à Ivry-sur-Seine

Source : Comité départemental du tourisme du Val-de-Marne

12Prenons l’exemple de l’art de la rue (street art). À Vitry, nous avons démarré par des ballades sur cette thématique, car la ville a une très longue tradition de création de street art. Or, ce potentiel n’est pas compris par les acteurs privés classiques du tourisme, qui d’ailleurs ne le connaissent absolument pas. On trouve toutefois sur le territoire de Vitry des créations particulièrement intéressantes. On peut non seulement voir les œuvres, mais aussi rencontrer les artistes. Ils racontent un récit, une histoire. Nous considérons d’ailleurs qu’en tant qu’association qui vit de fonds publics notre rôle est d’investir l’argent public là où le secteur privé ne va pas spontanément. Nous avons ainsi commencé à travailler sur cette thématique du street art, avec des artistes et des médiateurs, et aujourd’hui nous nous rendons compte que le fait de l’avoir fait grandir lui permettra aussi d’être reprise par des acteurs du tourisme et d’être développée. Nous resterons vigilants pour que cela ne dévie pas.

Illustration 3 : Balade street art à Vitry-sur-Seine

Illustration 3 : Balade street art à Vitry-sur-Seine

Source : Comité départemental du tourisme du Val-de-Marne

13Donc, pour répondre à votre question, le contrat « Paris, la ville augmentée » permettra sans doute de mieux faire connaître les sites « hors des sentiers battus », sans pour autant les institutionnaliser.

Top of page

Notes

1 Les « contrats de destination » 2010-2020 sont des outils innovants et opérationnels mis en place avec l’appui technique et financier de l’État et d’Atout France. Ils sont signés entre l’État et les territoires afin « de consolider les destinations et marques existantes et d’en faire émerger de nouvelles, structurées, et à forte visibilité internationale », dans un contexte concurrentiel intensif et un environnement économique complexe (La fiche de synthèse du contrat est accessible sur : <http://www.tourisme92.com/Local/cdt92/files/1917/destination.paris.la.ville.augmentee.BIS.pdf>, consulté le 14 janvier 2015.)

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1 : Nouveau plan touristique du « Paris augmenté » : des lieux à visiter au-delà du périphérique
Credits Source : OTCP
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2799/img-1.jpg
File image/jpeg, 260k
Title Illustration 2 : Œuvre de l’artiste C215 sur un transformateur électrique à Ivry-sur-Seine
Credits Source : Comité départemental du tourisme du Val-de-Marne
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2799/img-2.jpg
File image/jpeg, 272k
Title Illustration 3 : Balade street art à Vitry-sur-Seine
Credits Source : Comité départemental du tourisme du Val-de-Marne
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2799/img-3.jpg
File image/jpeg, 391k
Top of page

References

Electronic reference

Maria GRAVARI-BARBAS, « Entretien avec Hélène Sallet-Lavorel, directrice du Comité départemental du tourisme du Val-de-Marne », Téoros [Online], 34, 1-2 | 2015, Online since 15 March 2015, connection on 20 November 2017. URL : http://teoros.revues.org/2799

Top of page

About the author

Maria GRAVARI-BARBAS

Professeure, IREST, EA 7337 EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Maria.Gravari-Barbas@univ-paris1.fr

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org