Skip to navigation – Site map
Hors thème

Portée et postérité d’un événement touristique

L’Exposition internationale de Saragosse 2008, sept ans après
Impact and posterity of a tourism event. The International Exhibition of Saragossa, seven years later
Sylvie Clarimont and Kildine Leichnig

Abstracts

In a context of territorial competition, numerous cities try to increase their tourist attractiveness by organizing events, thus hoping to gain significant economic benefits and media reaction (Gravari-Barbas et Jacquot, 2007). The increase in the event organization has been so important since the 1980’s that some authors present the emergence of “event cities” (Chaudoir, 2007). Indeed, the multiplication of events (Cazes, 2002) brings about the urban planning renewal, which relinquishes the functional and practical principles of urban planning in favour of a festive and flexible urban planning, based on reversible functions (Pradel, 2007). Although transient, the event leaves material and immaterial traces in the collective memory (Gravari-Barbas et Veschambre, 2005). How is it possible to apprehend the subsequent evolution of an event whose essence is represented by the limited time of the celebration? What remains of the event after the event? This article will bring some elements of the answer to these questions by analyzing the example of the International Exhibition organized in Saragossa in 2008. What memory can one hold of this event which was a technical exploit but a relative economic failure, seven years later? The reflection is based on the analysis of the outcomes of the investigation conducted both with the stakeholders and with the users of these public river places planned for the International Exhibition and unevenly appropriated.

Top of page

Author's notes

Note : Cet article fait suite à un programme de recherche (2011-2014) couplé à une allocation doctorale, entièrement financés par la Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées et portant sur la « patrimonialisation des espaces fluviaux urbains » à travers une analyse comparée Pau–Saragosse.

Full text

1Soucieuses de répondre à l’injonction de compétitivité qui leur est adressée, de nombreuses villes s’efforcent d’accroître leur attractivité touristique par la création ou l’exhumation d’événements culturels (festivals de musique, d’opéra, de théâtre, de cinéma, etc.) et sportifs (Jeux olympiques, Coupes du monde de football, grands marathons urbains comme ceux de New York ou de Chicago, etc.), par la « mise en marché » touristique de fêtes religieuses (Semaine sainte à Séville, fête de la San Fermín à Pampelune) dont elles attendent de substantielles retombées économiques et médiatiques (Gravari-Barbas et Jacquot, 2007). La « prolifération événementielle » (Cazes, 2002), « l’emballement festif et événementiel » (Gravari-Barbas, 2009) sont tels que certains auteurs évoquent l’émergence, à partir des années 1980, d’une « ville événementielle » (Bovy et al., 2003 ; Chaudoir, 2007) voire d’une « ville festive » (Di Méo, 2005), satisfaisant la demande d’une société avide de spectacles. Cette course à l’événement peut aussi être interprétée comme la conséquence d’une transformation profonde du pouvoir local avec le glissement d’une forme hiérarchique de gouvernement à une « gouvernance urbaine » caractérisée par le recul de l’État, la fragmentation et l’importance croissante du secteur privé (Le Galès, 1995). Une approche entrepreneuriale de la ville prend le pas sur les pratiques managériales antérieures centrées sur la prestation locale de services collectifs et la mise en place d’équipements au profit des populations urbaines (Harvey, 1989). Elle accompagne la montée en puissance des villes dotées de compétences nouvelles dans le cadre de la décentralisation (formalisée par la Constitution de 1978, en Espagne) et de ressources financières et humaines accrues. Ces villes au pouvoir et à la capacité d’action augmentés, donnant la priorité au développement économique et à la « compétition interurbaine » (Le Galès, 1995), font souvent le choix de l’organisation d’un événement pour « sortir du lot » et tenter d’accéder à une forme de rayonnement international.

2Pleinement intégrée dans les politiques urbaines, la logique de l’événementiel conduit désormais à la mise en place d’un urbanisme touristique modifiant considérablement la façon de faire et de concevoir la ville au point qu’il est possible de parler de « révolution ludique » ou de « recreational turn » des villes (Stock et Lucas, 2012). L’événement touristique devient d’ailleurs, à partir des années 1980, un sujet de recherche retenant l’attention de chercheurs soucieux d’en évaluer les impacts (Getz, 2012). Acte à la fois singulier, exceptionnel et éphémère, l’événement urbain n’a pas seulement pour objectif de « faire date » pour distinguer la ville, lui assurer des retombées positives en termes d’image et retenir l’attention de visiteurs potentiels soumis à de multiples sollicitations ; il entraîne aussi un profond renouvellement de l’action urbanistique qui se traduit par l’abandon de l’urbanisme fonctionnel et figé au profit d’un urbanisme festif et flexible fondé sur la réversibilité des fonctions (Pradel, 2007). L’événement s’inscrit donc dans un rapport à un temps et à un espace particulier (Gravari-Barbas et Veschambre, 2005) : il est un moment fort, quasi paroxysmique, de rupture par rapport à l’ordre quotidien des choses, offrant aux participants la possibilité de vivre une expérience unique et intense en un lieu spécifiquement dédié ou en un lieu transformé pour l’événement. Un événement amène par conséquent à distinguer plusieurs temporalités, selon les Event Studies, ce champ d’études interdisciplinaire centré sur l’analyse des événements planifiés (Getz, 2012) : l’« avant » (les antécédents et la décision politique, la planification, la conception et la préparation), le « pendant » (la célébration) et l’« après » qui est d’abord le temps du bilan (évaluation des retombées économiques, sociales et environnementales de l’événement) puis, selon les villes, celui de la pérennisation ou de la perpétuation du souvenir (Getz, 2012 : 11-12). Cet article propose précisément d’explorer ce dernier temps de l’événement, trop souvent négligé sans doute parce qu’il est considéré comme relevant du hors-événement. Il s’agira de caractériser ce « tiers-temps » à partir de l’exemple de l’Exposition internationale de Saragosse, événement apparemment sans lendemain, organisé en 2008 dans la capitale aragonaise.

3Avec 692 900 habitants en 2011 (IAEST, 2011), Saragosse est la cinquième ville d’Espagne après Madrid, Barcelone, Valence et Séville. Elle concentre aujourd’hui plus de la moitié de la population régionale et une bonne part de son activité industrielle et commerciale. Ville du Nord et de l’intérieur, ville éloignée des grands pôles touristiques espagnols, Saragosse ne correspond pas à l’image de l’Espagne « typique ». Elle est demeurée longtemps un carrefour logistique, « le point de passage entre Barcelone et Madrid », pour reprendre les mots de Juan Alberto Belloch, maire de la ville depuis 2003 (Serrano Sanz et al., 2009 : 7). La ville est restée relativement à l’écart des grands flux touristiques péninsulaires et a souffert d’un déficit de notoriété internationale. Elle est toutefois connue, en Espagne et dans le monde ibérique, comme un lieu de pèlerinage important dédié à la célébration de la Vierge du Pilar qui attire tous les ans de nombreux fidèles. Avec la volonté de changer cette image et de « devenir un lieu de rencontre international » (Serrano Sanz et al., 2009), la ville a choisi de s’inspirer, dès la fin des années 1990, de « plusieurs manifestations de masse […] [que] l’Espagne a organisé avec une belle réussite [...] telles que la Coupe du monde de football de 1982, les Jeux Olympiques de Barcelone et l’Exposition universelle de Séville en 1992 […] » (Zaragoza Expo 2008, S.A., 2004 : 37). C’est donc pour s’affirmer sur la scène internationale que Saragosse décide de soumettre sa candidature au Bureau international des expositions (BIE) pour organiser une Exposition internationale de 2008 sur le thème « eau et développement durable ». La Ville souhaite également, à travers cet événement, commémorer le centenaire de l’Exposition hispano-française de 1908, prétexte à la première extension urbaine de Saragosse. Si des analyses existent sur la préparation de l’Exposition de 2008 ou sur son bilan économique, en revanche, des zones d’ombre persistent sur le temps présent, celui de la reconversion et de la mémoire.

4Bien qu’éphémère, un événement tel qu’une Exposition internationale laisse des traces matérielles et immatérielles dans la mémoire collective. Comment appréhender, dans une perspective géographique, la postérité d’un événement dont l’essence même est d’être inscrit dans le temps restreint de la célébration ? Quelles traces, matérielles et immatérielles, cet événement éphémère a-t-il laissé ? Quelles formes d’appropriation du périmètre de l’Exposition observe-t-on ? Bref, sept ans après l’événement, que reste-t-il de cette Exposition internationale, achevée le 14 septembre 2008, à la veille de la faillite de la banque Lehmann Brothers, annonciatrice de la fin d’un cycle de forte croissance économique marquée, en Espagne, par un boom immobilier sans précédent ? Après avoir retracé brièvement la transformation profonde des rives de l’Èbre et de la ville opérée pour les besoins de l’événement, l’article présentera les difficultés de reconversion de la zone de l’Exposition dans un contexte de crise. Enfin, il abordera la question de la mémoire de cet événement. Pour ce faire, le propos prendra appui sur l’analyse de documents opérationnels produits par la Ville de Saragosse, sur le dépouillement partiel de la presse quotidienne régionale (Heraldo de Aragón) et, ponctuellement, de la presse nationale, de même que sur les données collectées dans le cadre d’un double dispositif d’enquête : entrevues avec onze acteurs institutionnels ou associatifs rencontrés en 2012 et 2013 ; entretiens auprès de vingt-sept usagers des berges fluviales (dix-sept habitants de Saragosse et dix visiteurs) afin de mieux comprendre le rapport au fleuve des usagers des rives de l’Èbre et leur perception des transformations opérées dans le cadre de l’Exposition internationale. (Pour plus de détails sur la méthodologie d’enquête mise en place auprès des usagers, nous renvoyons le lecteur à l’article paru dans la Revue Géographique de l’Est [Clarimont et Leichnig, 2015]).

1. L’Exposition internationale : une transformation profonde de l’espace urbain, des rives de l’Èbre au périphérique

Zaragoza 2008 : une Exposition internationale

5Une exposition est une grande manifestation publique qui se tient, à intervalles réguliers, dans des villes du monde depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Toute exposition poursuit un but pédagogique, rappelé par l’article 1er de la Convention de 1928 établissant les droits et les responsabilités des organisateurs et des participants (cette Convention a été révisée à plusieurs reprises [1948, 1966, 1972, 1982 et 1988]) : « Une exposition est une manifestation qui, quelle que soit sa dénomination, a un but principal d’enseignement pour le public, faisant l’inventaire des moyens dont dispose l’homme pour satisfaire les besoins d’une civilisation et faisant ressortir dans une ou plusieurs branches de l’activité humaine les progrès réalisés ou les perspectives d’avenir » (BIE, 1928). Éducation et progrès constituent encore, tout comme au XIXe siècle, les principes fondateurs des expositions contemporaines. Cependant, l’exhibition des prouesses techniques et/ou artistiques semble avoir cédé la place aujourd’hui à l’organisation de débats autour de sujets sensibles : rôle de la nature et de l’environnement (Aïchi en 2005), ville et qualité de vie (Shanghaï en 2010), eau et développement durable (Saragosse en 2008). Quelle qu’elle soit, l’exposition témoigne toujours d’une volonté de mise en scène de toutes les connaissances disponibles sur un sujet donné en vue d’une amélioration de la situation future dans un esprit qui demeure résolument positif. Elle est aussi prétexte à un profond remodelage urbain (Monclús Fraga, 2006).

6Si toutes les expositions se doivent de partager des valeurs communes et se caractérisent par leur caractère international, pédagogique, ludique et non commercial, le Bureau international des expositions (instance de régulation intergouvernementale chargée de superviser les expositions et de veiller au respect de leur réglementation) distingue deux catégories principales d’expositions : les Expositions universelles et les Expositions internationales (ou spécialisées) (tableau 1). Type d’exposition intermédiaire entre deux Expositions universelles, l’Exposition internationale revêt en principe une ambition moindre. Elle obéit à des critères précis et restrictifs, régis par l’article 4 de la Convention de 1928 : sa durée est comprise entre trois semaines et trois mois (contre six mois maximum pour une Exposition universelle ; elle doit illustrer un thème précis, spécialisé, « reflétant une préoccupation mondiale » (tandis que le thème des Expositions universelles est général) ; sa surface ne peut excéder 25 hectares (alors qu’elle n’est pas restreinte pour les Expositions universelles) ; les États participants doivent se voir attribuer des emplacements construits par l’organisateur et libres de tous loyers ou charges. De plus, les pavillons construits pour accueillir les participants doivent être conçus pour être réutilisés dès la fin de l’événement sans modifications architecturales ou urbanistiques majeures.

Tableau 1 : Deux principaux types d’expositions distingués par le BIE

Tableau 1 : Deux principaux types d’expositions distingués par le BIE

Source : Site officiel du BIE, 2014

7Célébrations archaïques et coûteuses appelées à disparaître selon certains, les expositions se perpétuent pourtant (Galopin, 1997) et continuent à susciter l’intérêt de villes prêtes à se soumettre à une âpre concurrence pour obtenir le précieux sésame. Dès 2002 et pour la première fois depuis 1851, cinq pays étaient en lice pour l’organisation de la première Exposition universelle du XXIe siècle, célébrée finalement à Shanghaï (Castet, 2010). Trois villes, Thessalonique, Trieste et Saragosse, souhaitaient se voir attribuer l’organisation de l’Exposition internationale de 2008. C’est finalement la candidature de la ville de Saragosse qui a été retenue par le BIE, en décembre 2004. L’Exposition internationale de Saragosse prend place entre les Expositions universelles d’Hanovre (2000) et de Shanghaï (2010). Elle est l’une des trois expositions récentes célébrées dans la péninsule ibérique après celles de Séville, en 1992 et de Lisbonne, en 1998. Elle distingue une ville du nord au rayonnement international limité, soucieuse d’accroître son attractivité économique, résidentielle et touristique.

Une Exposition internationale à la fréquentation nationale

8L’Exposition internationale de Saragosse, à laquelle 107 pays ont participé, s’est déroulée du 14 juin 2008 au 14 septembre 2008. Ce choix de dates peu anodin avait pour objectif d’allonger et de renforcer la saison touristique entre la Semaine sainte (au printemps), les fêtes païennes et religieuses estivales (la fête de la Saint-Jean le 24 juin, la fête de la Vierge du Carmen le 16 juillet et la fête mariale le 15 août) ainsi que la grande fête patronale du Pilar, célébrée tous les ans, le 12 octobre. Malheureusement, sur les 6,93 millions de visiteurs attendus au minimum (Zaragoza Expo 2008, S.A., 2004), l’Exposition internationale n’en a reçu que 5,65 millions, soit beaucoup moins que les Expositions universelles de Séville (41,8 millions de visiteurs), de Lisbonne (un peu plus de 10 millions de visiteurs) (Castet, 2010) ou d’Hanovre (18 millions au lieu des 40 millions attendus). C’est également moins qu’à l’Exposition internationale d’Aïchi 2005, qui a accueilli environ 22 millions de visiteurs, soit davantage que ce qu’espéraient les organisateurs grâce à un afflux massif de visiteurs nationaux (Le Temps, 2005). La durée plus courte de l’Exposition internationale de Saragosse, la notoriété moindre de la ville, une accessibilité plus limitée notamment par voie aérienne (l’aéroport de Saragosse ne proposant que peu de liaisons internationales directes) et un programme d’activités peut-être jugé insuffisamment attractif pourraient expliquer cette moindre fréquentation. Les chiffres relatifs à l’origine géographique des visiteurs semblent corroborer cela. En effet, plus de la moitié des visiteurs de l’Exposition (57,5 %) proviennent de la ville même de Saragosse et un tiers du reste de l’Espagne, selon une enquête de satisfaction réalisée quotidiennement par Apprend entre le 14 juin et le 14 septembre 2008 (voir Serrano Sanz et al., 2009 : 71). Événement supposé être international, l’Exposition de 2008 aura finalement été davantage une manifestation nationale attirant principalement une clientèle de proximité. Les étrangers ne représentent que 3,6 % des visiteurs (Serrano Sanz et al., 2009), soit un peu moins qu’à Aïchi où la fréquentation étrangère s’était élevée à 4,6 % avec une prépondérance de Sud-Coréens, d’Américains et de Taïwanais (Le Temps, 2005). Parmi eux, les résidents des pays limitrophes, France d’abord (les Français représentent 1,22 % des visiteurs totaux), Portugal ensuite, arrivent en tête confirmant le faible rayonnement de l’événement en Europe et dans le monde (Gómez Bahillo et Sanaú Villaroya, 2009 : 112). En dépit d’un afflux moins important que prévu et une dépense moyenne à l’intérieur de la zone Expo inférieure aux prévisions, le niveau de satisfaction des visiteurs s’avéra très élevé au point que la quasi-totalité d’entre eux se disait disposée à recommander autour d’eux la visite de l’Exposition (Gómez Bahillo et Sanaú Villaroya, 2009 : 113). Malgré les difficultés à évaluer avec précision l’impact économique de l’Expo et bien que celui-ci paraisse inférieur aux prévisions, un événement d’une telle ampleur et les travaux associés à son organisation ont eu un effet bénéfique, mais limité dans le temps, sur l’emploi et sur l’activité régionale. En outre, les bénéfices économiques se diluent au fur et à mesure que l’on s’éloigne de Saragosse, ils demeurent non négligeables pour l’ensemble de l’Aragon et auraient même, selon certains analystes, permis de ralentir l’arrivée de la crise de 2008 (Serrano Sanz et al., 2009). Quoi qu’il en soit, c’est sans doute dans la forme urbaine que l’impact de l’Expo 2008 est le plus appréciable.

Une Exposition internationale, levier pour une transformation urbaine sans précédent

9Les travaux d’aménagement pour accueillir l’Exposition de 2008 ont été engagés aussitôt après l’annonce officielle du BIE en faveur de la candidature de Saragosse. En un laps de temps très court (2005-2008), la ville dans son ensemble a été profondément transformée (Clarimont et Miaux, 2014). Si à Lisbonne l’Exposition universelle a été prétexte à la rénovation d’une gigantesque friche industrialo-portuaire en bordure du Tage, à Saragosse tout comme à Séville, la célébration de l’événement a permis l’ouverture d’un nouveau front d’urbanisation. Le périmètre de l’Exposition (25ha) et le Parc Métropolitain de l’eau (121ha) qui le jouxte ont été aménagés sur un ancien espace agricole et maraîcher situé en bordure de l’Èbre, dans le méandre de Ranillas à l’extrémité nord-ouest de la ville. La zone d’exposition proprement dite est « conçu [e] comme un ensemble d’équipements culturels et sportifs contigus au pôle d’activités tertiaires » (Serrano Sanz et al., 2009 : 52). Elle est constituée de pavillons dont certains remarquables par leur modernité et/ou leur qualité architecturale : le Palais des Congrès, la Tour de l’eau (tour de 76 m en forme de goutte d’eau [illustration 1]) ou le Pavillon-Pont conçu par l’architecte Zaha Hadid (illustration 2). Elle est également constituée d’espaces de divertissements, d’un aquarium, d’un port fluvial, d’un amphithéâtre semi-ouvert et de quelques commerces et restaurants. Étant limités en matière de superficie, les organisateurs ont choisi d’aménager des espaces de loisirs au sein d’un parc public adjacent à la zone d’exposition débordant ainsi la surface maximale de 25 ha imposée par le BIE. Bien que ce Parc métropolitain de l’eau ne fasse pas partie de l’Exposition internationale au sens strict, ces espaces de loisirs ont pour thématique principale celle de l’eau. On y trouve ainsi plusieurs espaces verts et plages fluviales, un centre thermal, un golf, un stade d’eaux-vives et des espaces dédiés aux cultures maraîchères rappelant la huerta traditionnelle ; huerta qui, paradoxalement, a été détruite lors du réaménagement du méandre.

Illustration 1 : Le Palais des congrès, la Tour de l’eau et la statue « L’âme de l’Èbre »

Illustration 1 : Le Palais des congrès, la Tour de l’eau et la statue « L’âme de l’Èbre »

Photographie : S. Clarimont (octobre 2010)

Illustration 2 : Le Pavillon-Pont, pont piétonnier et espace muséographique

Illustration 2 : Le Pavillon-Pont, pont piétonnier et espace muséographique

Photographie : S. Clarimont (juin 2014)

10En parallèle à la requalification de cet espace « qui, dans la carte mentale de la ville, n’était rien, un bout du monde » selon l’un des responsables du projet, Francisco Pellicer Corellano (professeur de géographie physique à l’Université de Saragosse, détaché au Centre Environnemental pour l’Èbre, ancien directeur du projet avorté Expo Paysages 2014 et ancien directeur technique du Consortium Expo 2008), l’afflux de financements exceptionnels de la part de l’État espagnol et du gouvernement aragonais a permis une transformation profonde de la ville qui s’est effectuée à travers un plan d’accompagnement et des projets associés. Ce dernier visait tout d’abord à requalifier le centre-ville, les équipements publics, en particulier les équipements culturels. Il a également permis la création de nouvelles infrastructures de communication destinées à faciliter l’accès à Saragosse et les déplacements au sein de la ville : autoroute de contournement, nouvelle gare ferroviaire de Delicias, première ligne de tramway conçue selon un axe nord/sud et, surtout, nouveaux ponts (illustration 3) et passerelles piétonnes (photographie 4) rendant plus aisés le franchissement du fleuve. Le plan d’accompagnement a également contribué à améliorer le cadre de vie urbain à travers la constitution de nouveaux espaces verts dont le Parc métropolitain de l’eau et le parc linéaire longeant les berges de l’Èbre, sur les deux rives, constituent des pièces maîtresses. L’ensemble des espaces verts nouvellement créés ou réaménagés ont été mis en réseau grâce à un « anillo verde ». Cet « anneau vert » offre aux piétons et cyclistes un parcours continu à l’intérieur de la commune de Saragosse ; il intègre les berges de l’Èbre requalifiées, le canal Impérial d’Aragon et des zones d’interconnexions. D’une longueur approximative de 30 kilomètres, ce parcours est destiné aux habitants tout comme aux visiteurs (Pellicer, 2008). Un mobilier urbain de qualité évoquant parfois la villégiature balnéaire ponctue ce nouvel itinéraire de promenade au sein de la ville. Dans la zone Expo et le long des berges de l’Èbre, des œuvres d’art réalisées dans le cadre de l’Exposition et portant également sur le thème de l’eau ajoutent une dimension culturelle à la balade urbaine (Illustrations 5 et 6). La réalisation de la promenade des berges combinée aux interventions artistiques ont permis la requalification d’un espace fluvial longtemps délaissé et oublié. Par un aménagement à la fois hydraulique, artistique et paysager, le fleuve a cessé d’être une frontière pour devenir un trait d’union au sein de la ville. Le Consortium Pro Expo Zaragoza 2008, maître d’œuvre du programme de transformation de la ville, est parvenu à faire en sorte « […] que le fleuve cesse peu à peu d’être perçu comme une barrière, au moins dans l’esprit de beaucoup de citadins […]. L’objectif étant d’en faire l’axe d’articulation d’un système d’espaces ouverts, à l’échelle urbaine et territoriale, bref de […] transformer l’Èbre en la “rue principale” de Saragosse » (Zaragoza Expo 2008, S.A., 2004 : 198-199).

Illustration 3 : Un nouveau pont sur l’Èbre, le pont du 3e millénaire

Illustration 3 : Un nouveau pont sur l’Èbre, le pont du 3e millénaire

Photographie : S. Clarimont (octobre 2010)

Illustration 4 : Le barrage-passerelle en aval de l’Èbre

Illustration 4 : Le barrage-passerelle en aval de l’Èbre

Photographie : K. Leichnig (octobre 2013)

Illustration 5 : Entre mobilier urbain et œuvre d’art, le banc éco-géographique

Illustration 5 : Entre mobilier urbain et œuvre d’art, le banc éco-géographique

Photographie : S. Clarimont (octobre 2010)

Illustration 6 : « Ranillas », une œuvre d’art dans le parc éponyme, en bordure de l’Èbre

Illustration 6 : « Ranillas », une œuvre d’art dans le parc éponyme, en bordure de l’Èbre

Photographie : S. Clarimont (avril 2012)

2. Assumer l’héritage matériel de l’Exposition : le temps de la reconversion

11Si l’organisation d’une Exposition internationale nécessite l’aménagement d’un espace qui lui est dédié, ce dernier doit être conçu afin d’être réinvesti dès sa clôture. Le BIE veille au respect de cet engagement de la part de la ville organisatrice. Or, dans le cas de Saragosse, la crise économique rend particulièrement complexe la réaffectation des pavillons de l’Expo et périlleuse la tâche de l’un des principaux acteurs de cette reconversion : la société Expo Zaragoza Empresarial (EZE), créée en 2003 et dont l’objectif est de « concevoir, de construire, de commercialiser et de gérer un complexe entrepreneurial et de services aux citadins ». Le regroupement des 62 tribunaux que comptait Saragosse au sein d’une nouvelle Cité judiciaire située dans le périmètre Expo et inaugurée en mai 2013 représente une opération intéressante permettant la réutilisation de 65 000 m2. Au terme du transfert, plus de 1000 agents devraient travailler sur le site et contribuer à lui donner vie. Cependant, le sort de la majorité des pavillons de même que celui des équipements de loisirs créés pour l’occasion demeure incertain.

Une réaffectation problématique des constructions emblématiques de l’Expo

12La situation incertaine des bâtiments emblématiques de l’Expo illustre parfaitement les difficultés de reconversion du site de l’Exposition. Le pavillon de l’Espagne, celui de l’Aragon, le Pavillon-Pont et la Tour de l’eau connaissent tous une transition problématique. Leur avenir est en suspens faute de projets précis de réaffectation. Le Pavillon de l’Aragon, dont la forme de panier d’osier était censée rappeler la culture locale, est pour l’instant dans un état de semi-abandon. Dans un article en date du 10 novembre 2013, intitulé « Asociación Legado Expo denuncia el estado de abandono del Pabellón de Aragón », le quotidien national ABC, s’est fait l’écho des préoccupations locales concernant le devenir de ce bâtiment. Œuvre de l’architecte espagnol Patxi Mangado, le Pavillon de l’Espagne se voulait être une construction exemplaire en matière de durabilité et d’économie d’énergie. Le gouvernement espagnol avait prévu y installer l’I2C2, l’institut de recherche sur le changement climatique dont la région et l’université de Saragosse étaient partenaires. Dans un contexte de restrictions budgétaires, cette installation a été remise en question. Selon un communiqué de la délégation du gouvernement datant du 22 juin 2013, l’I2C2 occuperait bien une partie du premier étage de l’édifice et d’autres propositions seraient à l’étude. Ces informations n’ont pas pu être vérifiées. Le Pavillon-Pont se trouve lui aussi dans une situation critique. Faisant à la fois office d’espace muséographique, de pont sur l’Èbre et de zone d’interconnexion entre la gare intermodale de Delicias et la zone Expo, le Pavillon-Pont est propriété de la banque Ibercaja qui était tenue « d’en faire quelque chose » avant le 30 avril 2012 (Entretien F. Pellicer, 29/10/2013). Pour l’instant, cet objet architectural hybride n’a pas d’affectation précise et est souvent fermé au public. Il a toutefois ouvert ses portes entre septembre et décembre 2013 pour accueillir une exposition consacrée précisément à l’Exposition internationale et organisée conjointement par la Ville et une association, Legado Expo Zaragoza 2008, créée pour perpétuer la mémoire de l’événement « Memoria del futuro. Continua ! Quinto aniversario de la Expo 2008 »/« Mémoire du futur. Continue ! 5e anniversaire de l’Exposition 2008 ». Cette exposition a permis de faire revivre l’événement et de le commémorer tant auprès des habitants que des visiteurs. Elle a attiré 12 000 personnes et a été l’occasion de redonner vie à l’édifice et au site. Elle a également été saisie par Ibercaja comme une opportunité pour présenter un projet de reconversion de l’édifice. Cependant, ce dernier, peu précis, n’a pas encore été approuvé par l’EZE (Expo Zaragoza Empresarial) et par la Ville de Saragosse.

13Comme pour le Pavillon-Pont, l’association citoyenne Legado de Expo s’est mobilisée pour redonner vie à un autre édifice emblématique : la Tour de l’eau, propriété de la banque Caja de Ahorros de la Inmaculada (CAI) qui avait envisagé de la transformer en bureaux. Là aussi, la crise et l’abondance d’immeubles d’entreprise disponibles ont mis fin au projet. Un nouveau projet de transformation en espace commercial est esquissé. Dans l’intervalle, l’association Legado a organisé plusieurs manifestations (dont certaines à des dates clés comme le 14 septembre, date de la clôture de l’Exposition internationale) de même que des visites du bâtiment. Elle a également soutenu activement la réinstallation de la sculpture emblématique de l’Expo Splash, dans la Tour de l’eau, première étape vers la reconversion de l’édifice.

14La reconversion difficile et lente des pavillons « ordinaires » et de ces bâtiments, pourtant de grande valeur architecturale, contribue à faire d’une grande partie du site de l’Expo un espace en déshérence rendant plus complexe encore la gestion des équipements de loisirs.

Un réinvestissement partiel des équipements de loisirs

15Événement culturel mettant en scène l’état des savoirs sur l’eau et ses perspectives de futur, l’Expo 2008 a aussi été un événement ludique et festif ayant donné lieu à la construction d’équipements de loisirs toujours en place aujourd’hui, mais dont l’utilisation s’avère bien en dessous des espérances.

16L’Aquarium, qui a changé de gestionnaire en 2012, souffre encore de la mauvaise image véhiculée par son prédécesseur qui favorisait « une approche mercantiliste au détriment de l’aspect ludique, de divulgation et de l’aspect scientifique » (Heraldo de Aragón, 2012). Les problèmes de gestion de la structure se répercutaient sur le bien-être des animaux, sur les conditions de travail des employés, mais également sur la fréquentation, en baisse. Depuis le changement de gestionnaire et l’importance plus grande accordée à la dimension pédagogique, l’Aquarium attire de plus en plus de visiteurs, notamment des familles et un public scolaire.

17Contrairement à l’Aquarium, le Parc Métropolitain de l’eau est un parc de loisirs public, d’accès en partie libre et gratuit. Il est géré et entretenu par une société municipale, ZGZ Arroba Desarrollo Expo, S.A.. Cette société délègue la gestion de certaines activités à des gestionnaires privés (stade d’eaux-vives, parcours de golf, centre hippique, centre thermal, etc.) ce qui lui permet ainsi de générer des bénéfices permettant d’assumer le coût important d’entretien du site. Selon un entretien réalisé le 28 novembre 2013 avec Luis Tirado, délégué territorial de SEO Birdlife, le Parc Métropolitain de l’eau serait, du fait de sa superficie (121ha), l’un des parcs les plus chers en termes d’entretien. Tout comme pour l’Aquarium, les gestionnaires de certaines activités ont dû être remplacés. C’est le cas, par exemple, de Nautida, qui gère le centre multi-activités, le petit train et le stade d’eaux-vives, ce dernier ne fonctionnant que sur réservation en raison de son coût de fonctionnement trop élevé. La construction du Parc Métropolitain de l’eau s’étant réalisée rapidement, il a fallu durant les deux premières années terminer les finitions (replanter des arbres, consolider des installations, etc.) et établir un plan d’organisation, de gestion et de communication notamment pour les animations proposées (à distinguer des activités de loisirs gérées par les structures privées). Après avoir constaté durant deux années consécutives l’échec de la politique de gestion des animations, le Parc Métropolitain de l’eau a choisi de concentrer son offre sur un samedi par mois (d’octobre à décembre et de mai à juin, la saison estivale étant réservée à l’ouverture des plages fluviales). Selon les estimations données par Alberto Ipas, le directeur de la structure, 1,5 million de personnes se rendent chaque année dans ce parc (entretien 4/11/2013). Cependant, les usagers y viennent pour réaliser des activités très spécifiques et rares sont ceux qui profitent de l’ensemble des activités de loisirs ou d’animations proposées, à l’exception des principaux espaces de promenade et du centre hippique qui attirent un large public toute l’année. Bien qu’en apparence le site semble favoriser une mixité sociale, les observations de terrain ainsi que les entretiens auprès des usagers ont montré que ces derniers n’interagissent que très peu entre eux et ne se sont pas approprié la totalité du site. L’établissement d’une barrière physique et économique entre les espaces d’accès libre et les espaces payants contribue à fragmenter les usages et à séparer les usagers.

18Parmi les équipements de loisirs les plus problématiques, on trouve les télécabines gérées par la société d’économie mixte Aramon, chargée de la gestion de la majeure partie des stations de ski aragonaises. Reliant la station intermodale de Delicias à la zone Expo et permettant de jouir d’une vue surplombante sur le site, plus de 70 télécabines avaient été installées à l’occasion de l’Exposition internationale et devaient ensuite constituer une ressource touristique pour Saragosse. À cause du coût élevé de leur entretien et surtout de leur manque de rentabilité du fait de l’attractivité limitée des deux pôles de départ et d’arrivée, Aramon a interrompu l’activité des télécabines au début de l’année 2011. Afin de réutiliser cet équipement, l’entreprise gestionnaire de plusieurs stations de ski aragonaises a envisagé de transférer les télécabines vers l’une des stations de ski à sa charge (Valdelinares, Javalambre ou Formigal). Après de longues tergiversations, les télécabines ont été démontées en mai 2015 sans que leur sort ne soit pas encore totalement fixé (Heraldo de Aragón, 2015). Cette décision se heurte à l’opposition de l’association Legado, soucieuse de conserver le site dans son intégrité. Le coût du démantèlement et du transport a également fait débat. Un autre point polémique est l’installation d’une grande roue pour la fête du Pilar, en octobre 2013. Installée sur les rives de l’Èbre à trois kilomètres de la zone d’exposition, la grande roue offre une activité de loisirs très similaire à celles des télécabines. Néanmoins, mieux située géographiquement, elle bénéficie de l’attractivité touristique du centre historique, ce qui lui a permis de prolonger sa période d’ouverture attirant ainsi 80 000 visiteurs et habitants, entre septembre 2013 et janvier 2014 (Heraldo de Aragón, 02/01/2014).

Une artificialisation de l’Èbre controversée

19L’impact écologique de l’Expo 2008 a fait débat, tout comme l’organisation de l’Exposition internationale d’Aïchi dans la forêt Kaisho, en périphérie de Nagoya. Si, dans sa conception initiale, le projet devait être davantage paysagé qu’urbanisé en limitant le plus possible les aménagements (mise en avant d’une « architecture naturelle », invisibilité des pavillons enterrés, recours à la technique pour simuler la réalité, etc.), l’événement finalement mis en place — après l’éviction de la première équipe animée par Kuma Kengo — s’est avéré beaucoup plus classique, donnant lieu à de nombreuses critiques (Houdart, 2013). À Saragosse, avant même la tenue de l’Expo, des voix discordantes s’étaient fait entendre. L’association « Écologistes en action » s’était insurgée contre un événement conduisant à la destruction du méandre de Ranillas, « espace naturel et agricole de grand intérêt » pour la biodiversité et avait dénoncé un « projet spéculatif » financé avec des fonds publics dont l’affectation aux quartiers défavorisés de Saragosse aurait été plus bénéfique (El Ecologista, 2005). Depuis, la polémique ne s’est pas éteinte. L’urbanisation du méandre et la modification profonde de l’ensemble de l’espace fluvial urbain demeurent contestées par les milieux écologistes. L’aménagement des berges, la construction d’un barrage-seuil en aval de Saragosse de même que le dragage annuel du fleuve pour permettre la navigation en période d’étiage s’intègrent dans un projet global de reconquête de l’Èbre, envisagé dès le début des années 1990 et rendu possible par l’Expo.

20En effet, l’organisation de l’Exposition a supposé l’afflux de financements exceptionnels à dépenser en un laps de temps très court. Pour profiter pleinement de cette manne financière sans précédent, d’anciens projets ont été exhumés et articulés à l’opération principale par le truchement du fameux plan d’accompagnement et de projets associés. L’opportunité financière a, d’une certaine manière, suscité le projet et suggéré des aménagements dont l’utilité sociale paraît parfois douteuse. La mise à disposition de la Ville de fonds importants, majoritairement publics, s’est donc traduite par une véritable fièvre aménagiste. “¡El dinero había que gastarlo!” (« L’argent, il fallait le dépenser ! ») est une expression employée de façon récurrente par plusieurs acteurs et habitants de Saragosse, rencontrés dans le cadre des entretiens, pour justifier les investissements réalisés.

21Face à la nécessité d’engager les dépenses pour ne pas perdre les fonds disponibles et compte tenu des pressions multiples liées à l’organisation d’un tel événement — les travaux ont dû être réalisés « à toute vitesse » (Entretien O. Conde, 22/11/2013) —, le Consortium Pro Expo Zaragoza 2008 s’est quelque peu détourné de l’optique environnementaliste initiale. Créé en 2005, l’Observatoire environnemental de l’Expo était un outil d’évaluation et de contrôle censé assurer un suivi critique des travaux relatifs à l’organisation de l’événement et faire le lien entre la société civile et les organisateurs. Celui-ci était animé par deux associations régionales de défense de l’environnement : Ansar (Association Naturaliste d’Aragon), une association naturaliste régionale, créée en 1969 avec pour mission principale de contribuer à la protection de la nature en Aragon, et la fondation Écologie et Développement (Fundación Ecología y Desarrollo) ou Ecodes (association née au début des années 1990, à Saragosse, pour promouvoir un modèle de développement plus durable). Constatant l’insuffisante prise en compte de la dimension environnementale dans les travaux, les relations difficiles avec les administrations publiques concernées et la faible capacité d’intervention de l’Observatoire, Ansar et Ecodes ont choisi de procéder à la dissolution de cet instrument en mars 2007. Le déficit de gouvernance a également été souligné par le délégué territorial de la Société espagnole d’ornithologie, SEO/Birdlife : « Nous avons pu participer à l’Expo mais on ne nous a prêté aucune attention, à nous pas plus qu’à de nombreux autres groupes écologistes […] On ne nous a pas prêté attention, on n’a pas pris en compte notre demande d’un parc public, mais adapté au lieu comme aurait pu l’être une gigantesque ripisylve » (Entretien L. Tirado, 28/11/2013). La relative évacuation de la question environnementale est sans doute en partie liée au déficit de coordination entre les services techniques de la Ville et à l’hégémonie du service urbanisme dans le projet Expo. En effet, la toute-puissance du service urbanisme a contribué à marginaliser les autres services, notamment le service environnement, consulté uniquement à la fin du projet de traitement des berges : « [...] précisément quand les entreprises, celles-là mêmes qui devaient réaliser les travaux, allèrent sur le terrain et se rendirent compte qu’elles devaient couper des arbres. On demanda alors à ce que le personnel du service environnement aille indiquer les arbres qu’il fallait respecter » (Entretien O. Conde, 22/11/2013).

22Deux aspects de l’aménagement des espaces fluviaux sont particulièrement contestés par les associations environnementalistes : le barrage et le parc métropolitain de l’eau. Afin de rendre l’Èbre navigable et « créer [ainsi] une alternative renouvelée de loisirs et de transports à Saragosse » (Monclús, 2008 : 107), la construction d’un barrage hydroélectrique faisant également office de passerelle, évoquée depuis 1997, a été décidée. Situé en aval, ce barrage-passerelle (photographie 4) est décrit comme étant à la fois « esthétique », intégré dans le paysage, et « fonctionnel » : il permet le franchissement de l’Èbre, sert à la production d’énergie et permet, grâce à un système de contrôle des niveaux de type vanne mobile, la création d’un plan d’eau stable. Il est doté, en outre, d’une passe à poissons censée garantir son exemplarité environnementale. Imaginé pour rendre possible une navigation de loisirs sur l’Èbre, le barrage ne remplit toutefois pas pleinement sa fonction. En effet, du fait d’un problème de calcul lors de la conception de l’ouvrage, seules les embarcations légères de type canoë-kayak ou aviron peuvent naviguer sur l’Èbre. De coûteux travaux de dragage annuels sont dès lors nécessaires pour autoriser la navigation à des embarcations de plus grande taille. La construction du barrage de même que les opérations répétées de dragage produisent une altération du système aquatique pour des retombées économiques très limitées. Elles sont vivement critiquées par des associations environnementalistes qui perçoivent également de façon négative le Parc de l’eau.

23Bien qu’ayant reçu en février 2014 le « Green Globe », certificat international de durabilité décerné pour la première fois à un espace vert européen, le Parc Métropolitain de l’eau est considéré par les mouvements écologistes comme un espace « dénaturé », planté d’essences non autochtones disposées dans un ordre géométrique davantage conforme à l’esprit du jardin à la française qu’à celui des écosystèmes de berges fluviales. Selon le délégué territorial de la SEO/Birdlife : « le Parc Métropolitain de l’eau n’est pas un parc normal […] typique de l’Espagne […]. C’est un parc très artificialisé, très humanisé ; il y a un site pour célébrer les événements […] le spa, un stade de football, du rafting… Alors le problème qui se présentera prochainement avec ce parc, c’est que la faune et la flore se réapproprieront plus lentement et difficilement l’espace que dans d’autres sites. S’il s’agissait d’un parc avec une seule construction, même avec beaucoup de visiteurs, nous pourrions créer ce que l’on appelle des ilots de biodiversité, mais tel qu’est configuré le Parc de l’eau, avec, dans presque tout le parc, une construction dédiée à des activités, il y a très peu d’espaces libres pour la biodiversité. Il y en a […] qui ont du potentiel, c’est-à-dire que dans le futur cela s’améliorera, mais pour l’heure, c’est logique que nos indicateurs montrent qu’il s’agit d’un écosystème très appauvri » (Entretien L. Tirado, 28/11/2013).

24Deux conceptions de la nature s’opposent donc clairement. Tandis que les écologistes conçoivent les berges fluviales comme des espaces de nature relativement sauvage et prônent une stricte limitation des interventions humaines, les élus et porteurs de projet envisagent la nature en termes d’espace vert urbain, propre, ordonné, aisément accessible. L’antagonisme entre une approche anthropo-centrée et une approche éco-centrée est sensible dans certains propos : « Concernant toute la requalification du fleuve, dont on a dû vous parler de manière merveilleuse, ils [les organisateurs] ont seulement tenu compte des promenades pour les citadins. Ils ont réussi à transformer les rives de l’Èbre, où il y avait avant de nombreux déchets et décombres empêchant son accès, en promenades riveraines utilisées par la population pour marcher, faire du vélo, tout ça c’est bien, non ? À la fois, on a tenu compte de tout ça, mais on n’a pas tenu compte du fait que le fleuve a son passage dans la ville, donc elle [la ville] a aussi un écosystème fluvial, et qu’il fallait le prendre en compte. Ce sont des actions envisagées seulement en tenant compte des habitants et non du fleuve, et par conséquent, on a perdu une opportunité d’éduquer et de sensibiliser les habitants de Saragosse » (Entretien O. Conde, 22/11/2013). Raillée par les environnementalistes, qualifiée d’« image à vendre », de « carte postale artificielle du fleuve» (Entretien A. Ollero, 15/11/2013), la conception de la nature post-Expo est pourtant partagée par un bon nombre de citadins pour qui la requalification des berges de l’Èbre a constitué un progrès. Progrès pour les uns, régression pour les autres, l’Exposition internationale a donné lieu à des réalisations envisagées de façon divergente par les acteurs locaux et par la population.

3. L’Exposition internationale : entre amnésie institutionnelle et mémoire habitante ?

25Si les acteurs institutionnels semblent éprouver quelques difficultés dans un contexte de crise à assumer pleinement l’héritage de l’Expo et à considérer que la zone Expo mérite d’être mise en tourisme, en revanche, les habitants rencontrés ainsi que l’association Legado de Expo Zaragoza 2008 éprouvent une forme de fierté à vivre dans une ville organisatrice d’un tel événement et profondément renouvelée par lui. Animée par des citadins bénévoles, l’association citoyenne Legado Expo Zaragoza 2008 tente non seulement de perpétuer le souvenir de l’Expo, mais également de sensibiliser les acteurs politiques à la nécessité de conserver un héritage matériel et immatériel de l’événement qu’elle tend à considérer comme un patrimoine le site Internet de l’association est très riche et témoigne des différentes initiatives développées par l’association pour conserver et faire connaître le patrimoine contemporain hérité de l’Expo (Asociación Legado Expo Zaragoza 2008, s.d.). L’association remplit une mission qui, en principe, devrait être dévolue aux pouvoirs publics. Elle constitue un symbole fort de l’attachement que ressentent les habitants de Saragosse à l’égard de l’héritage de l’Expo, partiellement nié par les pouvoirs publics.

L’Expo, un non-lieu touristique ?

26Actuellement, le quasi-silence institutionnel sur l’Expo rompt avec l’importante campagne de médiatisation de l’événement mise en place en 2007 et en 2008. Il est frappant de constater la très faible valorisation touristique de la zone Expo et des berges aménagées dans le cadre de la manifestation. Le potentiel touristique de ces espaces offrant des perspectives paysagères sur la ville, dotés d’éléments architecturaux de grand intérêt et ponctués de nombreuses œuvres d’art, n’est guère reconnu par les pouvoirs publics malgré les actions menées par l’association Legado Expo. Pour quiconque visite aujourd’hui le périmètre de l’Expo, l’absence de fréquentation touristique s’impose comme une évidence au point que l’on pourrait qualifier cet espace de non-lieu touristique. L’événement devait pourtant permettre de renouveler et d’accroître la clientèle touristique de Saragosse en promouvant une nouvelle image de la ville, moderne, ouverte, européenne, durable (Plumed Lasarte, 2014). Or, selon le dernier rapport sur la fréquentation touristique (2013) établi par l’Office du tourisme municipal, Saragosse attire exactement le même type de touristes qu’en 2008. Il s’agit principalement d’un tourisme familial et de passage : la durée moyenne des séjours demeure inférieure à deux jours. Celle-ci a même légèrement baissé passant de 1,75 jour en 2007 à 1,65 jour en 2013. Cette réduction de la durée des séjours s’accompagne d’une diminution continue de la fréquentation depuis 2008. En 2013, le nombre de visiteurs a même atteint un niveau inférieur à celui observé avant l’Exposition (illustration 7), ceci alors que le secteur touristique espagnol progresse malgré la crise. Les chiffres de 2014 conduisent cependant à nuancer quelque peu ce propos : si les demandes d’informations à l’Office du tourisme municipal n’ont guère progressé, en revanche, le nombre de visiteurs et le nombre de nuitées ont connu, selon l’INE (2014, Enquêtes d’occupation hôtelière), une hausse significative du fait de l’accueil de nombreux touristes chinois (+473 % entre 2013 et 2014). Malgré tout, cette fréquentation demeure nettement inférieure à celle de 2008.

27Par ailleurs, les comportements des touristes demeurent inchangés : la visite de monuments et de musées reste la motivation principale du séjour : en 2013, 69 % des visiteurs sont venus à Saragosse pour effectuer du tourisme culturel, mais si 48 % d’entre eux sont allés à l’Office du tourisme pour se renseigner sur les monuments, seulement 2 % s’y sont rendus pour avoir des informations sur le périmètre de l’Exposition internationale (Zaragoza Turismo, 2013). Dans son ensemble, le périmètre de l’Expo et les zones adjacentes sont peu valorisés par l’Office du tourisme, qui craint peut-être que la vue de ces espaces en déshérence ou en travaux ne nuise à l’image de la ville. Quelques clichés de monuments emblématiques érigés à l’occasion de l’Expo figurent certes dans la brochure touristique « Zaragoza monumental », mais peu de possibilités sont offertes aux touristes pour visiter les lieux, un peu excentrés et très mal desservis par les transports en commun.

Illustration 7 : Évolution de la fréquentation touristique de Saragosse de 2004 à 2014 (selon le lieu de résidence des visiteurs)

Illustration 7 : Évolution de la fréquentation touristique de Saragosse de 2004 à 2014 (selon le lieu de résidence des visiteurs)

Sources : INE, Enquêtes d’occupation hôtelière/Zaragoza Turismo

28Selon une étude menée entre février et mars 2012 par l’association Legado de Expo, confirmée par une visite sur le terrain au point d’information touristique de la place du Pilar en février et en avril 2012, les agents d’accueil des bureaux d’information touristiques indiquent aux visiteurs que « rien n’est organisé pour visiter le périmètre de l’Expo [et qu’] il n’y a pas de circuits établis » ou encore « qu’il y a plusieurs édifices ou monuments à voir, mais rien en rapport avec l’Expo » (Asociación Legado Expo Zaragoza 2008, s.d.). Les seules options proposées en 2012 par les agents d’accueil pour visiter cet espace sont le recours aux services d’un guide, rémunéré 122 euros pour trois heures. Face à la polémique soulevée par cette étude relayée par les médias locaux, quelques changements ont été apportés par l’Office du tourisme municipal. Les dépliants touristiques produits depuis février 2012 présentent davantage d’images de la zone Expo. Les agents d’accueil des bureaux d’information touristique ont bénéficié d’une journée de formation au printemps 2013 sur le site et la genèse de l’Exposition internationale. La zone Expo est désormais citée par les agents d’accueil comme un lieu possible de visite, un musée à ciel ouvert dédié à l’architecture contemporaine. Sur demande des visiteurs, les agents d’accueil peuvent également indiquer les différents points d’accès aux berges de l’Èbre requalifiées, considérées comme des espaces verts. Ces informations figurent aussi sur le site Internet de l’Office du tourisme de Saragosse.

29Malgré tout, le périmètre de l’Expo reste peu valorisé et peu visité. La forte instabilité d’un personnel d’accueil soumis à des contrats précaires ne permet pas de pérenniser les effets de la formation. De plus, la zone Expo se situe à quatre kilomètres du centre-ville et n’est desservie par aucune ligne régulière ou directe de transport en commun. En été, « l’Èbrobus » propose un voyage fluvial du centre jusqu’à la zone Expo. Durant la saison touristique, le bus touristique propose depuis 2013 la visite du périmètre de l’Exposition. Des explications sont fournies aux passagers et le bus effectue trois arrêts sur 19 au sein du périmètre (Tour de l’eau, Pavillon-Pont, Aquarium). Enfin, parmi les trois circuits guidés mis en place à l’occasion de l’Expo et gérés par l’Office du tourisme, un seul continu à être proposé : le circuit Bicitour. Ce circuit guidé à vélo est proposé uniquement le dimanche et dure approximativement deux heures. Il longe les deux rives du fleuve et parcourt l’ensemble de la zone Expo et une grande partie du Parc Métropolitain de l’eau. Bien que très intéressant, ce circuit valorisant l’ensemble de l’espace fluvial est « peu demandé. La visite ne se fait pas tous les dimanches, elle est proposée, mais ne se fait pas » faute de participants (Entretien C. Gímenez, 20/11/2013). En revanche, les habitants de Saragosse se sont assez bien approprié le périmètre de l’Expo, le Parc de l’eau et les berges de l’Èbre qui constituent pour eux des espaces de loisirs de proximité.

Mémoire habitante de l’Expo : « sans regrets ! »

30L’enquête réalisée à l’automne 2013 auprès d’usagers des berges de l’Èbre visait à saisir la perception de l’espace fluvial et de ses transformations récentes et à tenter d’apprécier, du moins chez les habitants, la mémoire de l’événement. D’un point de vue statistique, les 27 personnes rencontrées ne sauraient être représentatives de l’ensemble des usagers de l’espace fluvial. Cependant, l’objectif de l’enquête n’était pas de recueillir des données quantitatives généralisables pour dresser une sorte d’état de l’opinion, mais d’appréhender des points de vue particuliers, dans une forme de subjectivisme assumé. Il est cependant frappant de constater que les données de terrain ainsi recueillies rejoignent les résultats de l’enquête par questionnaire réalisée auprès de 450 habitants de la ville de Saragosse mis en avant par Marta Plumed Lasarte (2014) : la grande majorité éprouve un sentiment de fierté à vivre dans une ville « embellie » par l’Exposition internationale.

31Parmi les habitants rencontrés ayant visité ou non l’Exposition internationale, tous la connaissent, se souviennent des travaux réalisés ainsi que de l’événement en lui-même et de son aspect festif. Certains habitants se sont rendus au méandre de Ranillas seulement une journée pour voir de quoi il s’agissait, parfois sans grand intérêt : « Moi non plus, je ne m’intéressais pas beaucoup à l’Expo, j’allais voir l’architecture », nous confie un étudiant en architecture, habitant le quartier El Portillo (E6). Pour certains d’entre eux, l’événement était avant tout « une fête pour Saragosse » (Entretien A. Ollero, 15/11/2013). Pour la grande majorité des habitants rencontrés, les souvenirs de l’Expo sont positifs et agréables. Ils font appel à des sentiments de bonheur, évoquent une ambiance effervescente, festive et partagée par tous : « C’était une fête constante dans le sens où tout le monde était content et joyeux, 5 millions de personnes sont venus. Moi je travaillais là-bas tous les jours, je voyais toujours une file de gens, beaucoup de personnes étrangères et aussi de personnes d’autres régions de l’Espagne qui venaient toujours pour les fêtes du Pilar ou des voyages plus concrets. C’était une manière de reconnaître Saragosse et l’Èbre. Et puis surtout, il y avait beaucoup d’ambiance de jour comme de nuit » (E7). Une habitante aujourd’hui retraitée et ayant toujours vécu à Saragosse se souvient parfaitement de cette période. Bien que blessée au genou, elle s’est rendue grâce au service de transport public mis en place pour l’événement à la zone d’exposition tous les matins avant d’aller travailler, et ce, jusqu’à ce que les vacances scolaires estivales commencent et qu’il n’y ait trop de monde (le réseau d’autobus a été modifié durant toute la période d’ouverture de l’Expo et le terminus, déplacé temporairement dans la zone de l’Exposition internationale pour que toutes les lignes puissent desservir ce périmètre). Une autre habitante, née également à Saragosse, vivant en rive droite de l’Èbre (Almozara), a même acheté un abonnement : « J’étais là-bas tous les jours, j’ai acheté un pass et j’allais aux heures où je pouvais parce que je travaillais » (E1). Pour certains habitants comme cette employée de TV Aragon, il ne s’agissait pas simplement d’aller voir l’Exposition, mais de la « vivre », de « vivre dans un autre monde » (E2). La plupart conserve un excellent souvenir de l’événement, comme cette chirurgienne pré-retraitée : « Oui, oui j’ai vécu l’Expo, une merveille, on en a énormément profité, j’ai dîné là-bas, j’ai mangé, j’ai amené des gens et je leur ai fait visiter, on s’est réuni avec les amis […], il y avait beaucoup de vie, des gens d’ici, d’ailleurs, une vie intense » (E3).

32L’Expo demeure très présente dans les mémoires. De nombreux habitants ont évoqué durant les rencontres « l’avant » et « l’après-Expo », comme si celle-ci avait signifié un tournant, « un boom » (E8) pour la ville et le fleuve. Avant que les travaux de l’Exposition ne commencent, les berges de l’Èbre étaient jugées insalubres et inhospitalières voire hostiles : elles étaient « terribles, misérables, très sales, tout était très sale, très sale, très dégradé » (E3). Bien que certains enquêtés, plus sensibles à la question environnementale, soient plus nuancés et reconnaissent la perte de capital naturel, ils tirent cependant un bilan positif des aménagements : l’espace fluvial était plus « naturel [que maintenant], parce qu’il y avait plus de végétation parce qu’on n’en prenait pas soin, c’était [quand même] très sale, parce […] que c’était l’égout, tout ce que les gens avaient en trop, ils le jetaient dans le fleuve, pour qu’il l’emporte » (Entretien E5, réalisé le 28 octobre 2013, avec une habitante de Saragosse [50-60 ans, habite avenue de Goya, travaille pour la Confédération hydrologique de l’Èbre]). Une citoyenne travaillant au centre-ville, mais habitant en rive gauche de l’Èbre, éprouve désormais un sentiment de plus grande sécurité dans ses déplacements quotidiens ; elle raconte qu’avant qu’elle ne sorte de son lieu de travail, ses collègues avaient l’habitude de lui dire « quand tu traverses le pont de Pierre, enlève tes bijoux et ta montre parce qu’ils te la voleront là-bas » (E3).

33La plupart des habitants s’enorgueillissent des transformations urbaines engendrées par l’Expo et par la requalification de l’espace fluvial, devenu d’accès aisé, sûr et propice à des usages récréatifs. Une habitante qui ne « faisait presque rien en relation avec le fleuve jusqu’à ce qu’ils fassent l’Exposition» pratique désormais beaucoup d’activités sur les rives de l’Èbre : « Maintenant nous y faisons beaucoup de choses. Pour commencer avec l’Expo, ils nous ont fait cette piste cyclable, nous nous y promenons beaucoup, nous y faisons du sport ». Elle estime même que l’Exposition a permis « de renforcer le tourisme. Le secteur des services, les hôtels, les restaurants, tout cela a beaucoup profité de l’Expo. » (E1).

34D’autres habitants sont plus lucides quant aux retombées de l’Exposition, même si l’événement demeure pour eux une réussite : « Cela m’a paru un acte important pour Saragosse avec le pour et le contre concernant la ville » (E4). Ils dressent souvent un bilan globalement positif d’un événement qui a, selon eux, profité à la ville : « Ils ont dû dépenser plus d’argent que ce qu’ils avaient, ça a été un peu la ruine, mais oui, ce qu’il y a de bien, c’est la création d’accès à la ville, le périphérique, et aussi l’amélioration des berges, même si ensuite ils ont fait des choses comme le Pavillon-Pont, qui est joli, mais un peu inutile pour ce qu’il a couté et dont maintenant nous ne savons pas quoi faire » (E5). Un autre habitant pratiquant régulièrement le périmètre de l’Exposition et ses abords est plus critique encore à l’égard de cette œuvre architecturale polémique : « Le pont du Troisième Millénaire est un investissement nécessaire, mais le Pavillon-Pont, avoir donné de l’argent pour ça ! C’était bien trop cher pour ce qui a été construit, mais les abords sont bien. Les pavillons qui ont été faits pour l’Expo sont utilisés correctement, même si certaines de leurs utilisations sont très exagérées, mais cela reste correct » (E4). Un jeune étudiant aux pratiques de l’Èbre plurielles et ancien travailleur bénévole de l’Expo nous confie : « Pour moi ça a été une réussite parce que oui, il y a eu des critiques qui disent que l’on a dépensé beaucoup d’argent, oui c’est vrai que l’on a dépensé beaucoup d’argent, mais si en 2008 après la clôture de l’expo, la crise n’avait pas commencé, tout aurait été différent. On ne peut pas dire que cela ne se savait pas, mais on ne peut pas la contrôler. Mais pour moi, ça a été une réussite parce que ça a développé Saragosse dans beaucoup de sens, ça l’a mise à un niveau international, et on a effectué des recherches sur l’eau qui me paraissent vraiment nécessaires […] Moi, je recommencerais à la faire sans aucun doute, pareil. Peut-être que cela n’a pas été le moment idoine, mais cela a développé Saragosse. Cela a beaucoup aidé Saragosse, les infrastructures, la prise en compte de la protection de l’Èbre, faire connaître l’Èbre et ses gens, pour moi, la vérité c’est que ça a été très intéressant, c’est-à-dire une réussite » (E7). Le jugement porté par les habitants sur un événement ayant contribué à l’embellissement de la ville et à son rayonnement international est donc globalement très positif. Les difficultés de reconversion post-Expo sont imputées à des facteurs externes (la conjoncture internationale) dont l’anticipation est jugée complexe.

Conclusion

35Événement organisé pour accroître la notoriété de Saragosse et améliorer le positionnement touristique d’une ville peu connue en Europe, l’Exposition internationale de 2008 présente un bilan mitigé. La controverse autour des effets environnementaux de cette grande opération urbanistique ne s’est pas éteinte, même si la contestation du projet a été, pour Saragosse 2008, beaucoup plus limitée que pour Milan 2015, Exposition entachée par les scandales de corruption et une série de polémiques autour de l’utilisation des fonds publics, des contrats précaires, de l’usage abusif du volontariat, etc., alimentant la constitution d’un groupe NO EXPO très actif (Le Monde, 2015). Rien de tel n’a été observé à Saragosse. Néanmoins, les objectifs initiaux de l’événement n’ont guère été atteints. L’Expo a donné lieu à une fréquentation principalement nationale et, même si la part des étrangers dans la fréquentation touristique totale de la ville s’est sensiblement accrue depuis 2008, Saragosse demeure une destination domestique. Elle ne bénéficie pas des bonnes performances du secteur touristique espagnol (en 2014, l’Espagne a accueilli, selon les données de l’ITE [Instituto Turístico de España], près de 65 millions de touristes étrangers [soit une progression de 7,1 % par rapport à 2013] ce qui devrait lui permettre de consolider sa place de 3e destination touristique mondiale, devant la Chine) et souffre au contraire de la baisse de la demande touristique nationale, durement touchée par la crise et le chômage. La fréquentation touristique de Saragosse est ainsi descendue, en 2013, à des niveaux inférieurs à ceux de 2007. De plus, à l’échelle de la destination, l’organisation de l’Expo n’a pas donné lieu ni au redéploiement des flux touristiques escompté, ni à une diversification de l’offre : le centre historique avec ses musées, ses monuments (dont la célèbre basilique du Pilar) et ses commerces continuent à attirer l’essentiel des visiteurs, tandis que le périmètre de l’Expo et les espaces adjacents demeurent, pour l’essentiel, des non-lieux touristiques. En position de marge géographique, dépourvu des attributs de la centralité, présentant de nombreux pavillons désaffectés à l’avenir bien incertain, le méandre de Ranillas n’existe guère pour les visiteurs de Saragosse. En revanche, il constitue pour les habitants de la capitale aragonaise à la fois un espace de récréation et un lieu de mémoire témoignant d’un événement ayant permis de transformer la ville et de l’inscrire dans la modernité : bref, « une réussite », malgré tout !

36Sept ans après la clôture de l’Exposition internationale, les habitants semblent s’être partiellement appropriés la zone Expo, le Parc Métropolitain de l’eau et les berges de l’Èbre. Ils conservent en outre un souvenir très positif de l’événement et apprécient l’amélioration de leur cadre de vie que celui-ci a engendré. Censée favoriser la projection internationale de Saragosse, l’Expo a finalement surtout eu des retombées internes contribuant indéniablement au renforcement du sentiment d’appartenance à une ville embellie et plus agréable à vivre, selon les enquêtes effectuées sur le terrain. Si les effets positifs de l’événement pour les habitants sont réels, ils ne sauraient occulter les questions en suspens. Le coût et l’impact environnemental des travaux de dragage effectués pour permettre la navigation sur l’Èbre en période estivale sont souvent mis en cause ; l’affectation future de la plupart des pavillons et des bâtiments emblématiques de l’Expo reste incertaine ; les pertes accumulées par l’entreprise Expoagua — devenue depuis 2009 Expo Zaragoza Empresarial ­— s’élèveraient à près de six milliards d’euros (ABC, 2015). Conçue en période d’expansion économique, portée par la frénésie immobilière ambiante, la zone Expo surmontera-t-elle l’épreuve de la crise ? Faut-il craindre la dégradation et l’abandon partiel d’un site susceptible de constituer à terme une friche touristique ? Ou, au contraire, peut-on envisager l’avenir de cette zone avec optimisme en considérant, à la suite du secrétaire général du BIE en visite à Saragosse, en novembre 2013, les premières reconversions de pavillons comme une réussite et la préfiguration d’un nouveau centre économique, social et culturel pour la ville (Aragón Digital, 2013) ?

Top of page

Bibliography

Asociación Legado Expo Zaragoza 2008 (s.d.) site Web, en ligne : http://www.legadoexpozaragoza.com/legadoexpo/ (consulté le 18 novembre 2015)

BIE – Bureau international des expositions (1928) Convention concernant les expositions internationales signée à Paris le 22 novembre 1928, modifiée et complétée par les protocoles des 10 mai 1948, 16 novembre 1966 et 30 novembre 1972, ainsi que par l’amendement du 24 juin 1982 et par l’amendement du 31 mai 1988. En ligne URL : ww.bie-paris.org/site/images/stories/files/BIE_Convention_fr.pdf [consulté le 18 novembre 2015]

Bovy, Philippe ; Liaudat, Christian et POTIER, Françoise (2003) « Les grandes manifestations. Planification, gestion des mobilités et impacts », Strasse und Verkehr, vol. 89, no 12, p. 30-33

Cazes, Georges (2002) « Le rôle des grands événements dans la “mise en tourisme” des villes » dans Pablo Pumares Fernández, María de los Angeles Asensio Hita et Fernando Fernández Gutiérrez (sous la direction) Turismo y transformaciones urbanas en el siglo XXI, Almería : Universidad de Almería, p. 13-22.

Castet, Jean-Bernard (2010) « L’impact des expositions internationales et universelles sur les métropoles de la péninsule ibérique : Séville/Lisbonne/Saragosse », Méditerranée, no 114, p. 113-120.

Chaudoir, Philippe (2007) « La ville événementielle : temps de l’éphémère et espace festif », Geocarrefour, vol 82, no 3, p. 107-110.

Clarimont, Sylvie et Kildine LEICHNIG (2014) « La perception des espaces publics de nature. Paroles d’élus et d’usagers du Parc naturel urbain palois », Revue Géographique de l’Est, vol. 54, no 3-4, en ligne : http://rge.revues.org/5239

Clarimont, Sylvie et Sylvie MIAUX (2014) « Événements touristiques et mises en scène du fleuve urbain. Regards croisés : la promenade Champlain (Québec) et le Parc fluvial (Saragosse) », Sud Ouest Européen, no 38, p. 137-154.

Di MÉo, Guy (2005) « Le renouvellement des fêtes et des festivals, ses implications géographiques », Annales de géographie, no 643, p. 227-243.

Galopin, Marcel (1997) Les expositions internationales au XXe siècle et le Bureau international des expositions, Paris : L’Harmattan, 361 p.

Getz, Donald (2012) Event Studies. Theory, Research and Policy for Planned Events, London / New York : Routledge, 425 p.

Gómez Bahillo, Carlos et Jaime Sanaú Villaroya (sous la direction), (2009) La Exposición Internacional Zaragoza 2008, Saragosse : CESA (Consejo Económico y Social de Aragón), 200 p.

Gravari-Barbas, Maria et Vincent Veschambre (2005) « S’inscrire dans le temps et s’approprier l’espace : enjeux de pérennisation d’un événement éphémère », Annales de géographie, vol. 114, no 643, p. 285-306.

GRAVARI-BARBAS, Maria et Sébastien JACQUOT (2007) « L’événement, outil de légitimation des projets urbains : l’instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes », Géocarrefour, no 3, vol. 82, p. 155-163.

Gravari-Barbas, Maria (2009) « La “ville festive” ou construire la ville par l’événement », Bulletin de l’Association des géographes français, no 3, p. 279-290.

Harvey, David (1989) « From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Urban Governance in Late Capitalism », Geografiska Annaler, série B, Human Geography, vol. 71, no 1, p. 3-17.

HOUDART, Sophie (2013) « Utopies universalistes. La nature en concurrence », Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe, no 60, p. 92-107.

Le GalÈs, Patrick (1995) « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, vol. 45, no 1, p.57-95.

Monclús Fraga, Francisco Javier (2006) Exposiciones internacionales y urbanismo, Barcelone : edicions de la Universitat Politècnica de Catalunya, 214 p.

Monclús, Javier (sous la direction) (2008), El urbanismo de la Expo. El Plan de acompañamiento, Saragosse, Saragosse : S.A. Expoagua Zaragoza 2008, 251 p.

Pellicer, Francisco (2008) « Expo Zaragoza 2008 : la metamorfosis de las riberas del Ebro », Economía aragonesa, no 37, p. 54-75

Plumed Lasarte, Marta (2014) La gestión de la imagen territorial mediante el desarrollo de una marca. Análisis de la perspectiva del residente a través del estudio de caso de la marca Zaragoza, Thèse de doctorat, Département de psychologie et sociologie, Université de Saragosse, 282 p.

Pradel, Benjamin (2007) « Mettre en scène et mettre en intrigue : un urbanisme festif des espaces publics », Géocarrefour, vol. 82/3, p. 123-130.

Serrano Sanz, José Maria ; Gomez Loscos, Ana ; Perez y Perez, Luis ; Sanau Villarroya, Jaime et Sanz Villarroya, Isabel (2009) Los efectos económicos de la Expo Zaragoza 2008, Saragosse : Fundación Económica Aragonesa, 206 p.

STOCK, Mathis et Léopold Lucas (2012) « La double révolution urbaine du tourisme », Espaces et sociétés, vol. 3, no 151, p. 15-30

Zaragoza Expo 2008, S.A. (2004) Toutes les questions, toutes les réponses, Saragosse, 272 p.

Zaragoza Turismo, Informe anual 2013, Ayuntamiento Zaragoza, 2014, 199 p. En ligne : https://www.zaragoza.es/ciudad//turismo/es/profesionales/estadisticas.htm

Articles de presse

SOLANAS SANCHEZ, Rocío (2013) « El secretario general del BIE aplaude el desarrollo económico, social, y cultural del recinto Expo », Aragon Digital, 19 novembre 2013

PEREZ, Roberto (2015) « La aventura de la Expo de Zaragoza de 2008 suma ya más de 600 millones de euros perdidos », ABC, 1er octobre.

EL ECOLOGISTA (2005). Zaragoza Expo 2008. Exposición internacional: el pretexto para urbanizar un meandro del Ebro, Joaquín Lucia Gimeno, n°42, enero de 2005.

HERALDO DE ARAGON (2012). Los problemas del acuario están en vías solución, Efe, 24 mai 2012

HERALDO DE ARAGON (2014). 80 000 personas se han subido ya a la noria, S. Arcega, 2 janvier 2014

HERALDO DE ARAGON (2015). Aramon comienza a desmontar las telecabinas de la Expo a la espera de decidir qué hace con ellas, Jorge Alonso, 5 mai 2015

LE MONDE (2015). Les « No Expo » en colère contre l’Exposition universelle à Milan, 1/05/2015.

LE TEMPS (2005). Fin rieuse pour Aïchi, 26 septembre 2005

Entretiens auprès de personnes-ressources

CONDE Olga, service environnement de la Ville de Saragosse et membre de l’association écologiste ANSAR, 22/11/2013

PELLICER Francisco, professeur de géographie et directeur technique du Consortium Expo 2008, 1/02/2012 et 20/10/2013

GÍMENEZ Carmen, service information de Zaragoza Turismo,

TIRADO Luis, délégué territorial de SEO/Birdlife, 28/11/2013

OLLERO Alfredo, professeur de géographie physique à l’Université de Saragosse et président de l’association Centro Ibérico de Restauración Fluvial, 15/11/2013

IPAS Alberto, directeur du Parc métropolitain de l’eau, 21/11/2013

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 : Deux principaux types d’expositions distingués par le BIE
Credits Source : Site officiel du BIE, 2014
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2705/img-1.jpg
File image/jpeg, 536k
Title Illustration 1 : Le Palais des congrès, la Tour de l’eau et la statue « L’âme de l’Èbre »
Credits Photographie : S. Clarimont (octobre 2010)
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2705/img-2.jpg
File image/jpeg, 644k
Title Illustration 2 : Le Pavillon-Pont, pont piétonnier et espace muséographique
Credits Photographie : S. Clarimont (juin 2014)
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2705/img-3.jpg
File image/jpeg, 600k
Title Illustration 3 : Un nouveau pont sur l’Èbre, le pont du 3e millénaire
Credits Photographie : S. Clarimont (octobre 2010)
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2705/img-4.jpg
File image/jpeg, 340k
Title Illustration 4 : Le barrage-passerelle en aval de l’Èbre
Credits Photographie : K. Leichnig (octobre 2013)
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2705/img-5.jpg
File image/jpeg, 756k
Title Illustration 5 : Entre mobilier urbain et œuvre d’art, le banc éco-géographique
Credits Photographie : S. Clarimont (octobre 2010)
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2705/img-6.jpg
File image/jpeg, 560k
Title Illustration 6 : « Ranillas », une œuvre d’art dans le parc éponyme, en bordure de l’Èbre
Credits Photographie : S. Clarimont (avril 2012)
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2705/img-7.jpg
File image/jpeg, 396k
Title Illustration 7 : Évolution de la fréquentation touristique de Saragosse de 2004 à 2014 (selon le lieu de résidence des visiteurs)
Credits Sources : INE, Enquêtes d’occupation hôtelière/Zaragoza Turismo
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2705/img-8.jpg
File image/jpeg, 380k
Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Clarimont and Kildine Leichnig, « Portée et postérité d’un événement touristique », Téoros [Online], 33, 2 | 2014, Online since 24 December 2016, connection on 19 November 2017. URL : http://teoros.revues.org/2705

Top of page

About the authors

Sylvie Clarimont

Maître de conférences, Laboratoire SET – UMR 5603 CNRS/UPPA, Institut Claude Laugénie (Pau, France), sylvie.clarimont@univ-pau.fr

Kildine Leichnig

Docteure, Laboratoire SET – UMR 5603 CNRS/UPPA, Institut Claude Laugénie (Pau, France), kildine.leichnig2@gmail.com

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org