Skip to navigation – Site map
Articles

1900-1929: affirmation du Québec comme destination touristique

Réjean Prévost

Full text

« Il avait fait tout le jour ainsi que les précédents une chaleur excessive, et telle qu'on ne ressert que dans les pays les plus méridionaux de l'Europe: le frais de la soirée et la beauté du paysage, qui quoique sauvage présentait mille objets que la nature s'est diverti à former, m'invitèrent autant que les eaux claires de cette rivière à me baigner... » (Franquet, 1889 : 48).

1C'est en ces termes que Louis Franquet, ingénieur du roi Louis XV et directeur général des fortifications en Nouvelle-France, s'exprima lors d'une tournée d'inspection dans la région de Trois- Rivières en 1752.

2Sans pour autant jeter le discrédit sur le célèbre «quelques arpents de neige» de Voltaire, ce passage permet néanmoins à ce voyageur-qui, il faut bien en convenir, fait sans conteste partie des premiers touristes d'affaires au Québec d'atténuer la simplicité des propos d'un individu qui n'a jamais daigné franchir l'Atlantique pour poser un regard « éclairé» sur certaines caractéristiques que révélait alors au voyageur l'espace québécois.

3Quelques décennies plus tard, une quantité croissante de voyageurs, majoritairement composée d'Américains et de Canadian viendront séjourner ou, à tout le moins, voir certains lieux de cette contrée qu'on appelait Bas-Canada. Ces visiteurs, qu'on a graduellement qualifiés de touristes, c'est-à-dire, d'individus voyageant pour leur plaisir, vont notamment découvrir le Saint-Laurent et ses environs à bord de bateaux à vapeur (le mot est employé pour la première fois au début du XIXe siècle.  Le vocable touriste tire son origine du « Grand Tour », un circuit éducatif pratiqué pour de jeunes nobles britanniques comme complément à leur formation).  On verra alors se développer, dans certaines régions limitrophes au fleuve, une infrastructure hôtelière apte à répondre aux besoins de ces nouveaux résidents temporaires. Certains de ces visiteurs vont même en venir à établir leur résidence d'été sur les rives du Saint-Laurent.

4L'avènement du chemin de fer dans la deuxième moitié du XIXe siècle aura comme effet d'étendre le phénomène ailleurs au Québec. Il se développera graduellement un engouement pour certaines autres régions, alors relativement confinées à l'isolement, comme les Laurentides et les Cantons de l'Est. Encore là, l'espace sera transformé pour accueillir les visiteurs. Comme le précise à ce sujet Marcel Samson:

5« En 1870, Une ligne de chemin de fer entre Newport et Sherbrooke relie la région aux états du nord-est où des résidents du Deep South passaient traditionnellement l'été. Ces derniers se recréeront désormais à North Hatley une ambiance bien il eux. Ce sont des familles américaines très riches qui contribuent, au tournant du siècle, il l'essor du village. » (Samson, 1988 : 14)

6Cent cinquante ans après le voyage de Louis Franquet, alors que le mouvement d'appropriation du sol et de rentabilisation de l'espace québécois à des fins touristiques est déjà enclenché, comment s'orchestrait l'activité touristique et quelles sont donc les particularités qui font du Québec un lieu à visiter?

7Dans le présent article, nous tenterons de connaître brièvement les principaux acteurs de développement et, par l'entremise d'écrits correspondant à la période étudiée, nous efforcer de faire un pied de nez à Voltaire et montrer que plusieurs auteurs ont observé autre chose que quelques arpents de neige.

Un développement touristique tributaire des compagnies maritimes et ferroviaires

8L'organisation et le développement du tourisme au Québec a d'abord et avant tout été l'affaire des transporteurs. Au début, ce sont les compagnies maritimes qui ont eu le mérite de bien comprendre le potentiel des cours d'eau -le Saint- Laurent notamment - et de l'environnement qui les ceinture. Les compagnies de chemin de fer ont, par la suite, joué un rôle tout aussi important en ouvrant l'arrière-pays québécois.

9Acteurs privilégiés au XIXe siècle, c'est encore autour d'entreprises de ces secteurs d'activités que gravite une importante partie du tourisme au début du vingtième siècle. Outre leurs rôles de transporteurs, les compagnies maritimes et ferroviaires ont aussi largement contribué au développement de l'infrastructure hôtelière québécoise ainsi qu'à la promotion du Québec comme destination. A cet effet, et dans le but évident de promouvoir leurs services, les compagnies maritimes et ferroviaires en sont venues à publier ou éditer de nombreux ouvrages, brochures ou autres documents qui nous permettent d'en savoir plus sur ce que le Québec avait à offrir aux touristes à cette époque.

10Ainsi, en 1905, la Richelieu & Ontario Navigation Co., éditait un ouvrage intitulé Niagara to theSea. Dans cette publication, on prétendait que le voyage qui était offert par la compagnie était «the 6nest in land water trip in the world».  Plusieurs éléments, fort évocateurs, étaient alors présents:

“Every turn that we take in Quebec brings us face to face with S071ze memorial of the past [...]. But contrasts are common in Quebec, for here the old and new meet together as they meet nowhere else on the continent [...] the atmosphere at this locality - Tadoussac – is especially bracing; and sailing, rowing, and fresh or salt water fishing are pastimes greatly enjoyed; the salt air from the Gulf of St. Lawrence and the breezes from the Saguenay hills meet here, and probably at no place in North America can the denizens from heated localities find greater relief or lay in a larger amount of health than Tadoussac. [...] here, above all other places, the grandest works of man sink into insignificance, and the very silence seems to do homage as to a god. Calm and unbroken is the solitude of nature in this, her temple [...] Good fishing is to be had anywhere on the rivers and lakes of the gloriously diversified region around Lake St. John, the home of the land-locked salmon or ouananiche, and large game-deer, bear, moose and the wapiti are to be found in season, with capable guides to lead the hunt, to their native fastnesses. Nowhere in the world will the sportsman and the lover, of the grand and beautiful in nature find better, reward for this foil.” (Richelieu & Ontario Navigation Co., 1905)

11Dans la même veine, le Chemin de fer national du Canada a édité plusieurs ouvrages à l'intérieur duquel on traite du Québec et des spécificités qui font de cet espace un lieu à visiter. Les documents étant abondants, nous nous limiterons à exposer les propos compris à l'intérieur de 2 volumes en particulier.

12En premier lieu, prenons connaissance de certains extraits du livre Québec, la douce province de Jean-Charles Harvey, paru en 1925.

« Québec est la plus ancienne, la plus originale et la plus vaste des provinces canadiennes. [...] La seule nature, par le grandiose de son œuvre, sans considérer le glorieux et pittoresque passé qui enchantait Parkman, exalte ici l'imagination. Les accidents du terrain, l'étendue des horizons, l'ampleur des cours d'eau, la multiplicité des lacs, tout dépasse la commune mesure, tout rappelle le souffle épique qui agita cette surface aux lointains âges de la terre. […] A quarante milles de Montréal, à quelques arpents d'un des petits villages de la région, c'est la nature sauvage, l'alternance infinie des hauteurs et des vallées, d'innombrables lacs, la forêt et son mystère, la solitude, les délices de la chasse et de la pêche, la liberté, l'imprévu, l'aventure, l'illusion grisante de remonte quelques siècles en arrière et d'être un coureur des bois, sac à dos, écorché par les broussailles, brûlé par le soleil, buvant aux sources, faisant cuire ses aliments à feu de brindilles, sans souci du temps et de la fatigue, sans loi ni maître. » (Harvey, 1925 : 5 et 23)

13Dans un deuxième temps, Ernest Schenck, avec La grande aventure, en 1927, dresse un portrait montrant la diversité de l'espace québécois :

« La plus ancienne province du Canada avec la Nouvelle-Ecosse, la plus vaste, la deuxième en population, la seule grande région d'Amérique à porter le nom de Nouvelle-France, le Québec possède la variété d'un continent. […] Quoi de plus différent de la Gaspésie [...] que la contrée pastorale du lac Saint-Jean? Quoi de plus dissemblable que celle-ci et la région limitrophe du Saguenay, arrosée par le plus singulier affluent du Saint-Laurent, la rivière de la mort? Que de contrastes entre les Éboulements et la Malbaie, sur la rive nord du Saint-Laurent, escarpée, montagneuse, robuste, et Saint-Jean-Port-Joli et la Rivière-du-Loup, sur la rive sud aux contours suaves? [...]. » (Schenck, 1927 : 38)

Apparition de nouveaux acteurs

14Dans le premier quart du vingtième siècle, la question touristique commence à intéresser, outre les compagnies de transport et les hôteliers/restaurateurs qui sont déjà largement impliqués, certains individus ou entreprises qui verront dans ce phénomène une opportunité d'affaires à exploiter. C'est notamment le cas de plusieurs commerces de détail tels Eaton, Holt Renfrew & Co. et Bides, ou d'éditeurs privés comme, par exemple, U. Perreault & Cie.  En 1923, soulignons la parution d'un premier guide de 444 pages publié par les éditeurs U. Perreault et Cie et intitulé Guide des touristes de la province de Québec. Cette initiative sera suivie en 1924 par la parution du premier guide de la route par la Canadian Automobile Association.

15Alors que certains vont se limiter à annoncer dans les guides ou dépliants touristiques, d'autres s'impliquent de façon beaucoup plus concrète. À titre d'exemple, en 1921, la prestigieuse compagnie de vêtement Holt Renfrew & Co. publia, conjointement avec la Canada Steamship Lines Ltd., un itinéraire pour les touristes désireux de faire un voyage entre Montréal et le Saguenay. Ce circuit, préalablement destiné à un marché anglophone, mettait particulièrement l'emphase sur le pittoresque des lieux ainsi que sur les éléments se rapportant à l'histoire.

L'implication de l'État

  • 1  Nous tenons à remercier monsieur Gilles Gallichan, conservateur-archiviste à la bibliothèque de l' (...)

16Il faut attendre 1912, sous le gouvernement de Lomer Gouin, pour voir l'État discuter de tourisme. Et encore, ce n'est pas tant le tourisme que l'extension des routes qui fait l'objet de débats en chambre1.

17Cet intérêt soudain de l'État origine d'un constat montrant l'insuffisance et à la médiocrité des voies routières québécoises par rapport à la popularité croissante de l'automobile. A cet effet, le tableau 1 nous donne un aperçu de la progression du nombre d'automobiles au Québec au cours de cette période. Ainsi, alors qu'en 1907, on ne retrouvait que 254 automobiles enregistrées au Québec (Ministère de la Voirie, 1926 : 48), ce nombre passe en 1920 à un peu plus de 41 500, pour, par la suite, quadrupler en 1930.

Tableau 1 : Automobiles enregistrées au Québec et au Canada, 1920-1930

Années

Québec

Canada

1920
1925
1930

41 562
97 418
178 548

408 790
724 048
1 232 489

Source : Bureau fédéral de la statistique, Canada (1940 : 135)

18Pour combler cette lacune, le gouvernement du Québec met sur pied, dès 1912, un programme de construction d'un réseau de grandes routes. À la fin de 1922, le Québec comptait 44 grandes routes pour 3 100milles (4 988 km) de longueur totale.

19Les efforts du gouvernement en ce qui concerne l'amélioration des voies carrossables va se continuer de sorte qu'au commencement de 1929 le réseau routier comprenait, entre autres, 50 routes de première classe, dont la longueur est de 4 972 milles (8 000 km)  (Ministère de la Voirie, 1926 : 48).

20Conséquemment à l'extension du réseau routier et face à un achalandage local et étrange toujours en croissance (voir tableau 2), l'implication de l'État québécois en tourisme va véritablement commencer, en 1923, par la publication d'un bulletin sur les conditions routières au Québec.

Tableau 2 : Nombre d’automobiles ayant traversé la frontière à des fins de tourisme de 1917 à 1928

Années

Automobiles

1917

1918

1919

1920

1921

1922

1923

1924

1925

1926

1927

1928

1929 (approx.)

7 427

9 177

18 105

31 918

41 957

95 163

130 099

199 008

259 959

265 848

417 561

500 000

625 000

Source : Ministère de la Voirie et des Mines (1929 : 49)

21Quelques temps après cette première véritable implication, le gouvernement du Québec va intervenir auprès des hôteliers pour qu'ils fassent la promotion d'une certaine «cuisine locale» et, en 1926, suite à la production d'une première carte routière et d'une brochure à l'intention des touristes américains intitulée Québec, the French-Canadian Province, se sera la parution par le ministère de la Voirie de l'ouvrage Voyez Québec d'abord, See Québec First.

22Ayant pour sous-titre Tours de fin de semaine et itinéraires de vacances suggérés aux automobilistes, ce document avait d'abord comme objectif d'inciter les Québécois à visiter les attraits de leur pays d'abord. À cet effet, un des passages de l'avant-propos évoque bien cette ambition.

« Ce titre indique assez clairement le but de la brochure, qui est d'induire nos automobilistes à visiter et à connaître leur province d'abord et avant tout. Au moment où la province de Québec est en voie de devenir la mecque des touristes de l'Amérique du Nord, il serait pour le moins étrange que nos automobilistes la délaissent pour aller voir ailleurs des sites ni plus intéressants que ceux de leur propre pays. Sans vouloir amoindrir en rien les attraits que peuvent offrir les provinces et les états voisins, nous affirmons sans crainte de nous tromper que l'on n y trouvera pas plus pittoresque que dans notre province, et que nul part ailleurs l'on ne trouvera le quart de l'intérêt historique qui s'attache à chaque coin de terre du vieux Québec ». (Ministère de la Voirie, 1926 : 6)

23En 1927, pour faire suite à cette publication majeure et afin de coordonner ses efforts de promotion, le gouvernement du Québec créait sous la gouverne du ministère de la Voirie, le Bureau provincial du tourisme. Plusieurs documents y seront publiés dont un en 1929 intitulé La Gaspésie, à l'intérieur duquel on peut lire: «Accompli avec l'aide de ce guide [...], le "tour de la Gaspésie", un circuit de 553 milles, constituera la plus agréable, la plus instructive et la plus poétique des promenades » (Ministère de la Voirie, 1930 : 7).

24En novembre 1929, sortait Sur les routes du Québec, un volumineux document de 874 pages. En plus de suggérer différents circuits aux touristes, ce document permettait au lecteur d'en savoir un peu plus sur ce que le Québec avait à lui offrir. Par exemple, on y affirmait:

« Aucun pays probablement ne possède en aussi grand nombre des lacs et des rivières, d'une beauté et d'une valeur incomparables, dont la superficie couvre environ 15 000 milles carrés. [...] Ces lacs et ces rivières, en plus de leur beauté naturelle et de leur valeur au point de vue hydro-électrique, sont de véritables paradis de pêche. Plusieurs de ces lacs et rivières sont, chaque année, le rendez-vous de milliers de sportsmen venant de tous les points du continent. » (Ministère de la Voirie et des Mines, 1929 : 21 et 28)

25Au début des années 1930, plusieurs autres documents promotionnels seront égaIement mis à la disposition des voyageurs.

  • 2  Voir à cet effet l'Office provincial du tourisme (1932) Laurentien Tours, Québec, 32 pages.
  • 3  Voir à cet effet l'Office provincial du tourisme (1932) Lake St. John and National Park, Québec, 1 (...)

26Mentionnons entre autres une brochure sur les Laurentides2, sur les Cantons de l'Est(JS), et une autre sur le Lac Saint-Jean3.

Des éléments de comparaison avec ailleurs

27Plusieurs documents-guides, récits et brochures, rédigés entre 1900 et 1929 et émanant de promoteurs, de reporteurs ou d'organismes gouvernementaux, en sont venus à exposer les attraits du Québec par analogie à un autre coin du globe ou tout simplement par un rapprochement établi en fonction de caractéristiques spatiales, sociales ou culturelles.

28Parmi ceux qui ont apporté des éléments de comparaison dans leurs écrits, citons premièrement les propos de l'abbé V.-A. Huart (1906). Ce dernier, lors d'un voyage qu'il effectuait en Europe en 1900, en est venu à établir une comparaison entre le Saguenay et le Rhin :

« J'étais curieux de faire connaissance avec le Rhin, que j'ai quelquefois entendu comparer avec notre rivière Saguenay. Eh bien, soit! Que l'on compare à ce fleuve notre rivière, si parva licet componere magnis. D'abord, pour le volume des eaux, il n y a pas entre eux de comparaison possible. Même à Cologne [...], le Rhin est encore de moitié moins large que le Saguenay en face de Chicoutimi. Au milieu du parcours [...], les rives du grand fleuve allemand deviennent assez pittoresques. Elles atteignent une hauteur de plusieurs centaines de pieds, s'élevant en pentes plus ou moins abruptes, et presque partout admirablement boisées. Mais qu'il y a loin de l'aspect agréable, assurément, qu'offre alors le Rhin, à la sauvage et majestueuse grandeur que présente, sur presque tout son parcours, notre sombre Saguenay [...]. En résumé, comme œuvre grandiose de la nature, le Saguenay est cent fois supérieur au Rhin, qui, de son côté l'emporte facilement sur celui-là comme œuvre naturelle embellie parla main des hommes. » (Huart, 1906 : 7)

29Jean-Charles Harvey (1925), dans son ouvrage Québec, la douce province, fait aussi le rapprochement de certains espaces territoriaux du Québec avec des éléments européens. Dans une première comparaison, l'auteur écrit en parlant des Cantons de l'Est: « Quelle sensation étrange de visiter, en parcourant la campagne, et dans un rayon de quelques milles, un coin de France, un, coin d'Angleterre ou un coin d'Écosse » (Harvey, 1925 : 27).

30Dans un deuxième temps, l'auteur utilise une approche foncièrement descriptive pour présenter la Gaspésie et la comparer :

« Ah! le charme des petits villages silencieux, de leurs maisonnettes blanches, échelonnées en bordure de la route, surie rivage de la mer, près du clocher de l'église, pareilles aux brebis broutant sous la protection du berger, le charme des lumières menues, toutes frissonnantes dans le vent du soir qui souffle du large, des champs de patates, de sarrasin ou d'avoine, cultivés dam les intervalles de la pêche, de la prairie dont on coupe le foin vers la fin d'août, du quai primitif rongé par la lame, des filets mis à sécher sur la grève, des embarcation des pêcheurs de morue, chaloupes à voile ou canots automobiles, du troupeau dont les clochettes résonnent dans la montagne proche! Cette contrée colorée rappelle le littoral breton, et c'est encore la province de Québec. »  (Harvey, 1925 : 35)

31L'espace gaspésien a également été comparé dans certains autres documents. Ainsi, en 1927 dans un ouvrage édité par le Chemin de fer National, Ernest Schenck écrivait ce qui suit: «Quoi de plus différent que la Gaspésie, Bretagne par le littoral, Acadie par une partie de sa population, petite Terre-Neuve par la pêche à la morue [...]» (Schenck, 1927 : 38)

32La Richelieu and Ontario Navigation Co. se sert également d'une comparaison pour décrire un autre coin du Québec soit Murray Bay et l'espace qui l'environne. (Murray Bay, with the grand old Laurentian mountains behind it and the river in front, furnished a variety of scenery not often found in combination. it has often been compared to the west coast of Scocland for Beauty. » (Richelieu & Ontario Navigation, 1905: 65)

33De même, dans le guide publié par le ministère de la Voirie en 1930 et intitulé La Gaspésie, on évoque la similarité qu'il semble exister entre ce territoire et l'Irlande. Il est notamment écrit à ce sujet:

34Les montagnes et les vallées, les forêts et les lacs de ce coin merveilleux du Canada reproduisent, avec une étonnante exactitude, les paysages les plus grandioses et les plus typiques de la vieille Irlande […] Ce que fut l'Irlande dans les siècles passés, la Gaspésie l'est aujourd'hui ». (Ministère de la Voirie, 1930 : 10)

35Ce document ne se limite toutefois pas à cette seule comparaison puisqu'il note, pour caractériser le paysage situé entre les villages de New Carlisle et New Richmond: «La route s'éloigne lentement, en courbe gracieuse, du bord de l'eau, et des paysages d'une délicieuse beauté s'offrent au regard du voyageur. C'est un autre coin de la Suisse, un splendide mélange de forêts, de montagnes, de vallées et de rivières. » ( Ministère de la Voirie (1930 : 218)

36Finalement, et même si le propos de Jean-Charles Harvey sur la ville de Québec ne fait aucun rapprochement avec un lieu comparatif bien déterminé, le sens profond des lignes qu'il consacre à cette entité géographique n'est toutefois pas dénudé de tout rapprochement lorsqu'il écrit:

« L'étranger qui, tout à coup et sans voir les distances, se trouverait transporté à Québec, par un jour d'été, refuserait à se croire dans une ville d'Amérique. Le cachet vétuste que revêt les vieilles rues étroites et le caprice des toits inégaux, les lucarnes pointues, les modèles d'architecture d'un autre âge, la pierre des fortifications, brunie par le temps, l'inégalité du plan d'ensemble de la cité, qui indique diverses étapes historiques, tout cela, vu dans une lumière intense comme la lumière méridionale, lui donnerait l'impression des plus aimables contrées du vieux monde. »(Harvey, 1925 : 39)

Et puis...

37II y a l'hiver. Peu s'y sont attardés lors de cette période. Ne pas en parler serait en quelque sorte donner raison à Voltaire. Bien soit ! Citons les propos d'un auteur:

“While Quebec is pre-eminently a summer resort, it also claims the right to be crowned as Queen or Northern Winter Resorts, and it reserves some of its chief attractions for its Winter visitors. Then, when the frost king is supreme, the population devotes a generous portion of its time to the various from of out-door pleasure and Winter sport which have made St. Petersburg one of the most famous and popular European Winter Resorts. The time is spent in sleighing, skating, tobogganing, skiing and snow-shoeing, and such games as curling and hockey [...] Quebec, in Winter, is strongly recommended by eminent medical men as a resort for those predisposed to pulmonary complaints...” (Richelieu & Ontario Navigation Co., 1905: 65).

38Somme toute, l'intérêt que tant d'acteurs et de visiteurs ont démontré pour ce pays de quelques arpents de neige, semble, a priori, donner raison aux conquérants qui y avaient vu beaucoup plus qu'une simple cabane au Canada.

Top of page

Bibliography

Bureau fédéral de la statistique, Canada (1940) Manuel officiel des conditions présentes et des progrès récents, Gouvernement canadien, Ottawa.

FRANQUET, Louis (1889) Voyages et mémoires sur le Canada 1752, Imprimerie A. Côté et Cie, Québec, p. 48.

HARVEY, Jean-Charles (1925) La douce province, Chemin de fer National, Montréal.

HUART, abbé V.-A. (1906) Impressions d'un passant, Dussault & Proulx, Québec.

Ministère de la Voirie (1926)  Voyez Québec d'abord, See Québec Fitst, Ministère de la Voirie, Québec, mai.

Ministère de la Voirie (1926)  Voyez Québec d'abord, See Québec Fitst, Ministère de la Voirie, Québec, mai.

Ministère de la Voirie (1930) La Gaspésie, Ministère de la Voirie, Québec, juillet.

Ministère de la Voirie et des Mines (1929) Sur les routes du Québec, Guide du touriste, Ministère de la Voirie et des Mines, novembre.

Office provincial du tourisme (1932) Laurentien Tours, Office provincial du tourisme, Québec.

Office provincial du tourisme (1932) the Eastern Townships of Québec, Office provincial du tourisme, Québec.

Office provincial du tourisme (1932) Lake St. John and National Park, Office provincial du tourisme, Québec.

Richelieu & Ontario Navigation Co. (1905), Niagara to the Sea, Official Guide, Montreal.

SAMSON, Marcel (1988) « La route des villégiateurs »,in Continuité, numéro 40, été.

SCHENCK, Emest (1927) La grande aventure, Chemin de fer National du Canada, Montréal, p. 38.

Top of page

Notes

1  Nous tenons à remercier monsieur Gilles Gallichan, conservateur-archiviste à la bibliothèque de l'Assemblée nationale du Québec, pour son assistance fort précieuse lors de la recherche concernant les débats sur le tourisme.

2  Voir à cet effet l'Office provincial du tourisme (1932) Laurentien Tours, Québec, 32 pages.

3  Voir à cet effet l'Office provincial du tourisme (1932) Lake St. John and National Park, Québec, 12 pages.

Top of page

References

Electronic reference

Réjean Prévost, « 1900-1929: affirmation du Québec comme destination touristique », Téoros [Online], 14-2 | 1995, Online since 05 March 2010, connection on 22 November 2017. URL : http://teoros.revues.org/248

Top of page

About the author

Réjean Prévost

Réjean Prévost, diplômé en tourisme et détenteur d'une maîtrise en géographie de l'UQAM, est chercheur autonome.

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org