Skip to navigation – Site map
Hors thèmes

Opérationnaliser le développement durable en contexte écotouristique : quels critères ?

Manu Tranquard and Christiane Gagnon
p. 72-83

Abstract

L’usage du concept de développement durable est actuellement particulièrement répandu dans le secteur touristique. Tout projet d’envergure tend désormais à intégrer dans sa planification ou dans son cahier des charges la recherche des normes et principes de développement durable. Une difficulté tient cependant à la distance qui subsiste entre ce concept et les moyens employés pour y parvenir et l’évaluer. Plusieurs études sectorielles récentes soulignent ainsi la complexité de la mise en application des principes du développement durable dans le domaine touristique. Cette situation tiendrait notamment au relatif défaut de connaissances des fondements théoriques de ce concept de la part des gestionnaires privés et publics et des parties prenantes. Ce constat est par ailleurs d’autant plus problématique dans le cas spécifique de l’écotourisme, car celui-ci repose sur une application rigoureuse des principes du développement durable, notamment pour la dimension environnementale.
L’objet de la présente analyse est d’identifier les critères de la durabilité écotouristique, soit les critères devant être opérationnalisés dans le cadre d’activités écotouristiques afin de favoriser le développement durable des territoires. Au-delà de leur recensement, il s’agit d’évaluer s’il existe une hiérarchisation de certains de ces critères, notamment s’agissant de la dimension environnementale du développement durable. Cette hiérarchisation peut permettre d’optimiser une démarche d’implantation lors de l’élaboration des projets écotouristiques.

Top of page

Full text

1L’écotourisme peut, sous certaines conditions, être le vecteur qui contribue à ce que des activités de tourisme de nature s’inscrivent dans une démarche de développement durable. Paramétrer ces conditions est l’objet d’une étude plus large portant sur l’ingénierie des projets écotouristiques, dont fait partie la présente contribution. L’objectif de cette dernière est d’opérer un relevé des critères contributifs à la durabilité écotouristique tout en insistant sur leur composante environnementale, facteur prioritaire et limitatif de l’écotourisme. Une contribution subséquente traitera quant à elle des méthodes d’implantation de ces critères.

2L’application des principes de développement durable au secteur touristique ne serait pas aussi « naturelle » que d’aucuns pourraient l’envisager (Vernon et al., 2005 ; Clarimont et Vlès, 2008). Des études sectorielles (CQRHT, 1996 ; Tourisme Québec, 2002, 2007) soulignent par exemple cette relative complexité d’application en contexte québécois. Le développement durable y reste souvent au stade de la déclaration d’intention. Sa mise en œuvre se bute à l’hésitation face au caractère aléatoire de sa prédictibilité, au manque de moyens financiers, au déficit de compétences techniques en gestion de projet, mais surtout au manque de connaissances sur ce qu’implique concrètement l’opérationnalisation de ses trois ou quatre piliers et de l’ensemble de leurs paramètres. Il existe à ce titre plusieurs principes de développement durable, selon les contextes nationaux. Au Québec, toutefois, les 16 principes définis par le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (voir Loi 118) constituent en quelque sorte une grille d’analyse, un effort d’opérationnalisation pour le gouvernement de l’État, tout en recoupant la littérature sur le développement durable.

3Selon des chercheurs qui ont abordé la question de l’opérationnalisation du développement durable appliquée au tourisme (Priskin, 2004 ; Rivard, 2004 ; Baholet, 2008 ; Caire et Roulet-Caire, 2001), un certain nombre d’outils seraient pertinents : gestion environnementale, mise en œuvre variable, croissance intelligente, initiatives de collaboration, éthique, acceptabilité sociale, reconnaissance du rôle important des touristes, responsabilisation, labellisation des produits, tourisme solidaire. Certains de ces outils visent notamment à contenir un des obstacles du tourisme durable, soit le fait que le tourisme, surtout de masse, soit une activité humaine génératrice d’impacts. Ces impacts, de différents ordres, sont nombreux, importants et complexes (Tranquard, 2010). Or, si les effets socio-économiques, culturels et sanitaires sont régulièrement relevés, ce sont surtout les impacts environnementaux auxquels il est le plus souvent fait référence (Coccossis, 2001). Le développement touristique, pensons seulement aux complexes hôteliers en bord de mer, a effectivement déjà dégradé de nombreux écosystèmes. Dans les régions côtières et montagneuses, connues pour leur vulnérabilité, nombre d’impacts environnementaux ont été observés : atteinte à l’intégrité physique du territoire et des paysages, exploitation des ressources, coûts énergétiques des transports, pollution au sens large, impacts sur la biodiversité (Behnassi, 2008 : 7 ; Grenier, 2000), phénomènes directement proportionnels à la croissance mondiale du tourisme (Cazelais et al., 1999 ; Paul et al., 2007).

4Ce qui vaut pour le tourisme en général trouve également à s’appliquer à l’écotourisme. Cette forme de tourisme peut être définie comme « environmentally responsible travel and visitation to relatively undisturbed natural areas, in order to enjoy and appreciate nature (and any accompanying cultural features — both past and present) that promotes conservation, has low negative visitor impact, and provides for beneficially active socio-economic involvement of local populations » (Ceballos-Lascuráin, 1993: 20). Or, malgré son objectif de conservation de la nature, l’activité écotouristique serait génératrice d’impacts environnementaux croissants non négligeables (AEQ, 2004 ; KPMG, 2010). L’écotourisme n’échappe par ailleurs pas à la double dynamique de contemplation/conservation de la nature et du développement du territoire et de ses communautés. Dans ce contexte, la difficulté particulière est que toute atteinte aux capacités de seuil et à la régénération des écosystèmes mine par le fait même la spécificité et la raison d’être de l’écotourisme. Un projet écotouristique se distingue en effet par la forte valeur écologique du territoire de référence. Dit autrement, le substrat environnemental peut être considéré comme un facteur prioritaire et limitatif de l’écotourisme (Boutaud, 2005 : 73). C’est ce qui nous amène à poser la question du comment ou de l’opérationnalisation des projets écotouristiques dans une perspective de développement durable des territoires.

5Pour ce, l’approche évaluative des projets, identifiant des critères discriminants du point de vue des promoteurs et des gestionnaires, a été privilégiée. Celle-ci permet de répondre à la question suivante : lors de la phase de conception d’un projet écotouristique, destiné à mettre en valeur les ressources naturelles d’un territoire, donc à le développer, quels paramètres les promoteurs du projet devraient-ils prioritairement considérer pour favoriser son développement durable ? Le premier objectif de cet article est donc d’identifier les critères de la durabilité écotouristique, ici définie comme l’application et l’adaptation des principes environnementaux, économiques et sociaux du développement durable aux spécificités de l’écotourisme. Le second est d’analyser plus précisément les critères pouvant mener à la durabilité environnementale in situ. Car si cette dernière ne constitue pas l’unique critère de la durabilité écotouristique, elle en est le substrat.

6Cette analyse sera conduite au regard des théories de la science régionale et du développement territorial et selon une approche opérationnelle. Le développement régional et territorial explore les dimensions économique, sociale, historique et géographique du développement en mettant à contribution les différentes sciences humaines et sociales. Un axe de réflexion est notamment la question de l’aménagement et de la gestion durables des territoires et des ressources, ainsi que les nouveaux rapports entretenus par les sociétés contemporaines avec la nature et leur environnement. Ces nouveaux rapports peuvent remettre en question les manières d’occuper et d’habiter les territoires, et façonner de nouveaux modèles de développement, notamment durables.

La méthodologie

7Nous définissons les critères de la durabilité écotouristique comme ceux qui favorisent l’ancrage de l’écotourisme dans le développement durable des territoires concernés. Il s’agit de balises qui permettent de bâtir des liens opérationnels entre cette forme de tourisme de nature et le développement durable des territoires. Ces critères contribuent à l’intégration à la fois des composantes ou piliers du développement durable, des temps et des acteurs du développement territorial (Gagnon, 2012). Pour faciliter leur opérationnalisation, une identification précise est requise. Pour y parvenir, nous retenons une méthodologie en deux étapes. La première étape vise à caractériser et discriminer les critères de la durabilité écotouristique. Il s’agit de déterminer à partir de quelles sources définitionnelles ces critères peuvent être distingués et décrits. Une fois ce cadre établi, la seconde étape vise à obtenir un relevé de ces critères et de leurs composantes, à les identifier individuellement et à les mettre en perspective pour s’assurer de leur exhaustivité et pour faciliter par la suite leur mise en œuvre.

8Pour caractériser les critères de la durabilité écotouristique, la méthodologie adoptée repose sur une analyse croisée de définitions sur l’écotourisme, le développement durable et le tourisme durable. Dans les faits, ce sont en effet surtout et traditionnellement les critères du tourisme durable qui sont inventoriés, l’écotourisme n’étant que rarement ciblé directement. Nous postulons alors qu’un croisement entre les littératures sur l’écotourisme et le tourisme durable permettra la caractérisation des critères de la durabilité écotouristique. L’analyse de l’existence des liens théoriques entre ces concepts a été réalisée à partir de sources institutionnelles spécialisées.

9L’étape suivante, l’identification des critères de la durabilité écotouristique, à partir de critères de l’écotourisme et du tourisme durable, a fait l’objet d’une méta-analyse basée sur 125 textes de référence essentiellement francophones, issus de deux catégories :

  1. des textes officiels provenant d’organismes collectifs publics ou privés spécialisés (Ce corpus est essentiellement composé de rapports des principales institutions mondiales, nationales et provinciales et des programmes européens de développement touristique chargés de la détermination et de la mise en œuvre des critères du tourisme durable et de l’écotourisme. Par exemple : OMT, AFIT, MDDEP) ;

  2. des articles et recherches scientifiques, rédigés majoritairement par des chercheurs universitaires spécialisés, et portant soit sur le durable tourisme, soit sur l’écotourisme (ex : Gagnon, Breton, Blamey, Céron et Dubois).

La caractérisation des critères de la durabilité écotouristique

10À partir de cinq textes institutionnels de référence (PNUE, 1995 ; OMT, 2005 ; Québec, 2005 ; PNUE et OMT, 2007 ; Comité des Régions, 2011), nous avons constaté qu’il existe un socle commun comportant sept éléments définitionnels du tourisme durable (voir tableau 1).

Tableau 1 : Comparaison des éléments définitionnels du tourisme durable à partir de sources institutionnelles spécialisées

Sources

Charte du tourisme durable

(PNUE, 1995)

Organisation mondiale du tourisme (OMT, 2005)

Vers un tourisme durable. Politique touristique du Québec

(Québec, 2005)

Comité français pour le développement du tourisme durable (PNUE et OMT, 2007)

Projet de cadre politique pour le tourisme européen

(Comité des régions, 2011)

Éléments définitionnels

- viabilité économique ;

- prospérité au niveau local ;

- qualité de l’emploi ;

- équité sociale ;

- satisfaction des visiteurs ;

- contrôle local ;

- bien-être des communautés ;

- richesse culturelle ;

- intégrité physique ;

- diversité biologique ;

- utilisation rationnelle des ressources ;

- pureté de l’environnement

- usage optimal des ressources environnementales ;

- respect de l’authenticité socioculturelle des communautés ;

- offre d’avantages socio-économiques pour tous les intervenants

- viabilité économique des régions ;

- rentabilité des entreprises touristiques ;

- sensibilisation accrue des exploitants et de touristes à l’utilisation durable de l’environnement ;

- offre touristique développée et exploitée dans le respect des populations locales

- articulation des modes de production et de consommation responsables ;

- offre d’avantages socio-économiques équitablement répartis aux populations qui vivent, travaillent ou séjournent sur cet espace ;

- aménagement et gestion intégrés des ressources ;

- participation des acteurs locaux ;

- conciliation du développement avec les besoins et les capacités du territoire

- contribution économique au développement des futures générations (équité et efficacité) ;

- compatibilité avec la culture, les valeurs et l’identité des régions européennes ;

- compatibilité avec la préservation des processus environnementaux essentiels ;

- préservation de la diversité et des ressources biologiques

Source : Compilation des auteurs.

11Pour parvenir à ce constat, les éléments définitionnels énoncés dans ces textes ont été comparés entre eux, et ceux ayant suffisamment de similarités ont été amalgamés. Les éléments qui apparaissent de manière isolée ont été conservés, à l’exception de la « satisfaction des visiteurs », issue de la Charte du tourisme durable (PNUE, 1995), qui nous apparaît comme non discriminante du point de vue de notre étude. Ces éléments définitionnels du tourisme durable sont les suivants :

  1. l’intégrité environnementale : préservation de la diversité et des processus biophysiques essentiels ;

  2. l’utilisation rationnelle et intégrée des ressources : conciliation du développement avec les besoins et les capacités du territoire ;

  3. la sensibilisation accrue des exploitants et des touristes à l’utilisation durable de l’environnement ;

  4. la participation des acteurs locaux ;

  5. le respect de l’authenticité socioculturelle des communautés hôtes ;

  6. le bien-être et les bénéfices socio-économiques équitables pour les communautés locales ;

  7. la viabilité et la prospérité économiques.

12Ces sept éléments définitionnels recoupent ceux retenus par l’Organisation mondiale du tourisme (PNUE et OMT, 2007). L’OMT (2005) souligne que le tourisme durable n’est donc pas une forme distincte ou spécifique de tourisme. Elle précise que « [l]es principes directeurs du développement durable et les pratiques de gestion durable du tourisme sont applicables à toutes les formes de tourisme dans tous les types de destination y compris au tourisme de masse et aux divers créneaux touristiques » (OMT, 2005 : 1).

13Les définitions de l’écotourisme ont elles aussi été relevées à partir de sources spécialisées (voir tableau 2). À ces définitions a été ajouté le relevé des « métaprincipes » de l’écotourisme, issus de la recherche de Gagnon et Lapointe (2006), la détermination de ceux-ci procédant elle-même d’une analyse d’un corpus de 25 textes fondateurs.

Tableau 2 : Comparaison des éléments définitionnels de l’écotourisme

Sources

Gagnon et Lapointe, 2006

Norme P-9700-060, Tourisme - Produit d’Écotourisme

(BNQ, 2003)

Ecotourisme France

Agence pour le développement de l’Ecotourisme (AdE)

Ceballos-Lascurain (UICN), 1996

Déclaration de Québec sur l’écotourisme

Éléments définitionnels

- valorisation de la conservation de l’environnement ;

- contribution équitable au développement économique ;

- prise en compte et réponse aux besoins des communautés hôtes ;

- génération d’une expérience touristique nouvelle, authentique et responsable

- valorisation et préservation du milieu naturel ;

- interprétation des composantes naturelles ou culturelles du milieu ;

- repose sur des notions de développement durable ;

- bénéfices socio-économiques pour les communautés locales et régionales

- objectif d’observation de la nature et des cultures traditionnelles ;

- éducation et interprétation de l’environnement ;

- organisé pour des groupes restreints par de petites entreprises locales spécialisées ;

- protection des zones naturelles ;

- avantages socio-économiques pour les communautés d’accueil ;

- promotion de la nécessité de préserver le capital naturel et culturel

- conservation des sites d’intérêt écologique et culturel ;

- sensibilisation, éducation et formation de toutes les parties prenantes concernées ;

- promotion de pratiques responsables et de comportements éthiques ;

- épanouissement économique, social, culturel des populations hôtes ;

- préservation et valorisation du patrimoine naturel et sociétal

- responsabilité environnementale ;

- préservation du milieu naturel ainsi que toute manifestation culturelle passée ou présente observable depuis ces milieux ;

- promotion de la conservation ;

- participation active des populations locales dans le but de générer des avantages

- contribution à la protection du patrimoine naturel et culturel ;

- inclusion des communautés locales dans la planification, le développement et l’exploitation ;

- contribution au bien-être des communautés locales ;

- interprétation du patrimoine naturel et culturel ;

- voyage en individuel pour de petits groupes

Source : Compilation des auteurs.

14Cinq éléments définitionnels de l’écotourisme ont pu être identifiés :

  1. l’observation et l’interprétation du milieu naturel et du patrimoine culturel traditionnel ;

  2. la valorisation (éducation, responsabilisation) de la conservation et de l’éthique de l’environnement ;

  3. la génération d’une expérience touristique authentique et personnalisée ;

  4. la participation des communautés locales dans la planification, le développement et l’exploitation ;

  5. la contribution équitable au bien-être socio-économique des communautés locales.

15Aux quatre « métaprincipes » de l’écotourisme de Gagnon et Lapointe (2006) s’ajouteraient donc essentiellement l’observation et l’interprétation du milieu naturel et du patrimoine culturel traditionnel. L’intégration des principes de développement durable comme moyen pour en favoriser l’opérationnalisation apparaît également de manière transversale. Ces éléments définitionnels sont suffisamment discriminants dans la littérature pour être retenus.

Analyse des convergences et spécificités

16L’observation d’une superposition des éléments définitionnels de l’écotourisme et du tourisme durable conduit à définir des critères de la durabilité écotouristique à partir de leurs éléments définitionnels communs et distinctifs.

17Selon notre interprétation, l’utilisation rationnelle et intégrée des ressources et l’éducation relative à l’environnement, l’équité et le bien-être socio-économique des communautés locales, ainsi que la participation des acteurs locaux s’avèrent des éléments communs au tourisme durable et à l’écotourisme. Plus globalement, les résultats de cette analyse comparative soulignent de manière assez patente une correspondance entre les éléments définitionnels issus des deux concepts et pratiques. Nous relevons, comme l’International Ecotourism Society le souligne elle-même (1990), que l’écotourisme est une forme de tourisme durable, et qu’il l’est même de manière consubstantielle (Salaméro, 2010 ; Villeneuve, s. d). Il fait appel aux principes de développement durable (Desmarais, 2007) et il peut être une référence utile dans le cadre de stratégies de tourisme plus durable (OMT, 2005 ; CCE, 2000).

18Selon Gagnon et Lapointe (2006 : 21), l’écotourisme s’inscrit dans une approche environnementaliste, une des quatre approches du développement durable. Selon cette approche, un projet touristique serait durable lorsqu’il permet aux écosystèmes et aux ressources qui y sont rattachées de rester disponibles pour répondre à une fonction économique. À contrario, si un projet ne contribue pas à améliorer les écosystèmes, c’est le flux des produits et des services qui se tarit, entraînant son lot de conséquences sociales. L’écotourisme vise donc la mise en œuvre des principes du développement durable. L’écotourisme tend vers ce dernier. Il n’en est pas la réalisation à priori.

19Le tourisme durable, en revanche, a vocation à s’appliquer à toute forme de tourisme. Rappelons que l’extension du concept de développement durable au tourisme a pris forme lors de la Conférence mondiale du tourisme durable à Lanzarote en 1995. Cette conférence a donné lieu à la publication de la Charte du tourisme durable qui s’inspire des principes énoncés dans la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement et des recommandations de l’Agenda 21. Le tourisme durable y est abordé comme un cadre générique de pratique du tourisme. Il correspond à « toute forme de développement, d’aménagement ou activité touristique qui respecte et préserve à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales, et contribue de manière positive et équitable au développement économique et à l’épanouissement des individus qui vivent, travaillent et séjournent dans ces espaces » (AFIT, cité par Breton, 2006 : 60).

20L’écotourisme n’est pas pour autant un synonyme de tourisme durable, car s’il adhère bel et bien à certains éléments définitionnels, il comporte aussi des éléments distinctifs. L’écotourisme fait en ce sens explicitement référence à un produit bien spécifique. L’observation et l’interprétation du milieu naturel et du patrimoine culturel traditionnel ou la génération d’une expérience touristique authentique et personnalisée le distinguent notamment.

21L’écotourisme est ainsi avant tout un tourisme de nature. Le tourisme de nature (nature-based tourism, en anglais) est une forme de tourisme à laquelle on peut associer l’ensemble des produits et activités touristiques utilisant l’environnement naturel pour se réaliser, se concrétiser (Couture, 2002 : 9). Il correspond à « any type of tourism that relies on attractions directly related to the natural environment » (Weaver, 2001: 16). Les activités du tourisme de nature sont axées sur l’observation ou l’appréciation du milieu naturel à des fins de découverte ou de pratique d’activités de plein air. Elles induisent une démarche participative des clientèles, une implication sensible et émotionnelle, une participation plutôt qu’une consommation. Il s’agit pour les clients de vivre une expérience, d’être acteurs de leur découverte (Macouin et Pierre, 2003 : 30 ; Breton, 2006).

22Toutes les formes de tourisme de nature ne sont cependant pas compatibles avec l’écotourisme : certaines incluent du prélèvement faunique — tourisme cynégétique et halieutique —, d’autres des modes de transport motorisés — expédition de motoneige. D’autres encore utilisent le milieu naturel comme cadre d’activités sans que la découverte de ce milieu soit l’objet précis du séjour : les activités pratiquées dans une perspective sportive — le golf, le ski alpin, etc. — et le camping pris comme mode d’hébergement ne sont pas considérés comme des pratiques écotouristiques.

23L’écotourisme se distingue en ce qu’il est le seul à valoriser explicitement la sensibilisation environnementale — volet éducatif — et le bien-être de la population hôte (Desmarais, 2007 ; Tardif, 2003). Il s’agit d’un tourisme dynamique où la nature n’est pas simplement objet de contemplation. Dans une logique proactive, les activités et les pratiques sont conçues pour favoriser la conservation du milieu (Sommet mondial de l’écotourisme, 2002 : 70). Les aménités et les attraits environnementaux du lieu fondent la valeur de l’expérience écotouristique. À ce titre, la richesse de l’environnement et de la biodiversité s’avère un métaprincipe inéluctable. Ainsi Denais (2007 : 41) estime que « [l]a valorisation de l’environnement est le “métaprincipe” le plus familier de l’écotourisme. Il se distingue ainsi du tourisme conventionnel ou tourisme de masse du point de vue des impacts environnementaux. En effet, c’est le premier principe que l’on retrouve dans la grande majorité des définitions de l’écotourisme qui mettent l’accent sur la préservation de l’environnement grâce à cette activité ».

24Globalement, aucune restriction n’existe quant au lieu de pratique du tourisme durable — comme c’est le cas pour l’écotourisme —, et l’écotourisme n’est pas l’expression singulière du développement durable dans la sphère touristique. Plus spécifiquement, l’écotourisme ajoute aux éléments définitionnels du tourisme durable des critères distinctifs. L’existence d’activités d’interprétation des composantes naturelles du milieu dans le cadre d’expériences touristique authentiques et personnalisées en est un exemple issu de la littérature sélectionnée. À contrario, toutes les formes de tourisme durable ne se pratiquent pas nécessairement dans des régions naturelles et ne sont pas précisément organisées pour de petits groupes, par exemple.

25En conséquence, tous les éléments définitionnels de l’écotourisme identifiés dans le tableau 2 ne sont pas propres au développement durable. Tous les critères du tourisme durable ne sont pas spécifiquement paramétrés pour l’écotourisme. C’est en comparant les définitions des deux tableaux précédents que nous estimons que la caractérisation des critères de la durabilité écotouristique passe par un raffinement des critères de l’écotourisme et de ceux du tourisme durable.

Raffinement des critères de la durabilité écotouristique

26Ce raffinement pourrait être opéré selon deux modalités. La première conduirait à une sélection, parmi les critères de l’écotourisme, de ceux qui sont précisément inscrits dans une démarche territoriale de développement durable. La seconde nécessiterait une particularisation des critères du tourisme durable pour n’en retenir que ceux qui sont adaptés à l’écotourisme, notamment en ce qui a trait à sa dimension environnementale, c’est-à-dire à son statut de tourisme de nature et à la criticité de la gestion de l’environnement. L’illustration 1 représente la double démarche permettant la caractérisation des critères de la durabilité écotouristique comme préalable à leur identification.

Illustration  : Caractérisation des critères de la durabilité écotouristique

Illustration  : Caractérisation des critères de la durabilité écotouristique

Source : Compilation des auteurs.

L’identification et la hiérarchisation des critères de la durabilité écotouristique

27Suite à une étude de sources secondaires de la durabilité écotouristique identifiées ci-après, seront tour à tour présentés les résultats bruts puis les analyses conclusives que ces derniers ont générées, notamment au regard de la hiérarchisation des critères de la durabilité écotouristique. Cette hiérarchisation constitue un résultat d’analyse puisqu’elle permet, pour la première fois, de classifier ces critères selon l’importance qui peut leur être attribuée au regard de leur fréquence dans les documents officiels et dans la littérature scientifique.

28Pour parvenir à une identification des critères de la durabilité écotouristique, une base de données a été constituée à partir de 125 textes de référence essentiellement francophones : des textes officiels provenant d’organismes collectifs publics ou privés spécialisés et des articles et recherches scientifiques, rédigés majoritairement par des chercheurs universitaires spécialisés. À partir de ces documents, des critères à prendre en compte pour favoriser le développement territorial durable d’un projet écotouristique ont été identifiés et regroupés au sein d’une grille, selon leur similitude ou parenté thématique. Pour rendre l’identification des critères plus complète et précise, cette grille a été enrichie de données techniques. Des études et rapports techniques issus de cabinets de consultants spécialisés ou d’entrepreneurs touristiques et portant sur l’analyse de cas de mise en œuvre de projets écotouristiques ont ainsi été analysés. L’objectif était ici de relever des paramètres que les professionnels sont invités à utiliser pour faciliter la durabilité de leurs projets et qui ont pu être omis dans les écrits à caractère institutionnel et scientifique. Les raisons de ces éventuelles omissions peuvent être variées. Les institutions internationales ou nationales en charge du développement touristique durable sont animées par des logiques diverses qui peuvent les amener à considérer comme plus ou moins importantes certaines composantes de l’écotourisme. Des aspects comme le développement et le progrès humains peuvent ainsi prendre le pas sur des considérations plus spécifiques et plus directement exploitables par les promoteurs. Par ailleurs, les spécificités de l’écotourisme peuvent parfois se perdre et se diluer dans des réflexions générales sur le tourisme. De la même manière, certains auteurs scientifiques abordent la question de la durabilité selon une approche théorique très spécifique qui tend parfois à « déconnecter » leurs conclusions des réalités et préoccupations du terrain. Mettre en place un système de traçabilité des actions ou encore développer un plan de gestion des risques sont des exemples de critères issus des rapports techniques.

29Si chacune des catégories de sources, prises isolément, ne livre qu’une partie des critères, leur cumul permet toutefois la bonification de la grille initiale et un relevé plus détaillé. La démarche de comparaison systématique vise à procéder à des synthèses et des regroupements de données par le biais de la méta-analyse. Cette méthode consiste dans l’analyse simultanée d’un ensemble d’études s’intéressant à la même question, dans le but d’obtenir des informations qu’aucune de ces études prises isolément ne pourrait fournir. L’objectif était d’obtenir un résultat global agrégatif, le nombre, la diversité et le croisement des sources apportant une certaine validité aux résultats de la recherche.

Les critères génériques

30Le premier résultat tangible de cette recherche est l’élaboration d’une grille des critères contributifs au développement durable des projets écotouristiques. La grille produite est constituée de 35 critères génériques ou d’interprétation large. Ces critères se déclinent ensuite en 130 critères spécifiques qui précisent et détaillent les premiers. Ces critères concernent chacun des trois volets du développement durable, soit l’économie, l’environnement et le social. La gouvernance, comprise généralement comme la démocratisation des processus de choix, jugée parfois comme un quatrième critère du développement durable (Brodhag, 1999 ; Gagnon, 2008), a été ici incluse dans le volet social. L’approche extensive qui en fait un volet à part entière reste en effet encore marginale dans les textes étudiés.

31Les critères génériques identifiés dans la littérature — et présentés dans le tableau 3 — sont relativement nombreux et s’inscrivent de manière évidente dans la philosophie du développement durable dont ils empruntent la terminologie (équité, gouvernance, etc.). Certains critères évoquent plus distinctement une application ciblée au secteur écotouristique (valorisation de l’identité et du patrimoine local, gestion des interactions visiteurs-biodiversité). Les critères évoquant des processus techniques (innovation, mesures de protection du milieu, démarche qualité, etc.) sont moins cités que les critères les plus génériques. L’ensemble constitue cependant un corpus assez homogène, sans véritable critère prépondérant. La grille permet de faire notamment état d’un certain équilibre des critères selon les piliers du développement durable qui apparaissent comme équipollents au regard de leur nombre respectif.

Tableau 3 : Critères génériques de la durabilité écotouristique

Volet du développement durable

Critères

1

Environnemental

Respect des obligations légales en matière environnementale

2

Environnemental

Utilisation d’outils d’évaluation et de contrôle spécialisés

3

Environnemental

Éducation relative à l’environnement

4

Environnemental

Préservation de l’intégrité géophysique du milieu (air, sol, eau)

5

Environnemental

Préservation de l’intégrité patrimoniale, de l’identité du site et des paysages

6

Environnemental

Préservation de l’intégrité écologique du site (biodiversité, écosystèmes)

7

Environnemental

Maintien de la pureté de l’environnement

8

Environnemental

Utilisation rationnelle des ressources

9

Environnemental

Contribution proactive à la protection du milieu

10

Environnemental

Gestion des interactions visiteurs-biodiversité (faune, flore)

11

Environnemental

Mise en valeur du patrimoine naturel

12

Économique

Maîtrise des outils et mécanismes de gestion

13

Économique

Rentabilité financière des projets écotouristiques

14

Économique

Planification et stratégie de développement

15

Économique

Offre écotouristique ciblée et adaptée

16

Économique

Démarche qualité transversale

17

Économique

Contrôle et suivi des activités/projets

18

Économique

Marketing efficace et responsable

19

Économique

Communication efficace et éthique

20

Économique

Valorisation des emplois

21

Économique

Promotion de la formation de la main-d’œuvre

22

Économique

Coordination des agents économiques

23

Économique

Implication des acteurs locaux

24

Économique

Entrepreneuriat proactif et innovation

25

Social

Adhésion du milieu d’accueil aux projets touristiques

26

Social

Connectivité civile et cohésion sociale

27

Social

Respect des droits et structures sociales des communautés autochtones et traditionnelles

28

Social

Respect de la communauté d’accueil par le promoteur

29

Social

Sécurité des visiteurs

30

Social

Bien-être des communautés d’accueil

31

Social

Bien-être des visiteurs

32

Social

Valorisation de l’identité et du patrimoine culturel de la communauté d’accueil

33

Social

Gouvernance participative

34

Social

Inclusion des projets touristiques dans une stratégie de développent local

35

Social

Répartition large et équitable des bénéfices socio-économiques

Source : Les auteurs.

32Cet équilibre des critères selon les piliers du développement durable illustre toutefois le fait que si les premières définitions de l’écotourisme mettaient l’emphase sur une proximité recherchée avec la nature par les touristes (Ceballos-Lascuráin, 1987), les définitions plus récentes (Honey, 1999 ; Blamey, 2001) ont plutôt cherché à mettre en lumière une variété de principes associés au concept de développement durable. Bien plus, le centre de gravité de l’écotourisme semblerait désormais se déplacer autour de considérants sociaux. En l’espèce, la présence des critères « Bien-être des communautés d’accueil » et « Gouvernance participative », dont l’analyse quantitative souligne qu’ils occupent les deux premiers rangs en termes d’occurrence, illustre ce point. Preuve en est également que, parmi les recherches récentes portant sur l’organisation durable de l’industrie écotouristique, la question de la gouvernance des populations hôtes semble au cœur des débats. Pour certains auteurs (Gagnon, 2008 ; Lequin, 2000), c’est en effet autour des processus de consultation, de participation et de contribution de la communauté d’accueil au processus décisionnel que semble reposer la construction d’un modèle optimal, durable, de gestion de l’industrie.

33Cette interprétation de la durabilité écotouristique illustre une tendance selon laquelle, « avec l’évolution des pratiques alternatives et responsables, il semble que ce concept [l’écotourisme] a quelque peu délaissé la base même, qui est le milieu naturel, pour se concentrer essentiellement sur le développement durable » (Laliberté, 2011 : 1). Cette tendance conduit à un certain renversement conceptuel de la primauté environnementale au bénéfice du volet social comme socle de l’écotourisme. Elle serait cependant selon nous plus symptomatique d’une posture d’analyse que d’une réalité de terrain où les ressources naturelles demeurent des composantes critiques et prioritaires. Cette lecture idéologique remet en cause la primauté du maintien de la disponibilité des ressources naturelles comme condition première et consubstantielle de l’écotourisme, telle que pourtant relevée par certains auteurs (Boutaud, 2005 ; Dowling, 2006 ; Denais, 2007 ; de Juan Alonso, 2010 ; Tranquard, 2013). C’est en convenant de cette primauté que nous présentons, dans le cadre de la présente analyse, le relevé des critères spécifiques de la durabilité environnementale.

Les critères de la durabilité environnementale

34Le tableau 3 ne rend pas compte de la totalité des résultats de la démarche de recherche entreprise puisqu’il ne mentionne pas les 130 critères spécifiques qui se trouvent à caractériser et préciser les critères génériques. Suivant une approche « traditionnelle » ou « définitionnelle » de l’écotourisme qui entérine une importance prioritaire de la durabilité environnementale comme condition d’opérationnalisation, nous proposons cependant ici le relevé des critères spécifiques du volet environnemental (voir tableau 4).

Tableau 4 : Critères spécifiques de la durabilité environnementale

Critères spécifiques

1

Respect de tous les traités, lois, normes et règlements relatifs à la protection de l’environnement

Constructions et matériaux conformes aux normes environnementales

Respect spécifique des statuts particuliers (aires protégées)

Certification de l’entreprise

2

Recours systématique à des évaluations environnementales et à des études d’impact

Évaluation de la capacité de charge/de support du site

3

Valorisation systématique de la responsabilité environnementale ; alphabétisation écologique

Existence de moyens d’encouragement des visiteurs à respecter le patrimoine et la culture locale

Formation et sensibilisation environnementale des employés

Sensibilisation environnementale de la population locale (communauté d’accueil)

Sensibilisation environnementale des visiteurs

Existence de programmes éducatifs spécifiquement destinés aux jeunes

Existence d’activités d’interprétation appropriées incluant de la documentation de sensibilisation à l’écoresponsabilité

4

Respect de la capacité de charge/de support du site

Consommation des ressources sous leur taux de renouvelabilité

Diversification de l’offre pour limiter la saturation de certains sites

Favorisation des petits groupes

Réduction des impacts des transports et de la mobilité

5

Compatibilité des aménagements touristiques avec les composantes environnementales et patrimoniales du site

6

Conservation de l’intégrité des écosystèmes

Maintien de la diversité des écosystèmes et des espèces

Protection prioritaire des écosystèmes à haute valeur en conservation et des espèces menacées

Contrôle de l’importation de nouvelles espèces

Contrôle du prélèvement et de l’utilisation des espèces prélevées

7

Gestion des déchets : réduction, réutilisation (valorisation) et recyclage

Réduction de la consommation d’énergie

Conservation des ressources en eau

Gestion des eaux usées

Réduction de la pollution sonore

Réduction de la pollution visuelle

Réduction de l’érosion du site

Réduction de la pollution de l’air

Réduction de l’utilisation de produits chimiques nocifs pour l’environnement

Réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES)

8

Respect des sites sensibles

Obtention d’un statut de protection pour le territoire d’exploitation

Système de traçabilité des actions

Utilisation d’infrastructures existantes et limitation du nombre des nouvelles

Construction de structures qui augmentent la durabilité des lieux

Utilisation rationnelle des matériaux

Utilisation systématique d’énergies renouvelables/alternatives

9

Existence de moyens permettant aux écotouristes de participer personnellement à l’effort de conservation

Mise en place de mesures compensatoires

10

Existence de moyens de contrôle

11

Organisation d’évènements permettant d’interpréter le milieu naturel

Offre de services et outils de valorisation du patrimoine naturel

Source : Les auteurs.

35Une analyse de ces critères spécifiques permet de noter leur dimension intégrative puisque bon nombre d’entre eux peuvent s’inscrire dans un continuum, un processus stratégique d’implantation des principes du développement durable — évaluation puis respect de la capacité de charge, réduction de la consommation puis gestion des déchets, etc. Les critères spécifiques invitent par ailleurs à des démarches proactives de la part des gestionnaires où les principes de précaution — recours systématique à des évaluations environnementales et à des études d’impact —, de traçabilité des actions et de respect des composantes du site d’activité — patrimoine, capital naturel et culturel, paysage et typicité des infrastructures — devraient être assurés.

36En considérant les modalités de mise en œuvre de ces critères, des outils techniques semblent poindre au travers du relevé effectué. Sans être directement nommés, on perçoit qu’un certain nombre d’outils pourraient supporter efficacement une démarche d’opérationnalisation du développement durable. Par exemple :

  • des outils scientifiques pour l’évaluation des impacts ;

  • des outils juridiques pour les démarches de certification et de contrôle ;

  • des outils pédagogiques pour l’éducation relative à l’environnement ;

  • des outils de communication pour la diffusion et le partage d’informations.

37Soulignons par ailleurs qu’en précisant les critères à mettre en œuvre, la grille obtenue se rapproche elle-même d’un outil d’aide à la mise en place concrète de la durabilité écotouristique.

La pondération et la territorialisation des critères

38Les modalités méthodologiques retenues dans le cadre de cette recherche pour identifier les critères de la durabilité écotouristique pourraient favoriser leur opérationnalisation. Tous les critères relevés ont, en effet, été analysés selon la fréquence de leurs occurrences dans les sources étudiées, soit les résultats d’une analyse quantitative basée sur plus de 2 200 références croisées. Une hiérarchisation des critères a ainsi pu être obtenue, chaque occurrence augmentant leur pondération (voir tableau 5). Par exemple, le critère du « Bien-être des communautés d’accueil » a été le plus cité parmi l’ensemble des sources en tant que critère favorisant la durabilité des projets touristiques et écotouristiques (70 occurrences au total), ce qui affirme sa dimension sociale. Toutefois, la pondération des critères est limitée à la fréquence de leurs occurrences, soit le nombre de fois où ils sont précisément cités comme des facteurs du développement durable en contexte écotouristique. Elle n’est pas liée à la valeur intrinsèque que les divers auteurs des études consultées leur ont attribuée. La récurrence de leurs citations dans les textes sources pourrait cependant constituer un indice de la pertinence des critères ou à tout le moins faciliter leur mise en perspective dans l’objectif de prioriser des critères importants lors de l’opérationnalisation des projets.

Tableau 5 : Grille pondérée des critères génériques de la durabilité écotouristique

Volet du développement durable

Critères génériques

Nombre de textes

Social

Bien-être des communautés d’accueil

70

Social

Gouvernance participative

66

Économique

Offre écotouristique ciblée et adaptée

63

Environnemental

Préservation de l’intégrité géophysique du milieu (air, sol, eau)

63

Économique

Marketing efficace et responsable

62

Environnemental

Utilisation rationnelle des ressources

58

Social

Valorisation de l’identité et du patrimoine culturel de la communauté d’accueil

57

Économique

Valorisation des emplois

55

Environnemental

Maintien de la pureté de l’environnement

55

Social

Répartition large et équitable des bénéfices socio-économiques

53

Économique

Rentabilité financière des projets écotouristiques

48

Social

Respect des droits et structures sociales des communautés autochtones et traditionnelles

47

Environnemental

Éducation relative à l’environnement

44

Environnemental

Utilisation d’outils d’évaluation et de contrôle spécialisés

38

Social

Inclusion des projets écotouristiques dans une stratégie de développement local

33

Environnemental

Préservation de l’intégrité patrimoniale, de l’identité du site et des paysages

32

Économique

Contrôle et suivi des activités/projets

31

Environnemental

Préservation de l’intégrité écologique du site (biodiversité, écosystèmes)

31

Social

Bien-être des visiteurs

30

Économique

Coordination des agents économiques

28

Environnemental

Mise en valeur du patrimoine naturel et culturel

27

Économique

Maîtrise des outils et mécanismes de gestion

25

Environnemental

Respect des obligations légales en matière environnementale

22

Social

Respect de la communauté d’accueil par le promoteur

22

Social

Adhésion du milieu d’accueil aux projets écotouristiques

21

Économique

Démarche qualité transversale

20

Économique

Communication efficace et éthique

20

Économique

Planification et stratégie de développement

18

Environnemental

Contribution proactive à la protection du milieu

18

Environnemental

Gestion des interactions visiteurs/biodiversité (faune, flore)

18

Économique

Promotion de la formation de la main-d’œuvre

16

Économique

Implication des acteurs locaux

13

Social

Sécurité des visiteurs

13

Social

Connectivité civile et cohésion sociale

10

Économique

Entrepreneuriat proactif et innovation

2

Source : Compilation des auteurs.

39L’analyse conduite permet également de souligner que certains critères de la durabilité écotouristique identifiés convergent vers une lecture territoriale de la durabilité écotouristique en abordant la conservation de l’identité et la dynamique du territoire et de ses composantes, soit population, ressources, patrimoine : « Bien-être », « Gouvernance participative » et « Préservation de l’intégrité géophysique du milieu (air, sol, eau) », mais aussi « Utilisation rationnelle des ressources » et « Valorisation de l’identité et du patrimoine culturel de la communauté d’accueil ». Il s’agit d’un autre élément à considérer lors d’une démarche de conception de produits écotouristiques durables.

Conclusion

40Au cours des dernières années, le tourisme durable a fait l’objet d’une large promotion d’esprit normatif (OMT, 2005 ; Desvignes, 2000 ; AFIT, 2001). Des interrogations demeurent cependant quant à ses bases théoriques (Lauriol, 2004) ou à sa capacité opérationnelle (Ceron et Dubois, 2002 ; Ryan, 2002 ; Marsat, 2008). La mise en œuvre de la durabilité se heurte notamment à un problème de moyens : « [L]orsque l’on veut construire un projet touristique dans le cadre d’un développement durable, il est important de se doter d’outil d’accompagnement opérationnel capable de prendre en compte les exigences théoriques d’une telle approche » (Torrente, 2003 : 11). L’écotourisme est lui aussi sujet à cette problématique. Des paramètres adaptés aux particularismes de cette forme de tourisme sont donc requis. Dans ce contexte, l’objectif de la présente analyse était de contribuer à leur caractérisation et à leur identification. À la différence des grilles génériques sur le développement durable, le résultat est ici une grille spécifique, adaptée aux particularismes de l’activité écotouristique.

41Le présent article a par ailleurs permis d’identifier des critères de durabilité environnementale de l’écotourisme, dans une perspective de développement durable des territoires. Cette étude constitue une première étape visant à déterminer s’il est possible de paramétrer une démarche méthodologique d’opérationnalisation de la durabilité environnementale, lors de l’élaboration de projets écotouristiques sur un territoire donné. Sur la base de l’identification des critères opérée ici, nous visons plus précisément la définition d’une ingénierie de projets écotouristiques favorisant, au stade de leur planification/conception, la valorisation du territoire hôte et la préservation de sa durabilité environnementale. L’outil final comportera, dans une approche de gestion de projet, une séquence intégrée de méthodes et un processus d’opérationnalisation des projets écotouristiques intégrant les critères spécifiques de la durabilité écotouristique, identifiés dans le présent article. Sa présentation fait l’objet d’une autre contribution.

Top of page

Bibliography

AEQ — Aventure Écotourisme Québec (2004) Étude sur la valeur économique de l’écotourisme et du tourisme d’aventure, Montréal : DBSF. 16 p.

AFIT — Agence Française de l’Ingénierie Touristique (2001) Piloter le tourisme durable dans les territoires et les entreprises, Paris : Atout France. 165 p.

BAHOLET, Sébastien (2008) Tourisme durable, Paris : Direction du tourisme. 13 p.

BEHNASSI, Mohamed (2008) « Tourisme durable : fondements, indicateurs et apport au développement des pays du sud », Revue de Droit et de Sciences Sociales, Université Ibn Zohr, no 1, p. 96-120.

BLAMEY, Russel K., (2001) « Principles of Ecotourism », The Encyclopedia of Ecotourism, Oxon, UK, New York: CABI Pub, p. 5-22.

BNQ — Bureau de normalisation du Québec (2003) « Norme NQ 9700-060 Tourisme – Produits d’écotourisme », BNQ, <http://www.bnq.qc.ca/fr/certif/tourisme_norme.html>, consulté le 15 décembre 2011.

BOUTAUD, Aurélien (2005) « Le développement durable : penser le changement ou changer le pansement ? ». Thèse de Science et Génie de l’environnement, Saint-Étienne : École Supérieure des Mines de Saint-Étienne. 414 p.

BRETON, Jean-Marie (sous la direction de) (2006) Développement viable et valorisation environnementale, Pointe-à-Pitre : Éditions Karthala. 486 p.

BRODHAG, Christian (1999) Les enjeux de l’information en langue française sur le développement durable : conférence (Saint-Étienne, 5-9 juillet), Université d’Été Francophone développement durable et systèmes d’information, Saint-Etienne, Communications sans actes, <http://wwwv1.agora21.org/univ-ete-fr/Christian-Brodhag.html>, consulté le 15 décembre 2011.

CAIRE, Gilles et Monique ROULET-CAIRE (2001) « Le tourisme peut-il être un élément de développement durable ? », Les enjeux du développement durable, Orcades, p. 103-109.

CAZELAIS, Normand ; Roger NADEAU et Gérard BEAUDET (1999) L’espace touristique, Québec : PUQ. 314 p.

CCE — Commission de coopération environnementale (2000) La promotion de l’écotourisme dans les aires naturelles de l’Amérique du Nord : Les étapes franchies, Montréal : CCE. 26 p.

CEBALLOS-LASCURÁIN, Hector (1987) Estudio de Prefectabilidad Socioeconomica del Turismo Ecologico y Anteproyecto Arquitectonico y Urbanistico del Centro del Turismo Ecologico de Sian Ka’an, Quintana Roo, étude réalisée pour SEDUE, Mexico, (non publié).

CEBALLOS-LASCURÁIN, Hector (1993) The IUCN Ecotourism Consultancy Programme, México: DF. 4 p.

CEBALLOS-LASCURAIN, Hector (1996) Tourism, Ecotourism and Protected Areas, Gland, Suisse: UICN. 301 p.

CERON, Jean-Paul et Ghislain DUBOIS (2002) « Les enjeux oubliés du tourisme durable », Cahiers Espaces, Paris : Éditions Touristiques Européennes, Hors-Série no 67, p. 16-20.

CLARIMONT, Sylvie et Vincent VLÈS (2008) « L’intégration tardive et hésitante du tourisme dans le champ du développement durable », DANS Tourisme durable en montagne : entre discours et pratique, p. XVII-XXVII. La Plaine-Saint-Denis : AFNOR.

COCCOSSIS, Harry (sous la direction de) (2001) Définir, mesurer et évaluer la capacité de charge dans les destinations touristiques européennes, Athènes : Laboratoire de planification environnementale, Université de l’Égée. 58 p.

Comité des Régions (2011) Avis sur « L’Europe, première destination touristique au monde — un nouveau cadre politique pour le tourisme européen », Journal officiel de l’Union européenne, (2011/C 104/03).

COUTURE, Maurice (2002) « L’écotourisme — un concept en constante évolution », Téoros, vol. 21, no 3, automne, p. 5-13.

CQRHT — Conseil Québécois des Ressources Humaines en Tourisme (1996) Diagnostic d’ensemble des ressources humaines en tourisme, orientations et plan d’action, Rapport final, Montréal : Groupe DBSF. 210 p.

DE JUAN ALONSO, José María (2010) Tourisme durable en méditerranée situation et perspectives, stratégies et actions, Malaga : IUCN. 99 p.

DENAIS, Laurent (2007) « Écotourisme, un outil de gestion des écosystèmes ». Mémoire de maîtrise en écologie internationale, Sherbrooke : Université de Sherbrooke. 79 p.

DESMARAIS, Véronique (2007) « Un cadre d’évaluation du tourisme de nature durable en forêt publique québécoise ». Mémoire de maîtrise, Faculté de foresterie, Québec : Université Laval. 115 p.

DESVIGNES, Claudine (sous la direction de) (2000) « Tourisme durable », Cahier Espaces no 67, Editions ESPACES. 247 p.

DOWLING, Ross K. (2006) « Tourisme et communautés d’accueil, attitudes des communautés à l’égard des développements écotouristiques dans la région de Gascoyne, en Australie-Occidentale », DANS GAGNON et GAGNON (sous la direction de), L’écotourisme entre l’arbre et l’écorce, p. 109-141. Ste-Foy : PUQ.

GAGNON, Christiane (2008) « La construction historique du développement durable », Développement social, vol. 9, no 2, p. 10-11.

GAGNON, Christiane (sous la direction de) (2012) Territoires durables en devenir, PUQ Numérique, 257 p., <http://www.puq.ca/catalogue/livres/territoires-durables-devenir-1223.html>, consulté le 15 décembre 2011.

GAGNON, Christiane et Dominique LAPOINTE (2006) « Écotourisme et développement durable viable » DANS GAGNON et GAGNON (sous la direction de), L’écotourisme entre l’arbre et l’écorce, p. 13-42. Ste-Foy : PUQ.

GRENIER, Christophe (2000) Conservation contre nature. Les Îles Galapagos, Paris : IRD Éditions, Coll. « Latitudes 23 ». 376 p.

HONEY, Martha S. (1999) Ecotourism and Sustainable Development: Who Owns Paradise?, Washington, D.C: Island Press. 405 p.

KPMG Services Conseils (2010) Diagnostic – Tourisme nature, KPMG, <http://www.tourisme.gouv.qc.ca/publications/media/document/etudes-statistiques/Nature-master-2010-03-03.pdf>, consulté le 15 décembre 2011.

LALIBERTE, Michèle (2011) « L’écotourisme, trois décennies plus tard », Réseau de veille en tourisme, Chaire de tourisme TRANSAT ESG-UQAM, <http://veilletourisme.ca/2011/04/04/l-ecotourisme-trois-decennies-plus-tard/>, consulté le 22 mars 2012.

LAURIOL, Jacques (2004) « Le développement durable à la recherche d’un corps de doctrine », Revue française de gestion, vol. 30, no 152, p. 137 à 150

LEQUIN, Marie (2000) « Gouvernance en écotourisme : Développement durable, développement régional et démocratie participative ». Thèse de doctorat en Études urbaines, Montréal : Université du Québec à Montréal. 523 p.

MACOUIN, Dominique et Isabelle PIERRE (2003) Le tourisme de nature, AFIT, Paris : Éditions Atout France. 43 p.

MARSAT, Jean-Bernard (2008) « Valorisation et gestion des aménités naturelles : Comment construire des stratégies d’alliance entre acteurs d’environnement et acteurs du tourisme ? ». Thèse de doctorat, Paris : AgroParisTech. 668 p.

OMT — Organisation mondiale du tourisme (2005) Tourisme et durabilité : Un aperçu général, Paris : Département du tourisme durable de l’Organisation mondiale du tourisme. 34 p.

PAUL, Alexandra ; Olga Iga WIERCIOCH et Léo DAYAN (2007) Stratégies d’implémentation dans et par le tourisme, APREIS, octobre. 9 p. <http://www.apreis.org>, consulté le 10 février 2012.

PNUE — Programme des Nations unies pour l’environnement (1995) Charte du Tourisme Durable, Madrid : Conférence de Lanzarote. 4 p.

PNUE et OMT — Programme des Nations unies pour l’environnement et Organisation mondiale du tourisme (2007) « Définition simplifiée du comité français sur le tourisme durable », Définition du tourisme durable, Groupe de travail international sur le développement du tourisme durable (GTI-DTD), <www.veilleinfotourisme.fr>, consulté le 15 décembre 2011.

PRISKIN, Julianna (2004) « Quand l’étiquette « écotourisme » est utilisée à toutes les sauces », Réseau de veille en tourisme, <http://veilletourisme.ca/2004/11/26/quand-letiquette-«ecotourisme»-est-utilisee-a-toutes-les-sauces/>, consulté le 15 décembre 2011.

QUÉBEC (2005) Vers un tourisme durable, Politique touristique du Québec, Québec : BNQ. 40 p.

RIVARD, S. (2004) Vers une nouvelle Politique touristique du Québec, document de réflexion sur le développement durable du tourisme au Québec, Forum de l’industrie touristique, Québec : Tourisme Québec. 30 p.

RYAN, Chris (2002) « Equity, management, power sharing and sustainability — issues of the ’new tourism’ », Tourism Management, vol. 23, no 1, p. 17-26.

SALAMÉRO, Sylvain (2010) « Spécialité politiques territoriales de développement durable ». Master 2, Géographie et aménagement, Chicoutimi : Université du Québec a Chicoutimi. 97 p.

SOMMET MONDIAL DE L’ÉCOTOURISME (2002), Rapport final, Québec (Canada), 135 p.

TARDIF, Jonathan (2003) « Écotourisme et développement durable », VertigO, La revue électronique en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement, Montréal : Université du Québec à Montréal, vol. 4, no 3, mis en ligne le 01 mai 2003, <http://vertigo.revues.org/4575>, consulté le 29 avril 2013.

TORRENTE, Pierre (2003) Le tourisme durable et la notion de projet : apports théoriques et méthodes, Toulouse : Université de Toulouse le Mirail. 29 p.

Tourisme Québec (2002) Nature et tourisme : L’écotourisme au Québec en 2002, octobre, BNQ, <http://www.tourisme.gouv.qc.ca/publications/media/document/etudes-statistiques/eco_QC02.pdf> consulté le 15 décembre 2011.

Tourisme Québec (2007) Le Québec Grande nature — Plan intégré de l’expérience : Diagnostic et orientations, BNQ, <http://www.tourisme.gouv.qc.ca/publications/publication/quebec-grande-nature-plan-integre-experiencediagnostic-orientations-100.html?categorie=39>, consulté le 15 décembre 2011.

TRANQUARD, Manu (2010) Les impacts environnementaux du tourisme face au défi du développement durable, Chicoutimi : UQAC. 39 p.

TRANQUARD, Manu (2013) « Ingénierie des projets écotouristiques et durabilité environnementale ». Thèse de doctorat en développement régional, Chicoutimi : Université du Québec à Chicoutimi. À venir.

VERNON, Jon; Stephen ESSEX et Kaja CURRY (2005) « Sustainable Rural Tourism Business Practice: progress and policy in South East Cornwall », DANS, HALL, D.; I. KIRKPATRICK et M. MITCHELL, Rural tourism and sustainable business, p. 323-352. Clevedon, Buffalo : Channel view publications.

VILLENEUVE, Claude (s. d.) Écotourisme et tourisme durable au Québec : Le défi de la crédibilité, Diaporama, Département des sciences fondamentales : Université du Québec à Chicoutimi. 29 images.

WEAVER, David B. (2001) The Encyclopaedia of Ecotourism, Wallingford: Cabi Publising. p. 657-666.

Top of page

List of illustrations

Title Illustration  : Caractérisation des critères de la durabilité écotouristique
Credits Source : Compilation des auteurs.
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2343/img-1.jpg
File image/jpeg, 20k
Top of page

References

Bibliographical reference

Manu Tranquard and Christiane Gagnon, « Opérationnaliser le développement durable en contexte écotouristique : quels critères ? », Téoros, 31-2 | 2012, 72-83.

Electronic reference

Manu Tranquard and Christiane Gagnon, « Opérationnaliser le développement durable en contexte écotouristique : quels critères ? », Téoros [Online], 31-2 | 2012, Online since 01 August 2015, connection on 23 August 2017. URL : http://teoros.revues.org/2343

Top of page

About the authors

Manu Tranquard

LL. M, Doctorant, Professeur, Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Laboratoire d’Expertise et de Recherche en Plein Air (LERPA)
Manu_Tranquard@uqac.ca

By this author

Christiane Gagnon

Ph. D., Professeure, Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Responsable de l’axe aménagement et développement durable du Centre de recherche en développement territorial (CRDT)
Christiane_Gagnon@uqac.ca

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org