Skip to navigation – Site map
Pour en lire plus

E9-422 : Un Inuit, de la toundra à la guerre de Corée

Eddy WEETALTUK et Thibault MARTIN,Paris, France : Carnets Nord, 2009, 382 pages,ISBN-10: 2355360251ISBN-13: 978-235536025
p. 130-131

Full text

1« Moi, Edward Weetalkuk, E9-422, je suis né dans la neige alors que ma mère coupait du bois pour tenir sa famille au chaud » (p. 13). Ainsi s’ouvre cet ouvrage fort original — l’histoire d’Eddy Weetalkuk, Inuit québécois au parcours de vie sans précédent. Parce que les territoires sont aussi faits des gens qui les composent et les animent, ce livre, fruit d’une collaboration originale et émouvante entre Eddy Weetalkuk, Inuit d'Umiujaq, et Thibault Martin, docteur en sociologie, s’impose.

2À travers les yeux d’Eddy, c’est le Nunavik des années 1930 que l’on découvre ; celui d’un territoire vaste et isolé dont le décloisonnement s’amorce à peine. Le jeune garçon est d’abord fasciné par ces « hommes blancs » qui descendent du ciel vers son petit village, avec leurs avions. Rêveur, il ambitionne de découvrir leur univers : le Sud. Contournant les règlements, il lui faudra changer d’identité pour aller à la découverte du monde. Cette décision l’entraînera aux quatre coins du globe, notamment en guerre de Corée sous l’uniforme des Forces armées canadiennes. Ce qu’il voit et ce qu’il vit enrichiront son expérience avant de rejaillir en réflexions sur ces mondes qu’il nous livre dans une plume à priori naïve mais combien juste. Témoin du passage des Inuits entre deux époques marquées, Eddy consacre ses vieux jours à aider les siens à surmonter les contrecoups de cette transition. Émouvant par son récit, l’histoire du livre d’Eddy l’est tout autant.

3Inspiré par le succès de la thèse de son ancien locataire (Thibault Martin, alors qu’il réalisait une étude de terrain sur les côtes de la baie d’Hudson, dans le Grand Nord québécois, dans la cadre de ses études doctorales), Eddy puise de son expérience de vie fort originale les histoires et les leçons qu’il veut laisser aux siens pour publier un « best-seller ». Il rédige son histoire à partir d’une machine à écrire obtenue auprès d’administrateurs « blancs » de son village. Il complètera son manuscrit à la main, une fois ses rubans d’encre épuisés (le ravitaillement n’était pas automatique dans ces contrées nordiques). Ignorant des formalités du monde de l’édition, il transmet son document à un musée canadien où les conservateurs, croyant à une supercherie, l’entreposent aux oublis. Des années durant, Eddy s’enquerra naïvement du devenir de son « best-seller » auprès des visiteurs de son village. En vain. Jusqu’à ce que Thibault Martin retrace l’ouvrage oublié dans un sous-sol du musée. Avec le soutien d’une avocate, et aux fins d’une bataille juridique, Eddy et Thibault mettent enfin la main sur ce qu’il reste du manuscrit, abîmé par une inondation de la voûte où il était enfermé. Fort d’une longue amitié avec Eddy, Thibault Martin entreprend de compléter les parties effacées du manuscrit, par une lecture de l’ouvrage à son auteur qui livre oralement les passages perdus.

4L’ouvrage posthume (Eddy est décédé avant de voir l’œuvre imprimée) constitue aujourd’hui un document incontournable pour comprendre ce que vivent les peuples et les êtres en transition. Thibault Martin complète le livre par un chapitre d’analyse sur la situation de l’identité autochtone que le lecteur canadien, comme étranger, trouvera fort à propos. À travers le récit d’Eddy et ses réflexions sur notre monde de contradictions, le livre propose entre les lignes un message fondamental sur les racines, toutes ethnies confondues, l’importance de les protéger et de les transmettre. « J'espère, écrit Eddy (p. 311), que mon histoire aidera les jeunes à trouver l'inspiration et la force de conserver leur culture, c'est la seule façon de ne pas perdre son âme. »

5Best-seller réservé au lectorat francophone, souhaitons que la version originale (qui a été rédigée en anglais) de E9-422 : Un Inuit, de la toundra à la guerre de Corée soit bientôt publiée et qu’elle soit aussi traduite, notamment en inuktitut, afin que ce miroir de fierté et d’ambition soit aussi offert aux contemporains d’Eddy.

6Alain A. Grenier, Ph. D.

7Département d’études urbaines et touristiques (ESG-UQAM)

Top of page

List of illustrations

URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/2204/img-1.jpg
File image/jpeg, 28k
Top of page

References

Bibliographical reference

« E9-422 : Un Inuit, de la toundra à la guerre de Corée », Téoros, 31-1 | 2012, 130-131.

Electronic reference

« E9-422 : Un Inuit, de la toundra à la guerre de Corée », Téoros [Online], 31-1 | 2012, Online since 01 March 2015, connection on 29 April 2017. URL : http://teoros.revues.org/2204

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org