Skip to navigation – Site map
Pour en lire plus

Pour en lire plus/chronique – Tourisme et patrimoine

Alain A. Grenier

Full text

1Tourisme durable dans les Suds ?
Géraldine FROGER
Bruxelles : P.I.E. Peter Lang, 2010, 318 pages
ASSN : 1377-7238

2Ayant comme toile de fond la contradiction des peuples pour leur soif de consommation, d’une part, et leurs inquiétudes face aux impacts de tous les échanges dans un monde multipolaire, l’ouvrage de Géraldine Froger pose un constat sur l’état du développement des pays du « Sud » : les économies de ces pays reposent beaucoup trop sur l’exportation de quelques produits de base (agricoles ou miniers) et sont, de ce fait, tributaires de l’évolution souvent chaotique des cours mondiaux, ne générant que peu de valeur ajoutée compte tenu de la non-transformation locale des produits (Béville, p. 9). Dans le contexte de lutte à la pauvreté par la création d’emploi et de la recherche d’égalité entre les nations pour réduire les risques de conflit, plusieurs pays du Sud choisissent notamment le tourisme comme activité de développement social et économique. À travers leurs ressources naturelles et culturelles, ces pays possèdent des avantages comparatifs importants avec les pays du Nord, d’où viennent la majorité des visiteurs – et principale source de devises étrangères pour plusieurs apys en développement.

3Cependant, les modèles de tourismes actuels, souvent implantés à la hâte sans vision à long terme, ne favorisent souvent pas (suffisamment) la destination hôte. Comme le souligne Béville, en préface de l’ouvrage, la question est de savoir si et comment les formes de tourisme différentes du tourisme de masse répondent aux objectifs de développement durable.

4Pour répondre à cette question, Géraldine Froger propose ce recueil de 13 articles/chapitres qui proposent, chacun à leur façon, une réflexion critique sur le tourisme durable dans les pays du Suds. L’originalité de l’ouvrage est de ne pas valoriser gratuitement les alternatives, plutôt soumises ici à des analyses critiques qui permettent au lecteur de prendre conscience de la limite des projets d’intentions que demeurent trop souvent plusieurs tourismes alternatifs (on n’a qu’à penser au pseudo « écotourisme » notamment).

5L’ouvrage est divisé en trois parties. La première tente un diagnostic et offre une des réflexions sur le tourisme durable dans les Suds, sans s’attacher ni à un continent ni à un pays en particulier. On y questionne l’utopie du tourisme soutenable, des mythes et réalités de l’écotourisme, de l’empreinte écologique du tourisme et de sa mesure, de la contribution du tourisme rural et enfin du financement et de la promotion du tourisme durable.

6Les seconde et troisième parties sont respectivement consacrées à des études de cas d’Afrique et d’Amérique latine. Il s’agit de savoir si le développement touristique, les diverses formes alternatives de tourisme et les projets associés dans plusieurs pays de ces deux continents répondent aux objectifs du développement durable. On y traite notamment des enjeux du développement touristique à Madagascar, dans l’ouest de la Tunisie, et du tourisme communautaire comme moteur de développement en Namibie. Pour sa part, la dernière partie de l’ouvrage propose des textes sur les opportunités et limites du tourisme durable en Argentine et au Costa Rica.

7Une des forces du livre est la diversité de ses auteurs. Aux sociologues et géographes qui sont souvent sur la ligne de front des études en tourisme, l’équipe qui constitue l’ouvrage de Géraldine Froger compte aussi de nombreux économistes – un domaine souvent moins abordé en tourisme. Froger elle-même n’est pas en reste avec un chapitre d’ouverture très bien développé offrant une occasion de clarification entre les différents concepts utilisés souvent avec confusion par l’industrie. On comprendra pourquoi, à la lecture de l’ouvrage, il y a encore raison de questionner le tourisme durable, d’ici et d’ailleurs, comme celui des Suds.

8Dictionnaire du développement durable
Christian BRODHAG, Florent BREUIL, Natacha GONDRAN et François OSSAMA
Sainte-Foy : Éditions MultiMondes, 2004, 302 pages
ISBN :
2-89544-065-4 (Québec)
ISBN : 2-12-486933-7 (version originale française)

9Le vocabulaire développé autour du concept, des principes et des applications du développement durable s’est considérablement enrichi, depuis les trois dernières décennies. Cet enrichissement, fruit de la discussion engendrée entre les grands organismes internationaux, les universitaires et parfois les politiques, n’est pas sans causer de maux de tête lorsqu’on passe d’une langue à l’autre. En effet, la terminologie dans ce domaine a tendance à s’imposer de l’anglais par des traductions plus ou moins justes, en français. Par exemple, le concept de « sustainable development » a d’abord été traduit par « développement soutenable » avant d’être modifié en « développement durable ». Ces nuances ne sont pas sans engendrer des controverses. Pour se comprendre, il importe de se donner les outils nécessaires. Voilà le but ce Dictionnaire du développement durable.

10Le dictionnaire regroupe un millier de définitions de termes liés au développement durable. Le domaine n’étant ni l’exclusivité d’une seule science ni d’un seul courant de pensée, les auteurs proposent une recension des sens donnés aux mots selon divers champs d’expertise. Sont ainsi juxtaposées des définitions contradictoires qui permettent de cerner les divergences et de comprendre certains débats, éclairés par des commentaires. Voilà l’originalité de ce dictionnaire : il ne se contente pas d’offrir les termes correspondants du français à l’anglais. Il offre, pour la plupart des entrées, plusieurs possibilités d’interprétation selon les sources disponibles. Le lecteur peut ainsi savoir à quelle époque ou quel organisme ou chercheur a proposé telle ou telle approche du même concept. Cela permet de comprendre les nuances et les origines de certaines controverses et de certains biais.

11Le dictionnaire se veut aussi un outil :

  • pour connaître les notions fondamentales et spécialisées permettant d’aborder et de comprendre les problématiques et enjeux qui entourent la mise en œuvre du développement durable;

  • pour avoir la garantie d’une interprétation cohérente des termes en identifiant les ambiguïtés possibles et les expressions ou termes ne faisant pas encore consensus ainsi que les différences d’interprétations communément rencontrées;

  • pour permettre au néophyte de comprendre els problématiques et les enjeux du développement durable.

12Produit pour le lecteur francophone, les francophiles y trouveront néanmoins leur compte puisqu’une seconde partie de l’ouvrage propose un index des entrées équivalentes en anglais. Le dictionnaire s’adresse autant aux spécialistes qu’aux non-initiés.

13La discussion sur le développement durable est loin d’être terminée. Comme le signale Claude Villeneuve, en préface de l’édition québécoise, le développement durable « est une hypothèse » dont il reviendra aux générations futures de juger si nous l’avons développée, appliquée et mesurée de façon convenable. Pour qu’il y ait aujourd’hui une appréciation des problématiques et des enjeux, il importe que tous les intervenants emploient un vocabulaire commun. C’est la réussite de cet ouvrage, indispensable.

Top of page

References

Electronic reference

Alain A. Grenier, « Pour en lire plus/chronique – Tourisme et patrimoine », Téoros [Online], Hors série-1 | 2012, Online since 21 September 2012, connection on 21 October 2014. URL : http://teoros.revues.org/2085

Top of page

About the author

Alain A. Grenier

Ph.D.
Professeur
Département d’études urbaines et touristiques (ESG-UQAM)

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org