Skip to navigation – Site map
Chroniques

Pour en lire plus/chronique – tourisme et patrimoine

Patrimoine et tourisme : histoires, lieux, acteurs, enjeux / Tourisme et patrimoine mondial / Les ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces.
p. 128-129

Full text

Tourisme et patrimoine : histoires, lieux, acteurs, enjeux

Olivier LAZZAROTTI

Paris : Bélin (coll. : Sup Tourisme), 2011, 302 pages

ISBN-10 : 2701149533 ; ISBN-13 : 978-2701149530

1Un nouveau titre de la collection pour les études supérieures de Bélin vient de s’ajouter avec la publication de l’ouvrage Patrimoine et tourisme. On se réjouit de voir paraître un ouvrage scientifique de qualité qui explore les liens – j’oserais dire ontologiques – entre deux problématiques, désormais incontournables dans nos sociétés actuelles : le patrimoine et le tourisme. Olivier Lazarrotti, géographe et professeur à l’université de Picardie-Jules-Verne, livre ici le produit d’une réflexion entamée depuis plusieurs années. Cinq chapitres structurent l’ouvrage dont un est dédié aux acteurs, parmi lesquels l’auteur aborde la présence des associations pour la sauvegarde du patrimoine.

2À partir de cinq études de cas, l’auteur pose certaines bases de l’action de la société civile. De l’association internationale à l’intervention extrêmement localisée, on voit apparaître des formes variées d’organisation et d’intervention qui ont comme point commun d’exister grâce au bénévolat. Certes, il s’agit d’une toute petite section dans l’ouvrage de Lazzarotti, mais elle a le mérite de souligner l’apport incontournable des associations locales, comme l’avait fait, il y a presque dix ans, l’ouvrage de Hervé Glevarec et de Guy Saez, Le patrimoine saisi par les associations (Paris : La documentation française, 2002). Il faut espérer que ce type d’études et de publications se multiplie au cours des prochaines années.

3Martin Drouin

4Ph.D., Professeur,

5Département d’études urbaines et touristiques (ESG-UQAM)

Tourisme et patrimoine mondial

Sous la direction de Laurent BOURDEAU, Maria GRAVARI-BARBAS et Mike ROBINSON

Collection Patrimoine en mouvement – PAMV

Québec : Presse de l’Université Laval, 326 pages

ISBN : 978-2-7637-9758-8

6La relation entre le tourisme et le patrimoine a fait l’objet de quelques monographies, certaines récentes, qui traitent principalement des avantages, des inconvénients et des techniques de la mise en tourisme d’éléments patrimoniaux. Bien que le patrimoine mondial semble être, entre tous, celui qui induit le plus d’activités touristiques, il n’a pour le moment donné lieu qu’à peu de publications et d’articles dans des revues spécialisées, notamment en français. La parution de cet ouvrage vient donc combler en partie un manque qui est aussi la conséquence de la « jeunesse » de ces études.

7Ce livre est constitué de 17 articles sélectionnés parmi les communications présentées au congrès World Heritage and Tourism, Managing for the Local and the Global, organisé par le réseau UNITWIN-UNESCO « Tourisme, Culture, Développement », et qui s’est tenu à Québec en juin 2010. Composé d’articles théoriques et d’étude de cas, il s’adresse bien sûr aux chercheurs, mais aussi aux gestionnaires ou aux habitants des sites inscrits au patrimoine mondial.

8Plutôt qu’une série d’exposés de situations, c’est vraiment à une réflexion sur la relation profonde entre tourisme et patrimoine mondial qu’invite le livre. En effet, derrière ces analyses se pose la question de la notion de patrimoine mondial et de son essence. Les auteurs proposent de prendre de la distance avec les perspectives classiques et de dépasser l’antagonisme du site patrimonial et du « tourisme destructeur », pour mettre en évidence une réalité plus complexe.

9Les différences entre les désormais très nombreux sites inscrits, ainsi que les perceptions et représentations qui constituent la réalité locale des sites, démontrent combien une vision trop simpliste ou trop standard ne peut plus suffire. Par ailleurs, l’ampleur du phénomène semble rendre inévitable le questionnement quant aux impacts sur les populations locales, et pas dans une vision postcoloniale de perversion culturelle, mais bien dans la modification des équilibres entre les groupes sociaux, dans les enjeux de pouvoir et de légitimité pour la réappropriation de ces patrimoines. Les éditeurs du livre posent donc la question d’un type de patrimoine, le patrimoine mondial, dont l’essence même produirait un tourisme « endogène », susceptible sous certaines conditions de devenir même « prescripteur » de patrimoine.

10Organisé en trois sections, l’ouvrage interroge trois problématiques majeures pour la compréhension de la relation entre tourisme et patrimoine mondial. La première partie (cinq chapitres) pose la question des différentes valeurs et des différentes significations du patrimoine, et de leurs liens avec les différentes pratiques des lieux, comme touriste et comme résident. La deuxième partie (six chapitres) s’intéresse plus directement aux acteurs et aux stratégies de la « gouvernance patrimoniale » de ces sites. Enfin, la dernière partie (six chapitres) interroge la relation entre l’inscription sur la Liste, ou la reconnaissance par l’UNESCO à un autre titre, et la « labellisation » du patrimoine.

11Peut-être ne manque-t-il à ces études qu’une quatrième partie qui aurait questionné la gestion et l’administration du patrimoine mondial au niveau institutionnel, et le futur de cette administration dont il semble bien qu’elle devienne de plus en plus difficile à mesure que la Liste s’agrandit. Cela aurait d’ailleurs rejoint sans doute les interrogations actuelles quant au futur de la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, à l’aune de ses 40 ans. On regrettera toutefois que le livre ne propose que des articles en français alors que le congrès rassemblait des chercheurs de plusieurs pays et qu’il aurait pu être intéressant de conserver cette diversité, même si l’on comprend bien la complexité d’une telle entreprise.

12Il reste que l’ensemble propose une approche prometteuse et jette les bases pour les recherches en cours et à venir, et il est très probable que cet ouvrage devienne une référence en la matière.

13Mathieu Dormaels,

14Chercheur associé,

15Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain

16(ESG-UQAM)

Les ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces ?

Michel PINÇON et Monique PINÇON-CHARLOT

Paris : Seuil, 2007, 203 pages

ASIN : B005QDPONO

17Les présidents de la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (créée en 1901), de la Sauvegarde de l’art français (1921), de la Demeure historique (1924), de la Ligue urbaine et rurale (1946), des Vieilles Maisons françaises (1958), des Maisons paysannes (1965), de l’association REMPART (1966) et de la Fédération Patrimoine-Environnement (1967) se rencontrent une fois par mois pour discuter des dossiers importants. Depuis 2005, ils rencontrent le ministre de la Culture au moins deux fois par année, mais souvent davantage. Ces associations, toutes reconnues d’utilité publique, forment en quelque sorte le G8 du patrimoine en France. Elles ont toutes en commun d’être associées avec la grande bourgeoisie française.

18Les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, chercheurs au CNRS, signent un ouvrage fascinant. Ils poursuivent ainsi une œuvre entreprise à la fin des années 1980 avec le premier d’une série de plus d’une dizaine d’ouvrages sur le thème de la grande bourgeoisie. Malgré une retraite de la vie universitaire il y a près de cinq ans, ils poursuivent leur travail de recherche et de publication. Au sein de cette production, Les ghettos du gotha occupe une place particulière pour notre propos, car il traite des lieux de vie de la grande bourgeoisie et de la mobilisation déployée pour les défendre et les sauvegarder, cela souvent au nom du patrimoine. Assurément, ce sont des « militants peu ordinaires », comme le notent les auteurs, qui nous sont présentés.

19L’un des intérêts de cet ouvrage est de nous entraîner dans un univers peu familier de l’investissement associatif. L’action menée par ces riches bourgeois ou ces familles de l’ancienne noblesse révèle la perméabilité de la frontière entre des intérêts privés et ceux invoqués dans la sauvegarde d’un patrimoine collectif. Comment ne pas rester songeur devant le geste de ce propriétaire qui vend les trois kilomètres de plage bordant son domaine au Conservatoire du littoral pour les soustraire à toute menace de développement ? Certes, la bande riveraine est ainsi protégée, mais l’ancien propriétaire, qui ne pouvait en empêcher l’usage public, est dès lors exempté de son entretien et de celui des chemins qui y mènent. On y découvre également une volonté bien réelle de travailler à la mise en valeur du patrimoine par la recherche de financement, par la restauration, par l’organisation d’activités et par l’ouverture des lieux aux visiteurs. De lecture agréable, entre l’ouvrage grand public et une démarche universitaire, le livre de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot permet de pénétrer un monde qui n’ouvre pas facilement ses portes. Il est également riche d’enseignements pour aborder les relations entre le patrimoine et le milieu associatif.

20Martin Drouin

21Ph.D., Professeur,

22Département d’études urbaines et touristiques (ESG-UQAM)

Top of page

List of illustrations

Caption Tourisme et patrimoine : histoires, lieux, acteurs, enjeux
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/1957/img-1.png
File image/png, 25k
Caption Tourisme et patrimoine mondial
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/1957/img-2.jpg
File image/jpeg, 172k
Caption Les ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces ?
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/1957/img-3.jpg
File image/jpeg, 25k
Top of page

References

Bibliographical reference

« Pour en lire plus/chronique – tourisme et patrimoine », Téoros, 30 - 2 | 2011, 128-129.

Electronic reference

« Pour en lire plus/chronique – tourisme et patrimoine », Téoros [Online], 30 - 2 | 2011, Online since 01 November 2013, connection on 28 May 2017. URL : http://teoros.revues.org/1957

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org