Skip to navigation – Site map
Chroniques

Le chemin le moins fréquenté : Tourisme et innovation

Le réseau de connaissances de l’OMT
Eduardo Fayos-Sol
p. 143-147

Full text

« Deux chemins divergeaient dans un bois,
Et moi, j'ai pris le chemin le moins fréquenté,
Et cela a fait toute la différence. » (Traduction libre)
Robert Frost, 1916

L’auteur souhaite exprimer sa reconnaissance au professeur François Bédard, de l’UQAM, pour son aide lors de la préparation de ce document.

Contexte

1À l’image du voyageur anonyme de Frost, le tourisme contemporain se trouve à la croisée des chemins. L’un des chemins traverse un paysage maintes fois parcouru, jonché de produits et de méthodes par trop familiers ; le tourisme du 20e siècle, tributaire des énergies fossiles bon marché, achèvera bientôt son cycle de vie.

2Toutefois, à mesure que cette ère tire à sa fin, il s’agit de se demander si le tourisme est moribond ou s’il y a moyen, en empruntant une voie moins fréquentée, de le transformer en un vecteur de connaissances, de développement, de durabilité et d’une meilleure macrogouvernance.

3Les défenseurs du modèle touristique du « comme si de rien n’était » soutiennent que le tourisme est un extraordinaire véhicule d’allègement de la pauvreté, voire de développement. Ils admettent, certes, que tourisme et gaspillage vont de pair, que cette activité a un impact environnemental indéniable et que ses effets secondaires sont parfois des plus indésirables. Or, vu l’échec des autres instruments de création d’emplois, de revenus et de croissance économique, il se peut que le tourisme traditionnel permette encore d’améliorer le sort des collectivités et des pays pauvres.

4Cependant, commençons par examiner la confusion fréquente entre « croissance » et « développement ». À quelques notables exceptions près, nous restons obsédés par la croissance du PIB, que nous assimilons à la prospérité et au bien-être. Néanmoins, à mesure que naît une nouvelle société, il convient de réaliser que le développement dépend au moins autant des connaissances, du capital institutionnel et de la gouvernance participative que du « capital traditionnel », qu’il soit physique ou financier. C’est seulement l’accumulation du capital humain et social qui a réussi, d'une manière ou d'une autre, à faire contrepoids à la concentration accélérée du capital traditionnel entre les mains des élites et au monopole du pouvoir qui s'ensuit ; les récents événements géopolitiques confirment par ailleurs ces observations.

5Ce sont les connaissances qui, en réalité, nourrissent la croissance d'un capital humain et social plus également réparti. Ces connaissances, très souvent gratuites, décuplent notre créativité et entraînent une hausse de la participation et de la qualité au sein de nos institutions. C'est également aux connaissances que l'on doit l’accroissement de la productivité économique et l'amélioration générale des normes scientifiques, technologiques et éducatives.

6Ainsi, il existe assurément des arguments appuyant l’affirmation selon laquelle le tourisme est un véhicule de développement, outre le fait que tout investissement privé dans le tourisme vise à générer des profits. Ces derniers ont tendance à entraîner des retombées sous forme d'emplois, de revenus et de formations supplémentaires. Évidemment, les investissements nets en tourisme produisent de la croissance... mais du « développement » ? La croissance du capital socio-institutionnel et humain que l'on associe normalement au développement se produira seulement si les investissements en tourisme portent explicitement sur la production, la diffusion et l'application de connaissances. En somme, la gestion des connaissances et l'innovation en tourisme seraient non seulement des conditions préalables à la rentabilité et à la compétitivité, mais bien les conditions sine qua non d'un développement mû par le tourisme.

7C'est dans un tel cadre que l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) des Nations Unies a récemment lancé le Réseau des connaissances de l'OMT. Ce lancement a été réalisé à la lumière du fait implicite que la gestion des connaissances est non seulement un instrument essentiel de compétitivité et, ultimement, de survie, mais la clé d'un nouveau paradigme touristique dont les objectifs ambitieux concernent le développement, l'atténuation des changements climatiques et l'excellence en macrogouvernance.

8L’OMT a développé au fil des ans une grande capacité de coordination en matière de prise de décisions politiques sur des questions stratégiques intéressant les activités touristiques dans le monde entier. Ensuite, le tourisme ayant acquis une pertinence accrue dans les affaires mondiales, sa nature transversale en fait un élément essentiel de la gestion des connaissances dans une variété de domaines, qui vont d'enjeux micro-économiques touchant les transports, l'hébergement et les divertissements, jusqu'aux objectifs du Millénaire de l’ONU pour le développement. Ainsi, l'OMT doit impérativement s'investir dans la gestion des connaissances sous toutes ses formes et entreprendre, à l’échelle mondiale, une mise en commun des connaissances liées au tourisme. Cette base de savoir viendra désormais appuyer la capacité avérée de l'OMT en matière de prise de décisions politiques.

9Cela s’inscrit, bien entendu, dans la lignée du programme de travail de plusieurs institutions des Nations Unies, telles que la FAO, l’OMS et l’UNESCO, qui ont établi des réseaux de connaissances étendus dans leurs champs de compétences respectifs. L’OMT est devenue en 2003 un organe spécialisé des Nations Unies qui s’est joint en 2006 au groupe d’initiatives de gestion des connaissances de l’ONU. Les États membres de l’OMT considèrent que la politique touristique relève non seulement d’un intérêt sectoriel, mais également, comme nous l’avons indiqué, qu’elle est un instrument essentiel pour l’élaboration de politiques publiques transversales clés.

Réseau de connaissances de l’OMT

10Le réseau de connaissances de l’OMT est un programme spécial, placé sous l’autorité directe du Secrétaire général de l’OMT. Le rôle du réseau de connaissances de l’OMT est de développer et de gérer une association mondiale de groupes de réflexion sur le tourisme (UNWTO Tourism Think Tanks,ou TTT), de centres stratégiques de connaissances (UNWTO Knowledge Strategic Centers) et d’institutions de connaissances (UNWTO Knowledge Institutions), et d’établir des normes de recherche et de gestion des connaissances concernant l’analyse du tourisme, les politiques touristiques et la gouvernance du tourisme. Les TTT nationaux et régionaux et les centres stratégiques et institutions de connaissances de l’OMT, qui forment ensemble le réseau de connaissances de l’OMT, servent l’Organisation et ses États membres pour tous conseils techniques et décisionnels dans les domaines de la viabilité et du changement climatique, de l’innovation en matière de produits et de procédures, de la compétitivité et de l’excellence dans la gouvernance du tourisme. Les TTT nationaux et régionaux sont formés par des institutions et des organisations du secteur public et du secteur privé, notamment des universités, des centres de recherche, des parcs scientifiques et technologiques et des entreprises privées ayant des activités dans la recherche et l’innovation. Les centres stratégiques et les institutions de connaissances de l’OMT sont des organisations autonomes. Le réseau de connaissances de l’OMT prend activement part aux comités et organes de l’OMT adéquats, ainsi qu’aux projets de l’OMT pour lesquels une expertise technique et des compétences en matière de gestion des connaissances représentent une valeur ajoutée considérable.

Mission et objectifs

11La missiondu réseau de connaissances de l’OMT est la suivante :

« Apporter son soutien à l’OMT et à ses États membres sur toutes les questions relatives à la science, la technologie, l’innovation et la gestion des connaissances en rapport avec les opérations, la politique et la gouvernance touristiques, en vue de contribuer à assurer la compétitivité du secteur et à réaliser les objectifs de développement mondiaux définis par les Nations Unies et d’autres institutions internationales de gouvernance ».

12Les objectifsdu réseau de connaissances de l’OMT sont les suivants : (i) créer une communauté de connaissancessur des questions liées au tourisme, afin de contribuer à la compétitivité, à la durabilité, au développement et à la bonne gouvernance ; (ii) créer une réserve de recommandations, de meilleures pratiques, de normes volontaires, de codes et de normes constituant un Codex Turismus pouvant s’appliquer largement aux opérations, à la politique et à la gouvernance dans le tourisme et les domaines connexes ; et (iii) participer de manière proactive à la création, à la diffusion et à l’application de connaissances liées au tourisme, soit dans le cadre du Programme de travail de l’OMT,soit dans des projets lancés ou financés par d’autres institutions ou organisations.

Structure

13Le réseau de connaissances de l’OMT est basé sur les réalisations de l’ancien Conseil de l’éducation et de la science de l’OMT et est composé de la manière suivante :

  • Institutions de connaissances de l’OMT : Ce sont des institutions ou des organisations dotées de capacités de gestion des connaissances qui rejoignent l’OMT en tant que membres affiliés et collaborent avec elle dans l’exécution de son programme de travail. Les institutions de connaissances de l’OMT jouissent de tous les avantages habituels des membres affiliés ainsi que de ceux propres au réseau de connaissances de l’OMT.

  • Au cours de la transition, tous les anciens membres du Conseil de l’éducation et de la science pourront automatiquement devenir des institutions de connaissances de l’OMT.

  • Centres stratégiques de connaissances de l'OMT : Ce sont des institutions ou des organisations certifiant que l’innovation représente une partie importante de leurs fonctions et de leur structure. Elles peuvent devenir des centres stratégiques de connaissances de l’OMTen se soumettant à un processus de certification officielle. Elles participent de façon permanente à des programmes et à des projets particuliers de l’OMT et peuvent diriger un TTT.

  • Groupes de réflexion sur le tourisme de l'OMT (TTT) : Un TTT est une institution dotée de la capacité juridique et composée d’au moins un centre stratégique de connaissances et éventuellement d’autres institutions, organisations et entreprises du secteur privé ou public appartenant au réseau de connaissances de l’OMT ou collaborant avec lui. Les TTT occupent une place centrale au sein du réseau de connaissances de l’OMT, et servent sa mission et ses objectifs en fournissant des services à l’OMT au niveau national, régional et mondial, et à la communauté de connaissances de l’OMT, y compris à tous ses membres. Les TTT coordonnent leurs actions au sein de l’OMT par l’intermédiaire du Secrétaire exécutif chargé de la science et de la gestion des connaissances affecté au cabinet du Secrétaire général et également par l’intermédiaire des directeurs régionaux.

Membres et activités

14Depuis sa création à l’automne 2010, le Réseau de connaissances de l’OMT a attiré quelque 130 membres de plus de 40 pays. Les membres du réseau œuvrent au sein de programmes et de projets de recherche, de développement et d’innovation, dont certains abordent directement des enjeux propres au tourisme, alors que d’autres, nombreux, ont trait à des actions dans une variété de domaines étendus, notamment l’énergie, l’architecture, le design, la conservation de la nature, le droit et la science et technologie en général.

15Le Réseau de connaissances de l’OMT a tenu sa réunion de lancement en janvier 2011 à Madrid. Cette réunion a fourni aux membres (dont 110 étaient présents) une première occasion de se rencontrer en personne et de procéder à la définition de certains secteurs d’activité. Plusieurs avenues de recherche et d’innovation ont ainsi été proposées par des membres du réseau provenant des Amériques, d’Asie-Pacifique et d’Europe, allant d’approches centrées sur l’atténuation des changements climatiques à des solutions en matière d’énergies renouvelables et à la conception des destinations touristiques du 21e siècle. L’objectif était d’inspirer un plan d’action et d’encourager la collaboration. Les participants ont pu faire connaissance et échanger leurs points de vue stratégiques sur les innovations qui touchent le secteur touristique.

16En juin 2011, le Réseau de connaissances de l’OMT, de concert avec l’université de l’Algarve, a tenu le forum Tourism and Science: Bridging Theory and Practice (Tourisme et science : allier la théorie à la pratique) à Vilamoura, au Portugal. Ce forum visait l’atteinte d’un consensus éclairé sur la recherche et la gouvernance en tourisme par l’établissement d’un cadre de référence axé sur les principaux défis stratégiques que le tourisme actuel doit relever, soit, en premier lieu, le développement, les changements climatiques/la durabilité et la mise en œuvre participative de politiques, tant sur les plans public que privé. Le forum s’est penché, en second lieu, sur les méthodes et les moyens novateurs relatifs au positionnement sur le marché, aux produits et aux procédés, et à la compétitivité, entre autres choses.

Observations finales

17L’OMT, en répondant aux besoins de ses États membres, a reconnu que la gestion des connaissances constitue un facteur critique de réussite dans plusieurs domaines, qu'il s'agisse d'enjeux stratégiques liés au développement, à l'atténuation des changements climatiques et à une bonne macrogouvernance, ou de qualité et d'efficience des opérations, tant au sein des sociétés privées que dans le secteur public. La gestion des connaissances — soit le processus d'identification, de saisie, de partage et d'application du savoir — est devenue une stratégie de réussite et un élément nécessaire de la performance quotidienne. Le tourisme en soi est désormais une activité transversale ayant des répercussions énormes sur les politiques publiques en général et sur le bien-être des individus en particulier. Le concept de gestion des connaissances en tourisme mérite ainsi d’occuper une place centrale, d'une part, dans la conception et la mise en œuvre de politiques touristiques sectorielles, et, d'autre part, lorsqu'il s'agit d'aborder des enjeux tels que la création de revenus, l'emploi et, ultimement, le développement et la bonne gouvernance. Dans cette optique, l'OMT a créé son réseau de connaissances afin de répondre aux demandes croissantes de ses États membres et de l'industrie du tourisme dans son ensemble. Cette dernière se trouve à la croisée des chemins ; les politiques et la gouvernance touristiques en sont au même point. Sans doute le moment est-il venu de prendre le temps de réfléchir un peu… et de s'engager sur le chemin qui, à ce jour, demeure« le moins fréquenté ».

Top of page

References

Bibliographical reference

Eduardo Fayos-Sol, « Le chemin le moins fréquenté : Tourisme et innovation », Téoros, 30 - 1 | 2011, 143-147.

Electronic reference

Eduardo Fayos-Sol, « Le chemin le moins fréquenté : Tourisme et innovation », Téoros [Online], 30 - 1 | 2011, Online since 03 September 2011, connection on 21 October 2017. URL : http://teoros.revues.org/1413

Top of page

About the author

Eduardo Fayos-Sol

Secrétaire exécutif du réseau de connaissances de l’OMT
Professeur d’économie
Universidad de Valencia
OMT, Organisation mondiale du tourisme
efsola@unwto.org
143-147

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org