Skip to navigation – Site map
Chroniques

Vers les « sciences du tourisme » ? Complexité et transdisciplinarité

Boualem Kadri and François Bédard
p. 62-64

Abstract

Depuis quelques années, l’intérêt pour le tourisme n’est plus limité à son observation face à une actualité tumultueuse (terrorisme, épidémies, catastrophes naturelles) ; il s’oriente aussi vers la problématique de sa reconnaissance scientifique. ). Le présent texte met l’accent sur l’importance d’asseoir la construction des connaissances sur une vision de globalité et de complexité du tourisme qui s’exprime notamment par le biais de grands projets d’aménagement récréotouristique urbain et métropolitain. La construction des connaissances en tourisme fait face à un certain nombre de problèmes, dont : 1) une perception réductrice : le tourisme et le touriste traînent encore une image peu reluisante en général, y compris pour le spécialiste lui-même ; 2) une analyse privilégiant plus l’approche d’applications que la recherche théorique (diagnostic des problèmes essentiels du tourisme, critique des paradigmes) ; 3) un phénomène sociétal complexe réduit soit à la dimension du voyage (industrie, organisation), soit à celle du voyageur (motivation).

Ces quelques exemples expriment la complexité du phénomène touristique, lequel, pour être appréhendé, requiert une collaboration des diverses disciplines intéressées aux problématiques de ce phénomène.

Top of page

Editor's notes

A l’époque de la publication de ce texte, Téoros était une revue de transfert. Plusieurs des textes présentés pour ce numéro n’ont pas été soumis à l’évaluation par les pairs.

Full text

1Depuis quelques années, l’intérêt pour le tourisme n’est plus limité à son observation face à une actualité tumultueuse (terrorisme, épidémies, catastrophes naturelles) ; il s’oriente aussi vers la problématique de sa reconnaissance scientifique. Cela soulève néanmoins la question de la perception du phénomène touristique et du mode de construction des connaissances : approche réductrice ou vision globale ? Le présent texte, dernier d’une série de trois (Kadri et Bédard, 2005 : 77-80 ; Kadri et al., 2005 : 62-64), met l’accent sur l’importance d’asseoir la construction des connaissances sur une vision de globalité et de complexité du tourisme qui s’exprime notamment par le biais de grands projets d’aménagement récréotouristique urbain et métropolitain.

Une perception réductrice du tourisme et du touriste

  • 1  Pour Jean Stafford, la téorologie, du grec teoros qui veut dire le « voyage », est le champ d’étud (...)

2Le tourisme souffre d’une perception réductrice et négative. Sur le plan sémantique, le mot « touriste », dans le Dictionnaire Larousse (2000), identifie celui qui voyage pour son plaisir, mais il sert aussi à qualifier les voyageurs qui choisissent la classe la plus économique (classe touriste) dans un mode de transport donné. Cette perception réductrice du touriste et de la « masse » touristique a été particulièrement bien mise en évidence par l’étude d’Urbain (1991) sur les écrits de scientifiques et de théoriciens des XIXe et XXe siècles. Heureusement, le mot touriste n’est pas utilisé pour qualifier le spécialiste en « iste » qui s’intéresse au tourisme, mais il sert néanmoins à le percevoir négativement par ceux qui partagent la même origine disciplinaire. À ce propos, Stafford (1992 : 44-46) observe que « les sociologues et les économistes (et les autres « istes ») spécialistes de la téorologie1 sont toujours perçus comme des « touristes » à l’intérieur de leur propre discipline ».

3Sur le plan de la définition du tourisme, il existe, depuis plus d’un demi-siècle, une diversité de propositions ; chaque discipline intéressée par l’étude du tourisme élabore une définition propre, mais incomplète et réductrice, démontrant ainsi un certain « déficit sémiologique » (Boyer, 1999 : 22).

4Le tourisme et le touriste ont toujours fait l’objet d’une perception réductrice. Dans les décennies 1950-1970, les écrits se concentrent sur le jugement et les critiques envers le tourisme et le touriste (Burgelin, 1967 : 65-96), sur fond d’analyse idéologique de la société (Barthes, 1957 ; Enzesberger, 1964 ; Boorstin, 1963). Si l’on assiste à une reconnaissance du tourisme et du touriste dans les années 1980-1990, l’approche est alors centrée sur une réhabilitation du sens de l’expérience du touriste face au mythe et au modèle du voyageur (Urbain, 1991, Amirou, 1995). Dans les écrits nord-américains, l’approche du tourisme et du touriste, en ce qui concerne l’expérience touristique par exemple, met particulièrement l’accent sur la globalité de l’expérience, perçue comme une « production culturelle » de la société (MacCannel, 1999), une totalité complexe « espace–tempsculture » (Jafari, 1987), alors que l’industrie touristique réduit cette complexité à une banalisation par l’offre où tout est inclus (Laplante, 1999). L’approche du tourisme selon une vision de globalité et de complexité est essentielle à la formation des connaissances scientifiques.

Complexité et construction des connaissances dans les sciences du tourisme

5Le mode de connaissance et de construction des savoirs se trouve face à deux approches : celle d’une réduction ou parcellisation du phénomène pour mieux le comprendre et celle de l’appréhension globale de l’objet et de sa complexité. Pour le sociologue Morin (1990 : 21), la complexité s’observe selon deux aspects : « Au premier abord, la complexité est un tissu (complexus : ce qui est tissé ensemble) de constituants hétérogènes inséparablement associés : elle pose le paradoxe de l’un et du multiple. Au second, la complexité est effectivement le tissu d’événements, actions, interactions, rétroactions, déterminations, aléas qui constituent notre monde phénoménal. »

6Le tourisme est observé aujourd’hui comme un objet complexe où interagit une pluralité de dimensions et de disciplines (économie, écologie, sociologie, culture, etc.) et d’acteurs (universités, organismes privés et associatifs, institutions, entreprises). Cette réalité complexe apparaît notamment avec les projets d’aménagement récréotouristique initiés dans les grandes métropoles. À titre d’exemple, nous prendrons le cas de l’aménagement d’un espace de récréotourisme en bordure du centre-ville de Montréal pour lequel un projet de déménagement du Casino de Montréal avait été déposé.

7Bien que le projet ait été retiré, l’essentiel, par ce cas précis, reste le même : démontrer notamment la complexité des disciplines liées aux différentes phases d’un projet : l’élaboration, la prise de décision et, si le projet est accepté, sa mise en oeuvre. Complexité aussi des enjeux, qui sont unis à différents objectifs, représentés par des acteurs et ce, qu’ils soient en accord ou non avec le projet. L’encadré démontre cette complexité.

8Cette approche globale de la réalité selon la pensée complexe (Morin, 1990) peut avoir des répercussions importantes sur la construction des connaissances. Elle privilégie la rencontre des disciplines et leur intégration, comme cela se voit déjà dans d’autres sciences telle l’écologie (Morin, 2005).

  • 2  Cité par Lebel, Johanne (2005 : 56-62).

9L’idée de transdisciplinarité, identifiée comme la vision d’ensemble de plusieurs savoirs disciplinaires et leur rapprochement est reconnue et encouragée au Québec dans le cadre de la politique de financement de la recherche, mais pas sur le plan des stratégies universitaires (Lebel, 2005 : 56-62). La rencontre des disciplines ne menace pas le savoir disciplinaire, mais crée une collaboration (Morin, 2005). Pour Godin (2005)2 de l’INRS-Urbanisation, « un savoir spécialisé ne peut s’acquérir que par un travail intense dans un domaine » et grâce à une collaboration entre disciplines, ce qui s’appliquerait au tourisme.

10Le champ de connaissances du tourisme (ou téorologie pour Stafford) peut alors être identifié comme un espace d’intégration d’approches multidimensionnelles des niveaux de la réalité complexe que représente le tourisme : « La téorologie se définira par cette capacité d’intégrer des éléments disparates liés à l’espace et au temps, à l’économie et à la politique, à la psychologie et à gestion et enfin à la culture et au patrimoine. » (Stafford, 1992 : 44-46) Cette intégration et cette collaboration de diverses disciplines forment le champ des « sciences du tourisme ».

11La formation et la recherche universitaires doivent refléter la prise en charge scientifique de cette réalité complexe du tourisme. Ainsi, les programmes universitaires ne peuvent se réduire à une recherche appliquée qui fragilise l’évolution et la construction des connaissances et reste souvent prise entre l’intérêt socioculturel et l’intérêt économique. L’intérêt pour une recherche théorique et l’identification des problèmes (Stafford, 2003) du tourisme est fondamentale. Par ailleurs, le développement de programmes internationaux qui associent une démarche globale et transdisciplinaire contribuerait à la construction des connaissances et à la reconnaissance scientifique du tourisme, autrement dit aux sciences du tourisme. Ces problématiques figurent au programme de l’atelier formation et e-formation des premiers Rendez-vous Champlain sur le tourisme qui se tiendront à La Rochelle en mai 2006. La deuxième édition de ces rendez-vous aura lieu au Québec en 2008, dans le cadre du 400e anniversaire de la fondation de Québec. Soulignons que Les Rendez-vous Champlain ont pour ambition de valoriser et de contribuer à dynamiser la recherche franco-québécoise par une approche pluridisciplinaire et comparatiste.

Encadré – Un exemple de complexité : le projet de l’aménagement récréotouristique du bassin Peel à Montréal

Encadré – Un exemple de complexité : le projet de l’aménagement récréotouristique du bassin Peel à Montréal

Source : Myrabelle Chicoine.

Conclusion

12La construction des connaissances en tourisme fait face à un certain nombre de problèmes, dont : 1) une perception réductrice : le tourisme et le touriste traînent encore une image peu reluisante en général, y compris pour le spécialiste lui-même ; 2) une analyse privilégiant plus l’approche d’applications que la recherche théorique (diagnostic des problèmes essentiels du tourisme, critique des paradigmes) ; 3) un phénomène sociétal complexe réduit soit à la dimension du voyage (industrie, organisation), soit à celle du voyageur (motivation).

13Ces quelques exemples expriment la complexité du phénomène touristique, lequel, pour être appréhendé, requiert une collaboration des diverses disciplines intéressées aux problématiques de ce phénomène. Les « sciences du tourisme » incarnent l’expression de cette collaboration.

Top of page

Bibliography

Amirou, Rachid (1995), Imaginaire touristique et sociabilités du voyage, Paris, Presses universitaires de France, 1995.

Barthes, Roland ([1957] 1970), Mythologies, Paris, Éditions du Seuil, 247 p.

Boorstin, Daniel J. (1963), L’image ou ce qu’il advint du rêve américain, Paris, Julliard.

Boyer, Marc (1999), Le tourisme de l’An 2000, Presses Universitaires de Lyon, France, 265 p.

Braud, Philippe (2002 [6e éd.]), Sociologie politique, Paris, L.G.D.J., 680 p.

Burgelin, Olivier (1967), « Le tourisme jugé », Communications, Dossier Vacances et tourisme, p. 65-96.

Enzesberger, Hans Magnus ([1964] 1973), « Une théorie du tourisme », dans Culture ou mise en condition ?, Collection 10/18, Paris,

Fortin, Robert (2005 [2e éd.]), Comprendre la complexité. Introduction à la méthode d’Edgar Morin, Préface d’Edgar Morin, Presses de l’université Laval et L’Harmattan, 266 p.

Hoerner, Jean-Michel (2002). « Pour une nouvelle définition du tourisme », Espaces, no 224, mars, p. 15-20.

Jafari, Jafar (1987), « Le système du touriste : Modèles socioculturels en vue d’applications pratiques et théoriques », Revue Loisir et Société, vol. 11, no 1, printemps, Presses de l’Université du Québec (traduction de Marc Laplante).

Kadri, Boualem, et François Bédard (2005), « Vers une science du tourisme ? », Téoros, vol. 24, no 2, p. 77-80.

Kadri, Boualem, Myrabelle Chicoine, et François Bédard (2005), « Vers une science du tourisme ? La contribution des revues Téoros et Loisir et Société », Téoros, vol. 24, no 3, p. 62-64.

Laplante, Marc (1999), « L’expérience touristique dans une société nomade », Téoros, vol. 18, no 3, automne, p. 17-21.

Lebel, Johanne (2005), « Transdisciplinarité : Une vision globale pour des défis globaux », Découvrir, de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), vol. 26, no 3, mai-juin, p. 56-62.

MacCannel, Dean (1999), The Tourist. A New Theory of the Leisure Class, Berkeley, University of California Press, 231 p.

Morin, Edgar (1990), Introduction à la pensée complexe, Paris, Éditions ESF, 158 p.

Morin, Edgar (2005 [2e éd.]), « Préface », dans Robert Fortin (dir.), Comprendre la complexité. Introduction à la méthode d’Edgar Morin, Presses de l’université Laval et L’Harmattan, 266 p.

Stafford, Jean (1992), « Connaissances en tourisme et reconnaissance sociale », Téoros, vol. 11, no 2, printemps-été, p. 44-46.

Stafford, Jean (2003), « La crise de la recherche en tourisme : La solution est dans les problèmes », Loisir et Société, vol. 26, no 1, printemps, p. 87-95.

Urbain, Jean-Didier (1991), L’idiot du voyage, Paris, Éditions Plon.

Ville de Montréal (2001), Annuaire statistique des arrondissements de la nouvelle ville de Montréal, 98 p.

Top of page

Notes

1  Pour Jean Stafford, la téorologie, du grec teoros qui veut dire le « voyage », est le champ d’étude et de construction des connaissances scientifiques du tourisme.

2  Cité par Lebel, Johanne (2005 : 56-62).

Top of page

List of illustrations

Title Encadré – Un exemple de complexité : le projet de l’aménagement récréotouristique du bassin Peel à Montréal
Credits Source : Myrabelle Chicoine.
URL http://teoros.revues.org/docannexe/image/1339/img-1.jpg
File image/jpeg, 412k
Top of page

References

Bibliographical reference

Boualem Kadri and François Bédard, « Vers les « sciences du tourisme » ? Complexité et transdisciplinarité », Téoros, 25-1 | 2006, 62-64.

Electronic reference

Boualem Kadri and François Bédard, « Vers les « sciences du tourisme » ? Complexité et transdisciplinarité », Téoros [Online], 25-1 | 2006, Online since 01 January 2012, connection on 24 August 2017. URL : http://teoros.revues.org/1339

Top of page

About the authors

Boualem Kadri

Adjoint de recherche au Centre international de formation et de recherche en tourisme (CIFORT) et chargé de cours au Département d’études urbaines et touristiques, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal

By this author

François Bédard

Directeur du CIFORT et professeur au même département

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org