Skip to navigation – Site map
Chroniques

Entretien avec J. R. Brent RITCHIE, Professeur à l’Université de Calgary

Propos recueillis par
François Bédard

Full text

1J.R. Brent Ritchie est professeur en gestion du tourisme à l’Université de Calgary. Il se spécialise depuis une trentaine d’années dans la recherche sur les destinations touristiques et a publié de nombreux ouvrages sur le sujet. Il mène actuellement des travaux sur la conception et la prestation d’expériences mémorables aux visiteurs de destinations touristiques, en plus de poursuivre l’étude des différents aspects de la gestion des destinations et de l’expérience des visiteurs. À l’occasion de son dossier sur l’excellence des destinations, Téoros propose un entretien avec le professeur Ritchie, spécialiste de la question.

2Téoros : Comment abordez-vous le concept « d’excellence » des destinations ?

3J.R. Brent RITCHIE : Je doute de révéler ici une « vérité absolue », mais je crois que l’excellence consiste tout simplement à assurer qu’une destination touristique fournisse à ses visiteurs des expériences touristiques mémorables et de très haute qualité, et que, ce faisant, l’on veille avant tout à améliorer substantiellement le bien-être à long terme des résidants de la destination ; et enfin, que la destination atteigne ces deux objectifs d’une manière efficiente, efficace et durable.

4Téoros : Vous avez une carrière fructueuse dans la recherche en tourisme, notamment dans le domaine des destinations. Comment évaluez-vous votre contribution?

5J.R. Brent RITCHIE : Outre le succès remporté par mon manuel d'introduction, Tourism: Principles, Practices, Philosophies (2006), je dirais que ma contribution la plus importante dans ce domaine fut la publication (avec mon coauteur, le Dr Geoffrey Crouch, de l'University LaTrobe, à Melbourne, en Australie) d'un ouvrage intitulé The Competitive Destination: A Sustainable Tourism Perspective (CABI, 2003). Nous y décrivons un modèle destiné à identifier les facteurs qui influencent la réussite générale d'une destination touristique. Ce livre peut d’ailleurs servir de guide aux organisations de gestion de destination qui souhaitent appliquer le modèle en question, lequel fait état des facteurs déterminants de la compétitivité d'une destination et des processus conduisant à leur prise en compte. Sur les cinq composantes principales du modèle, c'est souvent la composante « principaux attraits et ressources » qui s’avère la plus critique, puisqu’elle identifie les sept principaux types de raisons pour lesquelles des individus choisissent de visiter une destination particulière plutôt qu'une de ses nombreuses concurrentes. Le modèle souligne par ailleurs l'importance de disposer d'une politique guidant le développement des destinations touristiques – essentiellement, un cadre permettant d'élaborer une vision globale du type de destination touristique que les résidants souhaiteraient voir dans dix, vingt, trente ou même cent ans. Il fournit également une orientation, laquelle est fondée sur le consensus et dont l’objectif est de coordonner les principales décisions relatives au développement continu de la destination, ainsi que des conseils cohérents qui visent à aider les parties prenantes de la destination à prendre des décisions au quotidien. Après avoir identifié les « principaux attraits et ressources », le modèle présente en appui une deuxième composante, appelée « gestion de la destination », qui identifie neuf secteurs critiques devant faire l'objet d'une gestion quotidienne efficace, car c’est cette condition qui déterminera l’efficacité et la durabilité de la politique guidant le développement de la destination que l’on aura mise en œuvre. Ce modèle s’appuie sur les résultats des recherches personnelles que j’ai effectuées au cours des années, et sur les précieuses contributions de cadres de l’International Association of Convention and Visitor Bureaus (IACVB), désormais appelée Destination Management Association International (DMAI). Je tiens à souligner leurs apports et conseils précieux, et leur exprimer toute ma reconnaissance.

6Téoros : Plusieurs destinations utilisent les événements dans leur positionnement. Une partie importante de vos travaux de recherche porte sur les méga événements et les événements spéciaux. Comment cela a-t-il débuté?

7J.R. Brent RITCHIE : En effet, ma carrière a été lancée par une étude que j'ai réalisée sur les impacts économiques du Carnaval de Québec. Pour une quelconque raison, les résultats de cette étude ont reçu un accueil exceptionnel, ce qui m’a encouragé à préparer le matériel de mon premier ouvrage, Travel, Tourism and Hospitality Research: A Handbook for Managers and Researchers (1994), avec l'aide et sous l'égide de la Travel and Tourism Research Association (TTRA).

8Téoros : Y a-t-il une autre contribution à la recherche que vous souhaiteriez mentionner?

9J.R. Brent RITCHIE : Parmi les nombreuses études que j'ai réalisées, celle dont je suis sans doute le plus fier est l'étude longitudinale de dix ans que j'ai menée pour le compte et avec l'appui du Comité organisateur des Jeux olympiques d'hiver de 1988, dont Calgary fut l'hôte. En bref, ce méga-événement a constitué pour moi un laboratoire singulier, installé en plein monde réel, dans lequel il était possible de mener des études d’une valeur pratique considérable. J'ai eu la chance, dans le cadre de ces recherches, d'utiliser des données recueillies dans dix des principales villes d'Europe et dans dix grands centres des États-Unis [et presque gratuitement] grâce à l'assistance reçue dans ces villes et de la part de merveilleux collègues que je ne remercierai jamais assez. La nature particulière de ce projet – qui consistait à suivre, sur une période de dix ans, la notoriété et l'image de la ville hôte, Calgary, entre le moment de l'attribution des Jeux et l'année qui a suivi la fin de l'événement – a mené à l’acceptation et à la reconnaissance de l'étude et de ses résultats. Aussi suis-je particulièrement touché d’avoir entendu fréquemment ces travaux être qualifiés de pionniers.

10Téoros : Quels sont les principaux défis à relever par les gestionnaires de destination touristique?

11J.R. Brent RITCHIE : Je vais en identifier quelques-uns qui m’apparaissent les plus critiques. Tout d’abord, les gestionnaires doivent élaborer une vision par rapport à la destination, laquelle sera fondée sur un consensus et une politique guidant le développement de la destination et la coordination de toutes les décisions relatives au tourisme réceptif. Il y a nécessité d’obtenir, au sein de la collectivité, une reconnaissance sociale et un appui en faveur du tourisme en tant qu'élément clé de développement économique et de cohésion sociale. La question des ressources humaines est primordiale. Ainsi, les gestionnaires doivent s’assurer d’avoir du personnel compétent et lui fournir une formation et un développement professionnels continus afin de le retenir au sein de l’entreprise et d’être en mesure de concurrencer les autres secteurs de l’économie en ce qui a trait à l’obtention de ressources. Enfin, ils doivent élaborer des stratégies qui permettront au tourisme de survivre et de prospérer dans un avenir où l'intégrité environnementale occupera vraisemblablement une place prépondérante parmi les grandes priorités sociétales.

12Téoros : Au chapitre des grandes tendances, lesquelles, selon vous, auront le plus d’impact pour les entreprises dans les destinations touristiques?

13J.R. Brent RITCHIE : Il y en a trois qui me semblent dignes de mention. Les deux premières ont trait à la technologie, et la troisième à la démographie. À l’ère des réseaux sociaux, tel Facebook, les gestionnaires doivent s'adapter aux technologies immatérielles et les utiliser afin d’assurer la santé du secteur touristique. Il y aussi la nécessité d’utiliser les avancés des technologies matérielles, comme la robotique, pour améliorer le tourisme. Par exemple, on prévoit l’arrivée prochaine sur le marché de robots qui seront capables d'accomplir de nombreux services et tâches d'entretien subalternes, et ainsi réduiront ou élimineront de nombreux problèmes courants de dotation en personnel auxquels font face les exploitants d'entreprises touristiques; ceci aura des répercussions énormes sur le contrôle des coûts et la rentabilité de la destination. Enfin, l’arrivée des baby-boomers à la retraite est un événement dont les implications sont si profondes qu’elles changeront, au cours des prochaines décennies, presque tout ce que nous savons actuellement à propos des marchés du tourisme, notamment leur comportement en matière de voyages.

Top of page

References

Electronic reference

François Bédard, « Entretien avec J. R. Brent RITCHIE, Professeur à l’Université de Calgary », Téoros [Online], 30 - 1 | 2011, Online since 20 August 2011, connection on 23 August 2017. URL : http://teoros.revues.org/1119

Top of page

About the author

François Bédard

Professeur au Département d’études urbaines et touristiques (DEUT, ESG-UQAM)

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Revues.org